Jeudi 26 Avril 2018

Présidentielle en Egypte : à quel pourcentage Al Sissi sera plébiscité ?

Présidentielle en Egypte : à quel pourcentage Al Sissi sera plébiscité ?
(La Tribune 27/03/18)
Une affiche de campagne du président égytien sortant, Abdel Fattah al-Sissi.

Sans concurrent de poids, son second bail au Palais El Orouba du Caire est assuré d’avance. Après avoir écarté de la course tous les candidats qui ambitionnaient de lui barrer la route, il ne reste plus à Abdel Fattah Al Sissi qu’à « légitimer » son second mandat par les urnes avec le vote qui s’ouvre ce lundi 26 mars pendant trois jours. A défaut de suspense, la seule donnée que scrutent les observateurs reste le taux de participation de ce plébiscite forcé.

L'on aurait pu épargner aux quelques électeurs égyptiens -parfois appâtés avec des denrées pour se déplacer- de se rendre aux urnes, du 26 au 28 mars, pour « choisir » leur président. Dans une élection dont le résultat est connu d'avance, la seule surprise qui peut émerger des urnes reste le taux de participation.
Abdel Fattah ou Al Sissi, l'alternative d'un simulacre électoral

En attendant, le simulacre électoral doit avoir bien lieu pour contenter une communauté internationale amorphe face à la dérive autoritaire du régime d'un pays qui a connu, il y a sept ans, une révolution dans le sillage du « Printemps arabe ». Pour la présidentielle qui s'ouvre aujourd'hui, une seule alternative est laissée aux électeurs égyptiens. Choisir entre le président sortant Abdel Fattah Al Sissi, entré par effraction en 2012 avant d'être élu au Palais deux années plus tard, et son admirateur devenu opposant provisoire, sans poids sur les enjeux de cette élection paramétrée pour la victoire du premier.

Avec le spectre d'une « nouvelle Libye » agitée en épouvantail, le président égyptien n'a pas hésité à décréter une guerre contre les terroristes du Sinaï pour anticiper les réprimandes des puissances « démocratisantes » sur le processus « électoral ». Silence par exemple de la France, « pays des droits de l'Homme », premier fournisseur d'armes de l'Egypte.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/politique/2018-02-10/egypte-l-offensive-mil...

Commentaires facebook