Lundi 19 Février 2018
(Agence Ecofin 14/12/17)
La compagnie Berkeley Energy vient de recevoir de la Société financière internationale (SFI) un fonds de placement d’une valeur de 200 millions $, au profit de projets d’énergies renouvelables en Afrique subsaharienne. Ce financement boostera le Fonds d’énergies renouvelables pour l’Afrique (AREF) géré par Berkeley, depuis une dizaine d’années, et investissant entre 10 et 30 millions de dollars dans des centrales d’énergies renouvelables, d’une capacité comprise entre 10 et 50 mégawatts. Ce nouveau financement octroyé profitera à l’ensemble de la région, exception faite de l’Afrique du Sud. « Les fonds seront injectés dans le même type de projets où nous investissons actuellement. Nous avons déjà détecté certains projets d’énergies renouvelables au Kenya, mais ces derniers ne sont pas encore arrivés...
(Agence Ecofin 13/12/17)
La Fondation américaine Bill & Melinda Gates, allouera entre 2018 et 2020, une enveloppe de 300 millions $ au profit de la recherche agricole dans les pays d’Afrique et d’Asie de l’Est, fragilisés par les effets du changement climatique. C’est ce qu’a annoncé l’institution hier, en marge du « One Planet Summit » qui s’est tenu à Paris à l’initiative du président français Emmanuel Macron. Concrètement, il s’agira pour l’organisation de soutenir l’adoption d’outils et de technologies permettant aux agriculteurs les plus pauvres d’adapter leurs activités à la hausse des températures, aux phénomènes climatiques extrêmes (sécheresse et inondation), et à la baisse de la fertilité des sols. Dans le cadre de cette stratégie, le montant sera consacré au développement d’actions...
(RFI 07/12/17)
Le continent africain accueille 30% de l'ensemble des populations relevant de la compétence du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Un chiffre alarmant et en constante augmentation depuis 2011. Car il ne faut pas l'oublier : avant d'être un lieu de départ pour une partie de la jeunesse qui cherche à rejoindre l'Europe par les routes les plus dangereuses, l'Afrique est avant tout un immense lieu d'accueil pour les fugitifs et les déplacés du Sud. Le point sur la situation. On sait qu'en Afrique, obtenir un visa pour un pays européen est une gageure. A titre d'exemple, sur les 80 millions de touristes qui entrent en France chaque année, ils sont seulement 2 millions à être originaires d'Afrique. Or,...
(AFP 06/12/17)
Des proches de personnalités disparues dans des circonstances mystérieuses, l'opposant marocain Mehdi Ben Barka ou l'ancien président burkinabè Thomas Sankara, ont réclamé mercredi la réforme du "secret défense" français qui "entrave" les enquêtes et "contrevient" à la Convention européenne des droits de l'homme. "Je me suis heurtée dès le départ, dès janvier 1996, au secret" autour de la mort du juge Bernard Borrel, dont le corps a été retrouvé calciné à Djibouti en octobre 1995, a lancé Elisabeth Borrel lors d'une conférence de presse du Collectif Secret Défense, organisée à Paris. Le collectif compte entre autres le fils de Mehdi Ben Barka, opposant marocain enlevé à Paris en 1965...
(APA 06/12/17)
APA-Addis-Abeba (Ethiopie) - L’Ethiopie devrait exporter de l’énergie supplémentaire au Soudan, au Kenya et à Djibouti dans deux ans car l’installation de lignes de transport vers les pays voisins est en cours, a déclaré mardi un haut responsable du gouvernement. Bizuneh Tolcha, Directeur des relations publiques et des communications au Ministère de l’hydraulique, de l’irrigation et de l’électricité, a déclaré mardi que les études de faisabilité sur l’exportation d’énergie supplémentaire à Djibouti, au Kenya et au Soudan avaient été finalisées et l’installation de moyens de transmission vers le Kenya est achevée à plus de 50%. Conformément à l’accord d’achat d’électricité conclu entre l’Ethiopie et le Kenya, le premier vendra au Kenya 400 mégawatts de plus à la fin de la...
(Agence Ecofin 02/12/17)
En marge du sommet Union européenne/Union africaine qui s’est achevé à Abidjan les 29 et 30 novembre, la Banque africaine de développement a convié les représentants des Commissions économiques régionales (CER) du continent, à la réunion de la consultation de la stratégie « High 5». Après avoir appelé les représentants des CER à examiner les acquis et les réussites de l’intégration régionale en Afrique et les améliorations qu’il convient d’apporter aux freins qui limitent la promotion de cet idéal, le président de la BAD, Akinwumi Adesina a présenté les objectifs de cette stratégie. Ils se déclinent en cinq axes qui visent à éclairer l'Afrique, à l'alimenter en énergie et la nourrir ; travailler à l’industrialiser ; intégrer le continent et...
(AFP 01/12/17)
Le président français Emmanuel Macron a précisé jeudi son projet de lutte contre les réseaux criminels de passeurs de migrants en Libye, plaidant pour le déploiement de forces policières africaines, l'envoi de troupes française n'étant pas à l'ordre du jour. "Nous avons des échanges bilatéraux avec des pays africains pour contrôler les trafics, d'une manière structurée dans une +task force+", a déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Accra, dernière étape de sa tournée africaine. "Il appartient aux Etats africains d'opérer sur leur sol et de mener des opérations de police...
(AFP 30/11/17)
Le 5e sommet Europe-Afrique a débouché mercredi soir sur une série de mesures d'urgence pour mettre un terme à l'esclavage de migrants en Libye, devenu un des thèmes centraux des débats. Evacuation d'urgence des Africains désirant quitter la Libye, "task force" policière et de renseignement, commission d'enquête mais aussi une communication pour dissuader les jeunes de tenter l'exode sont prévus, a annoncé le président français Emmanuel Macron à l'issue d'une réunion d'urgence de neuf pays sur le sujet. Après le scandale international né de la diffusion d'images de marché aux esclaves en Libye, l'immigration s'est imposée comme le thème majeur du sommet qui réunit environ 80 chefs d'Etat...
(La Tribune 29/11/17)
Après l'ouverture par l'armée chinoise d'une base militaire à Djibouti, la Chine et le pays de la corne de l'Afrique, ont décidé de rehausser à un niveau supérieur leurs relations diplomatiques. Celles-ci devraient passer de partenariat stratégique à coopération globale, mais à quel prix. Eléments de réponse. La Chine et Djibouti. Voilà deux pays « amis » et partenaires stratégiques. Mais le géant asiatique et le petit Etat africain caressent le rêve d'une coopération globale. C'est d'ailleurs tout le sens de la visite du président djiboutien Ismail Omar Guelleh en Chine, qui a débuté le mercredi 22 novembre...
(AFP 29/11/17)
Les chefs d'Etat et de gouvernement arrivaient progressivement mercredi à Abidjan pour le cinquième sommet Union européenne (UE) - Union africaine (UA), qui se penchera principalement sur les questions d'immigration et de sécurité, avec l'ambition de donner un meilleur avenir à la jeunesse africaine. Parmi les 83 dirigeants attendus, la chancelière allemande Angela Merkel, le secrétaire général de l'ONU Antiono Gutteres, le président rwandais Paul Kagame, entre autres, ont été accueillis par le président ivoirien Alassane Ouattara, hôte du sommet, avant l'ouverture officielle à 14 heures (locales et GMT).
(AFP 29/11/17)
Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi à Ouagadougou la création d'un fonds d'un milliard d'euros pour les PME en Afrique, financé par la Banque publique française d'investissement et l'Agence française de développement (AFD). Lors d'une allocution à la communauté française au Burkina Faso, il a expliqué avoir "l'objectif de multiplier ce fonds par dix, ce qui est tout à fait faisable si nous faisons appel à nos alliés européens ou à d'autres financeurs privés, européens ou non européens". "Il y a un potentiel dans l'agriculture, la filière de valorisation de la production agricole et le numérique" notamment, a-t-il dit. "Ce dynamisme est une nécessité pour faire face au défi démographique", a poursuivi le chef de l'Etat, rappelant que...
(Xinhua 27/11/17)
Un exercice d'entraînement sur le terrain de la Force en attente d'Afrique de l'Est (EASF), baptisé "Mashariki Salaam II", a débuté samedi sur la base militaire de Gebeit, dans l'est du Soudan. Au total, dix pays d'Afrique de l'Est prennent part à l'exercice, qui s'achèvera le 6 décembre. "Cet exercice aidera l'EASF à se préparer à accomplir les tâches assignées, notamment en ce qui concerne le maintien de la paix", a déclaré le lieutenant-général Yahya Mohamed Khair, chef d'état-major adjoint du Soudan et président du Comité des chefs des effectifs de défense de l'EASF, dans un discours prononcé lors de la cérémonie de lancement de l'exercice. Le général Khair a promis que l'armée soudanaise fournirait toute l'assistance nécessaire pour garantir...
(AFP 23/11/17)
La Chine et Djibouti ont élevé jeudi le niveau de leurs relations diplomatiques, a indiqué Pékin, quelques mois après l'ouverture par l'armée chinoise d'une base militaire dans ce pays de la corne de l'Afrique. L'annonce est intervenue à l'issue d'une rencontre dans la capitale chinoise entre le président djiboutien Ismail Omar Guelleh et son homologue Xi Jinping. "Les deux chefs d'Etat se sont mis d'accord pour élever le niveau des relations bilatérales à un partenariat stratégique", a déclaré Chen Xiaodong, un haut responsable du ministère des Affaires étrangères. La Chine a inauguré début août à Djibouti sa première base militaire à l'étranger. Selon Pékin, elle est destinée à soutenir les opérations de maintien de la paix de l'ONU, d'évacuation de...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Djibouti poursuit son développement économique et social. Depuis 2016, le gouvernement multiplie les plans d’action afin de doper la croissance du pays. Une stratégie que défend Mag Teerey Ibrahim Ahmed, maître de conférence à l'université de Djibouti. Longtemps réduite à l’image d’une cité garnison des forces françaises et largement maintenue sous perfusion, la République de Djibouti a réussi le tour de force, en quarante années d’existence, de se forger un destin en épousant les évolutions de son environnement, et a su également s’inscrire dans les basculements en cours de l’ordre géoéconomique mondial, dans cet océan Indien en plein devenir.
(Jeune Afrique 23/11/17)
Depuis 2006, les banques islamiques présentes dans le pays ont permis d’augmenter le taux de bancarisation. Le Global Islamic Finance Award (Gifa), remis le 6 septembre au président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) à Astana, la capitale du Kazakhstan, récompense la formidable croissance de la finance islamique à Djibouti. Depuis la libéralisation du secteur bancaire, en 2006, les trois acteurs du pays – Saba Islamic Bank, Salaam African Bank et East Africa Bank – sont parvenus à s’octroyer 25 % des comptes et 21 % du total des actifs de la place. Entreprises et organisations islamiques Surtout, ils ont contribué à faire décoller le taux de bancarisation,
(Jeune Afrique 23/11/17)
Avec le forum djiboutien sur l'intégration régionale, début décembre, la Chambre de commerce espère convaincre les investisseurs étrangers à aider à consolider la croissance de la région. C’est une première. Les 4 et 5 décembre, Djibouti lance son forum sur « l’intégration régionale et l’investissement privé dans les infrastructures ». L’occasion, selon la chambre de commerce qui organise l’événement à l’occasion de son 110e anniversaire, « de réfléchir à la manière de favoriser l’arrivée des investisseurs internationaux dans les infrastructures publiques d’Afrique de l’Est ». Quelques centaines de décideurs politiques, de représentants d’organisations financières internationales et d’acteurs du secteur privé sont attendus. Au menu : l’harmonisation des normes, les leviers à mettre en place entre public et privé, la réduction des...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Le pays, qui possède un fort potentiel géothermique, s’engage à utiliser des énergies renouvelables. Il multiplie les forages, avec le soutien financier de la communauté internationale. À Djibouti, on n’a pas de pétrole mais des énergies renouvelables à profusion. Pour ne plus avoir à dépendre d’un or noir importé à 100 % puis, ces dernières années, d’une électricité éthiopienne qui répond à 70 % de sa consommation, la petite République a décidé de passer au vert pour devenir le premier pays africain à utiliser une énergie à 100 % renouvelable. Et si possible rapidement, c’est‑à-dire à l’horizon 2035. L’objectif peut sembler démesuré, mais la persévérance qu’ont montrée les autorités du pays ces vingt dernières années pourrait être récompensée. Malgré son...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Pendant quarante-huit heures, à la mi-septembre, les camions chargés de qat qui descendent en mode Mad Max des hauts plateaux éthiopiens ne sont pas arrivés à Djibouti. « Ce fut une journée colorée, joyeuse, agréable et personne n’en est mort », écrit le quotidien La Nation, avant d’ajouter : « Et s’il en était ainsi tous les jours ? » Pour les accros à cette plante – 70 % des hommes, 20 % des femmes, dit-on – que compte la République de Djibouti, cette perspective relève de l’impensable tant la mastication de ses feuilles bourrées de principes actifs aux effets proches de ceux des amphétamines relève du lien social, de l’identité commune et de la convivialité assumée. Importées d’Éthiopie par vol matinal...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Dans le cadre de la décentralisation, l’État vient d’inaugurer trois ports régionaux. Des atouts sérieux pour rééquilibrer le territoire. L’année 2017 restera historique pour le secteur portuaire djiboutien. Le pays a créé l’événement en mai avec l’inauguration du nouveau port multifonction, construit dans la baie de Doraleh, en face de la ville de Djibouti, pour 580 millions de dollars (environ 520 millions d’euros). Il a également réceptionné, en juin, ses premiers ports décentralisés, à Tadjourah et au Goubet, dans le Nord. En attendant celui de Damerjog, dans le Sud, près de la frontière somalienne, aussi attendu pour cette année mais dont l’ouverture pourrait être reportée afin de répondre aux nouvelles ambitions de l’autorité portuaire. Malgré ce retard, l’arrivée de ces...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Eiffage Génie Civil et l’espagnol Tedagua construiront une usine de dessalement d’eau de mer. L’UE financera le projet à hauteur de 63 millions d’euros. Cocorico ! Une société française vient de remporter un appel d’offres public à Djibouti. Bien sûr, diront les grincheux, c’est l’Union européenne (UE) qui a choisi. Il n’empêche que la désignation, fin août, d’Eiffage Génie Civil pour la construction de la première usine de dessalement d’eau de mer du pays permet au secteur privé français de faire un retour remarqué dans le paysage djiboutien. Même si la filiale d’Eiffage partage le contrat avec l’espagnol Tedagua, spécialiste du traitement des eaux, sous la maîtrise d’ouvrage du ministère de l’Économie et des Finances. Construire une usine Ce projet de...

Pages