Jeudi 23 Novembre 2017

Egypte: des militants dénoncent la présence de l'actrice Helen Hunt à un forum

Egypte: des militants dénoncent la présence de l'actrice Helen Hunt à un forum
(AFP 08/11/17)
L'actrice Helen Hunt

Une lettre ouverte a été publiée lundi par des militants égyptiens à l'adresse de l'actrice américaine Helen Hunt pour dénoncer sa présence à un Forum international organisé par le régime du président Abdel Fattah al-Sissi, accusé de violations des droits de l'Homme.

"Alors que vous serrez la main d'al-Sissi, souriez, prenez des photos, laissez l'histoire souligner que vous avez choisi de soutenir un dictateur responsable de milliers de morts, de détentions arbitraires et de disparitions", ont asséné les auteurs de la lettre publiée sur la plate-forme internet change.org.

Son régime "emprisonne des journalistes ayant fait leur travail, des jeunes ayant exprimé leurs opinions, des écrivains pour des fictions ayant +violé la morale publique+, des gays assumant leur homosexualité", et il "a bloqué plus de 400 sites internet", ont encore clamé les signataires, parmi lesquels les défenseurs des droits de l'Homme Mona Seif, Azza Suleiman ou Mohamed Zaree, tous dans le viseur des autorités.

Le "Forum mondial sur la jeunesse", qui se tient depuis dimanche à Charm el-Cheikh (est) et doit s'achever en fin de semaine, est une initiative du président al-Sissi. Il rassemble quelque 3.000 personnes dont des jeunes sélectionnés dans le monde entier.

La participation de Helen Hunt, vedette de Hollywood deux fois oscarisée, qui a pris la parole lors de la cérémonie d'ouverture, avait déjà été vivement critiquée par les internautes opposés au régime égyptien.

Le slogan du Forum --"We need to talk" ("Il faut qu'en parle")-- a aussi été détourné sur les réseaux sociaux pour rappeler avec ironie la situation des droits de l'Homme en Egypte.

"+Il faut qu'on parle+ de la mère de Shawkan qui attend son fils emprisonné depuis quatre ans pour avoir fait son travail de journaliste", a ainsi écrit le militant Radwa Medhat sur Twitter.

Le photographe Shawkan a été arrêté alors qu'il couvrait la dispersion sanglante d'un sit-in au Caire à l'été 2013, après le renversement du président islamiste Mohamed Morsi. Mardi, son procès a été pour la énième fois reporté, au 14 novembre.

Commentaires facebook