Samedi 27 Mai 2017

La base chinoise à Djibouti: un peu plus qu'une simple installation de soutien logistique

La base chinoise à Djibouti: un peu plus qu'une simple installation de soutien logistique
(Ouest-France 17/05/17)

La Chine a lancé en grande pompe, dimanche, son premier sommet international sur les Nouvelles routes de la soie, un rendez-vous qui dure jusqu'à ce lundi et qui rassemble une trentaine de dirigeants mondiaux. Le président chinois Xi Jinping a promis une enveloppe de 124 milliards de dollars pour accélérer ce projet.

Les Routes de la soie s'articulent autour d'une "ceinture" terrestre qui se double d'une "route" maritime, englobant l'Asie centrale, l'Europe centrale, le Moyen-Orient et l'Afrique.

En Afrique, la Chine renforce sa présence à Djibouti, ce dont se félicite le chef de l'Etat djiboutien puisque, selon lui, "personne d’autre que les Chinois n’offre un partenariat à long terme à Djibouti".

Pékin finance et construit un immense complexe multimodal et une zone franche (une Free Trade Zone de 4 800 ha), de l’autre côté de la baie, à Doraleh, là où se trouvent déjà le terminal à conteneurs ainsi que le poste pétrolier.

Djibouti et Doraleh, c'est là aussi que Pékin construit sa première base militaire du continent (voir la carte ci-dessous parue en mars dans un article de The Trumpet et la photo ci-dessous qui montre la base en construction au-sud-ouest de la zone multimodale).

La décision annoncée en 2015 est motivée, officiellement, par le désir de la Chine de mieux appuyer les opérations de maintien de la paix, la lutte anti-piraterie et les efforts humanitaires. 2015, c'est aussi l'année du 10e Livre blanc chinois sur la Défense où il est bien précisé que le pays doit devenir une super-puissance navale et disposer de bases de soutien à l'étranger (dont Gwadar au Pakistan et Djibouti).

Commentaires facebook