Vendredi 15 Décembre 2017

Droits de l'Homme: Un juriste égyptien remporte le prix Martin Ennals

Droits de l'Homme: Un juriste égyptien remporte le prix Martin Ennals
(AFP 11/10/17)
Mohamed Zaree, ardent défenseur des libertés d'expression et d'association, a remporté mardi le prix Martin Ennals

Un juriste égyptien, Mohamed Zaree, ardent défenseur des libertés d'expression et d'association, a remporté mardi le prix Martin Ennals, l'une des plus prestigieuses récompenses dans le domaine des droits de l'Homme, mais n'a pas été autorisé à venir à Genève.

M. Zaree, directeur du bureau égyptien de l'Institut du Caire pour les études sur les droits humains (CIHRS), a interdiction de quitter le territoire égyptien depuis mai 2016 et fait actuellement l'objet d'une enquête judiciaire qui pourrait lui valoir une condamnation à la détention à perpétuité.

Hans Thoolen, qui a créé en 1993 ce prix, considéré comme le "Nobel des droits de l'homme", et préside le jury, a salué "le comportement individuel héroïque de cet homme, qui tient le fort tout seul alors que la situation des droits de l'homme autour de lui est en train de s'effondrer".

Menacé de mort, Mohamed Zaree a malgré tout choisi de rester en Egypte pour continuer à lutter contre les lois égyptiennes visant à limiter l'activité des ONG de défense des droits humains.

Le directeur du CIHRS, dont le siège est désormais basé à Tunis, a fait le déplacement pour assister à la cérémonie à Genève.

Bahey El Din Hassan a déclaré qu'il espérait que "le prix serait un message, un réveil", pour le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, estimant que la situation des droits humains en Egypte était désormais pire que pendant les 30 années de pouvoir de Hosni Moubarak, renversé en 2011.

Il a critiqué la communauté internationale qui selon lui ne dénonce pas assez les violations des libertés en Egypte.

"Le silence est interprété par les dictateurs sanglants comme un feu vert. Le silence n'est donc pas neutre, c'est un feu vert" pour continuer les abus, a-t-il affirmé.

Parmi les autres finalistes du prix Ennals figuraient les Cinq Khmers, groupe de cinq défenseurs des droits humains en détention provisoire depuis près d'un an.

Ny Sokha, Yi Soksan, Nay Vanda, Lim Mony et Ny Chakrya travaillent au sein de l'Association cambodgienne pour les droits de l'homme et le développement (ADHOC).

La troisième nominée était Karla Avelar, 39 ans, une femme transgenre originaire du Salvador, qui a grandi dans les rues de San Salvador où elle a connu la discrimination, la violence, l'exploitation et le viol.

Le prix porte le nom de Martin Ennals, un Britannique mort en 1991, qui a été secrétaire général d'Amnesty International de 1968 à 1980.

Doté de 30.000 francs suisses (27.000 euros), il est attribué chaque année par dix organisations, dont Amnesty International et Human Rights Watch.

Commentaires facebook