Samedi 18 Novembre 2017
(BBC 04/07/17)
Djibouti a fait appel à l'Union Africaine pour déployer des observateurs le long de sa frontière contestée avec l'Erythrée. Il y a deux semaines, le Qatar a retiré ses troupes de maintien de la paix entre les deux pays. Mahamoud Ali Youssouf, ministre djiboutien des affaires étrangères, a déclaré que "le manque d'observateurs sur cette frontière n'est pas dans l'intérêt ni de l'Erythrée ni de Djibouti". "Nous avons proposé à l'Union africaine d'envoyer des observateurs sur la partie contestée de la frontière dans le plus bref délai'' a déclaré le chef de la diplomatie djiboutienne lundi à Addis Abeba lors du sommet de l'UA. L'Union Africaine a appelé les deux pays à la retenue et a assuré qu'elle va déployer...
(AFP 03/07/17)
Djibouti a demandé à l'Union africaine (UA) de soutenir ses efforts pour négocier un règlement du différend territorial qui l'oppose à l’Érythrée passant par une "démarcation de la frontière", a déclaré lundi à l'AFP son ministre des Affaires étrangères. "Tant que la démarcation de cette frontière ne sera pas réalisée, elle sera toujours source de tensions, voire d'escalade à l'avenir. Donc c'est cette proposition que nous venons apporter à l'Union africaine", a expliqué...
(RFI 03/07/17)
Selon Human Rights Watch, des prisonniers yéménites soupçonnés d'appartenir à des groupes jihadistes auraient été transférés dans une prison secrète en Erythrée. L'organisation de défense des droits de l'homme soutient sur la foi de témoignages de leurs proches qu'une quinzaine d'entre eux seraient détenus sur une base militaire des Emirats arabes unis en Erythrée. Des accusations rejetées par le ministre de l'Information érythréen et le ministre des Affaires étrangères des Emirats. Selon Kristine Beckerle, membre de l'équipe d'enquêteurs, un faisceau de témoignages porte Human Rights Watch à croire que ces déportations ont bien lieu mais l’ONG n'accuse pas les autorités Erythréennes d'en être complices.
(APA 01/07/17)
Contrairement au deux précédentes éditions, il n’y aura pas de coureurs érythréens sur la 104ème édition Tour cycliste de France dont le départ sera donné ce samedi à Düsseldorf, en Allemagne. Les équipes sud-africaines, qui ont aligné ces deux dernières années des coureurs de ce pays de l’Afrique de l’Est, n’ont pas reconduit l’expérience. L’équipe sud-africaine de Dimension Data aligne, cette année, une formation constituée en majorité d’Européens, avec comme tête d’affiche le Britannique Mark Cavendish, vainqueur d’une trentaine d’'étapes de l’épreuve depuis 2008.
(Xinhua 21/06/17)
Le secrétaire exécutif de l'Autorité intergouvernementale de développement (IGAD), Mahboub Maalim, a appelé lundi à la retenue le long de la frontière entre Djibouti et l'Érythrée. M. Maalim, qui suit de près les développements récents entre Djibouti et l'Érythrée suite au retrait des forces de paix du Qatar de la frontière entre les deux pays, est vivement préoccupé par ce développement, a déclaré l'IGAD dans un communiqué. Le secrétaire exécutif a appelé les deux pays à faire preuve de la plus grande retenue pour résoudre cette question. L'Union africaine (UA) a lancé samedi un appel à la retenue à la frontière entre ces deux pays africains. Le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, a souligné que la...
(France TV Info 21/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU s’est réuni le 19 juin 2017 sur le différend frontalier qui s'envenime entre Djibouti et l’Erythrée. Djibouti a accusé Asmara d'avoir profité du retrait des observateurs Qataris, déployés le long de la frontière, pour occuper une zone revendiquée par les deux pays. L’Union Africaine craint un embrasement de la région et envoie une mission à la frontière. La tension monte entre Djibouti et l’Erythrée depuis le retrait le 16 mai 2017 des observateurs du Qatar, déployés depuis 2010 le long de la frontière entre les deux pays. Les troupes d’observation qataries ont quitté Ras Doumeira, un promontoire stratégique sur la mer Rouge que se disputent l’Erythrée et Djibouti. Une vieille dispute territoriale qui a...
(AFP 20/06/17)
Le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé lundi Djibouti et l'Erythrée à résoudre pacifiquement leur différend frontalier, sur fond de tensions régionales. Djibouti a accusé l'Erythrée d'avoir profité du retrait du contingent du Qatar pour occuper une partie de territoire revendiquée par les deux pays de la Corne de l'Afrique. Après avoir écouté un rapport onusien sur la situation, le Conseil a exhorté "les parties à résoudre pacifiquement leur différend frontalier, d'une manière qui soit en accord avec la loi internationale", a affirmé l'ambassadeur bolivien, Sacha Llorenty, qui occupe en juin sa présidence tournante. Le Conseil, a-t-il précisé à l'issue d'une réunion à huis clos demandée par l'Ethiopie, accueillerait positivement des mesures visant à "bâtir la confiance". Les...
(AfricaNews 20/06/17)
La tension est loin de s’estomper entre Djibouti et l’Erythrée. Pis, elle gagne en intensité. Lundi, Djibouti a accusé son voisin d’avoir occupé une portion de son territoire. Une “occupation” qualifiée “d’acte de guerre” par Djibouti qui en appelle à l’arbitrage de la communauté internationale. “L’Erythrée a repris ses hostilités envers Djibouti, notamment à travers l’occupation, une nouvelle fois, d’une portion du territoire national”, a déclaré ce lundi, lors d’une conférence de presse, le ministre djiboutien des Affaires étrangères, Mahmoud Ali Youssouf. Il s’agit de zones situées à Doureima et l‘Île de Doureima, qu’auraient investi les troupes érythréennes, a précisé le chef de la diplomatie djiboutienne. “Nous appelons la communauté internationale à prendre ses responsabilités face aux nouveaux agissements belliqueux...
(Xinhua 19/06/17)
Le ministère des Affaires étrangères de l'Éthiopie (MoFA) a réclamé le calme dans le conflit frontalier entre l'Érythrée et Djibouti, ses deux pays voisins de la mer Rouge. La déclaration du poids lourd régional devrait être bien entendue car le pays enclavé de 100 millions d'habitants utilisait les ports érythréens pour son commerce d'importation et d'exportation il y a 20 ans. Après une guerre frontalière entre l'Éthiopie et l'Érythrée (indépendante de l'Ethiopie en 1993) de 1998 à 2000, qui a coûté la vie à environ 70.000 personnes des deux côtés, l'Éthiopie a perdu l'accès aux ports érythréens...
(AFP 18/06/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra lundi après-midi à New York des consultations sur le différend frontalier qui s'envenime entre Djibouti et l'Erythrée, ont indiqué samedi des diplomates. Cette réunion à huis clos a été demandée par l'Ethiopie, membre non permanent du Conseil. Djibouti a accusé l'Erythrée d'avoir profité du retrait du contingent du Qatar pour occuper une partie de territoire revendiquée par les deux pays de la Corne de l'Afrique. Les soldats du Qatar étaient déployés depuis 2010 dans ce secteur disputé. Leur retrait annoncé mercredi fait suite à la crise qui a éclaté entre le petit émirat gazier
(AFP 17/06/17)
L'Union africaine a fait part de son inquiétude, samedi, face à la tension provoquée par la résurgence d'un différend territorial entre Djibouti et l'Erythrée à la suite du retrait de soldats du Qatar déployés dans le secteur disputé entre les deux voisins de la Corne de l'Afrique. Le président de la commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, a appelé dans un communiqué au "calme et à la retenue" après que Djibouti eut accusé l'Erythrée d'avoir profité du retrait du contingent du Qatar pour occuper la partie de territoire revendiquée par les deux pays à leur frontière. Le retrait annoncé mercredi par le Qatar fait suite à la crise qui a éclaté entre le petit émirat gazier du Golfe et l'Arabie...
(RFI 17/06/17)
La tension monte entre Djibouti et l'Erythrée. Mercredi, le Qatar a annoncé qu'il avait retiré ses troupes de la région du Ras Doumeira, un secteur revendiqué par les deux pays. Or, Djibouti accuse les soldats érythréens d'avoir profité du retrait qatarien pour se déployer dans la zone. Suite à sa saisine, le Conseil de sécurité de l'ONU examinera officiellement la question lundi prochain. Face à l'opportunisme de son voisin, Djibouti a formellement protesté auprès des Nations unies. Le chef de la diplomatie du pays a écrit au Conseil de sécurité pour dénoncer « une atteinte directe » à sa souveraineté territoriale et « un danger majeur pour la paix et la sécurité de la région ». Dans son message, Djibouti...
(Xinhua 16/06/17)
"Les forces d'interposition qataries déployées à la frontière entre Djibouti et l'Erythrée ont entamé mercredi leur retrait conformément aux dispositions prises par leur pays", annonce un communiqué du ministère djiboutien des Affaires étrangères. Il s'agit de quelque 450 soldats que le Qatar a stationné en position de tampon le long de ce bout de territoire, appelé Doumeira, que les deux pays se disputent la souveraineté, et surtout après l'affrontement armé de 2008 entre Asmara et Djibouti et la décision du Qatar de trouver un issue politique à ce différend frontalier qui oppose ces deux pays. La décision du Qatar de mettre fin au processus de médiation qu'il a lui-même amorcé afin de parvenir à un règlement pacifique à la crise...
(RFI 15/06/17)
Le Qatar a retiré les troupes qu'il stationnait à la frontière entre l'Erythrée et Djibouti. Les deux pays ont un différend frontalier de longue date. Après des affrontements en 2008, Doha avait servi de médiateur et déployé des soldats dans la zone de Ras Doumeira pour servir de tampon. Finalement les Qataris ont annoncé le retrait de leurs hommes, sans préciser leur nombre ni pour quelle raison. Cette décision intervient en tout cas en pleine crise entre le Qatar et ses voisins. Doha est accusé de soutien au terrorisme par l'Arabie saoudite et ses alliés qui ont rompu leurs liens diplomatiques avec Doha.
(AFP 14/06/17)
Le Qatar, empêtré dans une crise avec ses voisins, a annoncé mercredi le retrait de sa force d'observation déployée en 2010 entre l’Érythrée et Djibouti dans le but d'empêcher qu'un conflit entre les deux pays africains ne dégénère. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que "l’État du Qatar avait informé le gouvernement de Djibouti du retrait de toutes ses troupes déployées à la frontière avec l’Érythrée". Il a affirmé que le Qatar avait été un "médiateur neutre" dans cette...
(La Tribune de Genève 14/06/17)
Récits de civils secourus par les forces soudanaises le long de la frontière avec l'Erythrée, afin d'endiguer l'immigration clandestine. C'est un profond désir de liberté qui a poussé Efrem Desta à fuir l'Erythrée et entrer illégalement au Soudan voisin, dans l'espoir de rallier un jour l'Europe. Mais son voyage a tourné court lorsque lui et d'autres migrants érythréens ont été enlevés après avoir traversé la frontière par la tribu des Rashaida dans l'est du Soudan, près du village d'Al-Laffa. «Nous avons fui l'Erythrée car nous aspirons à la liberté, mais à notre arrivée ici nous avons été capturés par les Rashaida», raconte Efrem Desta, 20 ans, dans sa langue maternelle, le Tigrinya. Après cinq jours de captivité, ils ont été...
(Le Matin 14/06/17)
La Chambre du peuple a adopté, contre l'avis de Didier Burkhalter, une motion UDC qui demande l'ouverture immédiate d'une ambassade pour juger la situation sur place. Le Conseil fédéral doit ouvrir immédiatement une ambassade en Erythrée. Sourd aux objections du ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter, le National a adopté mercredi par 143 voix contre 13 une motion UDC en ce sens. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer. Pour l'UDC, il est dans l'intérêt de la Suisse d'ouvrir rapidement une ambassade en Erythrée afin qu'elle puisse juger par elle-même de la situation sur place.
(BBC 14/06/17)
Face à la crise du Golfe, le Qatar a décidé mercredi de retirer sa force d'observation déployée en 2010 entre l'Érythrée et Djibouti. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que "l'État du Qatar avait informé le gouvernement de Djibouti du retrait de toutes ses troupes déployées à la frontière avec l'Érythrée". La décision du petit Emirat du Moyen-Orient fait suite à une prise de position de l'Érythrée, qui a soutenu l'Arabie saoudite et ses alliés dans le différend qui les oppose au Qatar. L'objectif est d'empêcher qu'un conflit entre les deux pays africains ne dégénère. Plusieurs pays du Golfe avec l'Arabie saoudite en tête accusent en effet le Qatar de soutenir le terrorisme.
(AFP 13/06/17)
La France a appelé mardi à la libération de l'ancien patriarche de l'église orthodoxe d'Erythrée, maintenu en résidence surveillée depuis 10 ans pour avoir, selon plusieurs sources, critiqué le régime autoritaire et isolationniste de ce pays situé sur la mer Rouge. "La France est vivement préoccupée par le maintien en résidence surveillée, depuis dix ans désormais, du patriarche de l'Eglise orthodoxe d'Erythrée, sa Béatitudeune Ab Antonios", a indiqué le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. "Nous déplorons que celui-ci, âgé de 89 ans, n'ait en outre pas...
(AFP 13/06/17)
C'est un profond désir de liberté qui a poussé Efrem Desta à fuir l'Erythrée et entrer illégalement au Soudan voisin, dans l'espoir de rallier un jour l'Europe. Mais son voyage a tourné court lorsque lui et d'autres migrants érythréens ont été enlevés après avoir traversé la frontière par la tribu des Rashaida dans l'est du Soudan, près du village d'Al-Laffa. "Nous avons fui l'Erythrée car nous aspirons à la liberté, mais à notre arrivée ici nous avons été capturés par les Rashaida", raconte Efrem Desta, 20 ans, dans sa...

Pages