Samedi 19 Août 2017
(Le Huffington Post 29/07/13)
Le paysage politique Tunisien ne peut être analysé et compris à sa juste complexité sans l'inscrire dans le contexte régional et mondial façonné par ce qu'on appelle les" révolutions arabes", ces tempêtes sociales et politiques qui ont pu décapiter deux des régimes les plus despotiques et les plus corrompus de la région arabe. Décapiter, certes, sans pour autant pouvoir dire déraciner, car si la tête du pouvoir a pu être éliminée le soir du 14 janvier en Tunisie ou le 11 février en Egypte, les fondements de la dictature jadis connue sous Ben Ali ou Moubarak, ces forces qui font ce qu'on appelle l' "état profond", n'ont fait que changer de forme et de couleur, car ils sont toujours là,...
(Xinhua 29/07/13)
LE CAIRE-- Les opérations de sécurité lancées par l'armée et la police égyptiennes dans le nord du Sinaï au cours des 48 dernières heures ont entraîné la mort de dix terroristes présumés, a rapporté l'agence MENA. Vingt autres terroristes suspects ont été arrêtés, a précisé l'agence MENA, citant une source de sécurité. La sécurité dans la péninsule du Sinaï s'est détériorée depuis l'éclatement des troubles en 2011, qui ont atteint leur apogée suite à la chute du régime du président déchu Mohamed Morsi. Au cours des deux dernières semaines, au moins 30 personnes, dont des soldats et des civils, ont été tuées dans des attaques contre des points de contrôle de police dans le nord du Sinaï.
(Xinhua 29/07/13)
LE CAIRE, 29 juillet (Xinhua) -- La police égyptienne a arrêté lundi deux leaders d'un parti islamiste affilié au président déchu Mohamed Morsi, d'après une source sécuritaire. Le leader du parti Wasat Aboul-Ela Madi et son adjoint Essam Sultan, tous deux recherchés par la justice, ont été appréhendés dans un appartement dans le quartier de Moqattam au Caire avant d'être transférés à la prison de Tora au Caire, où l'ancien président Hosni Moubarak, ses deux fils et certains de ses hommes sont incarcérés, a révélé la source à l'agence officielle MENA. La police a également découvert une grosse somme d'argent liquide en dollars américains et en euros, d'après MENA. Le parti Wasat est un parti islamiste modéré et un ardent...
(Libération 29/07/13)
Les libéraux et le mouvement Tamarod à l’origine du soulèvement anti-Morsi commencent à s’inquiéter des dérives de l’armée et du général Al-Sissi, qui tient désormais les rênes du pays. Si les victimes sont dans le camp islamiste, la tuerie aux abords de la mosquée Rabaa al-Adawiya a également secoué jusqu’aux plus farouches opposants à Mohamed Morsi. Ceux-là mêmes qui ressassent depuis des semaines que le 30 juin est une révolution et non un coup d’Etat, ceux qui vendredi encore, place Tahrir, pensaient goûter aux délices de la grande réconciliation égyptienne, se sont réveillés avec la gueule de bois. L’heure n’est pas au divorce, mais l’union sacrée contre les Frères musulmans se fissure un peu plus. Des personnalités liées à la...
(Libération 29/07/13)
Près d'un mois après le renversement du président islamiste, ses partisans, dont plusieurs dizaines ont été tués samedi, veulent rassembler un million de personnes. Les partisans de Mohamed Morsi ont appelé à une marche réunissant «un million de manifestants» mardi pour réclamer le retour au pouvoir du président égyptien destitué le 3 juillet par l’armée après des manifestations massives réclamant son départ. «Nous appelons (...) à une marche mardi d’un million de personnes sous le slogan "les martyrs du coup d’Etat"», a annoncé lundi dans un communiqué une coalition de groupes islamistes favorables au président déchu. Le communiqué appelle également les pro-Morsi à converger lundi soir, à travers toute l’Egypte, vers «les bâtiments administratifs des forces de sécurité (...) pour...
(AFP 28/07/13)
JOHANNESBURG, 28 juillet 2013 (AFP) - Nelson Mandela, hospitalisé depuis plus d'un mois et demi à Pretoria, reste toujours dans un état "critique", avec "quelques progrès", a indiqué dimanche la présidence sud-africaine, qui a refusé de commenter des information de presse selon lesquelles l'ancien président aurait subi une légère intervention. Selon la chaine de télévision américaine CBS, le héros de la lutte anti-apartheid, 95 ans, aurait subi vendredi une "intervention chirurgicale pour débloquer le tube de dialyse", à sa septième semaine d'hospitalisation dans une clinique de Petoria. Cette opération a été "bénigne", a assuré CBS. Le porte-parole de la présidence, Mac Maharaj n'a pas confirmé ou infirmer. "Il (Mandela) est dans un état critique, stable, mais il y a quelques...
(Libération 27/07/13)
Au moins 75 partisans du président égyptien destitué Mohamed Morsi ont été tués dans des affrontements avec la police tôt samedi matin sur la route de l’aéroport du Caire, selon un hôpital de campagne géré par les Frères musulmans. L’hôpital de campagne installé par les partisans de Mohamed Morsi à la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans le nord-est du Caire, a fait état de 75 morts et 1000 blessés dans des heurts avec la police sur la route de l’aéroport, non loin de la mosquée, a rapporté l’agence officielle Mena, qui a précisé que ces chiffres n’étaient pas confirmés par le ministère de la Santé, qui diffuse habituellement les bilans des affrontements. De précédents bilans faisaient état de 10, puis de...
(Le Parisien 26/07/13)
Le Caire, vendredi 26 juillet. Un tribunal du Caire a ordonné ce vendredi le placement en détention du président égyptien déchu, Mohamed Morsi. Détenu au secret par l'armée depuis sa destitution le 3 juillet, ce dernier est soupçonné de complicité dans des attaques contre la police imputées au Hamas palestinien et une évasion de prison début 2011. Cette décision intervient alors que les Egyptiens ont commencé à se rassembler pour des manifestations rivales à l'appel de l'armée et des Frères musulmans. En début d'après-midi, de premiers incidents ont éclaté dans le quartier populaire de Choubra, au Caire. Morsi en «détention péventive» Le chef de l'Etat destitué a été placé en détention préventive pour une durée maximale de quinze jours par...
(AgoraVox 26/07/13)
L’appel du chef de l’armée égyptienne, le général Abdel Fattah al-Sissi, à l’attention de la population à manifester en masse pour dénoncer la violence et marquer son soutien aux nouvelles autorités, est favorablement accueilli par les chaînes de télévisions privées[1], l’opposition laïque[2] et le mouvement Tamarrod[3] qui a appelé « tous les Egyptiens à descendre sur les places pour soutenir les forces armées dans leur guerre contre le terrorisme ». Par conséquent, par la voix de son porte-parole Yasmine al-Gouyouch, le mouvement Tamarrod a demandé que « soient jugés tous les responsables des Frères musulmans impliqués ces derniers temps dans l’incitation à la violence ». La réaction des Frères musulmans Dans le schéma classique de la réponse du berger à...
(Afrik.com 26/07/13)
C’est aujourd’hui qu’a lieu la manifestation controversée des opposants à Mohamed Morsi, conduite par le général Abdel Fatah al-Sissi. Dans un même temps, le Secrétaire général de l’ONU a demandé à ce que le Président déchu, Mohamed Morsi, soit libéré. Une journée classée à hauts risques en Egypte. Sous l’impulsion du nouvel homme fort de l’armée, le général et ministre de la Défense, Abdel Fatah al-Sissi, des milliers d’Egyptiens sont invités à manifester pour « lutter contre le terrorisme ». Mais c’est une véritable démonstration de force qui aura surtout lieu puisque les Frères musulmans ont eux aussi prévus de défiler avec leurs supporters pour réclamer la libération de Mohamed Morsi et d’autres membres de la confrérie des Frères musulmans...
(Le Figaro 26/07/13)
Accroupi au sol, Ismael Abdel Hamid fait fièrement l'inventaire des cartons qui s'entassent à l'entrée de son magasin de téléphones portables. «Bouteilles d'eau, jus de fruits, pain, fromage… Ce sont les donations du quartier pour le sit-in des pro-Morsi devant la mosquée de Rabia al-Adawiya, à Nasr City. Il y en a tellement que je vais devoir louer un minibus pour les transporter… L'armée pensait diviser les islamistes. En fait, elle les a unis», ironise-t-il. Nichée au cœur de la bourgade de Toukh, à une quarantaine de kilomètres du Caire, sa boutique de cellulaires est aussi méconnaissable que ce membre du parti salafiste al-Nour et ex-opposant à l'ancien président issu des Frères musulmans. «En un an, Morsi n'en a fait...
(La Croix 26/07/13)
Le chef de l’armée, le général Abdel Fattah Al Sissi, a appelé les Égyptiens à lui manifester leur soutien massif, vendredi 26 juillet, en descendant dans la rue, pour « en finir avec le terrorisme ». Un discours qualifié d’ « appel à la guerre civile » par les partisans du président destitué Mohamed Morsi, qui se mobilisent le même jour. POURQUOI CET APPEL À MANIFESTER ? « J’appelle tous les Égyptiens honnêtes à descendre dans la rue vendredi pour me donner mandat pour en finir avec la violence et le terrorisme », a déclaré le général Abdel Fattah Al Sissi, lors d’une cérémonie militaire, mercredi. Il a mis en garde contre les forces qui veulent entraîner le pays dans «...
(Jeune Afrique 26/07/13)
Guillaume Soro a conduit en Égypte, du 16 au 20 juillet, une mission d'information de l'OIF. Avant de rendre compte de ses rencontres sur place à Abdou Diouf, secrétaire général de l'organisation. «Difficile d’envisager un processus de sortie de crise tant que le président Morsi ne sera pas libéré». Telle est la confidence faite par un des membres de la mission d’information et de contact de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui s’est rendue en Égypte du 16 au 20 juillet. Une mission conduite par Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne, et comprenant Françoise Bertieaux, députée belge, Mohamed Auajjar, ancien ministre marocain des Droits de l’homme, et Christophe Guilhou, directeur de la Paix, de la Sécurité et des...
(Libération 26/07/13)
Le président déchu est accusé de complicité avec le Hamas et de s'être évadé de prison en 2011. Cette décision survient alors que les deux camps rivaux appellent leurs partisans à manifester au Caire. Un tribunal du Caire a ordonné le placement en détention du président destitué Mohamed Morsi pour complicité présumée dans des attaques imputées au Hamas palestinien et une évasion de prison début 2011, une décision condamnée par les Frères musulmans comme «un retour du régime Moubarak». Morsi, détenu au secret par l’armée depuis sa destitution le 3 juillet, a été placé en détention préventive pour une durée maximale de 15 jours dans le cadre de cette procédure concernant son implication présumée dans des attaques contre la police,...
(Xinhua 26/07/13)
LE CAIRE, 25 juillet (Xinhua) -- Plusieurs leaders politiques égyptiens ont proposé jeudi des plans pour résoudre la crise actuelle dans le pays, alors que les deux camps rivaux, les partisans et les opposants du président évincé Mohamed Morsi, envisagent d'organiser des rassemblements massifs ce vendredi. Hicham Qandil, Premier ministre du président égyptien déchu Mohamed Morsi, a appelé à la libération de tous les prisonniers politiques arrêtés après le 30 juin, date du renversement de M. Morsi, et à la suspension du gel des fonds des Frères musulmans et d'autres dirigeants islamistes. Il a également proposé la formation d'une commission d'enquête indépendante sur la mort de 50 personnes devant le Club de la Garde Républicaine, et a demandé à rendre...
(Les Echos 26/07/13)
Le gouvernement américain ne cherche plus à déterminer si la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée égyptienne le 3 juillet dernier constitue un coup d'Etat militaire. Il en a informé jeudi de hauts responsables du Congrès. Lors de réunions à huis clos à Washington, le sous-secrétaire d'Etat William Burns leur a déclaré que l'administration n'était pas légalement obligée de prendre position sur ce point, ajoutant qu'il n'était pas non plus dans l'intérêt des Etats-Unis de se prononcer. En qualifiant de coup d'Etat la destitution de Mohamed Morsi, élu il y a un an mais déposé par l'armée après plusieurs jours de manifestations massives contre lui, les Etats-Unis auraient automatiquement privé l'Egypte de la majeure partie de son aide...
(L'Express 26/07/13)
Les discours de haine contre les partisans du président déchu Mohamed Morsi se banalisent depuis un mois. La diabolisation des islamistes vise à légitimer la répression à leur encontre, à l'heure ou pro et anti-Morsi vont se compter dans la rue, ce vendredi. Depuis les manifestations du 30 juin qui ont précédé le renversement du président Mohamed Morsi, le discours de haine à l'égard des Frères musulmans et de leurs partisans s'est banalisé, au point que l'armée et la police semblent désormais avoir les mains libres pour lancer une répression violente contre les islamistes. Il n'a pas fallu longtemps aux Egyptiens pour réagir au discours d'Abdel Fattah Al Sissi sur les réseaux sociaux. Mercredi, le ministre de la Défense a...
(Xinhua 26/07/13)
BRAZZAVILLE -- Le représentant de l'Union européenne (UE), Zouli Bonkoun Gou, a souligné jeudi au Congo, l'intérêt de tous les pays africains de trouver des moyens nécessaires pour optimiser le trafic par Internet, afin de soutenir les flux de trafic intracontinentaux et de créer des opportunités d'affaires pour les citoyens africains. "Abaisser le coût du trafic local permettra de réduire le coût de financement du commerce et d'encourager l'intégration commerciale régionale", a notamment déclaré M. Bonkoun à l'ouverture de l'atelier sur les meilleures pratiques de mise en oeuvre des points d'échange Internet, dans le cadre du projet Système d'échange Internet africain (AXIS) qui s'achève vendredi à la capitale congolaise. En effet, l'Afrique est en train de payer actuellement une forte...
(Afrik.com 25/07/13)
L’appel à manifester du général Abdel Fattah al-Sissi marque le pas d’un homme qui chaque jour s’immisce un peu plus dans l’arène politique. Soutenu par certains, rejeté par d’autres, la question est : qui dirige l’Egypte ? Son allocution de ce mercredi, qui appelle toute l’Egypte à descendre dans la rue vendredi pour manifester contre le « terrorisme », a été entendue et soutenue par le Front du salut national qui réunit tous les partis dits « laïcs » égyptiens. Le général Abdel Fatah al-Sissi s’est exprimé suite aux violences meurtrières de ce début de semaine entre pro et anti-Morsi qui ont fait 13 morts en 24 heures. Le mouvement Tamarrod, officiellement à l’origine de la pétition qui réclamait l’anticipation...
(L'Express 25/07/13)
Cette décision de suspendre la livraison des F-16 ne constitue pas un changement de l'approche de Washington selon le porte-parole du ministère américain de la Défense. Les Etats-Unis ont décidé de suspendre la livraison de quatre chasseurs F-16 à l'Egypte en raison de la situation instable dans le pays, a annoncé le Pentagone mercredi. "Compte tenu de la situation en Egypte nous pensons que la livraison des F-16 n'est pas appropriée à l'heure actuelle", a indiqué à la presse George Little, porte-parole du ministère américain de la Défense. La livraison de ces quatre chasseurs-bombardiers s'inscrit dans le cadre d'un contrat portant sur 20 chasseurs F-16 conclu en 2010 pour un montant de 2,5 milliards de dollars. Quatre ont déjà été...

Pages