Mardi 19 Septembre 2017
(Le Figaro 17/07/13)
La nouvelle équipe a prêté serment mardi, avant d'être immédiatement rejetée par les Frères musulmans, dont est issu le président renversé. • Le gouvernement provisoire investi. Moins de deux semaines après le renversement du président Mohammed Morsi, le nouveau gouvernement a été investi ce mardi lors d'une cérémonie dans le palais présidentiel. Les 33 ministres, principalement des libéraux et des techniciens, ont prêté serment devant Adli Mansour désigné chef de l'État intérimaire par l'armée. La figure émergeant de ce cabinet est sans conteste le général Abdel Fattah al-Sissi. Ce chef de l'armée demeure non seulement ministre de la Défense, mais hérite en plus d'un poste de vice-premier ministre. Le poste de premier ministre revient à Hazem Beblawi, un économiste de...
(France 24 17/07/13)
Le premier gouvernement formé après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, le 3 juillet, a prêté serment ce mardi en présence du Premier ministre, Hazem el-Beblaoui. Les Frères musulmans n'en reconnaissent pas la légitimité. Après une nouvelle nuit de violences au Caire entre des partisans et des adversaires du président déchu Mohamed Morsi, le nouveau gouvernement égyptien, dirigé par le Premier ministre Azem el-Beblaoui, a prêté serment mardi 16 juillet. Deux semaines après la destitution du chef de l’État islamiste, l’ensemble des nouveaux ministres ont été présentés lors d’une cérémonie retransmise à la télévision publique. Comme ce qui avait été annoncé, Nabil Fahmy, ancien ambassadeeur à Washington, prend le poste de ministre des Affaires étrangères, tandis qu’Ahmad Gala, un...
(Ahram Online 17/07/13)
Egypt's new cabinet, led by Prime Minister Hazem El-Beblawi, mainly consists of liberals and technocrats. It includes no Islamists whatsoever. Hazem El-Beblawi - Prime minister. El-Beblawi is a renowned economist and also a co-founder of the Egyptian Social Democratic Party. He served as undersecretary-general at the UN between 1995 and 2000 and was the minister of finance in Essam Sharaf's cabinet from July to October 2011 during Egypt's post-revolution army-administered transitional phase. He resigned in October 2011 to object to clashes in Cairo's Maspero district between military police and Coptic protesters in which 28 of the latter were killed. Abdel-Fattah El-Sisi - First Deputy Prime Minister and Minister of Defence. Born in 1954, General Abdel-Fattah El-Sisi graduated from Egypt's military...
(Ahram Online 17/07/13)
A deal proposed months ago by EU could have saved the Presidency of Morsi. Mohamed Morsi might still be president of Egypt today if he had grasped a political deal brokered by the European Union with opposition parties in April, Egyptian politicians and Western diplomats say. Convinced that election victories gave them a sufficient basis to rule, Morsi and his Muslim Brotherhood spurned the offer to bridge the most populous Arab nation's deep political divide. Less than three months later, the army overthrew him after mass anti-government protests. The failure to clinch a deal shows the challenge facing the EU as it seeks to raise its profile in an area where the United States was long the sole power broker...
(Reuters (Eng) 16/07/13)
(Reuters) - Egypt's army-backed leaders swore in a new interim cabinet on Tuesday after a night of street violence, with not a single minister representing either of the main Islamist groups that have won five straight elections since 2011. Seven people were killed overnight and more than 260 wounded in running battles between supporters of toppled president Mohamed Mursi and the security forces. In an ornate hall in the presidential palace, 33 mainly liberal and technocratic ministers took turns being sworn in by Adli Mansour, a burly judge installed as interim head of state by the army when it deposed Mursi on July 3. The armed forces chief who removed him, Abdel Fattah al-Sisi, was given the post of first...
(Libération 16/07/13)
Au moins 401 personnes ont été interpellées à la suite des violences de la nuit au Caire, qui ont fait sept morts en marge de manifestations de partisans du président déchu Mohamed Morsi, a indiqué mardi une source de sécurité. Ces arrestations de 401 «émeutiers» concernent le seul secteur de Ramses, dans le centre de la capitale, où deux personnes sont mortes dans les affrontements de la nuit, a précisé cette source, citée par l’agence officielle Mena. Cinq autres personnes ont trouvé la mort à Guizeh, un autre quartier du Caire, d’après les services d’urgence. Un haut responsable du ministère de la Santé, le Dr Khaled al-Khatib, cité par l’agence officielle Mena, a confirmé que sept personnes avaient péri dans...
(Le Monde 16/07/13)
Le nouveau pouvoir égyptien a fait part de son "fort ressentiment" à l'encontre du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, après ses déclarations de soutien au président déchu Mohamed Morsi. Le porte-parole du ministère égyptien des affaires étrangères, Badr Abdelatty, a dénoncé mardi 16 juillet "les remarques répétées de responsables turcs au sujet de la situation intérieure en Egypte". M. Erdogan, fondateur du parti islamo-conservateur AKP, a qualifié dimanche de "coup d'Etat" la destitution par l'armée du président égyptien Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans. "En ce moment, mon président en Egypte est Morsi parce qu'il a été élu par le peuple", avait-il déclaré, ajoutant qu'il aurait "respecté le régime issu du coup d'Etat s'il avait remporté la victoire par...
(AFP (eng) 16/07/13)
Egyptian security forces clashed with supporters of ousted president Mohamed Morsi overnight, leaving seven people dead, health officials said on Tuesday, overshadowing a visit by a senior US envoy. The clashes in the heart of Cairo and in adjacent Giza were the first to rock the Egyptian capital since dozens of Morsi supporters were shot dead outside an elite army barracks early last week. They came just hours after Under Secretary of State Bill Burns -- the most senior US official to visit since the army toppled the elected Islamist president on July 3 -- appealed for an end to the violence rocking the Arab world's most populous nation. Two people died in clashes around the central Ramses area near...
(Le Nouvel Observateur 16/07/13)
Le Caire a de nouveau été le théâtre de violences pendant la nuit et au moins 401 personnes ont été interpellées. En marge de manifestations de partisans du président déchu Mohamed Morsi, ces heurts ont fait sept morts et 261 blessés, ont affirmé mardi 16 juillet des responsables des services de santé égyptiens. L'Egypte attend ce mardi, ou mercredi, l'annonce de la composition de son prochain gouvernement. Cinq personnes ont été tuées dans le quartier de Guizeh (sud-ouest du Caire), et deux autres dans le secteur de Ramses, proche d'un des principaux ponts sur le Nil et de la place Tahrir, a indiqué le chef des services des urgences, Mohammed Soltan. Les heurts ont fait sept morts, a confirmé un...
(L'Express 16/07/13)
En visite au Caire depuis lundi, le le secrétaire d'Etat adjoint américain William Burns, a appelé à l'apaisement et au dialogue. Il n'a pas commenté l'appel des Etats-Unis à la libération de Mohamed Morsi. Les derniers événements en représentent "une seconde chance (...) de créer un Etat démocratique". Par ses propos, le secrétaire d'Etat adjoint américain William Burns, premier haut responsable américain à se rendre en Egypte depuis le renversement du président Mohamed Morsi, semble entériner le changement à la tête de l'Egypte. Lundi il a appelé à l'apaisement et au dialogue en Egypte après des entretiens avec les nouvelles autorités au Caire. 22 blessés dans des heurts nocturnes Des heurts nocturnes entre manifestants pro-Morsi et forces de l'ordre au...
(Le Monde 16/07/13)
Des heurts, dans la nuit de lundi à mardi 16 juillet, entre pro et anti-Morsi et les forces de l'ordre ont fait au moins sept morts et 261 blessés au Caire, où l'annonce officielle du gouvernement de transition restait attendue pour mardi ou mercredi. Ces premiers heurts violents depuis une semaine se sont produits alors que le secrétaire d'Etat adjoint américain William Burns était accueilli sans enthousiasme dans la capitale égyptienne. Au terme d'une nouvelle soirée de rassemblements, lors de laquelle plusieurs dizaines de milliers de partisans de M. Morsi sont à nouveau descendus dans la rue, des échauffourées ont éclaté entre la police et quelque deux cents manifestants dans le secteur Ramsès, proche d'un des principaux ponts sur le...
(Le Figaro 16/07/13)
Alors que la capitale égyptienne vit une fragile transition politique depuis l'éviction de Mohammed Morsi, le nord du Sinaï est en proie à une recrudescence de violence, imputée à des partisans de l'ex-président islamiste. Ce lundi, l'attaque à la roquette d'un autobus transportant des ouvriers, à al-Arich, a coûté la vie à 3 personnes et blessé 17 autres. Selon le colonel Ahmed Ali, un porte-parole militaire, un «groupe terroriste» avait pris pour cible un véhicule de police, mais frappé par erreur celui des employés d'une cimenterie. L'incident, qui est survenu quelques heures après des affrontements opposant des hommes armés aux soldats égyptiens près de la frontière israélienne, est le dernier d'une longue liste d'attaques quotidiennes qui embrasent de nouveau cette...
(AFP 15/07/13)
LE CAIRE, 15 juillet 2013 (AFP) - Le secrétaire d'Etat adjoint américain Bill Burns a estimé lundi au Caire que la priorité en Egypte devait aller au dialogue et à la fin des violences, après la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi. M. Burns, premier haut responsable américain à se rendre en Egypte depuis cette destitution le 3 juillet, a estimé que le pays ne courait pas le risque de vivre un scénario à la syrienne, à la révolte et la répression ont conduit à la guerre civile, selon une traduction en arabe de ses propos diffusée sur des chaînes arabes. Au cours de la journée, M. Burns a rencontré les principales autorités intérimaires du pays: le Premier...
(La Voix de l'Amérique 13/07/13)
En ce premier vendredi de ramadan, des milliers de partisans du président déchu se sont rassemblés, tandis que les adversaires de M. Morsi devaient se mobiliser sur la place Tahrir, à l'occasion de la rupture du jeûne. Les partisans du président égyptien déchu Mohamed Morsi se sont à nouveau mobilisés dans la capitale égyptienne, répondant aux appels des Frères musulmans à manifester dans tout le pays contre le gouvernement intérimaire soutenu par l'armée. Des milliers de manifestants pro-Morsi se sont rassemblés devant la mosquée Rabaah el-Adawiya au Caire, scandant «Dites la vérité.» Depuis le renversement du président islamiste le 3 juillet, les partisans des Frères musulmans n’ont cessé de réclamer son retour au pouvoir en tant que président élu. Le...
(France 24 13/07/13)
Le Premier ministre Hazem el-Beblaoui, qui a entamé mercredi des consultations en vue de former un gouvernement, prévoit de constituer son cabinet d'ici le début de la semaine prochaine. Le Premier ministre de transition égyptien, Hazem el Beblaoui, a confié, mercredi 10 juillet, à l’agence Reuters qu'il prévoyait que le gouvernement par intérim serait formé d'ici le début de la semaine prochaine. Et ce, malgré le lourd climat de défiance entre le camp des laïcs anti-Morsi et les partisans de l'ex-président. "Les pourparlers avec les différents candidats se poursuivent et je m'attends à ce que nous achevions la formation du gouvernement d'ici le début de la semaine prochaine", a déclaré Hazem el Beblaoui, qui a été nommé Premier ministre mardi...
(France 24 13/07/13)
C'est l'un des premiers changements concrets observés depuis la destitution de Mohamed Morsi : les queues aux pompes à essence et les coupures d’électricité semblent s’être évaporées comme par enchantement. De quoi alimenter les spéculations. "Depuis la minute où Mohamed Morsi est parti, il y a de l’essence dans les stations services. Depuis cette minute-là, tout va bien !" Anour Saïd, chauffeur d’un taxi où il vient d’entasser sa famille, exulte. À ses côtés, sa femme appuie chacun de ses propos. "Pendant un an, la vie a été très difficile. Il y avait des coupures d’eau, d’électricité et pas de carburant... Mais maintenant tout est revenu à la normale." Depuis la destitution du président Mohamed Morsi par l’armée le 3...
(AFP 12/07/13)
Des dizaines de milliers de partisans de Mohamed Morsi se sont rassemblés vendredi au Caire pour exiger le retour de leur président renversé par l'armée, dans un climat de tension et de fortes incertitudes. Les anti-Morsi avaient pour leur part prévu une démonstration de force sur la place Tahrir ainsi qu'aux abords du palais présidentiel en fin de journée, à l'occasion de la rupture du jeûne, traduisant la poursuite du bras de fer entre les deux camps rivaux. Dès la mi-journée, la foule était déjà très nombreuse devant la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans le quartier de Nasr City, que des partisans du président islamiste déchu occupent sans discontinuer depuis deux semaines. Un coran dans une main, un drapeau égyptien dans...
(AFP 12/07/13)
Pour Mohamed, vendeur de lampions de 28 ans, le ramadan est traditionnellement l'occasion de réjouissances. Mais, cette année, peu de lanternes ont été accrochées dans les rues du Caire en l'honneur du mois sacré, assombri par l'intense crise politique en Egypte. "Cette année, il n'y a pas l'atmosphère de joie habituelle. On est inquiet", affirme Fawziya, une des rares personnes à faire des achats sur ce marché du Caire, en ce deuxième jour de ramadan. L'Egypte, pays le plus peuplé du monde arabe (84 millions d'habitants) vit dans un climat d'extrême tension depuis le renversement le 3 juillet par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, à la suite de manifestations massives. Près d'une centaine de personnes ont été tuées et...
(Bloomberg 12/07/13)
Egypt’s Muslim Brotherhood plans new protests today against the army’s ouster of Islamist Mohamed Mursi as president and the military-backed interim administration that’s seeking to arrest its leaders. “Millions of Egyptians are going to flood Cairo’s streets tomorrow defending their choice and their legitimate president and opposing dictatorship,” Hamza Zawba, a spokesman for the Brotherhood’s political arm, said yesterday by phone. Security forces have arrested a number of Brotherhood officials since the military swept Mursi from power July 3 on a wave of protests by critics who accused him of leading an Islamist power grab. Prosecutors issued arrest warrants on July 10 for Mohammed Badie, the group’s top official, and nine other Islamists on grounds they ignited a confrontation in...
(Voice of America 11/07/13)
An Amnesty International official says respect for human rights can be a critical element in addressing Egypt’s political crisis. Geoffrey Mock, the Egypt country specialist for Amnesty International, says a first step is to hold the country’s security agencies accountable for their actions. “We have to restore trust,” said Mock. “The country is very polarized now and the way to move forward is through an independent and public and impartial investigation of all these killings, and holding those accountable for any abuses that this investigation finds.” The rights group has demanded an independent inquiry into the death of more than 50 protesters following the ouster last week of democratically-elected president Mohammed Morsi. Some analysts contend that the strong public support...

Pages