| Africatime
Dimanche 02 Août 2015
(Courrier International 30/07/15)
C’est l’un des Etats les plus fermés de la planète. Il est dirigé d’une main de fer par le président Issayas Afeworki depuis son indépendance, en 1993. Ce journaliste et écrivain en exil dresse le portrait de son pays. Après avoir passé toute ma vie en Erythrée, j’ai fini par quitter ce pays en janvier 2012. Pour justifier leur refus d’augmenter le nombre de réfugiés érythréens qu’ils sont prêts à accueillir, certains pays européens ont récemment affirmé que la situation s’était améliorée dans ce pays. Je veux partager mon expérience personnelle de ce qu’est la vie en Erythrée – un pays qui détient le record du nombre de journalistes emprisonnés et qui interdit l’accès de...
(AFP 25/07/15)
L'Erythrée a demandé samedi à l'ONU d'enquêter sur le trafic "abject" d'êtres humains vers l'Europe, un flot de réfugiés que le régime d'Asmara est pourtant régulièrement accusé de provoquer en se livrant à des violations massives des droits de l'homme. Les Érythréens sont, après les Syriens, le deuxième groupe le plus important de réfugiés à risquer leur vie en traversant la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. Selon l'Organisation internationale pour les migrations, plus de 150.000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le début de l'année. Ces traversées périlleuses ont coûté la vie à plus de 1.900 personnes. "Le gouvernement de l'Erythrée demande au Conseil de sécurité de l'ONU - bien que certains de ces membres soient eux-mêmes complices...
(Autre média 25/07/15)
C'est au Centre européen de Conques, dans l'Aveyron, que se tient ce colloque jusqu'à samedi soir. Il a pour base le reportage lauréat du Prix Albert Londres 2015 "Voyage en barbarie". Le colloque s’appuie sur le reportage de Cécile Allegra et Delphine Deloget, relatant le sort terrible réservé aux réfugiés érythréens capturés et torturés dans le désert du Sinaï. Depuis quelques mois, chaque semaine la question des réfugiés érythréens fuyant le régime d’Issayas Afeworki revient dans l'actualité : débarquement de...
(La Dépêche du Midi 23/07/15)
Conques accueille, le colloque sur le thème des réfugiés d'Erythrée, à partir du reportage «voyage en barbarie», de Cécile Allegra et Delphine Deloget, relatant le sort terrible réservé aux réfugiés érythréen capturés et torturés dans le désert du Sinaï, reportage couronné par le prix Albert Londres 2015. Depuis quelques mois, il n'est pas une semaine sans que la question des réfugiés érythréens fuyant le régime d'Issayas Afeworki, ne soit évoquée directement ou indirectement dans les médias (Lampedusa, campements Porte de la chapelle, quotas de réfugiés...) Le 8 juin 2015, un rapport de l'ONU alerte la communauté internationale, évaluant chaque mois, quelque 5000 érythréens fuyant l'Erythrée, constituant la deuxième...
(Jeune Afrique 22/07/15)
Si MTN Qhubeka est la première équipe africaine à participer à la Grande Boucle, l'histoire du cyclisme africain ne date pas d'hier. La preuve à travers dix récits qui ont marqué cette discipline. 1. Ali Neffatti est le premier Africain à avoir participé à la Grande Boucle, en 1913, mais également le plus jeune de toute l’histoire. À 18 ans, le tunisien s’est élancé sur les routes du tour avec un fez sur la tête à la place de la...
(Jeune Afrique 21/07/15)
Parmi les spectateurs qui se massent chaque année sur le bord des routes du Tour de France, entre les habituels drapeaux bretons, flamands et espagnols, se détache une bannière rouge, bleue et verte, ornée d’oliviers dorés. Le drapeau érythréen flotte sur la Grande Boucle, brandi par des Africains venus encourager leurs héros. Leurs noms, écorchés au début du Tour, courent désormais sur toutes les lèvres : les Érythréens Daniel Teklehaimanot et Merhawi Kudus sont les petites sensations de cette 102e édition. Première formation africaine à prendre part à la grand-messe du vélo, MTN-Qhubeka devait, de l’avis de...
(Libération 20/07/15)
INTERVIEW L’ancien journaliste de «Libération» revient sur les profonds changements subis par l’ex-colonie italienne, annexée par l’Ethiopie en 1962 puis dirigée par le même homme, Issayas Afewerki, depuis son indépendance en 1993. Entre 1975 et 1995, Jean-Louis Peninou a couvert pour Libération la lutte des guérillas érythréennes contre l’Ethiopie, puis l’accession du pays à l’indépendance. Il a ensuite accompli des missions pour l’ONU en Afrique et livré ses analyses dans divers journaux. Il a notamment été parmi les premiers à alerter sur la situation au Darfour. Dans les maquis, il a fréquenté Issayas Afewerki, combattant devenu président en 1993 et toujours au pouvoir aujourd’hui.
(Le Monde 15/07/15)
Au moment où l’Erythréen Daniel Teklehaimanot rentrait dans l’histoire du cyclisme en devenant le premier africain à enfiler le maillot de meilleur grimpeur du Tour de France, son équipier et compatriote Natnael Berhane était traité de « sale nègre » par le coureur biélorusse Branislau Samoilau, lors de l’étape du 8 juillet du Tour d’Autriche. L’affaire Berhane n’est pas un cas isolé dans le sport. C’est un fait divers qui vient allonger la liste de la bêtise humaine qui n’épargne...
(AFP 14/07/15)
La fraude fiscale des multinationales fait perdre des dizaines de milliards d'euros par an aux pays pauvres. Mais les acteurs du financement du développement, réunis depuis lundi à Addis Abeba, peinent à s'entendre sur les moyens d'enrayer cette évasion. Plusieurs chefs d’Etat africains ont exigé lundi, au premier jour d'une conférence internationale sur le financement du développement dans la capitale éthiopienne, de nouvelles normes fiscales mondiales. Mais les pays riches refusent leur proposition d’un organisme fiscal international sous l’égide de...
(RFI 13/07/15)
En Ethiopie, des affrontements auraient eu lieu, ces derniers jours, à la frontière avec l'Erythrée. Selon un responsable éthiopien, une trentaine d'hommes armés auraient été tués en tentant d'entrer dans le pays. La police éthiopienne aurait également procédé à plusieurs arrestations. Les deux pays, séparés depuis 1994, entretiennent des relations houleuses qui s'étaient même matérialisées par une véritable guerre entre 1998 et 2000. Aujourd'hui, alors que l'Erythrée est au ban de la communauté internationale, l'Ethiopie est, à l'inverse, considérée comme un allié majeur des puissances occidentales.
(Le Monde 13/07/15)
« Merhawi Kudus avait deux grands rêves : devenir professionnel et faire le Tour de France », se souvient son ancien entraîneur, Jean-Jacques Henry. Il a connu le coureur en 2013 à ses débuts au centre mondial du cyclisme (CMC) d’Aigle, en Suisse. Deux ans plus tard, l’Erythréen de 21 ans devenu professionnel, est en train de réaliser son deuxième rêve. Samedi 4 juillet, Merhawi Kudus a découvert avec son compatriote Daniel Teklehaimanot le Tour de France au sein de...
(Jeune Afrique 11/07/15)
Daniel Teklehaimanot est le premier Africain noir à revêtir le célèbre maillot blanc à pois rouges de l’histoire du Tour de France. Il a arraché la première place du classement de la montagne grâce aux trois points engrangés lors de la sixième étape, un parcours de 191,5 kilomètres entre Abbeville et Le Havre. Le cycliste, membre de l’équipe MTN Qhubeka, qui le portera au moins une journée lors de la septième étape, ce vendredi 10 juillet, entre Livarot et Fougères,...
(Le Point 11/07/15)
C'est un vrai acte de racisme qu'a subi Natnael Berhane de la part du cycliste biélorusse Branislau Samoilau de l'équipe CCC Sprandi Polkowice. L'Afrique est à la fête dans le Tour de France, mais pas de la même manière. Alors qu'observateurs et commentateurs s'extasient de la performance de Daniel Teklehaimanot, premier coureur cycliste d'Afrique noire à endosser le maillot à pois rouges de meilleur grimpeur de la Grande Boucle, Natnael Berhane, autre Érythréen de l'équipe sud-africaine MTN Qhubeka, a subi...
(Libération 10/07/15)
Le relief haut-normand appartiendra bientôt au patrimoine érythréen. Daniel Teklehaimanot (MTN-Qhubeka) s’est vêtu jeudi du maillot à pois de meilleur grimpeur du Tour de France en s’échappant et escaladant en tête trois petites bosses parsemées entre Abbeville et Le Havre. Il ne l’a pas volé car ses deux compagnons de fugue avaient eux aussi d’excellentes raisons de s’offrir un accessit : Kenneth Vanbilsen espérait consoler l’équipe Cofidis, privée de son leader Nacer Bouhanni depuis une chute mercredi, et le Français...
(Jeune Afrique 10/07/15)
Première victoire pour l’équipe africaine MTN-Qhubeka sur le Tour de France 2015. En prenant le dernier point du classement montagne de la journée, l’Érythréen Daniel Teklehaimanot est assuré de monter sur le podium pour endosser le maillot à pois, qu’il portera donc vendredi lors de la septième étape, entre Livarot et Fougères. Le grimpeur s’était déjà illustré en juin dernier. Il avait remporté le classement de la montagne du Critérium du Dauphiné, gagnant ainsi sa place pour le Tour de France au sein de l’équipe MTN-Qhubeka. Une équipe qui compte en son sein cinq coureurs africains dont Daniel Teklehaimanot...
(Autre média 10/07/15)
La presse libre n'a duré que deux ans". L'ancien journaliste de Libération Jean-Louis Peninou revient sur le "basculement dans la dictature" de l'Erythrée, ce pays mal connu des médias français, auquel @si consacrait une émission il y a un mois. Le reporter, qui y a effectué des reportages de 1975 à 1995, raconte notamment le durcissement progressif du régime vis-à-vis des opposants, politiques et journalistes. Les années 1970, cette décennie où un reporter pouvait se retrouver du jour au lendemain dans le maquis d'une guerilla africaine, aux côtés de combattants indépendantistes...
(La Croix 10/07/15)
L’Érythrée est l’un des pays les plus fermés au monde. Pour établir ce qui s’y passe, les organisations de défense de droits de l’homme et les spécialistes de l’Érythrée utilisent différents stratagèmes. Un travail risqué pour les enquêteurs et surtout leurs informateurs. Surnommée « la Corée du Nord de l’Afrique », l’Érythrée est l’un des pays les plus fermés au monde, l’un des plus paranoïaques et des plus autoritaires. Malgré tout, des organisations de défense des droits de l’homme tentent...
(Libération 08/07/15)
RÉCIT Tour de France. Merhawi Kudus et DanielTeklehaimanot sont les deux premiers coureurs noirs africains de l’histoire de la Grande Boucle. Véritables rock stars en Erythrée, ils restent discrets sur le soutien du régime. Quel est le drapeau le plus visible depuis le début du Tour 2015 ? Assurément celui des Flamands, avec son lion noir sur fond jaune. Celui qui le talonne est plus inattendu : oublié le sempiternel fanion breton, place à la bannière érythréenne avec ses branches d’olivier dorées. Chaque matin, au village-départ, la même scène se répète. Une trentaine de supporteurs érythréens se rassemblent autour du bus de la formation
(Rue89 08/07/15)
Premier coureur érythréen à participer au Tour de France, Daniel Teklehaimanot est déjà une star dans son pays. Vainqueur du Tour du Rwanda en 2011, il avait défilé en limousine dans les rues d’Asmara, la capitale de l’Erythrée. Fait d’ailleurs peu connu, la culture du cyclisme est très présente dans ce pays, explique L’Equipe. L’Erythrée a remporté quatre des cinq derniers titres individuels aux championnats d’Afrique, en course en ligne et en contre-la-montre. Le pays est également invaincu depuis 2010...
(Agence Ecofin 04/07/15)
Sunridge Gold Corp, compagnie listée sur TSX.V et OTCQX, s’attend à décrocher dans un proche avenir la licence d’exploitation sur le projet Asmara, portant sur l’or, le cuivre, l’argent et le zinc, dont les trois licences d’exploration lui ont été récemment prolongées jusqu’à mai 2016. La minière canadienne a fait état de cette attente le 26 juin dernier, soulignant que l’obtention de cette licence lui permettra de lever des fonds pour financer, dans la première phase de mise en valeur...

Pages