Samedi 16 Décembre 2017

Congo : Garder l'espoir en 2017 malgré la crise financière

Congo : Garder l'espoir en 2017 malgré la crise financière
(Xinhua 06/01/17)

BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- En dépit de la crise financière ayant contraint, en 2016, le gouvernement à prendre des mesures vigoureuses et responsables afin de ne donner la primauté qu'à l'essentiel, le président du Congo, Denis Sassou N'Guesso a invité les Congolais à la rigueur, afin de surmonter les obstacles pour poursuivre la marche vers le développement avec méthode, détermination.

"Les difficultés sont faites pour être surmontées, les obstacles pour être franchis. Devant nous, il n'y a rien qui ne puisse être surmonté, rien qui ne puisse être franchi. En 2017, nous allons poursuivre notre marche vers le développement avec méthode et détermination, dans la rigueur et la confiance, en veillant à nous concentrer sur l'essentiel et le possible", a déclaré le chef de l'Etat dans son message du Nouvel An.

Conscient que l'année 2016 a été difficile sur le plan économique, Denis Sassou N'Guesso qui prévoit une année 2017 plus difficile, a appelé à la mise en œuvre des réformes pour conforter la marche vers le développement engrangé depuis quelque temps.

"Ces réformes, nous les avons voulues. Elles sont indispensables car elles mettront en lumière le chemin que nous devons emprunter pour sortir de l'ornière. Elles doivent être conduites par tous et dans l'intérêt de tous pour créer une véritable dynamique de diversification de notre économie et de croissance durable ", a-t-il insisté.

En effet au Congo, tout comme dans la sous-région d'Afrique centrale, l'année 2016 a été marquée par de fortes pressions financières conséquence de la baisse continue des cours des pétroles qui ont fortement dégradé les équilibres économiques et financiers, ce qui a fait reculer la production générale de plus de 5%.

Pour faire face à cette situation économique et financière préoccupante, le gouvernement, a annoncé le chef de l'Etat congolais, a privilégié l'essentiel et décidé de réduire les dépenses publiques en particulier, et celle plus générale du budget de l'Etat pour l'ajuster à la diminution des recettes de l'Etat.

"C'est grâce à cela que notre pays a gardé la tête hors de l'eau en 2016 et a pu tenir ses engagements", a souligné le président de la République dans son message de vœux à la Nation.

Pour espérer sortir de cette situation en 2017, il est attendu des autorités congolaises la mise en place d'une réelle politique pour maîtriser la recette et la dépense, mais aussi la mise en place d'un schéma idoine capable de tracer la vision économique qui ne se repose plus essentiellement sur l'or noir.

Quoiqu'un effort collectif est attendu de tous, les autorités congolaises invitent à la rigueur dont le gouvernement devrait donner l'exemple, montrer le chemin, dire la vérité, car, souligne-t-on, "la situation économique et financière sera plus rude en 2017 qu'elle ne l'a été en 2016".

Par ailleurs, de l'avis des observateurs locaux, si d'un côté le pétrole, principale source de financement, ne doit plus être l'unique pourvoyeur des fonds dans le budget de l'Etat, la nécessité d'en créer d'autres à travers la diversification de l'économie s'avère une nécessité.

Ceci passe, évoque-t-on, par la promotion des secteurs porteurs, notamment l'agriculture, le tourisme, les services, les forêts, l'énergie, l'approche interne, l'habitat social et l'assainissement ainsi que les mines.

Au regard de la difficile situation financière actuelle, tenir le pari des promesses et engagements pris au plus haut niveau de l'Etat suppose des décisions courageuses de la part des autorités.

Il s'agit entre autres, estiment des spécialistes de la haute finance, de réduire le train de vie de l'Etat ; élargir l'assiette fiscale au secteur informel tout encourageant les PMI-PME source de croissance ; faire appliquer le principe d'unicité des caisses à toutes les administrations qui gèrent les menues recettes.

"L'effort collectif que nous avons engagé tout au long de l'année 2016 doit être poursuivi en 2017. Il doit l'être avec plus d'ampleur et de rigueur. Rigueur pour tous. Rigueur pour le gouvernement qui doit donner l'exemple, montrer le chemin, dire la vérité", a indiqué le chef de l'Etat.

Et d'ajouter : "Notre meilleur rempart contre les aléas de la vie, c'est notre volonté. Notre meilleure arme contre la résignation et la fatalité, c'est l'espoir qui inspire notre action collective, du premier au dernier jour de l'an".

Commentaires facebook