Jeudi 23 Novembre 2017

En Erythrée, le régime aurait fait tirer sur la foule

En Erythrée, le régime aurait fait tirer sur la foule
(Le Monde 02/11/17)

La répression d’une manifestation aurait fait 28 morts, selon des opposants. Le pouvoir dictatorial tenu par Issayas Afeworki dément. C’est une expression de mécontentement rare en Erythrée, l’un des pays les plus fermés au monde. Une centaine de manifestants sont descendus dans les rues de la capitale, Asmara, mardi 31 octobre, pour réclamer la réouverture de l’école islamique Al-Diaa, fermée par le gouvernement fin octobre. Alors que les élèves, accompagnés de leur famille, se dirigeaient vers le centre-ville pour protester contre la fermeture de leur école, la police aurait tiré sur les manifestants. Peu d’éléments sont disponibles sur les circonstances de l’événement, mais plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des personnes fuyant les coups de feu dans les rues d’Asmara.

Selon Red Sea Afar Democratic Organization, un groupe d’opposition basé en Ethiopie, pays voisin et ennemi de l’Erythrée, la répression aurait fait 28 morts et plus de 100 blessés, dont de nombreux enfants. Mais ces informations n’ont pu être confirmées de source indépendante. L’ambassade américaine a évoqué « des coups de feu en plusieurs endroits d’Asmara en raison de manifestations » et appelé « les citoyens américains à éviter le centre-ville, où les manifestations semblent les plus importantes », dans un message, mercredi 31 octobre. « Les rues dans le centre-ville pourraient être fermées, et la police continue à maintenir une importante présence », a précisé l’ambassade.

Une semaine plus tôt, le 27 octobre, le directeur de l’école privée islamique Al-Diaa, le nonagénaire Haji Musa, très respecté dans la communauté musulmane d’Asmara, « a été arrêté avec ses professeurs, qui sont détenus depuis dans la prison centrale d’Asmara », indique Awate, un site d’information proche de l’opposition. La fermeture de l’école fait suite à un projet du gouvernement visant à placer toutes les écoles du pays sous tutelle publique. Depuis quelques mois, les autorités cherchent à reprendre le contrôle des quelques écoles confessionnelles, musulmanes et orthodoxes, restées ouvertes malgré la décision officielle.

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/01/en-erythree-des-ecolier...

Commentaires facebook