Vendredi 20 Avril 2018
(AFP 26/02/18)
Le parti du président Ismaël Omar Guelleh, en poste depuis 1999, a revendiqué une large victoire aux législatives de vendredi à Djibouti, obtenant près de 90% des sièges lors d'un scrutin boycotté par une large partie de l'opposition. L'Union pour la majorité présidentielle (UMP) a remporté 58 des 65 sièges de députés, soit trois de plus que lors du scrutin de 2013, a annoncé dimanche soir à l'AFP un haut responsable du parti au pouvoir, Mohamed Abdallah Mahyoub. Aucun chiffre concernant la participation n'a été fourni. Quelque 194.000 électeurs étaient inscrits dans cette ancienne colonie française, indépendante depuis 1977 et qui occupe une position stratégique à l'entrée de la mer Rouge. L'UMP a remporté tous les sièges en dehors de...
(RFI 26/02/18)
Une personnalité politique bien connue à Djibouti se retrouve derrière les barreaux. Bolock Mohamed Abdou, membre du parti Frud qui appartient à la majorité, et membre de la Ligue djiboutienne des droits de l'homme, a été arrêté dimanche 25 février par le Service de documentation et de sécurité. Il est accusé de diffamation par le Premier ministre. C'est la quatrième fois que Bolock Mohamed Abdou est arrêté en moins d'un an. La Ligue djiboutienne des droits humains dénonce un acharnement destiné à bâillonner toute voix discordante. Membre du parti Frud et donc de la majorité présidentielle, Bolock Mohamed Abdou est néanmoins connu pour ses écrits au vitriol contre son propre camp. Le dernier, posté samedi sur Facebook, vise notamment le...
(Jeune Afrique 24/02/18)
Le gouvernement djiboutien a annoncé jeudi soir sa décision de mettre un terme au contrat qui le lie à l'émirati DP World, gestionnaire du terminal à conteneurs de Doraleh. Le pouvoir dubaïote annonce avoir saisi la Cour d'arbitrage de Londres. Coup d’éclat ou coup de force ? La décision, annoncée le soir du jeudi 22 février par le gouvernement djiboutien, de mettre un terme, unilatéralement, au contrat de concession signé en 2006 et pour une période de 30 ans, avec l’opérateur dubaïote DP World, provoque de sérieux remous le long des quais. Le gouvernement de Djibouti a saisi illégalement le terminal à conteneurs de Doraleh, accuse le pouvoir dubaïote Le ton de la réponse, donnée dans la foulée par les...
(RFI 24/02/18)
C'était jour de vote aujourd'hui à Djibouti. Environ 200 000 électeurs, répartis dans 468 bureaux de vote, devaient élire 65 députés à l'Assemblée nationale. Des législatives au suspense limité. Le parti majoritaire UMP domine largement au Parlement et est parti favori. Face à lui une opposition divisée. Au soir des élections, les camps avaient déjà une lecture différente de cette journée. La journée a été calme, le vote s’est effectué dans de bonnes conditions et la confiance est totale quant à la victoire : Mohamed Ali Houmed n'a aucun doute, le parti présidentiel UMP va s'offrir un raz-de-marée parlementaire. Une partie de l'opposition avait appelé au boycott. Mais le président de l'Assemblée n'est pas inquiet. « Je n'ai pas constaté...
(AFP 23/02/18)
Les Djiboutiens votaient vendredi lors d'élections législatives boycottées par une grande partie de l'opposition, et qui devraient une nouvelle fois conforter le pouvoir du parti du président Ismaël Omar Guelleh, en poste depuis 1999. Quelque 194.000 électeurs sont appelés aux urnes pour désigner 65 députés. Les bureaux de vote ont ouvert à 06H30 (03h30 GMT) et devaient fermer à 18H00. "Les gens sont bien informés, ils savent bien comment ils vont voter et je crois que comme d’habitude ça va très bien se passer", a affirmé Abdoukader Doualeh Wesse, un des électeurs qui se présentaient au compte-gouttes devant les bureaux de vote. Ces élections dans cette ancienne colonie française, indépendante depuis 1977 et qui occupe une position stratégique à l'entrée...
(Jeune Afrique 23/02/18)
Les Djiboutiens se rendent aux urnes ce vendredi pour renouveler les 65 députés qui siégeront à l’Assemblée nationale. Sans surprise, l’Union pour la majorité présidentielle (UMP), le parti au pouvoir, fait figure de grand favori, face à une opposition en quête d'union, contrairement au scrutin de 2013. Après treize jours de campagne officielle, les Djiboutiens se rendent aux urnes ce vendredi 23 février, pour renouveler les 65 députés qui siégeront pour cinq ans sur les bancs de l’Assemblée nationale. Sans surprise, l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) du président Ismaël Omar Guelleh, fait figure de grande favorite, face à une opposition qui, contrairement au scrutin de 2013, part en ordre dispersé. Difficile, dans ces conditions, d’imaginer qu’elle puisse faire mieux...
(RFI 23/02/18)
Les élections législatives à Djibouti se tiennent ce vendredi 23 février. Environ 200 000 électeurs, répartis dans 468 bureaux de vote, doivent élire 65 députés à l’Assemblée nationale. Un scrutin au suspense limité. Le parti majoritaire UMP, domine largement au Parlement et part favori. Face à lui, une opposition qui tente de se relever après plusieurs années de divisions. L’Union pour la majorité présidentielle (UMP) est le seul parti qui a pu présenter un candidat pour chaque poste. Caravanes parlementaires, meetings quotidiens, la majorité a parcouru le pays de long en large. « Nous sommes confiants. Nous avons fait beaucoup de réalisations : infrastructures, ports, lutte contre la soif. L’opposition n’a rien à son actif », explique le président de...
(AFP 23/02/18)
L'émirat de Dubaï a accusé le gouvernement de Djibouti d'avoir saisi "illégalement" le terminal de conteneurs Doraleh opéré par Dubai Ports World (DP World), l'un des grands acteurs mondiaux de la gestion des ports. Le gouvernement de Djibouti a fait état pour sa part jeudi de la résiliation du contrat de concession attribué à DP World, en invoquant des "éléments en contravention flagrante avec la souveraineté de l'Etat et les intérêts supérieurs de la nation". Djibouti, qui n'a pas précisé les atteintes à sa souveraineté résultant du contrat de concession, a indiqué avoir en conséquence repris "en charge la gestion du terminal" jeudi. Le terminal de Doraleh est essentiel pour l'approvisionnement de l'Ethiopie, grand pays de la Corne de l'Afrique...
(RFI 23/02/18)
Peu de surprises à attendre des élections législatives en cours ce vendredi à Djibouti. Mais le véritable intérêt de la cité-Etat de la Corne de l'Afrique réside peut-être aujourd’hui moins dans son évolution politique que dans la mutation économique à l’œuvre, qui est en train de transformer cette ancienne colonie française en une plaque tournante stratégique et logistique de la région. L’histoire s’est accélérée dans ce dernier confetti du défunt empire français, situé dans la Corne de l’Afrique et bordant la mer Rouge. Longtemps associée à une image de torpeur et de lenteur, Djibouti semble vivre depuis quelques années, selon « une nouvelle allure du temps », écrit la spécialiste de la région Sonia Le Gouriellec en citant l’historien Jules...
(Agence Ecofin 23/02/18)
En application de la loi du 8 novembre 2017 portant sur les contrats d’infrastructures stratégiques, le gouvernement de la République de Djibouti a décidé de procéder à la résiliation unilatérale avec effet immédiat du contrat de concession attribué à DP World sur le site portuaire de Doraleh Container Terminal (DCT). La loi du 8 novembre 2017 a pour objectif de protéger, dans le cadre des contrats d’infrastructures stratégiques, les intérêts supérieurs de la nation, en particulier ceux ayant trait à la souveraineté de l’État et à l’indépendance économique du pays. Elle met en place un cadre légal permettant de renégocier si nécessaire les contrats portants sur la gestion ou l’exploitation d’infrastructures stratégiques déjà conclus. La loi autorise le gouvernement à...
(RFI 22/02/18)
A Djibouti, la campagne électorale s’est officiellement terminée ce 21 février à minuit. Les législatives se tiendront ce 22 février pour renouveler les 65 sièges de l’Assemblée nationale. Le parti au pouvoir, l'Union pour la majorité présidentielle (UMP), part grand favori devant une opposition divisée et qui se retrouve une fois de plus en ordre dispersé. « Nous sommes très confiants », déclare sans hésitation le président de l’Assemblée nationale de Djibouti. Mohamed Ali Houmed explique qu’en 13 jours de campagne, l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) a parcouru tout ....
(Agence Ecofin 22/02/18)
L’Inde octroiera un financement de 100 millions $ à l’Ethiopie et au Djibouti pour la construction d’une ligne de transmission électrique de 230 kV qui les reliera. La ligne s’étendra de Semera en Ethiopie à la ville de Djibouti. Elle sera construite en double circuit et s’étendra sur 293 km dont 190 km au Djibouti et 103 km en Ethiopie. L’infrastructure permettra au Djibouti d’importer 60 MW d’électricité en provenance de l’Ethiopie à un coût estimé à environ 1,5 million $ par mois. Cette énergie proviendra de la centrale ...
(RFI 21/02/18)
Quelque 224 millions de personnes ont été sous-alimentées en Afrique en 2016, quatre millions de plus qu'en 2015. L'insécurité alimentaire s'est aggravée, c'est le constat de la conférence régionale de la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation, organisée à Khartoum jusqu'à la fin de la semaine. Les conflits et les aléas climatiques sont en cause, mais également l'absence d'un soutien public suffisant aux agriculteurs africains, estime la Fondation Farm. Près d'une personne sur quatre est sous-alimentée en Afrique en 2016, la détérioration de la situation préoccupe la FAO réunie pour sa conférence régionale à Khartoum. Les guerres et le passage d'El Niño ont certes eu un impact négatif sur les productions et les circuits agricoles dans certains...
(Agence Ecofin 15/02/18)
L’Organisation Internationale des Migrations (IOM), agence des Nations Unies, a lancé ce 15 février 2018 une application mobile destinée à sécuriser les déplacements des migrants d’Afrique de l’Est et de la corne de l’Afrique. L’innovation baptisée « MigApp », a été déployée au Burundi, au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie, en Ethiopie, au Rwanda, à Djibouti, au Soudan du Sud et en Somalie. D’après IOM, le choix de ces pays découle de leur fort taux d’utilisation du mobile. « MigApp » sert de guichet unique où les migrants peuvent accéder à des informations actualisées, fiables et pratiques ainsi qu'aux services de l'OIM. Alex Dougan, le chef de projet « MigApp » de l'OIM, explique que l'application a été développée «...
(Agence Ecofin 13/02/18)
L’intérêt des Etats de l’Afrique de l’Est pour les infrastructures énergétiques demeure élevé, mais les financiers restent préoccupés par les risques d’ordre politique et financier auxquels sont exposées les opérations réalisées dans cette région. C’est ce qui ressort du sommet est-africain de l’énergie qui s’est tenu du 6 au 8 février dernier, à Kampala. « En tant que banque, nous avons pour mission d’accompagner tous les projets, même ceux qui suscitent des réticences auprès des autres investisseurs. Mais cela nous expose à certains risques, d’ordre politique, si les élections n’ont pas lieu au temps prévu ou d’ordre économique en cas d’instabilité de la monnaie.», a affirmé Lungile Mashele, le spécialiste des énergies à la Banque de développement de l’Afrique australe...
(RFI 07/02/18)
L’Éthiopie et Djibouti sont à nouveau reliés par une ligne de chemin de fer. Cela faisait près de dix ans que l’ancienne ligne, construite par une entreprise française au début du XXe siècle, ne fonctionnait plus. Désormais, les 750 kilomètres sont couverts par une toute nouvelle voie ferrée électrifiée, de fabrication chinoise. Les premiers passagers ont pu l’emprunter début janvier. Quelques semaines auparavant, les premières marchandises avaient fait le même chemin. Car c’est bien l’enjeu principal : accélérer le commerce extérieur éthiopien. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180207-ethiopie-nouvelle-ligne-chemin-fer-a...
(Xinhua 07/02/18)
La croissance du PIB en Afrique était estimée à 3,6% en 2017, selon la Banque africaine de développement (BAD) qui voit des perspectives "beaucoup plus prometteuses" avec un taux de croissance de 4,1% en 2018 et 2019. "Les perspectives de croissance sont beaucoup plus prometteuses et nous prévoyons une accélération de la croissance du PIB de l'Afrique à 4,1% en 2018 et 2019", a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina, lors d'une cérémonie officielle pour présenter les progrès et les perspectives de développement de l'Afrique mardi à Abidjan. "Nous avons la tête hors de l'eau et les économies africaines progressent fortement et sereinement", a commenté Akinwumi Adesina faisant remarquer que "la croissance du PIB réelle était estimée à...
(RFI 06/02/18)
La Journée mondiale contre les mutilations sexuelles est célébrée ce mardi 6 février. L’occasion pour tous les acteurs, que ce soient les associations ou les États, de se mobiliser pour les quelque 200 millions de femmes excisées et/ou infibulées. Trois millions de filles sont victimes, chaque année, de ces mutilations, très répandues parce que largement tolérées dans de nombreux pays. En Côte d'Ivoire, on estime que 30 à 40 % des femmes sont excisées. Une pratique illégale qui est punie par la loi mais qui perdure pourtant. Les enfants sont souvent excisés dès la naissance mais cette pratique est tellement ancrée dans les esprits que les jeunes filles pour certaines d'entre elles vont jusqu'à se faire exciser pour être dans...
(Agence Ecofin 01/02/18)
New Way of Working. Tel est le nom de la nouvelle stratégie mise en place par la Banque africaine de développement (BAD) et visant à apporter l’électricité à 29,3 millions de personnes, d’ici à 2020. Cette nouvelle politique a été présentée par Akinwumi Adesina (photo), le président de l’institution, lors d’une rencontre de haut niveau qui s’est tenue, le 28 janvier 2018, au siège de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, à Addis-Abeba. « La BAD est aujourd’hui en première ligne, en ce qui concerne les investissements dans les énergies renouvelables en Afrique. La part des énergies renouvelables dans le portefeuille énergétique de la banque, est passée de 14% lorsque je suis devenu président de l’institution en 2015,...
(RFI 31/01/18)
Le 30e sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine s'est achevé lundi 29 janvier avec la première prise de parole de Paul Kagame en tant que président de l'institution pour l'année 2018. Le chef de l'État rwandais pilote depuis un an les propositions de réforme de l'organisation panafricaine. A côté de ces réformes institutionnelles, il y a d'autres projets comme celui de zone de libre-échange continentale. Elle devrait être lancée officiellement le 21 mars prochain à Kigali. Ce marché commun est attendu par le secteur privé. Ce marché commun est en tout cas attendu par certains de ses membres présents lors du sommet, comme le banquier nigérian Benedict Oramah qui dresse ce constat : « Le commerce...

Pages