Mercredi 20 Septembre 2017

En Egypte, un Aïd al-Adha frugal pour beaucoup

En Egypte, un Aïd al-Adha frugal pour beaucoup
(AFP 01/09/17)
En Egypte, un Aïd al-Adha frugal pour beaucoup

Au marché au bétail d'Achmoun au nord du Caire, les vendeurs se bousculent auprès des clients pour tenter de vendre un mouton ou un boeuf à l'occasion de l'Aïd al-Adha, la grande fête musulmane traditionnellement marquée par un sacrifice.

Mais cette année, avec une inflation qui a atteint un niveau inédit depuis 30 ans, faute d'acheter, les clients se contentent de regarder les bêtes.

"L'année dernière on a fait plus d'affaires. Cette année, personne ne veut acheter de bétail à cause de la hausse des prix", explique Mohamed Massoud, l'un des vendeurs.

Tout a augmenté en Egypte depuis qu'en novembre dernier le gouvernement --qui s'est lancé dans un vaste programme de réformes économiques-- a décidé de faire flotter sa monnaie entraînant de facto une dévaluation de la livre qui a perdu la moitié de sa valeur.

Avant la dévaluation, M. Massoud nourrissait son bétail en achetant du foin pour 2,5 livres par kilo, désormais il dépense sept livres (0,33 euros) par kilo.

"Un veau qui coûtait 15.000 livres l'année dernière en coûte maintenant 30.000 (1.430 euros)", dit-il.

L'Aïd al-Adha ("fête du sacrifice") est l'une des fêtes les plus importantes du calendrier musulman, qui a lieu au moment du grand pèlerinage de La Mecque en Arabie saoudite.

Beaucoup de musulmans sacrifient à cette occasion une bête, en général un mouton, pour commémorer la soumission à Dieu d'Abraham, prêt à immoler son fils et auquel fut substitué in extremis cet animal.

- Fièvre aphteuse -

La viande a toujours été un luxe pour beaucoup en Egypte où la pauvreté est endémique, mais l'inflation a dissuadé cette année beaucoup de ceux qui avaient acheté des bêtes les années passées.

En juillet, l'inflation annuelle a atteint 34,2%, selon des chiffres officiels.

La hausse des prix depuis novembre est due à l'application d'un programme d'austérité, avec notamment des coupes drastiques sur les subventions publiques, lié à l'obtention d'un prêt de 12 milliards de dollars sur trois ans de la part du Fonds monétaire international (FMI).

"Même si les gens veulent acheter de la viande, un kilo coûte 130 livres (5,7 euros)", assure Nasser Abou Kila qui s'est rendu au marché d'Achmoun après avoir tenté d'obtenir en vain de meilleurs prix ailleurs.

Les vendeurs de bétail disent qu'ils ont été particulièrement malchanceux cette année avec la conjugaison de l'inflation et d'un épisode de fièvre aphteuse, qui a tué certaines bêtes et augmenté le prix du bétail restant.

Les bouchers venus acheter leur viande à Achmoun doivent aussi faire face aux coûts du transport. De 100 à 150 livres par tête pour un transport vers Le Caire, le prix est passé à 400 livres cette année, selon un boucher cité par M. Massoud.

"Il n'y a pas de comparaison avec l'année dernière", dit Hassan, un autre boucher, avant d'ajouter: "C'était 85 livres le kilo à ce moment-là, et maintenant c'est 150 à 160".

- Réformes -

Et les consommateurs disent en ressentir l'effet.

"Pour acheter deux kilos pour deux jours, il faut payer 300 livres, et c'est juste pour la viande", explique Naglaa Rajab, une ménagère trentenaire.

Le gouvernement du président Abdel Fattah Al-Sissi, un ancien chef de l'armée élu après avoir renversé son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013, dit qu'il n'a pas d'autre choix que de conduire de robustes réformes économiques, qui pèsent sur les ménages égyptiens.

Peu avant l'Aïd-al-Adha, le ministère de l'Agriculture a annoncé qu'il proposerait quelques 50.000 têtes de bétail à un prix moindre que celui du marché, avec une remise de cinq à dix livres par kilo.

"Chaque citoyen devrait avoir le droit de réserver un animal pour le sacrifice", assure le porte-parole du ministère Hamed Abdel Dayem.

Mais dans un pays où 28% des quelque 93 millions d'Egyptiens vivent en dessous du seuil de pauvreté, et sous la pression de l'inflation, les achats de bétail ont fortement chuté.

"Ceux qui ont sacrifié une vache l'année dernière sacrifieront un mouton cette année (...) et ceux qui ont sacrifié un mouton l'année dernière ne pourront rien se payer cette année", déplore Mme Rajab.

Bassem ABOUALABASS

Commentaires facebook