Dimanche 25 Juin 2017

Liberté de la presse dans le monde : Issaias Afeworki d’Erythrée à la tête des « prédateurs »

Liberté de la presse dans le monde : Issaias Afeworki d’Erythrée à la tête des « prédateurs »
(Le Faso 07/01/17)
Issaias Afeworki, Président de la république d’Erythrée.

Dans sa mission de défendre la liberté de presse et de faire connaitre les réalités que subit le monde des médias, Reporters sans frontières (RSF) a constitué une galerie des différents prédateurs de cette liberté-là, au plan mondial. En tout, 35 prédateurs sont mis en avant et parmi eux, dix sont africains.

Le premier sur la liste des 35 est, Issaias Afeworki, Président de la république d’Erythrée. Depuis 2007, ce pays occupe le dernier rang (180e) au classement mondial de la liberté de la presse de RSF. Prédateur depuis 2001, ce septuagénaire totalise 24 ans au pouvoir (il y est depuis 1993). Il a « brutalement éliminé ses rivaux politiques et enfermé tous les journalistes de la presse indépendante en 2001 », écrit RSF. Sa technique d’attaque est le « totalitarisme de type soviétique », à tel point que toute velléité de contestation est considérée comme une atteinte à la sécurité nationale. Résultats : plus de presse privée, des dizaines de journalistes morts en détention, suicidés, disparus, exilés.

Dans son œuvre de prédation, rapporte RSF, le Président a fait rafler toute la rédaction d’une radio gouvernementale du ministère de l’Education en 2008. Les plus chanceux après cinq ans de détention ont été libérés. Les autres croupissent toujours en prison, s’ ils ne sont pas déjà morts.Tous les médias sont des cibles pour le Président, et son bras armé dans cette persécution, n’est autre que son Conseiller Yemane Ghebreab.

Abdel Fattah Al-Sisi, a été élu Président de la république d’Egypte en mai 2014, après le coup d’Etat militaire du 3 juillet 2013. Depuis cette date, il compte sur son tableau de chasse selon RSF, six journalistes tués et au moins 27 emprisonnés. Sa cible favorite : les médias soupçonnés d’avoir des liens de près ou de loin avec les frères musulmans. Classé au 159e rang sur 180 par RSF en 2016, c’est par des coups de filet massifs que le Président Al-Sissi fait arrêter les journalistes lors des couvertures des manifestations. Et pour ne rien arranger, une loi anti-terroriste d’août 2015, impose aux journalistes de respecter la version officielle lors de la couverture d’attentats au nom de la sécurité nationale. Il n’est pas rare de voir l’expulsion de journalistes étrangers du pays. Le Président égyptien occupe le second rang des prédateurs au plan africain comme mondial sur les 35 que compte cette galerie de RSF.

La République Démocratique du Congo est 152e sur 180 au classement mondial 2016 de la liberté de la presse de RSF. Son Président Joseph Kabila, est classé comme le 3e prédateur au plan africain et 13e au plan mondial selon la galerie. Prédateur, il l’est depuis 2001 selon RSF, et utilise comme technique d’attaque la « terreur par le chaos ». Il faut entendre par là que Kabila fils, laisse libre cours à ses soldats, ses policiers et ses services de sécurité pour malmener la presse. Soit ces derniers travaillent sous les menaces et les violences, soit ils sont mis aux arrêts, voire assassinés. A son actif, au moins huit journalistes tués par des militaires ou des commanditaires politiques. Ses proies favorites ne sont autres que les journalistes indépendants qui fouinent trop sur les questions se rapportant aux conflits d’intérêts financiers ou aux collusions entre pouvoir et groupes armés illégaux.

Dans cette galerie dédiée aux prédateurs de la liberté de la presse, figurent des noms et non des moindres. On a les Présidents, Xi Jinping de la Chine (4e/35), Nicolas Maduro du Venezuela (10e/35) et Vladimir Poutine de la Russie (20e/35).

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Liste des prédateurs de la liberté de la presse en Afrique selon la galerie RSF

Issaias Afeworki de l’Erythrée (1er/35)
Abdel Fattah Al-Sissi de l’Egypte (2e/35)
Joseph Kabila de la RD Congo (13e/35)
Paul Kagamé du Rwanda (17e/35)
Theodoro Obiang Nguema de la Guinée Equatoriale (21e/35)
Le groupe Etat islamique (22e/35)
Omar El-Béchir du Soudan (23e/35)
Les Shebab de la Somalie (25e/35)
Robert Mugabe du Zimbabwé (26e/35)
Salva Kiir du Soudan du Sud (32e/35)
Yahya Jammeh de la Gambie (33e/35)
Pierre Nkurunziza du Burundi (35e/35)

Commentaires facebook