Jeudi 23 Novembre 2017

Somalie : deux soldats djiboutiens de l'AMISOM tués dans un attentat des Shebabs à la voiture piégé

Somalie : deux soldats djiboutiens de l'AMISOM tués dans un attentat des Shebabs à la voiture piégé
(Xinhua 26/10/16)

Une attaque au camion piégé perpétrée mardi par les combattant du groupe terroriste somalien Shebab aurait fait 2 morts et plusieurs blessés parmi les soldats du bataillon djiboutien déployés à Beldeweyn, au centre de la Somalie, sous la bannière de la Mission de l'Union africaine en somalie (AMISOM).
L'Agence Djiboutienne d'Information (ADI) a rapporté que cette attaque a été menée en deux temps : un kamikaze a fait exploser d'abord son camion chargé d'explosifs à l'entrée du camp des troupes djiboutiennes, et un commando de combattants shebabs ont ensuite pris d'assaut le camp militaire.
L'ADI précise par ailleurs que les assaillants ont été repoussés avant d'être abattus tous.
Dans un communiqué publié à l'issue de cette attaque, le chef d'Etat somalien, Hassan Cheick Mahamoud, a adressé un message de condoléances à son homologue djiboutien, Ismail Omar Guelleh.
Djibouti participe depuis 2011 à l'AMISOM avec un contingent de 2.000 hommes basé à Beledwyne, au centre de la Somalie.
Créée par le Conseil pour la paix et la sécurité de l'Union africaine le 19 janvier 2007 avec un premier mandat de six mois et autorisée par le Conseil de sécurité des Nations unies le 21 février 2007, l'AMISOM a pour mission de soutenir le gouvernement somalien de transition, pour mettre en œuvre une stratégie de sécurité nationale, former les forces de sécurité somaliennes, et contribuer à créer un environnement sûr pour la distribution de l'aide humanitaire.
Les contributeurs de l'AMISOM sont Djibouti, l'Ouganda, le Burundi, l'Ethiopie, et le Kenya.
En mai 2013, le secrétaire général adjoint de l'ONU, Jan Eliasson, avait déclaré que lors de ces six dernières années, l'AMISOM avait perdu quelque 3.000 soldats.
Suite à cette attaque contre le camp militaire djiboutien, le chef de l'Etat djiboutien, Ismail Omar Guelleh, a réaffirmé la détermination de son pays à combattre le terrorisme.
"Nous ne pouvons poursuivre sereinement notre marche vers le progrès et le développement durable sans un environnement régional en paix", a-t-il indiqué dans un communiqué officiel.
"Les terroristes ont fait l'amère expérience qu'ils ne pouvaient tromper la vigilance de nos forces armées dont les capacités à faire face à ce genre d'attaque et à remplir efficacement la mission qui leur est assignée ne sont plus à démontrer", a-t-il dit, avant d'exprimer, au nom de la nation djiboutiennne sa reconnaissance "aux valeureux soldats tombés sur le champ d'honneur".
"Nous ne remercierons jamais assez nos forces armées qui affrontent les dangers et les risques les plus importants afin de nous permettre de vivre dans la dignité, la liberté, la sécurité et la paix", a-t-il conclu.

Commentaires facebook