Lundi 19 Février 2018

L'Egypte défend son accord maritime avec Chypre face à la Turquie

L'Egypte défend son accord maritime avec Chypre face à la Turquie
(AFP 09/02/18)

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri a réaffirmé jeudi la "validité" d'un accord maritime avec Chypre, en réponse aux critiques de la Turquie, ces pays cherchant à exploiter leurs ressources gazières en Méditerranée.

Il répondait à des déclarations du ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu contestant cet accord dans des déclarations à un journal grec. M. Choukri a défendu "la validité de l'accord" avec Chypre au regard du droit international, lors d'une conférence de presse au Caire.

Son porte-parole, Ahmed Abou Zeid, avait mis en garde la Turquie la veille contre "toute tentative de compromettre les droits souverains de l'Egypte".

En 2003, l'Egypte et Chypre se sont mis d'accord sur le partage des zones du fond marin dans les eaux internationales en Méditerranée pour y développer l'exploration pétrolière.

Chypre est divisée depuis l'invasion en 1974 de son tiers nord par la Turquie en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher l'île à la Grèce.

Les explorations menées par la République du Chypre, reconnue par la communauté internationale et qui exerce son autorité sur le sud du pays, ont déclenché des frictions avec Ankara, qui réclame leur suspension dans l'attente d'une solution à la division de l'île.

En juillet 2017, le Premier ministre turc Binali Yildirim avait déjà dénoncé les "initiatives unilatérales et dangereuses" de Chypre au sujet des gisements gaziers méditerranéens.

L'Egypte et la Turquie sont en froid. Le président turc Recep Tayyip Erdogan est un important soutien des Frères musulmans dont est issu le président Mohamed Morsi destitué en 2013 par l'armée du général Abdel Fattah al-Sissi, élu chef de l'Etat un an plus tard.

En Egypte, la production du champ gazier de Zohr, présenté comme le plus grand de Méditerranée et découvert en août 2015 par le géant italien ENI, a débuté en décembre 2017.

Commentaires facebook