Dimanche 28 Mai 2017
(RFI 28/02/17)
Ismaïl Omar Guelleh doit rencontrer son homologue François Hollande ce mardi matin à l’Elysée. Au cours de ces trois jours en France, le chef de l’Etat djiboutien rencontrera également le Medef, le président du Sénat Gérard Larcher puis le ministre français de la Défense ainsi que le secrétaire d’Etat chargé du Développement et de la coopération. Les échanges devraient porter sur la coopération militaire et l’économie, notamment face à la montée en puissance du concurrent chinois. Une rencontre dénoncée par l’opposition en exil et les ONG de défense des droits de l’homme. D’autant qu’il y a peu de chance que soient évoqués les dossiers sensibles. Comme lors de la dernière visite en 2011, ni point presse ni déclaration publique ne...
(Le Monde 28/02/17)
Le voyage officiel, le premier depuis dix ans, intervient alors que les équilibres régionaux sont en pleine recomposition dans la Corne de l’Afrique. Par Cyril Bensimon Il y a encore quinze ans, Djibouti sommeillait. Son président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) débute, mardi 28 février, une visite officielle en France.Un micro-Etat désertique de 23 000 km2, indépendant depuis 1977, terrain d’entraînement de l’armée française qui constituait la meilleure assurance-vie d’un régime secoué par une décennie de rébellion (1991-2001). Lire aussi : Djibouti, objet de toutes les convoitises Depuis, tout a changé. La piraterie aux larges des côtes de la Corne de l’Afrique, la lutte contre les groupes djihadistes, les ambitions industrielles du grand voisin éthiopien privé d’accès à la mer depuis...
(Xinhua 28/02/17)
Le chef de l'Etat djiboutien, Ismail Omar Guelleh, s'est envolé lundi pour Paris, en France, où il entamera mardi une visite officielle de 72 heures sur invitation de son homologue français, François Hollande. Selon un communiqué officiel publié à cette occasion, au cours de son séjour de travail en France, le président Guelleh s'entretiendra en premier avec François Hollande. Cette rencontre devrait permettre aux dirigeants des deux pays de discuter des relations d'amitié et de coopération. Les deux chefs d'Etat évoqueront aussi les voies et moyens d'entériner des partenariats nouveaux, susceptibles d'améliorer les relations économiques entre les deux pays. Les discussions entre les deux présidents porteront en outre sur l'examen de la situation dans la région de la Corne de...
(Afrikarabia 27/02/17)
Le visite d’Etat du président Ismaël Omar Guelleh à Paris le 28 février passe mal pour l’opposition djiboutienne qui dénonce « les emprisonnements arbitraires et la verrouillage de l’espace politique » dans ce micro-Etat stratégique de la corne de l’Afrique et très courtisé par les grandes puissances. Mahamoud Djama est coordinateur du Mouvement pour le renouveau démocratique et le développement (MRD) pour l’Europe. Afrikarabia : comment expliquez-vous cette visite de dernière minute du président djiboutien ...
(L'Humanité 27/02/17)
La visite du président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, à Paris cette semaine soulève l’indignation de l’opposition. Mohamed Kadamy, dirigeant du Frud, dénonce un pouvoir qui foule quotidiennement aux pieds les droits de l’homme. Quel sens donnez-vous à cette visite du président djiboutien en France, la ­première sous le quinquennat Hollande ?
(RFI 27/02/17)
La visite, en France, du président de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh, attendu mardi 28 février, dans la capitale française, est d’ores et déjà très critiquée. C'est sa première visite depuis dix ans. Les opposants djiboutiens, en exil en France, manifestent, ce samedi 25 février, à Paris pour interpeller le président français, François Hollande. Les opposants djiboutiens veulent adresser un message au chef de l'Etat français, François Hollande, qui s’apprête à recevoir son homologue djiboutien Ismaïl Omar Guelleh. Joint par RFI, Maki Houmed Gaba, représentant en France de l’Union pour le Salut National (USN), demande au président français de reconnaître que les droits de l'opposition sont bafoués à Djibouti. « Nous lui disons : vous allez recevoir Ismaïl Omar Guelleh, ce...
(Autre média 24/02/17)
Un protocole sera signé entre le ministère turc de l'Education et la fondation turque Maarif pour le lancement de la construction d'une école à Djibouti qui devrait ouvrir ses portes en septembre prochain. Le ministre turc de l'Education nationale, Ismet Yilmaz, a indiqué que dans le courant du mois prochain, un protocole sera signé avec la fondation turque Maarif pour le lancement de la construction d'une école à Djibouti qui devrait ouvrir ses portes la prochaine année scolaire, en septembre. Ismet Yilmaz et son homologue djiboutien Mustapha Mohamed Mahmoud...
(Le Monde 23/02/17)
Au bord de la mer Rouge, un contentieux judiciaire aux forts relents politiques empoisonne depuis près de dix ans la relation entre Djibouti et les Emirats arabes unis (EAU). Un riche homme d’affaires franco-djiboutien se trouve au cœur de ce conflit qui oppose DP World, la filiale portuaire de la holding gouvernementale Dubaï World, au petit Etat de la Corne de l’Afrique. Il s’agit d’Abdourahman Boreh, un intime du président djiboutien, Ismaël Omar Guelleh, devenu son pire...
(Xinhua 20/02/17)
Le Premier ministre djiboutien, Abdoulkader Mohamed Kamil, a présidé dimanche l'ouverture d'un atelier marquant le lancement des opérations de vulgarisation du processus de reforme du système fiscal que le pays compte engager. Cet atelier qui s'appuie sur le rapport établi par les experts de la Banque Mondiale, et les recommandations des assises nationales djiboutiennes sur la fiscalité de juin 2015, a pour objectif de permettre aux participants d'engager des débats multisectoriels autour de la réforme en cours du système fiscal djiboutien. Dans une déclaration effectuée à cette occasion, le Premier ministre djiboutien a rappelé que cette reforme sera "un facteur de justice sociale, de transparence et d'efficacité budgétaire". "Pour créer de l'emploi et réduire la pauvreté, notre pays doit diversifier...
(Jeune Afrique 20/02/17)
Posée d’une voix grave par un vétéran de l’armée américaine assis sur son rocking-chair dans un clip publicitaire pour Coca-Cola, la question ne cesse d’obséder le président Ismaïl Omar Guelleh (IOG), que François Hollande recevra la semaine prochaine à l’Élysée. « Connaissez-vous Djibouti ? » ou comment faire exister un micro-État scandaleusement doté par la géopolitique et donc objet de toutes les convoitises. IOG a trouvé la réponse : l’indépendance dans la multidépendance. Français, Américains, Japonais, Européens de l’opération Atalante y ont installé des bases ou des facilités militaires, en échange d’un loyer et d’une sorte de protection partagée de l’intégrité territoriale de Djibouti, toute l’habileté de Guelleh étant d’intégrer très tôt le fait que l’ex-puissance coloniale ne pouvait à elle seule...
(Agence Ecofin 18/02/17)
(Agence Ecofin) - Il ne faudrait pas passer de l’optimisme qui prévalait quant à la croissance de l’Afrique à un trop grand pessimisme. C’est l’essentiel du message que la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde a tenu à passer depuis Bangui en République Centrafricaine où elle était récemment en visite. La dirigeante qui s’exprimait devant des étudiants a déclaré que, bien que le continent ait connu sa croissance la plus faible en deux décennies l’an dernier, et devrait la voir atteindre seulement 2,9% cette année, il fallait garder un regard lucide sur les perspectives du continent. «Nous devons nous méfier de passer du grand optimisme des dernières années quant aux perspectives de l’Afrique subsaharienne, à un pessimisme...
(Jeune Afrique 17/02/17)
Le 28 février, Ismaïl Omar Guelleh (IOG) sera en visite officielle en France pour la première fois depuis dix ans. Il aura donc fallu attendre les derniers mois du mandat de François Hollande pour que celui-ci accueille à l’Élysée son homologue djiboutien. Plusieurs fois annoncée, cette rencontre avait jusque-là achoppé sur des incompatibilités d’agenda, comme en janvier 2016, lorsque le président français s’était rendu en Inde, ou en décembre, lorsque Guelleh, pour son premier voyage officiel depuis sa réélection, était allé en Égypte, chez Abdel Fattah al-Sissi. Hollande et IOG (dont la dernière...
(Le Monde 17/02/17)
Le petit Etat aux grandes ambitions est en pleine mutation. Ce n’est pas la France qui est l’initiatrice de ces changements mais la Chine, explique la chercheuse Sonia Le Gouriellec. « Les Français, c’est fini ici », me lance un passant alors que je musarde dans le centre de Djibouti. Effectivement, en quelques mois le visage de Djibouti s’est transformé, et le « partenaire historique français » n’en est pas l’initiateur. Les inaugurations d’infrastructures se multiplient (voies de chemins de fer, ports, routes, aéroports, centres commerciaux, etc.) et le pays s’internationalise. Djibouti semble vivre à un rythme nouveau, ou à « une nouvelle allure du temps », aurait dit l’historien Jules Michelet. Le lancement de la construction de la première...
(Autre média 17/02/17)
Le Groupe Imprimerie Nationale accompagne la République de Djibouti dans la modernisation de ses titres. Cet accompagnement se traduit par la livraison d’une plateforme multititres biométriques. Les premiers passeports biométriques djiboutiens ont été délivrés début février aux citoyens. "Cette plateforme multititres est complétée par une solution de dématérialisation et d’archivage numérique des dossiers de demandes de titres qui permettra d’offrir des services administratifs performants à la population djiboutienne", indique le groupe. Harmonisation du système de demande et de délivrance des visas À terme, cette solution doit permettre aux Djiboutiens de l’étranger de demander leur passeport dans toutes les représentations diplomatiques et offrir aux étrangers une harmonisation du système de demande et de délivrance des visas. Une cérémonie s’est déroulée jeudi...
(La Croix 16/02/17)
Elle est partout, vraiment partout. Dernière arrivée, la Chine marque au fer rouge sa présence à Djibouti. Là, des dizaines de grues surplombent l’horizon de la rade de Djibouti : elle agrandit le port de Doraleh et en profite pour se bâtir une base militaire en capacité d’accueillir 10 000 soldats. L’inauguration aura lieu d’ici à la fin de l’année. Ici, une cohorte d’officiels chinois accompagne le président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) pour consacrer la deuxième tranche de la zone franche de 48 km2 cédée à Pékin. Moins d’une semaine plus tôt, le 10 janvier, le président djiboutien inaugurait la nouvelle gare de la capitale ; et avec elle le nouveau chemin de fer qui relie la cité-État à Addis-Abeba,...
(Challenges 16/02/17)
Othman Benjelloun met le cap sur Djibouti. En effet, le magnat africain de la finance, qui a été reçu il y a quelques jours par le Président de ce petit pays de la Corne d’Afrique, envisage d’y investir dans différents secteurs économiques, notamment l’énergie et l’immobilier. L’information a été confirmée à l’issue d’une cérémonie officielle accordée par son Excellence Ismaïl Omar Guellah à son invité marocain de marque qui était à la tête d’une forte délégation de patrons d’entités affiliées à Financecom (holding de tête du groupe Benjelloun). La partie marocaine a eu droit à une présentation détaillée des atouts de ce pays de près d’un million d’habitants et qui dispose d’importantes ressources naturelles telles que l’or, le gaz naturel,...
(Xinhua 15/02/17)
La Poste de Djibouti a signé mardi une convention avec la société What3 Words, pour recourir au système d'adressage de What3Words, un système qui divise le monde en carrés de 3m x 3m et attribue à chacun une adresse unique de 3 mots. Avec cet accord, Djibouti devient le cinquième pays au monde et le premier en Afrique de l'est à faire sien le choix de recourir à cette norme d'adressage. En adoptant ce système, la Poste de Djibouti entend améliorer sa capacité de livraison du courrier à domicile qui, jusque-là, était restreinte aux entreprises et agences gouvernementales traitant de gros volumes de courrier. Dans une déclaration qu'il a effectué à l'issue de la signature de cette convention, le directeur...
(Xinhua 13/02/17)
Le ministère djiboutien de la Femme vient de présenter une nouvelle stratégie pour accélérer l'abandon de toute forme d'excision pour la période de 2018 à 2022 à Djibouti. Réalisée en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), cette nouvelle stratégie qui sera soumise pour validation au Parlement va constituer le socle sur lequel repose l'option stratégique du gouvernement djiboutien pour renforcer davantage les actions permettant le respect de l'intégrité physique des petites filles. La stratégie se veut être également la référence nationale pour la promotion et la protection des droits des enfants, en particulier la protection de l'intégrité physique de la fille. Elle vise surtout à redynamiser...
(Xinhua 10/02/17)
Le président djiboutien Ismail Omar Guelleh a parrainé jeudi la cérémonie de lancement du passeport biométrique à Djibouti. Se distinguant par sa résistance à la falsification et à la contrefaçon, le passeport biométrique se révèle aussi un outil très efface en matière d'identification d'individus et de contrôle de titres de voyages émis par un Etat. Au cours d'une brève allocution faite à cette occasion, le président djiboutien s'est dit réjoui de l'introduction du passeport biométrique dans son pays. "Avec cette nouvelle disposition, nos passeports ne seront plus exposés à la contrefaçon", a-t-il déclaré. Le passeport biométrique permettra aussi à tous les Djiboutiens d'avoir à leur disposition de documents au-dessus de tout soupçon. La résistance à la falsification de ce nouveau...
(Le Temps.ch 10/02/17)
Depuis 2015, les bombardements au Yémen ont fait plus de 7000 victimes et causé de nombreuses destructions d’infrastructures, écrit un envoyé spécial de l’AFP. Cette guerre oubliée oppose les partisans sunnites du gouvernement du président Hadi soutenus par l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, contre les rebelles houthistes chiites, armés par l’Iran, ce que Téhéran dément. 2000 réfugiés yéménites vivent dans le camp poussiéreux d’Obock (Djibouti) amarré sur la côte africaine du golfe d’Aden. Entre les deux rives, le détroit de Bab-El-Mandeb (« la porte des larmes »), a vu défiler le trafic des esclaves, la piraterie et la violence des clans. Maintenant ce sont d’un côté les réfugiés yéménites qui fuient la guerre et les bombardements qui croisent les migrants...

Pages