Jeudi 25 Mai 2017

Etudiant italien supplicié: l'Egypte remet à l'Italie des documents de l'enquête

Etudiant italien supplicié: l'Egypte remet à l'Italie des documents de l'enquête
(AFP 17/05/17)

Le parquet égyptien a annoncé mercredi avoir remis à des enquêteurs italiens "des documents" réclamés par Rome dans le cadre de l'enquête sur l'étudiant italien Giulio Regeni, retrouvé mort et atrocement torturé en 2016 au Caire.

Enlevé le 25 janvier 2016, l'étudiant de 28 ans avait été retrouvé mort dans un fossé 10 jours plus tard, le corps couvert des stigmates de tortures épouvantables.

Le parquet égyptien n'a pas précisé de quels documents il s'agissait, dans un communiqué commun publié mercredi à l'issue d'une visite au Caire d'une équipe d'enquêteurs du parquet de Rome.

"Les enquêteurs égyptiens ont remis à leurs homologues italiens la première partie des documents demandés par le parquet de Rome", selon le texte.

Par le passé l'Egypte avait jugé "inconstitutionnelle" une demande de l'Italie qui réclamait l'accès à des milliers de relevés téléphoniques concernant les abonnés dans la zone où Regeni vivait, celle où il a disparu et où son corps a été retrouvé.

Le parquet précise également qu'avant la fin mai, "un accord sera signé pour commencer à récupérer les données des disques durs des caméras de surveillance" d'une station de métro où le jeune homme serait entré avant son enlèvement.

Le communiqué ne précise pas avec qui l'accord a été signé. Les images des caméras avaient été supprimées et l'Egypte avait affirmé ne pas avoir les moyens de se procurer le logiciel nécessaire pour les récupérer.

L'Egypte avait toutefois annoncé en janvier avoir approuvé la venue d'experts de "la seule compagnie allemande spécialisée dans la récupération de données de cet appareil d'enregistrement".

Doctorant de l'université britannique de Cambridge, M. Regeni était en Egypte pour effectuer une thèse sur les mouvements ouvriers, un sujet sensible pour un gouvernement qui craint les grèves et les troubles sociaux.

Malgré les démentis du gouvernement égyptien, la presse italienne et les milieux diplomatiques occidentaux soupçonnent des membres de l'un des services de sécurité égyptiens d'avoir enlevé et torturé à mort M. Regeni.

Une autopsie réalisée en Italie avait montré que le corps était couvert de coupures et qu'il avait plusieurs fractures, indiquant que le jeune homme avait été battu avec "des poings, bâtons et marteaux".

Commentaires facebook