Vendredi 15 Décembre 2017
(Le Monde 15/12/17)
Inquiet du phénomène, le Programme des Nations unies pour l’environnement prépare un rapport inédit sur l’explosion du marché des véhicules d’occasion. Des dizaines d’épaves de Golf et de Mercedes sont alignées et empilées sur le bord de la route et jusqu’au pied des immeubles délabrés. Ces voitures-là ont rendu depuis longtemps leur dernier souffle. Mais l’air est irrespirable. Matatus (minibus bondés ornés de graffitis bariolés), camions, voitures… la plupart hors d’âge, jouent du klaxon et du volant pour tenter de progresser de quelques mètres dans un immense flot anarchique qui s’ébroue au milieu des piétons et des vendeurs de rue. Fin de journée banale dans les faubourgs déshérités de Nairobi. Dans quelques années, c’est ici,...
(RFI 07/12/17)
Le continent africain accueille 30% de l'ensemble des populations relevant de la compétence du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Un chiffre alarmant et en constante augmentation depuis 2011. Car il ne faut pas l'oublier : avant d'être un lieu de départ pour une partie de la jeunesse qui cherche à rejoindre l'Europe par les routes les plus dangereuses, l'Afrique est avant tout un immense lieu d'accueil pour les fugitifs et les déplacés du Sud. Le point sur la situation. On sait qu'en Afrique, obtenir un visa pour un pays européen est une gageure. A titre d'exemple, sur les 80 millions de touristes qui entrent en France chaque année, ils sont seulement 2 millions à être originaires d'Afrique. Or,...
(La Tribune 29/11/17)
Après l'ouverture par l'armée chinoise d'une base militaire à Djibouti, la Chine et le pays de la corne de l'Afrique, ont décidé de rehausser à un niveau supérieur leurs relations diplomatiques. Celles-ci devraient passer de partenariat stratégique à coopération globale, mais à quel prix. Eléments de réponse. La Chine et Djibouti. Voilà deux pays « amis » et partenaires stratégiques. Mais le géant asiatique et le petit Etat africain caressent le rêve d'une coopération globale. C'est d'ailleurs tout le sens de la visite du président djiboutien Ismail Omar Guelleh en Chine, qui a débuté le mercredi 22 novembre...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Djibouti poursuit son développement économique et social. Depuis 2016, le gouvernement multiplie les plans d’action afin de doper la croissance du pays. Une stratégie que défend Mag Teerey Ibrahim Ahmed, maître de conférence à l'université de Djibouti. Longtemps réduite à l’image d’une cité garnison des forces françaises et largement maintenue sous perfusion, la République de Djibouti a réussi le tour de force, en quarante années d’existence, de se forger un destin en épousant les évolutions de son environnement, et a su également s’inscrire dans les basculements en cours de l’ordre géoéconomique mondial, dans cet océan Indien en plein devenir.
(Jeune Afrique 23/11/17)
Depuis 2006, les banques islamiques présentes dans le pays ont permis d’augmenter le taux de bancarisation. Le Global Islamic Finance Award (Gifa), remis le 6 septembre au président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) à Astana, la capitale du Kazakhstan, récompense la formidable croissance de la finance islamique à Djibouti. Depuis la libéralisation du secteur bancaire, en 2006, les trois acteurs du pays – Saba Islamic Bank, Salaam African Bank et East Africa Bank – sont parvenus à s’octroyer 25 % des comptes et 21 % du total des actifs de la place. Entreprises et organisations islamiques Surtout, ils ont contribué à faire décoller le taux de bancarisation,
(Jeune Afrique 23/11/17)
Avec le forum djiboutien sur l'intégration régionale, début décembre, la Chambre de commerce espère convaincre les investisseurs étrangers à aider à consolider la croissance de la région. C’est une première. Les 4 et 5 décembre, Djibouti lance son forum sur « l’intégration régionale et l’investissement privé dans les infrastructures ». L’occasion, selon la chambre de commerce qui organise l’événement à l’occasion de son 110e anniversaire, « de réfléchir à la manière de favoriser l’arrivée des investisseurs internationaux dans les infrastructures...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Le pays, qui possède un fort potentiel géothermique, s’engage à utiliser des énergies renouvelables. Il multiplie les forages, avec le soutien financier de la communauté internationale. À Djibouti, on n’a pas de pétrole mais des énergies renouvelables à profusion. Pour ne plus avoir à dépendre d’un or noir importé à 100 % puis, ces dernières années, d’une électricité éthiopienne qui répond à 70 % de sa consommation, la petite République a décidé de passer au vert pour devenir le premier...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Pendant quarante-huit heures, à la mi-septembre, les camions chargés de qat qui descendent en mode Mad Max des hauts plateaux éthiopiens ne sont pas arrivés à Djibouti. « Ce fut une journée colorée, joyeuse, agréable et personne n’en est mort », écrit le quotidien La Nation, avant d’ajouter : « Et s’il en était ainsi tous les jours ? » Pour les accros à cette plante – 70 % des hommes, 20 % des femmes, dit-on – que compte la République de...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Dans le cadre de la décentralisation, l’État vient d’inaugurer trois ports régionaux. Des atouts sérieux pour rééquilibrer le territoire. L’année 2017 restera historique pour le secteur portuaire djiboutien. Le pays a créé l’événement en mai avec l’inauguration du nouveau port multifonction, construit dans la baie de Doraleh, en face de la ville de Djibouti, pour 580 millions de dollars (environ 520 millions d’euros). Il a également réceptionné, en juin, ses premiers ports décentralisés, à Tadjourah et au Goubet, dans le...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Eiffage Génie Civil et l’espagnol Tedagua construiront une usine de dessalement d’eau de mer. L’UE financera le projet à hauteur de 63 millions d’euros. Cocorico ! Une société française vient de remporter un appel d’offres public à Djibouti. Bien sûr, diront les grincheux, c’est l’Union européenne (UE) qui a choisi. Il n’empêche que la désignation, fin août, d’Eiffage Génie Civil pour la construction de la première usine de dessalement d’eau de mer du pays permet au secteur privé français de faire...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Tadjourah, la deuxième ville du pays, est le symbole de la volonté politique affichée par le gouvernement djiboutien de relancer une politique du logement, qui peine à se mettre en place dans le reste du territoire. Inscrites au rang des priorités par le président Ismaïl Omar Guelleh après sa réélection en 2016, les politiques du logement et de la décentralisation se mettent lentement en place sur le territoire, sauf à Tadjourah où le rythme s’est nettement accéléré ces derniers mois...
(RFI 23/11/17)
L’avalanche de réactions se poursuit suite aux images, diffusées par CNN, de personnes vendues comme esclaves en Libye. Le Niger a ainsi demandé que la question migratoire soit débattue lors du sommet Union européenne-Union africaine qui se tiendra les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Des voix s'élèvent également chez les diasporas africaines d'Europe pour que les dirigeants africains protègent leurs ressortissants et fassent mieux que de négocier des enveloppes d'aide au développement. « Dans la...
(Le Monde 02/11/17)
Alors que de nouvelles manifestations ont été réprimées à Tadjourah, l’opposant Cassim Ahmed Dini décrit un régime rongé par la corruption. La situation sociale et politique à Djibouti s’aggrave, notamment dans la région du Nord où les Afar sont réprimés depuis des décennies. Vendredi 27 octobre, une manifestation pacifique dans la ville de Tadjourah, ville portuaire, a été violemment réprimée par la police, faisant trois blessés. Partout la population est prise entre l’enclume du militarisme global et le marteau de...
(Jeune Afrique 31/10/17)
Dans son dernier rapport sur les perspectives régionales de l'économie de l'Afrique subsaharienne, le Fonds monétaire international confirme la reprise économique dans la zone, mais s'inquiète de voir dans certains pays le revenu par habitant se dégrader et l'endettement augmenter. C’est un tableau en demi-teinte que dresse le Fonds monétaire international (FMI) de l’économie de l’Afrique subsaharienne en cette fin d’année. Dans ses Perspectives régionales intitulées « Ajustement budgétaire et diversification économique » publiées le 30 octobre, le Fonds confirme...
(La Tribune 10/10/17)
Les responsables militaires américains ne cachent pas leur inquiétude suite au lancement effective de la base militaire chinoise à Djibouti. Une présence qui pourrait faire craindre pour la suprématie militaire américaine en Afrique personnifiée par Africom. L'ouverture de la première base militaire outre-mer chinoise à Djibouti fait grincer des dents du côté de Washington. En effet, pour le Pentagone la base de Djibouti sera probablement, « la première de beaucoup » de camps que Pékin compte construire au niveau mondial, ce qui pourrait exacerber les tensions entre les deux puissances mondiales.
(Le Monde 10/10/17)
« Une affaire d’Etats » interroge le contexte politique franco-djiboutien qui a abouti au meurtre du juge français, retrouvé carbonisé dans un ravin en 1995. Le 19 octobre 1995, il y a vingt-deux ans, presque jour pour jour, un magistrat français est retrouvé mort à Djibouti. Des gendarmes français découvrent le corps carbonisé de Bernard Borrel à 7h20 du matin dans un ravin, non loin du golfe du Goubet, face à la mer Rouge, à quelque 80 km de la...
(Jeune Afrique 30/09/17)
La Chine a profité de la dernière décennie pour faire une entrée remarquée à Djibouti. En quelques années, l’empire du Milieu a fait de la petite République sa principale voie d’accès sur l’Afrique, en même temps que la première perle du collier qu’il entend tirer à travers l’océan Indien pour sécuriser ses approvisionnements. « Depuis 2013 et la prise de participation, à hauteur de 23,5 %, de China Merchants Holding International (CMHI) dans le capital du port, Pékin a gagné, en quelques...
(Jeune Afrique 20/09/17)
Il y a quarante ans, le petit territoire de la Corne de l’Afrique déclarait son indépendance. Depuis, il a traversé bien des épreuves, mais qui ont renforcé son unité et lui ont permis d'avancer. Djibouti a 40 ans, et c’est presque un tour de force. « Des lendemains incertains », titrait notre confrère Marc Yared, en mai 1977, dans les colonnes de Jeune Afrique. Difficile en effet, un mois avant l’indépendance officielle de la République de Djibouti, proclamée le 27 juin...
(Jeune Afrique 11/09/17)
Depuis 2006, Djibouti est à la pointe de la finance islamique sur le continent. C’est à ce titre qu’Ismaël Omar Guelleh (IOG), le président de la petite république a reçu, le 6 septembre, à Astana, capitale du Kazakhstan, le Global Islamic Finance Award (GIFA), pour l’année 2017. Créé en 2011 et réservé aux plus hauts responsables politiques, ce prix a déjà récompensé, par le passé, les chefs d’État et de gouvernement de la Malaisie, du Pakistan ou d’Indonésie.
(La Tribune 05/09/17)
Djibouti vient d’adhérer officiellement ce mardi 5 septembre au Fonds Africa50, après l'approbation du gouvernement d'un projet de loi portant sur l'adhésion et la ratification des statuts de la structure panafricaine de financement basée au Maroc. Le pays veut diversifier ses ressources de financement pour soutenir les grands projets d’infrastructure en cours. Le fonds Africa50 s'agrandit. Un nouvel actionnaire étatique vient de faire son entrée dans le capital de la structure financière panafricaine initiée par la Banque africaine de développement (BAD) et domiciliée à Casablanca, la capitale économique du Maroc. Il s'agit de Djibouti, qui rejoint ainsi une vingtaine de pays actionnaires.

Pages