Djibouti veut mettre fin au travail des étrangers en situation irrégulière | Africatime
Jeudi 27 Avril 2017

Djibouti veut mettre fin au travail des étrangers en situation irrégulière

Djibouti veut mettre fin au travail des étrangers en situation irrégulière
(Xinhua 14/09/16)

Le gouvernement djiboutien vient d'annoncer sa décision d'éradiquer le travail des étrangers en situation irrégulière dans le pays.

Selon le ministre djiboutien du Travail, Hassan Idriss Samrieh, plusieurs enquêtes dénoncent que des sociétés embauchent des travailleurs clandestins, soit par méconnaissance du droit du travail du pays, soit volontairement.

Il a souligné dans un récent communiqué que cette situation porte préjudice aux travailleurs djiboutiens et aggrave davantage les contraintes de Djibouti qui est confronté à un chômage de masse.

Il a rappelé que les autorisations de travail pour les personnes étrangères ne peuvent être demandées et accordées que pour des qualifications qui font défaut au marché du travail local conformément à la loi de 2006 portant Code du Travail.

Le ministre a précisé également que les employeurs qui utilisent une main-d'œuvre étrangère doivent mettre en place un plan de relève, au profit des demandeurs d'emplois djiboutiens, car les travailleurs étrangers ne peuvent exercer dans le territoire djiboutien une activité salariée qu'en vertu d'un contrat à durée déterminée selon le Code du Travail de ce pays.

"Face à un chômage galopant, nous ne pouvons nous permettre le luxe de laisser le marché du travail occupé par des travailleurs étrangers démunis des autorisations requises. Quelque soit le secteur d'activité, les opportunités d'emploi, là où elles existent, doivent profiter prioritairement aux Djiboutiens. Il existe une législation qui réglemente le travail des étrangers. Et tout sera fait pour qu'elle soit appliquée dans toute sa rigueur", a-t-il écrit.

Le ministre djiboutien du Travail a accordé à tous les opérateurs un délai de 15 jours pour régulariser la situation de leurs employés étrangers.

"Passé ce délai, les contrevenants s'exposeront à de lourdes amendes, prévues par l'article 289 du code du travail. Et le ministère du Travail va user de tous les moyens de contrôle disponibles pour déceler les travailleurs clandestins et leurs employeurs", a-t-il prévenu.

Malgré une croissance économique positive continue, estimée à 6% pour 2016 par le Fonds Monétaire International (FMI), Djibouti reste confronté à un chômage de masse persistant.

Selon une étude de la Banque Mondiale, le chômage touche 45% de la population djiboutienne active et plus de 70% chez les jeunes de moins de 30 ans.

Le pays compte près de 200.000 chômeurs, pour une population totale estimé à 850.000 habitants.

Commentaires facebook