Jeudi 26 Avril 2018

Le Parlement égyptien appelle le président Sissi à se présenter pour un second mandat

Le Parlement égyptien appelle le président Sissi à se présenter pour un second mandat
(Xinhua 10/01/18)
La majorité des députés égyptiens.

La majorité des députés égyptiens, soit 74%, ont signé mardi un avis recommandant au président sortant Abdel-Fattah Al Sissi de se présenter pour un second mandat présidentiel.

Ce formulaire recommandant M. Sissi a été signé par le président du Parlement, Ali Abdel-Aal, ainsi que par 463 autres députés, et le secrétariat général du Parlement a chargé douze comités parlementaires de recommander des candidats à la fonction suprême avant la fin de la période d'enregistrement des candidatures pour les élections de 2018.

L'Égypte doit organiser son scrutin présidentiel du 26 au 28 mars, et la période d'enregistrement des candidats doit débuter le 20 janvier, tandis que la campagne électorale elle-même commencera le 24 février. Les résultats du premier tour seront annoncés le 2 avril, selon l'Autorité nationale des élections.

Cette recommandation du Parlement se base sur un article de son règlement autorisant chaque député à recommander un et un seul candidat au poste de président.

Seuls les candidats obtenant au moins 20 recommandations de députés recevront un certificat de recommandation du Parlement qu'ils pourront inclure dans leur dossier de candidature.

Une campagne pro-Sissi non-officielle, intitulée "Pour que vous puissiez la construire (l'Égypte)" a déclaré en décembre dernier avoir collecté plus de 12 millions de signatures d'Égyptiens, représentant donc plus de 11% de la population, en soutien d'un second mandat de M. Sissi.

M. Sissi est entré en fonctions à la mi-2014, un an après l'éviction de son prédécesseur islamiste Mohammed Morsi en juillet 2013, à la suite de manifestations massives contre l'année passée au pouvoir de M. Morsi et de son mouvement, les Frères musulmans, désormais interdit.

M. Sissi a déclaré en novembre 2017 qu'il ne chercherait pas à modifier la limite de deux mandats présidentiels de quatre ans chacun prévue dans la Constitution, excluant ainsi par avance tout troisième mandat après un deuxième éventuel.

Bien qu'il n'ait pas encore annoncé officiellement sa candidature aux élections de 2018, beaucoup d'observateurs pensent qu'il se présentera et remportera les élections avec une majorité écrasante du fait de l'absence de rival majeur.

Commentaires facebook