Dimanche 28 Mai 2017
(Jeune Afrique 30/11/16)
Depuis des générations, une trentaine de femmes proposent des opérations de change informelles dans le centre-ville. Si les autorités les ont toujours tolérées, elles veulent mieux les encadrer. Leur présence surprend le visiteur qui se promène pour la première fois dans la capitale. Assises à chaque coin de rue de la vieille ville de Djibouti, ces dames, généralement bien mises, papotent entre elles ou avec les passants. Et dès que passe un étranger, elles bondissent de leur chaise en plastique en dégainant des liasses de billets. Elles n’ont pas cambriolé la banque. Elles pratiquent simplement une activité aussi vieille que la ville elle-même : celle de changeur de devises. Chaque jour depuis cinq ans, Choukri Omarshi est installée, avec quelques collègues,...
(Jeune Afrique 30/11/16)
Principale porte d’entrée maritime de l’Afrique orientale,le port de la capitale change de dimension. Le pays aménage en outre de nouveaux terminaux sur le golfe de Tadjourah. Depuis une douzaine d’années, le port de Djibouti est entré dans une nouvelle catégorie, celle des interfaces portuaires majeures du continent. Sa position ­géostratégique, entre l’Asie et l’Europe, lui avait depuis longtemps conféré un statut particulier et un nom connu des marins du monde entier. Sa notoriété ne se justifiait cependant pas par les volumes de marchandises traitées à l’époque (notamment celles qui étaient conteneurisées) sur ses quais vieillissants, surtout au regard des trafics manutentionnés par certains ports égyptiens ou sud-africains. Mais, cela, c’était avant que le port de Djibouti change de dimension...
(Xinhua 30/11/16)
Le gouvernement djiboutien a présenté mardi en conseil des ministres son programme pour faciliter l'accès à un logement décent à tous les Djiboutiens. Selon un communiqué officiel publié à l'issue de ce conseil, la croissance urbaine à Djibouti engendre des besoins importants en parcelles et en logements et de nombreux projets ont été mis en œuvre par le gouvernement ces dernières années pour apporter des solutions tangibles à cette situation, à savoir la construction des logements et parcelles viabilisées à Djibouti-ville et dans les régions de l'intérieur du pays. "Près de 3.000 logements...
(Jeune Afrique 30/11/16)
Réélu en avril, Ismaïl Omar Guelleh a fait de l’amélioration des conditions de vie et de la lutte contre le chômage la pierre angulaire de son quatrième et, a priori, dernier mandat. Et de quatre ! Ismaïl Omar Guelleh (IOG) a été reconduit le 8 avril pour un nouveau quinquennat présidentiel. Ça n’a été une surprise pour personne – et certainement pas pour l’intéressé. Une élection dans un fauteuil, puisqu’il a rassemblé sur son nom 86 % des suffrages exprimés dès le premier tour du scrutin. Le chef de l’État peut en partie remercier l’opposition, qui s’est présentée devant les électeurs en ordre dispersé. À commencer par certains de ses leaders, qui n’ont tout simplement pas pu être candidats. C’est le...
(Jeune Afrique 30/11/16)
Pomper les nappes phréatiques plutôt que dessaler la mer, voila une idée qui réussit à Yassin Ali, directeur du groupe Bio. Commercialisées depuis 2013, ses bouteilles pourraient un jour s'exporter. Après une quarantaine de kilomètres à rouler dans le désert poussiéreux depuis la capitale, difficile d’imaginer visiter l’une des principales usines d’embouteillage d’eau naturelle de Djibouti. Elle est d’ailleurs bien cachée, tel un trésor, derrière son haut mur peint en vert et recouvert de barbelés. Yassin Ali, directeur du groupe Bio et patron des lieux, est persuadé d’avoir touché le jackpot, au point de délaisser un peu les activités d’importation de matériel informatique qui ont fait jusque-là sa fortune. « Le marché est en plein développement, notamment avec toutes les...
(Jeune Afrique 30/11/16)
Encore peu nombreux à visiter le pays, les étrangers s’aventurent rarement au-delà de la capitale et des côtes de la mer Rouge. Le nouveau pari du secteur ? Les attirer dans les terres. À une trentaine de kilomètres de Tadjourah, le long du golfe du même nom qui sépare le nord de Djibouti de sa capitale, Houmed Ali Houmed a monté son campement. Au milieu des oueds desséchés qui n’ont pas connu la pluie depuis une éternité, difficile de parler de tourisme vert. Et pourtant, c’est le pari qu’a décidé de faire ce Djiboutien de 40 ans, avec l’objectif d’ouvrir l’intérieur de son pays au tourisme international pour créer un peu d’emploi local et faciliter le développement économique de cette région...
(Jeune Afrique 30/11/16)
Entre l’Éthiopie et son voisin, tout roule ou presque : la liaison ferroviaire devrait fonctionner dès cette année. Et prendre de l’ampleur très rapidement. Régulièrement annoncée depuis un an, et officiellement inaugurée le 5 octobre dans la capitale éthiopienne, la liaison ferroviaire Addis-Abeba - Djibouti n’est toujours pas sur les rails, mais presque. Selon le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh, le premier service est attendu « pour le 22 décembre », et la ligne devrait être pleinement opérationnelle un mois plus tard. Le temps de régler les derniers problèmes d’alimentation de cette connexion ferroviaire – la première du continent à être entièrement électrique. Transport régional de marchandises S’il est ouvert aux passagers, le service vise essentiellement le fret. Destiné à désenclaver le vaste...
(Jeune Afrique 30/11/16)
Ils sont de plus en plus nombreux, ces Djiboutiens, trentenaires ou quadragénaires, qui se sont exilés et effectuent aujourd’hui le chemin inverse. Désireux de participer à la modernisation de leur pays, ils apportent l’expérience qu’ils ont acquise ailleurs et leur soif de changement. Linda Aïcha Ahmed Hassan est rentrée au pays depuis bientôt deux ans, et elle ne regrette pas sa décision. Partie à l’âge de 22 ans afin de poursuivre ses études de comptabilité en France puis en Belgique, elle rayonne aujourd’hui devant l’Oceania Appart’Hotel, qu’elle dirige depuis septembre 2015. Seuls ses enfants, restés à Bruxelles pour des raisons scolaires, lui manquent. Mais, affirme-t‑elle, « il était temps de se stabiliser, après tant d’années passées entre l’Europe et le...
(Xinhua 29/11/16)
Aujourd'hui, plus d'un enfant sur cinq en Afrique ne reçoit pas les vaccins dont il a besoin, a déploré lundi à Cotonou, le chef de file des partenaires techniques et financiers dans le domaine de la santé au Bénin, Dr Claude Kamenga. "En 2014, seulement 77% des enfants en Afrique subsaharienne ont été vaccinés avec trois doses essentielles du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche. Et, des disparités existent également d'un pays à un autre et à l'intérieur même de chaque pays", a-t-il regretté à l'ouverture de l'atelier régional Afrique de l'Ouest et du Centre sur la chaîne d'approvisionnement de la vaccination. Ainsi, a-t-il préconisé, pour garantir l'équité et atteindre chaque enfant jusque dans les zones reculées,...
(Autre média 28/11/16)
Les liens bilatéraux entre la Chine et Djibouti se sont largement développés depuis que les deux pays ont établis des relations diplomatiques 36 ans plus tôt. Le président de Djibouti, Ismail Omar Guelleh, s'est exprimé sur le sujet des relations qui lient les deux pays. Ces dernières années la Chine a participé activement à la construction d'infrastructures et à des projets de subsistance à Djibouti. L'investissement et le commerce bilatéral entre les deux pays se sont largement développés. Djibouti est aussi devenu une porte d'entrée majeure pour ...
(Les Affaires 25/11/16)
Le 15 novembre, la Chine et Djibouti ont fait part d’une volonté de renforcer leur coopération. Une entente qui a largement gagné du terrain ces dernières années pour toucher désormais de nombreux domaines. Premier partenaire commercial de l’Afrique Mardi 15 novembre, le vice-président chinois Li Yuanchao était en visite à Djibouti pour rencontrer le Premier ministre djiboutien, Abdoulkader Kamil Mohamed. L’occasion pour les deux hommes de faire le point sur les relations bilatérales qui unissent les deux pays depuis déjà près de 40 ans. La Chine et Djibouti ont ainsi confirmé leur volonté de continuer à développer des moyens qui permettront de consolider leur coopération aussi bien dans la construction d’infrastructures, la formation de la population djiboutienne ou encore l’énergie...
(Autre média 25/11/16)
Dans le cadre de cette conférence, durant laquelle interviendront notamment Nicolas Binctin, Professeur de droit à l'Université de Poitiers, Blaise Tchikaya, Président honoraire de la Commission de l'Union africaine pour le droit international, et Houssein Djama Bardon, enseignant à l'Université de Djibouti spécialisé en droit international et régional, avec aussi un représentant de la Délégation de l'Union Européenne à Djibouti et un représentant de la Coopération française à Djibouti, seront abordées trois thématiques. Dans un premier temps, les travaux porteront sur le processus d'intégration régionale en Afrique. Ces développements ont pour objectifs de mettre en avant les solutions légales développées en Afrique relatives aux libertés de circulation des marchandises, du capital et des personnes et de la liberté d'établissement des...
(Alwihda 25/11/16)
Selon les informations sûres et concordantes recueillies par la LDDH l’embargo s’accentue dans les régions du NORD, particulièrement dans le district d’OBOCK. En effet les populations nomades de cette région où sévit la rébellion sont soumises à un embargo des denrées alimentaires. Elles ne peuvent plus s’approvisionner en denrées alimentaires au chef-lieu d’OBOCK car les militaires et la police ne leur permettent plus de ramener les denrées dont elles ont besoin pour faire vivre leurs familles dans leur campement respectif. Leurs denrées sont purement et simplement confisquées. Rien ne peut expliquer cet embargo et il est scandaleux qu’un Pouvoir expose sciemment ses propres citoyens à la disette. La LDDH dénonce et condamne énergiquement cet embargo dont les victimes sont des...
(AFP 24/11/16)
L'ONG française Femmes Solidaires et le comité des femmes djiboutiennes contre le viol et l'impunité (Cofedvi) ont réclamé jeudi l'ouverture d'une enquête de l'ONU après des accusations de viols commis par l'armée djiboutienne. Pour l'obtenir, les deux associations ont lancé jeudi une pétition internationale qui sera adressée au futur secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Elles ont également adressé cet été des photocopies de plaintes et de certificats médicaux à la commission de l'ONU sur le statut des femmes. Celle-ci a demandé une réponse au gouvernement djiboutien qui n'a toujours pas réagi, selon Femmes Solidaires. Au printemps, vingt Djiboutiennes avaient mené en France et en Belgique une grève de la faim pour interpeller la communauté internationale. Cette mobilisation avait débouché...
(Agence d'information d'afrique centrale 23/11/16)
Stationnées à Djibouti, les forces françaises ont projeté un détachement d’instruction opérationnel (DIO) en Ouganda, en faveur Uganda People Defense Forces (UDPF). Ce DIO a pour mission de former un groupement tactique ougandais, l’Uganda Battle Group XXI (UGABAG XXI) qui sera déployé en Somalie au sein de l’African Mission in Somalia (Amisom) début 2017. C’est en étroite collaboration et en langue anglaise, que les Marsouins du 5 ont manœuvré pendant quatre semaines, avec l’équipe civile US de l’Africain Contingency Operationnal Training Assistance (ACOTA) pour former 1700 soldats de l’UDPF sur les savoir-faire individuels...
(Xinhua 22/11/16)
La société chinoise "Zhong Yang Construction" va construire à Djibouti 10.000 logements, annonce un communiqué de la Primature. Selon ce document, le Premier ministre djiboutien, Abdoulkader Kamil Mohamed, a reçu lundi le patron du groupe promoteur de ce projet, M. Shan Zhong Tu, pour discuter des conditions de faisabilité de ce projet immobilier. D'un coût estimatif de 600 millions de dollars, l'exécution de ce chantier se fera en 4 phases. Les lotissements de ce projet immobilier se répartissent en 5.600 appartements de type F3, 2.800 appartements de type F4, 800 villas de type...
(Xinhua 21/11/16)
Un conteneur de munition périmées a explosé dimanche après-midi, annonce un communiqué des forces armées djioutiennes (FAD) reçu lundi. Selon ce communiqué, l'explosion qui a eu lieu dans le camp militaire Cheik Osman, le plus grand camp militaire de ce pays et principale base du fleuron blinde des FAD, n'a causé aucune perte humaine, ni de dégâts matériels. Toujours selon ce même document, "le sinistre a été très vite maîtrisé". Le haut commandement des FAD précise par ailleurs que "la vétusté des munitions a été l'origine de cette explosion."
(Agence Ecofin 21/11/16)
L’Agence américaine pour le développement international (USAID) va accorder à la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) un financement de 194 millions de dollars sur cinq ans afin de promouvoir l'intégration économique régionale et la libre circulation des personnes et des biens dans cet espace. La convention relative à ce financement a été signée le 17 novembre au siège de la CAE à Arusha, en Tanzanie. Le document a été paraphé par la chargée d'affaires de l'ambassade des Etats-Unis en Tanzanie Virginia Blaser et la directrice de mission de l’Usaid au Kenya Karen Freeman (photo), d'une part, et le secrétaire général de la CAE, Liberaït Mfumukeko, d'autre part. Sur l’enveloppe de 194 millions de dollars, environ 30 millions de dollars serviront...
(Le Monde 18/11/16)
En pleine restructuration, le pays pourrait devenir une nouvelle « porte » de l’Afrique. S’y pressent déjà les grands acteurs mondiaux du commerce, du politique et du militaire. A commencer par la Chine, qui place à Djibouti sa première présence militaire lointaine. Devant Djibouti, la mer ne sent pas la mer, mais exhale un parfum de grues et de béton, de milliards de dollars, d’empoignades géopolitiques et de nouvelles routes commerciales planétaires. Visage parmi d’autres de ce monde en métamorphose, un port immense est en train de sortir de la roche à Doraleh, aux portes de la capitale. Là, un travailleur chinois en chapeau de paille conique a jeté sa ligne de pêche au milieu de cubes en béton hauts...
(Le Monde 18/11/16)
l y a dix ans, le rêve d’un trait d’union reliant l’Afrique et l’Asie avait pris la forme d’un projet fou : un pont suspendu au-dessus du détroit de Bab-el-Mandeb, entre mer Rouge et océan Indien. Dans la partie la plus étroite de cette « porte des larmes » aux eaux tourbillonnantes, la distance qui sépare Djibouti, sur la Corne de l’Afrique, du Yémen, dans la péninsule Arabique, n’est que de 29 kilomètres. C’était encore trop. Le pont est resté un rêve. Depuis avril 2015, le Yémen est le théâtre d’une guerre régionale. Une coalition menée par l’Arabie saoudite regroupe des alliés arabes du Conseil de coopération du Golfe, dont les Emirats arabes unis (EAU), principal acteur sur le terrain,...

Pages