Mardi 25 Juillet 2017
(Xinhua 21/08/13)
Les pays africains sont attachés à plusieurs titres à leur partenariat avec les pays des BRICS, a déclaré mardi le président sud-africain Jacob Zuma. "L' avancement de nos programmes de développement socio-économiques est très largement soutenu par nos partenariats tournés vers le progrès, tels que le groupe des BRICS", a déclaré M. Zuma lors de son discours d' ouverture de la première réunion du Conseil commercial des BRICS à Johannesburg. En plus des pays des BRICS, plusieurs pays africains participent à cette réunion destinée à identifier des mesures et initiatives spécifiques pour accroître le commerce, les affaires, l'industrie manufacturière et les liens d'investissement entre les pays des BRICS, d'une part, et entre les pays des BRICS et l'Afrique, d'autre part...
(Le Monde 21/08/13)
Après l'Asie, direction l'Afrique. Le numéro deux mondial du prêt-à-porter, Hennes et Mauritz (H&M), a indiqué vendredi 16 août qu'il allait étendre son réseau de fournisseurs à l'Ethiopie, après avoir concentré 80 % de sa production sur le continent asiatique. Des commandes-tests ont été passées auprès de fournisseurs éthiopiens, qui doivent bâtir des usines dans le pays d'ici à la fin de l'année. Dans un communiqué, le géant suédois reconnait ne pas encore savoir combien de ces fournisseurs seront retenus et quand ces usines seront prêtes. "Nous sommes une entreprise vaste et nous cherchons constamment de nouveaux marchés d'achat potentiels pour garantir que nous avons la capacité de livrer les produits dans tous les magasins. Nous faisons cela en augmentant...
(Le Nouvel Observateur 20/08/13)
Après la répression de mercredi, où plus de 500 personnes ont trouvé la mort, une cinquantaine de nouvelles victimes seraient à déplorer après les nouvelles manifestations qui ont marqué le pays vendredi 16 août. Guillaume Morin, vice-président des Jeunes Démocrates de Bretagne, craint une aggravation de la situation et même une guerre civile. Une révolution peut-elle être pacifique ? La question se pose aujourd'hui quand on voit les événements qui se déroulent en Égypte. Après l'espoir né du renversement d'Hosni Moubarak et des élections qui ont suivi, c'est aujourd'hui le doute qui s'empare des Égyptiens. Un an après la victoire des Frères musulmans, qui sous Moubarak étaient pourchassés, les oppositions entre Égyptiens semblent plus profondes que jamais. Les Frères musulmans...
(Le Nouvel Observateur 20/08/13)
Mohamed Badie a été placé en détention préventive pour "incitation au meurtre" de manifestants. La confrérie a nommé Mahmoud Ezzat, l'un de ses adjoints, pour le remplacer. Le Guide suprême des Frères musulmans égyptiens, Mohamed Badie, a été placé mardi 20 août en détention préventive pour une durée de 15 jours pour "incitation au meurtre" de manifestants, a annoncé la télévision officielle. Mohamed Badie, en fuite depuis la destitution le 3 juillet du président Mohamed Morsi, membre de sa confrérie, a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi au Caire et son procès doit s'ouvrir dimanche. Il comparaîtra notamment aux côtés de ses deux adjoints, également incarcérés. Les Frères musulmans, cible d'une répression sanglante du nouveau pouvoir en...
(Xinhua 20/08/13)
LE CAIRE, 20 août (Xinhua) -- Les Frères musulmans (FM) de l'Egypte ont nommé mardi Mahmoud Ezzat comme nouveau chef par intérim suite à l'arrestation de leur Guide suprême Mohamed Badie, a rapporté l'agence de presse officielle égyptienne, MENA. Dans un communiqué publié sur le site Internet du parti de la Liberté et de la Justice des Frères musulmans, M. Ezzat, adjoint de l'ancien Guide suprême, a été nommé nouveau chef de la confrérie, conformément à l'Article 4 de ses réglementations internes. "En l'absence du Guide suprême, en raison d'un voyage à l'étranger, de son état de santé ou de situations urgentes, son adjoint assumera ses responsabilités", indique l'article. Mohamed Badie a été arrêté par la police au Caire mardi...
(AFP 20/08/13)
DUBAÏ, 20 août 2013 (AFP) - Bain de sang en Egypte, guerre civile en Syrie, impasse politique en Tunisie: le Printemps arabe a cédé la place à une violence qui risque de s'intensifier faute de maturité de nouvelles classes dirigeantes, redoutent des experts. "Les pays arabes entrent dans une période de turbulences et de changements, qui devrait probablement voir encore plus de violence intérieure, de polarisation et de compétition régionale", estime Emile Hokayem, de l'Institut international d'études stratégiques. En Egypte, près de 900 personnes, en grande majorité des manifestants soutenant le président destitué Mohamed Morsi, ont été tuées en six jours et les violences ont connu une nouvelle escalade lundi avec un attentat contre la police dans la péninsule instable...
(L'Economiste Maghrébin 20/08/13)
Les pays arabes seraient prêts à compenser toute baisse de l’aide occidentale à l’Égypte, a affirmé lundi le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al-Fayçal. «Ceux qui ont annoncé l’arrêt de leur aide à l’Égypte ou menacent de le faire doivent réaliser que la nation arabe et islamique, avec les ressources dont elle dispose, n’hésitera pas à apporter son aide à l’Égypte», a déclaré le prince Saoud alors que l’Union européenne réfléchit à une possible suspension de ses aides financières au Caire. Le prince Saoud, dont le pays a déjà annoncé 5 milliards de dollars d’aide à l’Égypte après le renversement début juillet par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi, a vivement déploré les positions des pays occidentaux...
(Kapitalis 20/08/13)
La position, mal inspirée, de l'Europe concernant la situation en Egypte aura sans doute des répercussions sur toute la région et pourrait signifier une perte de confiance aboutissant à ruiner toute sa politique dans la zone MENA. L'Europe parait encore une fois mal inspirée quand elle traite des affaires arabes et musulmanes. Doublement obnubilée, par la sauvegarde de ses intérêts et par le risque sécuritaire de toute évolution négative chez ses voisins, elle ne réagit pas souvent à bon escient. Ce qui se passe en Égypte est significatif. Les scènes du massacre en pleine rue et dans les mosquées soulève le cœur, simple réaction d'humanité, mais peut-on rejeter, sans l'examiner sur le fond, l'argument de légitime défense d'une population égyptienne...
(L'Express 20/08/13)
Les forces militaires ont promis de ne pas céder face aux islamistes, après l'arrestation du chef des Frères musulmans lundi soir. Marc Lavergne, spécialiste de l'Egypte, apporte son éclairage sur ces événements. Après plusieurs jours d'affrontements violents où près de 800 personnes ont trouvé la mort, la situation en Egypte s'est calmée en fin de semaine dernière. De nombreux partisans des Frères musulmans ont été arrêtés pendant les heurts. Lundi soir, l'armée a interpellé le guide suprême de la confrérie, Mohamed Badie. L'éclairage de Marc Lavergne, directeur de recherche au CNRS et chercheur au Gremmo (Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), spécialiste de l'Egypte. Comment interpréter les différents signes qu'envoie l'armée égyptienne? Le discours du...
(Alwihda 20/08/13)
CAIRE (Egypte) - Lors de la dispersion du mercredi 14 août des opposants au coup d'état en Egypte et plus précisément à Rabya Al Adawya, au Caire, deux tchadiens présents sur les lieux ont été tués et un autre grièvement blessé. Il s'agit de Ahmat Abakar Ahmat et Mahamat Idriss. Le troisième blessés est Abdallah Ahmat. Les trois ressortissants tchadiens étaient à Rabya al adawya lorsque les forces de l'ordre ont lancé leur offensive militaire contre les opposants au coup d'état. Ahmat Abakar (tué) et Abdallah Abakar (blessé) sont des frères.
(AFP 20/08/13)
Le Guide suprême de la confrérie, Mohamed Badie, a été interpellé par la police dans l'appartement qu'il occupait au Caire. Il est accusé d'«incitation à la violence». Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans, la confrérie du président islamiste égyptien Mohamed Morsi destitué par l’armée, a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi au Caire, a annoncé à l’AFP un responsable de la sécurité, au sixième jour de la répression sanglante des manifestations des pro-Morsi. Le chef de l’influente confrérie a été capturé avec deux autres hauts dirigeants du mouvement dans un appartement tout près de la place Rabaa al-Adawiya, sur laquelle plus de 280 partisans de Morsi avaient été tués mercredi lors de la première opération...
(France24 19/08/13)
Blanchi d'une accusation de corruption, l'ancien président Hosni Moubarak reste détenu pour un dernier chef d'inculpation. Mais selon son avocat, qui va faire appel pour cette dernière affaire, il pourrait être libéré d'ici la fin de la semaine. Presque libre. L'ancien président égyptien Hosni Moubarak, renversé en février 2011, a été blanchi dans une affaire de corruption, mais il reste toutefois détenu pour une autre affaire, selon des sources judiciaires citées par l’AFP. Son avocat Farid al-Dib affirme toutefois que cette seconde affaire devrait être résolue rapidemment, ouvrant la voie à la libération de l'ex-raïs. Il entend en effet s'appuyer sur le fait que l’ancien homme fort de l’Egypte a remboursé les 450 000 euros qu'il est accusé d'avoir reçus...
( 19/08/13)
Tôt le matin du 14 Août, les forces de police, appuyées par l'armée, ont violemment dispersé la foule rassemblée sur la place Nahda, à proximité de l'Université du Caire, ainsi qu'a Rabaa Al Adawiyah. C'est là que les partisans du président déchu Morsi manifestaient depuis ce qu'ils considèrent être un « coup d'état », lorsque l'armée égyptienne à déposé Mohamed Morsi au début du mois de juillet et a arrêté un certain nombre de dignitaires des Frères musulmans. Tôt le matin du 14 Août, les forces de police, appuyées par l'armée, ont violemment dispersé la foule rassemblée sur la place Nahda, à proximité de l'Université du Caire, ainsi qu'a Rabaa Al Adawiyah. C'est là que les partisans du président déchu...
(Le Monde 19/08/13)
Le principal clivage du moment dans le monde arabe s'est transporté à Paris, dimanche 18 août. C'est celui qui oppose le Qatar, principal parrain des Frères musulmans, et l'Arabie saoudite, meilleur allié des militaires égyptiens depuis la destitution du président Mohamed Morsi, le 3 juillet. Tandis que Laurent Fabius recevait au quai d'Orsay son homologue du Qatar, François Hollande s'est entretenu avec le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud Al-Fayçal. Mais à Paris comme au Proche-Orient, le différend reste entier entre Doha et Riyad. Tandis que le Qatari Khaled Ben Mohammed Al-Attiya a insisté sur la "libération des prisonniers politiques (Frères musulmans)", le Saoudien s'est attardé sur "les violences" causées par les manifestants islamistes. Le coup d'Etat du...
(AFP 19/08/13)
ROME, 19 août 2013 (AFP) - Des responsables de la petite communauté catholique copte égyptienne ont estimé lundi qu'une attaque "terroriste" est menée contre le peuple égyptien, récusant toute fracture séparant les chrétiens et les musulmans, qui, selon eux, les aident et les soutiennent en majorité. Dans un communiqué transmis lundi à l'agence de l'épiscopat italien SIR, le patriarche des coptes catholiques, Ibrahim Isaac Sidrak, a exprimé le soutien "ferme, conscient et libre" de sa communauté à "la police égyptienne et aux forces armées pour tous les efforts qu'ils accomplissent pour protéger le pays". Le patriarche Isaac a aussi exprimé "le refus catégorique de toute ingérence dans les affaires internes de l'Egypte et de toute tentative pour influer sur ses...
(L'Observateur Paalga 19/08/13)
Les islamistes pro-Morsi ont de nouveau appelé à manifester dimanche contre le coup d'Etat militaire du général Fatah al-Sissi qui les prive du pouvoir, démocratiquement conquis par la voie des urnes, suscitant des craintes d'autres heurts sanglants en Egypte, plongée depuis ce coup dans des violences ayant fait en quatre jours, de mercredi à samedi passés, plus de 750 morts, dont près de 600 le premier jour. La Bolivie a d'ailleurs qualifié le massacre des frères musulmans de génocide et Cuba, condamné "la mort de civils innocents" tandis qu'Amman et surtout Ryad ont dit soutenir le pogrom-terrorisme d'Etat du pouvoir égyptien, qui ferait "face au terrorisme". Comme Israël face aux Palestiniens ? Les craintes de bains de sang sur les...
(Xinhua 19/08/13)
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Fahmy, a annoncé dimanche qu'il a demandé un compte rendu objectif et responsable toute l'aide étrangère dont le pays a bénéficié. M. Fahmy a exprimé ces propos lors d'une conférence de presse télévisée tenue au moment où surgissent certaines critiques et pressions internationales sur l'évolution de la situation en Egypte. "Je ne pense pas que l'aide étrangère soit une ingérence dans les affaires intérieures", a affirmé M. Fahmy, ajoutant que l'Egypte était reconnaissante pour toute aide et coopération internationales. Néanmoins, le chef de la diplomatie égyptienne a annoncé qu'il avait ordonné au ministère des Affaires étrangères de passer en revue l'aide fournie à l'Egypte afin de déterminer "si elle est utile, ou si...
(AFP 19/08/13)
LE CAIRE, 19 août 2013 (AFP) - La police a été frappée lundi par l'attaque la plus meurtrière depuis des années en Egypte avec au moins 24 morts dans le Sinaï, en pleine crise entre l'armée et les partisans du président islamiste Mohamed Morsi qu'elle a destitué. L'Alliance anti-coup d'Etat, la coalition pro-Morsi, a appelé à de nouvelles manifestations au Caire après la prière de l'après-midi vers 14H00 GMT. Dimanche, elle avait annulé des cortèges qui devaient partir des mêmes mosquées, invoquant des raisons de sécurité. Des assaillants soupçonnés d'appartenir à la mouvance radicale islamiste ont attaqué à la roquette deux minibus de la police dans le nord de cette péninsule instable, où les attaques meurtrières contre les forces de...
(Xinhua 19/08/13)
Le ministre égyptien de la Défense Abdel Fatah al-Sisi a déclaré dimanche que son pays resterait ferme face à toute tentative d'incendier les institutions gouvernementales et religieuses, peut-on lire sur le site Facebook de l'armée égyptienne. Le chef de l'armée égyptienne a tenu ces propos dans une déclaration qui a été adressée, semble-t-il, aux Frères musulmans. Les forces armées se tiennent à sa mission qui consiste à protéger le pays contres les violences, dit la déclaration. "Nous sommes sérieux pour préserver l'islam dans sa bonne compéhension, les les principes de tolérance, qui n'a rien à voir avec l'acte de terroriser les citoyens", a déclaré M. al-Sisi. "Nous resterons pas silencieux face à la destruction du payx et l'incendie des institutions",...
(7sur7 19/08/13)
Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a appelé à la fin des manifestations violentes en Egypte et dénoncé "un usage excessif de la force" de la part des autorités. "Il condamne fortement les attaques contre les églises, les hôpitaux et d'autres bâtiments publics, qu'il trouve inacceptables", a déclaré le porte-parole de Ban dans un communiqué. "Quels que soient les griefs, il n'existe aucune justification pour la destruction d'infrastructures et de bâtiments aussi importants pour l'avenir de l'Egypte", ajoute le communiqué. La police a évacué les manifestants islamistes qui s'étaient retranchés dans une mosquée au Caire samedi après une nuit de siège marquée par des échanges de coups de feu, alors que le bilan des quatre derniers jours de...

Pages