Jeudi 25 Mai 2017

Djibouti : pose de la première pierre d'une bibliothèque nationale financée par la Chine

Djibouti : pose de la première pierre d'une bibliothèque nationale financée par la Chine
(Xinhua 25/04/17)

Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, a donné dimanche le coup d'envoi des travaux de construction d'une bibliothèque nationale et des archives.
Cette structure, la première de ce genre à Djibouti, est entièrement financée pour le gouvernement chinois dans le cadre de la coopération sino-djiboutienne.
Il s'agit en effet de deux bâtiments qui seront construits sur un même terrain d'une superficie de 30.000 m².
La bibliothèque nationale aura une capacité de 500.000 milles livres ou documents. Le bâtiment abritant les archives nationales aura quant à lui une capacité de stockage d'environ 3.000 m², exploitable pour 50 ans.
Dans une allocution prononcée à cette occasion, le président Guelleh a indiqué que la bibliothèque nationale sera le fleuron de la culture contemporaine de son pays alliant authenticité et modernisme. "Elle servira aussi à promouvoir la lecture et l'amour du livre permettant à nos enfants de se cultiver et de s'épanouir", a-t-il dit.
En ce qui concerne les archives nationales, le président djiboutien a rappelé qu'elles représentent la mémoire historique, sociale et politique djiboutienne, et font partie de la bonne gouvernance. Car, a-t-il précisé, "elles reflètent une partie de notre culture politique et permettent de suivre l'évolution institutionnelle de la république djiboutienne".
"Je tiens à présenter mes remerciements à nos partenaires chinois pour leur soutien à la réalisation de ce grand projet, qui sera un lieu de prédilection pour conserver et collecter toute la bibliographie écrite sur Djibouti", a-t-il indiqué par ailleurs.
Pour M. Guelleh, ces archives joueront également un rôle critique dans la transmission de l'histoire collective de son pays et permettront aux historiens et chercheurs djiboutiens mais aussi à quiconque serait intéressé de trouver un lieu où ces données peuvent servir à leurs œuvres et enrichir la société de son pays dans son ensemble.
"Nous poursuivons notre stratégie de développement axée sur le capital humain rendant le savoir un outil crucial pour la création et l'innovation", a-t-il conclu.

Commentaires facebook