Lundi 25 Septembre 2017

L'Ethiopie appelle au calme dans le conflit frontalier Érythrée-Djibouti

L'Ethiopie appelle au calme dans le conflit frontalier Érythrée-Djibouti
(Xinhua 19/06/17)
Le ministre des Affaires étrangères de l'Ethiopie, Tedros Ghebreyesus.

Le ministère des Affaires étrangères de l'Éthiopie (MoFA) a réclamé le calme dans le conflit frontalier entre l'Érythrée et Djibouti, ses deux pays voisins de la mer Rouge.

La déclaration du poids lourd régional devrait être bien entendue car le pays enclavé de 100 millions d'habitants utilisait les ports érythréens pour son commerce d'importation et d'exportation il y a 20 ans. Après une guerre frontalière entre l'Éthiopie et l'Érythrée (indépendante de l'Ethiopie en 1993) de 1998 à 2000, qui a coûté la vie à environ 70.000 personnes des deux côtés, l'Éthiopie a perdu l'accès aux ports érythréens et s'appuie désormais plutôt sur les ports de Djibouti.

L'Éthiopie considère son accès aux ports de Djibouti, à travers lequel passe environ 95% de son commerce extérieur, comme une question de sécurité nationale, suscitant des craintes que le différend frontalier Érythrée-Djibouti puisse devenir un conflit impliquant l'Éthiopie.

L'élection de l'Ethiopie au Conseil de sécurité de l'ONU a également suscité des spéculations sur son rôle lors de la réunion prévue lundi du Conseil de sécurité pour discuter des tensions à la frontière entre l'Érythrée et Djibouti.

La déclaration d'Éthiopie a également soutenu la déclaration du président de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, appelant à un déploiement d'une mission d'enquête dans la zone en litige.

Djibouti a fait appel à l'UA et au Conseil de sécurité de l'ONU pour résoudre le conflit frontalier, tout en accusant l'Érythrée de transférer ses troupes sur le territoire en litige.

Un conflit frontalier entre l'Érythrée et Djibouti a entraîné des affrontements armés en juin 2008, laissant plusieurs personnes mortes des deux côtés.

Un effort de médiation mené par le Qatar en 2010 a conduit à la mise en place d'une force de maintien de la paix qatari sur la frontière entre l'Érythrée et Djibouti. Les tensions entre l'Érythrée et Djibouti ont pourtant refait surface après le départ mercredi de la force de maintien de la paix qatari de 450 hommes.

Les troupes qataris ont quitté la frontière entre l'Érythrée et la Djibouti, après la déclaration de soutien de l'Érythrée à l'Arabie saoudite dans ses efforts pour isoler le Qatar.

L'Arabie saoudite, l'Égypte, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont accusé le Qatar de soutenir le terrorisme et rompu leurs relations diplomatiques avec ce dernier au début du mois.

Le Qatar a nié l'accusation sur son soutien au terrorisme, mais ses liens avec l'Iran et son soutien à divers groupes islamistes l'ont opposé à d'autres pays de la région du Golfe.

Commentaires facebook