Mardi 24 Octobre 2017

Djibouti : Ismaïl Omar Guelleh s’accroche à son trône

Djibouti : Ismaïl Omar Guelleh s’accroche à son trône
(AgoraVox 22/02/16)
Ismaïl Omar Guelleh.

Les élections sont la plus grande hantise des hommes politiques une fois arrivés au pouvoir. La peur de perdre un poste prestigieux les pousse à ne pas s’occuper de la chose publique et seule leur prochaine réélection compte. Ce défaut intrinsèque au système démocratique sous perfusion médiatique n’existe pas dans bon nombre de pays africains. C’est le cas de Djibouti où le président Guelleh règne en maître depuis près de deux décennies. La problématique de la réélection n’en est pas vraiment une, mais la chose publique est là encore bien lointaine des préoccupations présidentielles. Se maintenir au pourvoir quitte à plonger le pays dans le chaos, telle est la démarche empruntée depuis plusieurs mois par Ismaïl Omar Guelleh.

« Moi président »

Cet aphorisme désormais bien célèbre en France prête à sourire tant le chef de l’Etat n’a de chef que le nom. A Djibouti, cela fait déjà beaucoup moins rire car ce que veut le président Guelleh, le président Guelleh a. Un changement constitutionnel pour pouvoir se présenter une troisième fois à la présidence en 2011 ? Pas de problème ! Tel un monarque, celui qui promettait de sortir le pays de la misère arrache tout ce qu’il veut (mais pour lui seulement). Cinq ans plus tard il recommence.

Cette fois-ci il s’agit de se faire élire pour un quatrième mandat. La chose n’est pas simple car le peuple est, sinon hostile, au moins circonspect quant à une telle démarche qui sent la démocratie de parade. S’étant donné les coudées franches d’un point de vue constitutionnel, la question est uniquement politique. Comment faire avaler une couleuvre de plus à des Djiboutiens qui n’aspirent qu’à la paix sociale et la démocratie ? Facile ! On laisse entendre qu’on ne se représentera pas, le système mis en place fait semblant de redouter le vide et une exclamation « populaire » propulse Omar Guelleh à la tête de son Parti pour les prochaines élections qui auront lieu le 8 avril prochain.

Commentaires facebook