Samedi 18 Novembre 2017

Pourquoi l'Érythrée se vide

Pourquoi l'Érythrée se vide
(Autre média 16/02/17)

Les flux migratoires vers l’Europe ont attiré l’attention sur ce pays de la Corne d’Afrique. Contrainte à un service militaire à vie, la jeunesse déserte en masse. Malgré un sentiment national qui demeure fort chez les exilés.

Son regard est profond, son sourire mélancolique. Biniam Simon, la quarantaine, était présentateur et rédacteur en chef de l’unique chaîne télévisée de l’Érythrée, Eri-TV. En 2006, il apprend qu’il se trouve sur la liste des suspects établie par la police. Il fait défection et se réfugie en France, où il crée une radio indépendante, Radio Erena (« Notre Érythrée »). Dans son petit bureau, aux confins du 13e arrondissement de Paris, il rassemble ses souvenirs d’exilé. Natif d’Asmara, la capitale, il terminait son lycée lors de la proclamation de l’indépendance du pays, en 1993. « Nous avions de grands espoirs et étions prêts à tous les sacrifices. J’ai travaillé pendant deux ans gratuitement : tout le monde le faisait ! », raconte l’ancien présentateur.À l’origine, l’Érythrée faisait partie des royaumes successifs d’Éthiopie. Encore aujourd’hui, les peuples érythréen et éthiopien sont proches. Ils parlent la même langue, le tigrinya, et leurs classes dirigeantes proviennent des hauts plateaux du Tigré, région montagneuse à cheval entre l’Érythrée et l’Éthiopie actuelles, et berceau du christianisme copte orthodoxe de la région.

Commentaires facebook