Jeudi 23 Novembre 2017
(Le Monde 17/07/17)
Quatre cents soldats sont en cours de déploiement depuis début juillet à Djibouti, première base de la Chine à l’étranger, précise notre chroniqueur. Par Sébastien Le Belzic (chroniqueur Le Monde Afrique, Pékin) Navire militaire chinois en partance du port de Zhanjiang, dans la province de Guangdong, pour Djibouti le 11 juillet 2017. L’affaire a été rondement menée. Il n’aura fallu, depuis l’accord signé en décembre 2015 en Pékin et Djibouti, que moins d’un an et demi de travaux à la Chine pour construire sa première base militaire à l’étranger. Djibouti n’a pas été choisi au hasard. Le territoire est la porte d’entrée vers l’Afrique de l’Est et l’océan Indien. Cette position stratégique dans la Corne de l’Afrique a poussé plusieurs...
(Xinhua 17/07/17)
Djibouti et le Népal ont établi des relations diplomatiques, rapporte samedi l'Agence Djiboutienne d'Information (ADI). Le communiqué conjoint relatif à l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays a été signé vendredi à Washington entre l'ambassadeur de Djibouti aux Etats Unis, Mohamed-Siad Doualé Warsama, et son homologue du Népal, Durga Prasad Bhattarai. Les deux ambassadeurs se sont félicités de l'ouverture de relations diplomatiques entre leur deux pays, tout en "réaffirmant leur adhésion aux principes et buts de la Charte des Nations Unies et du droit international", souligne par ailleurs cette même...
(RFI 17/07/17)
Trois navires de la marine chinoise ont quitté mardi dernier le sud de leur pays. A leur bord, les premiers effectifs qui vont rejoindre la nouvelle base militaire chinoise de Djibouti, la première sur le continent africain. Annoncé début 2016, ce projet d’envergure a pour but officiel de fournir des escortes navales en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, par où transite une grande partie des importations chinoises d’hydrocarbures. Il est aussi question d’apporter de l’aide humanitaire et de protéger les ressortissants chinois en Afrique. Cetle base est également un pivot placé sur les «nouvelles routes de la soie», vaste projet visant à relancer l’économie chinoise via un grand corridor commercial passant notamment par la corne de l’Afrique pour...
(AFP 14/07/17)
Un collège d'experts a confirmé "l'origine criminelle" de la mort du juge Bernard Borrel dans l'enquête sur l'assassinat non-élucidé du magistrat français, dont le corps a été retrouvé calciné en 1995 à Djibouti, a annoncé vendredi le parquet de Paris. Ce rapport daté du 26 juin vient confirmer une expertise de 2007 qui avait déjà mis en lumière la nature criminelle du décès du magistrat, survenu dans la nuit du 18 au 19 octobre 1995. Son corps avait été trouvé, en partie dénudé, en contrebas d'un ravin, dans une région désertique à 80 kilomètres de la capitale. Dix ans plus tard, les experts, qui se sont fondés sur l'examen de photographies et l'étude des rapports incendies et médico-légaux, arrivent aux...
(Reuters 14/07/17)
Les circonstances de la mort du magistrat français, dont le corps a été retrouvé à Djibouti en 1995, demeurent inexpliquées. Depuis plus de vingt ans, Elisabeth Borrel, défendue par Me Olivier Morice, mène un intense combat judiciaire. Le parquet du tribunal de grande instance de Paris a fait savoir jeudi 13 juillet que de nouvelles expertises confirment l’origine criminelle de la mort, demeurée mystérieuse, du juge français Bernard Borrel, dont le corps a été retrouvé à Djibouti en 1995. Les experts,...
(Le Parisien 14/07/17)
Ce magistrat français a été retrouvé mort, carbonisé à Djibouti en 1995. Plus de 20 ans après, l'enquête rebondit. C’est un coup de tonnerre sur le chemin vers la vérité, au bout de 22 ans de bras de fer. La mort déjà très suspecte du juge Bernard Borrel à Djibouti en octobre 1995 a désormais toutes les allures d’un meurtre. Jeudi, le parquet de Paris a dévoilé de nouvelles expertises qui «viennent ainsi confirmer l’origine criminelle du décès de M. Bernard Borrel», conclut le communiqué. Le corps de ce magistrat, détaché au titre de la coopération judiciaire, avait été retrouvé partiellement calciné au fond d’un ravin de ce pays de la Corne de l’Afrique, siège de nombreuses bases militaires stratégiques...
(Le Monde 14/07/17)
Les soldats s’étaient alignés sur le pont du navire de transport de troupes et de matériel Jinggangshan et du semi-submersible Donghaidao, mardi 11 juillet. Le commandeur de la marine chinoise Shen Jinlong leur a lu l’ordre de construction du premier complexe militaire chinois à l’étranger et leur a présenté le drapeau de l’Armée populaire de libération (APL). Puis l’amiral Shen leur a lancé : « En route ! » Prompt à dénoncer l’interventionnisme occidental, Pékin évite la qualification de « base militaire » et préfère évoquer un « complexe de soutien ». La négociation avait été annoncée en 2015 par le premier ministre djiboutien et les détails avaient été finalisés en 2016. « La base permettra que la Chine assure...
(Xinhua 13/07/17)
La Chine a indiqué mercredi que l'établissement d'une base de soutien de l'Armée populaire de libération (APL) à Djibouti était une décision prise par les deux pays après des négociations amicales et aiderait la Chine à remplir ses obligations internationales. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Geng Shuang a fait ces remarques lors d'une conférence de presse quotidienne. Conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, la Chine envoie des vaisseaux dans le golfe d'Aden et au large de la Somalie pour des missions d'escorte depuis 2008, a expliqué le porte-parole. Durant les missions d'escorte, les officiers et soldats chinois ont rencontré des difficultés dans le réapprovisionnement en nourriture et en carburant, et Djibouti a offert un soutien...
(RFI 13/07/17)
Trois navires de la marine chinoise ont quitté hier le port de Guandong dans le sud du pays, ce mercredi 12 juillet. A leur bord, les premiers effectifs qui vont rejoindre la nouvelle base militaire chinoise de Djibouti, la première sur le continent. Annoncé début 2016, ce projet d’envergure a pour but officiel de fournir des escortes navales en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, par où transite une grande partie de ses importations d’hydrocarbure, mais aussi d’apporter de l’aide humanitaire et de protéger ses ressortissants sur le continent. A Djibouti, la Chine vient rejoindre la France, les Américains, le Japon, l’Allemagne, l’Italie et l’Union européenne qui y possèdent déjà leurs installations militaires. C’est une grande première pour Pékin...
(AFP 12/07/17)
La Chine a envoyé des militaires à Djibouti, sa première base à l'étranger, une étape historique dans le renforcement de sa présence armée à l'international. Des membres de la marine chinoise ont quitté mardi Zhanjiang, dans la province du Guangdong (sud) en direction du petit pays de la corne de l'Afrique, selon un communiqué publié sur le site internet du ministère de la Défense. La marine chinoise est présente depuis fin 2008 au large de la Somalie et dans le golfe d'Aden, dans le cadre des efforts internationaux pour combattre la piraterie dans cette région.
(Reuters 12/07/17)
PEKIN (Reuters) - Des navires transportant des soldats chinois ont appareillé à destination de Djibouti où Pékin construit sa première base militaire à l'étranger, rapporte l'agence Chine nouvelle. La Chine a entamé l'an dernier la construction dans le petit pays de la corne de l'Afrique de ce qu'elle présente comme une "base logistique" qui pourra accueillir les navires chinois participant à des missions de maintien de la paix ou humanitaires, notamment au Yémen et en Somalie. Il s'agit dans les faits de la première base navale chinoise à l'étranger, soulignent les médias locaux. La France, les Etats-Unis et le Japon disposent déjà de bases à Djibouti.
(Jeune Afrique 11/07/17)
C’est une première pour Djibouti. Sa ressortissante, Fatouma Djama Seid, a reçu, le 6 juillet, le prix B.R. Sen, délivré chaque année par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette récompense, créée en hommage à l’ancien directeur général de la FAO, l’Indien B.R. Sen, est attribuée au fonctionnaire ayant le plus contribué au progrès du pays où il a été affecté. Représentante-résidente de la FAO au Mali, Fatouma Djama Seid s’est vu décernée ce prix « pour sa contribution à la ...
(La Croix 11/07/17)
Les chefs d’établissements de la tutelle diocésaine de Troyes organisent mardi 11 juillet (1) une soirée consacrée au développement de leur partenariat avec les écoles catholiques de Djibouti. Héritage de la colonisation, l’Église est très minoritaire dans ce pays musulman de la Corne de l’Afrique. Sur le boulevard de la République et face à la résidence de l’ambassade de France, la pesante cathédrale Notre-Dame Mère-du-Bon-Pasteur de Djibouti ne passe pas inaperçue. Elle tourne le dos à la mer du golfe d’Aden. Une architecture triomphante pour une communauté catholique désormais modeste dans sa présence et son action. Dans ce petit État tout entier tourné vers le port, indépendant depuis 1977 seulement, les catholiques sont une poignée : cinq prêtres, autant de...
(Xinhua 10/07/17)
Sur demande du ministre djiboutien de l'Agriculture, de l'Elevage, de la Pêche, et de l'Eau, chargé des Ressources Halieutiques (MAEPE-RH), Mohamed Ahmed Awaleh, le gouvernement chinois a dépêché en 2015 une équipe d'experts vétérinaires auprès de la Direction de l'Elevage et des Services Vétérinaires (DESV) et de la direction de la pêche du MAEPE-RH dans le cadre de la 3ème phase du programme commun de la coopération agricole sino-djiboutienne. Composée d'expert vétérinaire et de spécialiste en aquaculture, la mission chinoise a accompli depuis un travail jugé "laborieux et remarquable" par les autorités djiboutiennes et la population directement concernée de ce pays. ...Séminaire national de formation sur "les maladies tueuses" dans l'élevage L'équipe d'experts chinois a organisé en mai 2016 ce...
(Xinhua 10/07/17)
La Chine a octroyé à Djibouti une aide sans contrepartie de 100 millions de yuans Renminbi, rapporte un communiqué du ministère des Affaires étrangères de Djibouti reçu samedi. Selon ce document, cette enveloppe servira au financement de différents projets de développement prioritaires, définis par les autorités de Djibouti et de Beijing. "Je tiens à exprimer la gratitude du gouvernement djiboutien au gouvernement chinois pour son soutien constant apporté au processus de développement durable de notre pays. Et je me félicité également de l'excellence de la coopération bilatérale entre Djibouti et la Chine qui s'est intensifiée ces dernières années de manière significative avec le lancement de grands projets ferroviaires et portuaires", a déclaré le chef de la diplomatie djiboutienne, Mahmoud Ali...
(Xinhua 10/07/17)
Djibouti et le Turkménistan ont établi cette semaine des relations diplomatiques. La signature du protocole d'accord sur l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays intervient après le récent établissement de relations diplomatiques avec le Tadjikistan et le Kirghizstan. Celle-ci vient confirmer donc l'intérêt affiché depuis quelques temps par la diplomatie djiboutienne pour les pays de l'Asie centrale issus du bloc de l'ex-URSS, selon des responsables djiboutiens. Par ailleurs, tout comme Djibouti, le Turkménistan, qui compte une population à majorité musulmane, est membre de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI). 10ème plus important producteur de coton au monde, le Turkménistan représente également la quatrième réserve mondiale de ressources en gaz naturel.
(AgoraVox 10/07/17)
A tous ceux qui, hier, ont plié leur nuque et l’ont tendu bien raide aux sabres du colon... Depuis un peu plus d’une semaine la république de Djibouti a 40 années bien tassées. Si pour certains, qui ont été prêt à gager leur vie, l’indépendance était une occasion de s’affranchir du colon, et sans aucun doute, le choix « d’une volonté active de communauté » comme l’appelle Achille Mbembé, dans l’esprit de bien d’acteurs de l’époque, emportés par le tressaillement de l’euphorie du moment, la question du devenir de la jeune nation ne s’était même pas posée. Ils ont bien voulu regarder l’avenir mais n’ont jamais su se situer par rapport à lui, faute d’une grille de lecture à la...
(Xinhua 10/07/17)
Deux célèbres humoristes ivoiriens, Michel Gohou et Digbeu, alias "Cravate", ont enflammé les shows des festivités du 40ème anniversaire de l'indépendance de Djibouti qui se poursuivent depuis le 27 juin dernier, et s'étaleront tout au long de l'année. Très peu connus des Djiboutiens, les deux comédiens ivoiriens, véritable grande surprise de cet évènement, ont marqué de toute l'étendue de leur talent les soirées de ces festivités. En effet, invités par un hôtel de la capitale djiboutienne, Gohou et "Cravate" ont conquis le public à chacune de leurs apparitions dans des sketchs hilarants qui dépeignent en toute liberté le quotidien et les maux de la société ivoirienne en particulier et de l'Afrique en générale. "Les deux humoristes ivoiriens n'ont pas joué...
(Libération 06/07/17)
Retour, en texte et en video, sur le long et compliqué chemin qui a séparé Djibouti de l'indépendance, de 1960 à 1977. Dernière terre de l’empire colonial français en Afrique continentale, Djibouti n’a obtenu son indépendance qu’en 1977, soit près de deux décennies après les processus qui ont conduit à l’indépendance en Afrique de l’Ouest, en Afrique centrale et à Madagascar. Pourtant, ce n’est pas faute d’un débat politique, fort vivace dans cet enclave française autour de la question de l’indépendance. Trop vivace, peut-être. C’est en 1862 sous le Second Empire que les Français obtiennent du sultan de Tadjoura - en réalité que les Français achètent - «les ports, rade et mouillage d’Obock situés près du Cap Ras Bir avec...
(AFP 04/07/17)
L'ambassadeur érythréen auprès de l'Union africaine (UA) a estimé mardi que le Qatar devait poursuivre son rôle de médiateur dans le différend territorial qui oppose son pays à Djibouti. "Pour l'instant, en ce qui concerne Djibouti, le Qatar reste le médiateur", a affirmé à l'AFP l'ambassadeur érythréen Araia Desta, au dernier jour d'un sommet de l'UA à Addis Abeba. Le Qatar avait obtenu en juin 2010 la signature d'un accord entre l'Erythrée et Djibouti pour résoudre par un accord négocié leur conflit territorial. Des soldats qataris avaient...

Pages