Mardi 20 Février 2018
(Jeune Afrique 14/12/17)
Bezem Kassan, 38 ans, est une designer textile récemment installée au Togo. Elle vivait à Londres depuis des années quand elle a choisi de venir s’installer au Togo, le pays de son père. Et c’est avec l’objectif de « donner une touche particulière à l’univers de la mode au Togo », mais aussi d’approfondir l’approche graphique de ses créations, que la jeune femme a posé ses valises à Lomé début 2016. Née en Russie en 1982 d’une mère française et d’un père médecin psychiatre originaire de la région de Kara (nord du Togo), Bezem Kassan a grandi à Paris, où elle a obtenu son diplôme des métiers d’arts (université de Paris-Est-Marne-la-Vallée) et s’est lancée dans la création de costumes historiques...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Bettina Codjie, âgée de 23 ans, est blogueuse de mode au Togo. «Au départ j’écrivais pour me détendre, mais vu l’engouement suscité par mon blog, j’ai été obligée de le professionnaliser et j’ai misé sur les photos pour le rendre plus attrayant », explique Bettina Codjie, étudiante en licence d’expertise comptable à l’École supérieure d’audit et de management (Esam) de Lomé. Interface dynamique, beaux clichés, rubriques bien organisées… Le Blog de Bettina, qu’elle a mis en ligne en dilettante il y a un an, rebaptisé Golden Betty, enregistre en moyenne 500 visites par jour. Dès qu’elle aura obtenu son diplôme, la jeune femme compte investir dans « un véritable site professionnel ». Elle n’a pas encore fait assez de bénéfices...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Ce sont des œuvres étonnantes, bouleversantes, des photographies brodées sur des sujets graves qui touchent à la fois à l’histoire de la Côte d’Ivoire et à la vie intime des personnages représentés. Ce projet artistique très particulier de l’artiste ivoirienne Joana Choumali, né à Abidjan, d’un père ivoirien et d’une mère hispano-équato-guinéenne, est exposé jusqu'au 31 janvier 2018 aux 11e Rencontres de Bamako. Entretien. RFI : Joana Choumali, pourquoi votre série de photographies s’appelle-t-elle « Ça va aller » ? Joana Choumali : « Ça va aller » est une expression typique de la Côte d’Ivoire, qui conclue toute conversation positive ou négative. C’est une façon pour nous de dire que tout ira mieux, et cela, quelle que soit la...
(AFP 13/12/17)
L'écrivain d'origine camerounaise Patrice Nganang était toujours détenu ce mardi, près d'une semaine après son interpellation, sa garde à vue ayant été prolongée de 48 heures lundi, a annoncé son avocat. L'écrivain se préparait mardi soir à passer sa sixième nuit en détention à la police judiciaire de la capitale camerounaise, Yaoundé. "Son bon de garde à vue a été renouvelé (lundi) de 48 heures par le procureur de la République", a déclaré à l'AFP son avocat, Me Emmanuel Simh. L'écrivain devrait "en principe" être présenté devant le procureur au terme de cette garde à vue. L'avocat estime que la garde à vue est "illégale", étant donné que celle-ci ne lui a pas été notifiée après son interpellation mercredi. La...
(AFP 13/12/17)
Un tribunal du Caire a condamné mardi une jeune chanteuse égyptienne à deux ans de prison pour "incitation à la débauche" après son apparition dans un clip particulièrement suggestif, a indiqué une source judiciaire. Cette peine a été assortie d'une amende de 10.000 livres égyptiennes (480 euros). Le réalisateur du clip Mohamed Gamal a écopé de la même peine, selon la même source. Ils peuvent tous les deux interjeter appel. La chanteuse Shyma, 21 ans, avait été arrêtée le 18 novembre après le dépôt de plaintes contre le clip de sa chanson "Andy Zoroof" ("J'ai des problèmes"), selon des sources de sécurité. Sur les images, la chanteuse multiplie les postures lascives dans ce qui semble représenter une salle de classe...
(AFP 13/12/17)
Une chanteuse soprano nigériane interprétant une aria de Puccini dans une école de musique: un rare spectacle dans la capitale économique du pays, Lagos, qui a provoqué un afflux de spectateurs qui surprend même la principale intéressée. "J'ignorais combien j'étais connue au Nigeria", admet Omo Bello, 33 ans. "J'ai quitté le pays depuis plus de dix ans et les choses ont changé à un point que je n'avais pas réalisé. Quand j'ai vu la foule, j'ai été surprise. Une surprise agréable, mais une surprise quand même !" Etudiante à Lagos, Omo Bello a été repérée par des chasseurs de talents et a bénéficié d'une bourse pour étudier au prestigieux Conservatoire de Paris. Quelques tournées, un album et des récompenses plus...
(Jeune Afrique 12/12/17)
Au Rwanda, l’éducation sexuelle traditionnelle favorise l’éjaculation féminine. Combattues par l’Église catholique, ces pratiques subsistent, comme le montre le documentaire d'Olivier Jourdain, "L’Eau sacrée" disponible en DVD depuis le 11 décembre 2017 et sous-titré en huit langues, dont le français. Il était une fois, au Rwanda, une reine terriblement frustrée par les guerres qui retenaient son époux loin de la chambre à coucher. Au point qu’elle dut se résoudre à faire appel à un serviteur pour la contenter. Craignant des représailles du monarque, ledit serviteur approcha son pénis tremblant du clitoris de la reine, provoquant aussitôt un royal jaillissement. Le kunyaza était né et n’allait pas tarder à se répandre au pays des Mille Collines. Selon l’une des nombreuses variantes...
(AFP 12/12/17)
Les trois coups du festival Mantsina ont été donnés lundi à Brazzaville, la capitale de la République du Congo qui veut vivre jusqu'au 20 décembre à l'heure du "théâtre partout et pour tous". Outre l'incontournable Institut français, moteur de l'activité culturelle dans les grandes villes de l'Afrique francophone, le festival souhaite aussi aller à la rencontre du public dans les arrondissements populaires de la capitale congolaise, de Bacongo à Makelekele. Pour cette 15e édition, des créations de jeunes artistes africains (congolais, togolais...) vont côtoyer des textes des grands auteurs. Le travail de mémoire sera à l'ordre du jour avec une conférence sur la construction du chemin de fer Congo-Océan de Brazzaville à Pointe-Noire entre 1921 et 1934. Le "père" des...
(Jeune Afrique 12/12/17)
Samedi, l’artiste ivoirien DJ Arafat a refusé de monter sur scène à Dakar, accusant le promoteur de ne pas avoir assez mobilisé ses fans. Defko Africa, la structure organisatrice, a porté plainte et l'artiste ivoirien a reçu une convocation dans l'hôtel où il loge toujours, à Dakar. Il devait être sur scène à 21h. Jusqu’à minuit, les fans sénégalais de DJ Arafat l’attendaient encore sur la Place du Souvenir Africain. En coulisse, les promoteurs négocient avec la star ivoirienne du coupé-décalé. Trente minutes plus tard, Omar Kandé, directeur général de Defko Africa, s’adresse au public. Le concert est annulé à cause d’un « malentendu » avec l’artiste. Les billets seront remboursés… Que s’est-il réellement passé pour que le concert tant...
(La Tribune 11/12/17)
Réuni ce vendredi 08 décembre à Jeju en Corée du sud, le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation et la culture a décidé d'approuver deux projets d'assistance en faveur de l'Ouganda et de la Zambie. Le premier bénéficiera d'une enveloppe de 232.000 dollars alors que la seconde recevra un appui de 334.000 dollars. L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a décidé de soutenir l'Ouganda et la Zambie pour la sauvegarde de leur patrimoine immatériel. Le Comité intergouvernemental de l'institution pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel lors de sa réunion de ce vendredi à Jeju, en Corée du Sud, a approuvé entre autres, deux...
(RFI 11/12/17)
Dakar accueille actuellement la 6e édition de Parcours, l'autre grande rencontre d'art contemporain après la Biennale sénégalaise. Le Parcours propose de redécouvrir, pendant 10 jours, les grands centres artistiques de Dakar avec des expositions inédites et ainsi connecter les galeries de la capitale sénégalaise. Les vernissages ont lieu quartier par quartier à des heures différentes pour que les amateurs puissent circuler à pied à travers la capitale sénégalaise pour rejoindre les galeries. « On s’est réunis pour créer une espèce de "network" entre les galeries. Et de là est venue l’idée qu’on pourrait faire une manifestation loin de la Biennale, mais qui, quand même, se pose dans le calendrier culturel », explique Mauro Petroni, artiste céramiste, et l'un des créateurs...
(AFP 11/12/17)
Des archéologues égyptiens ont découvert une momie dans une tombe qui n'avait pas encore été explorée à Louxor en Haute Egypte, a annoncé samedi le ministère des Antiquités. Deux tombes avaient été découvertes dans les années 1990 par l'archéologue allemande Frederica Kampp qui avait seulement atteint leurs portes "mais n'y était jamais entrée", a précisé le ministère dans un communiqué. Ces tombes pourraient dater de l'époque du Nouvel Empire, qui a duré plusieurs siècles jusqu'à il y a environ 3.000 ans. Depuis leur découverte, elles étaient restées "intouchées" jusqu'à ce qu'une nouvelle mission archéologique s'y intéresse, selon le ministère. Dans la première tombe, les archéologues ont découvert, outre des objets funéraires, "une momie enveloppée dans un tissu de lin" qui,...
(France Inter 10/12/17)
Après le succès de sa première B.D "Aya de Yopougon", Marguerite Abouet frappe encore avec "Le commissaire Kouamé", un polar vaudevillesque publié en novembre dernier. Pour Babel-sur-Seine, elle remonte le temps et nous emmène en Côte d'Ivoire — un pays qui nourrit ses récits et où elle a passé son enfance. Nous serons en Côte d'Ivoire dans Babel-sur-Seine et nous vous emmènerons aussi en Irlande, au Népal, et au Cameroun La Côte d'Ivoire racontée en B.D par Marguerite Abouet Dans "Aya de Yopougon" Marguerite Abouet met en scène avec humour le quotidien des habitants d'Abidjan dans les années 1970 tandis qu'à travers sa nouvelle B.D, "Le Commissaire Kouamé", la scénariste et dialoguiste prend un virage plus sombre et loufoque, plongeant...
(AFP 07/12/17)
Le président français Emmanuel Macron s'est dit "prêt" mercredi à ce que Paris restitue les crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris, un geste attendu à Alger. "Je souhaite qu’on ravive la relation avec le travail mémoriel entre nos deux pays, que la restitution des crânes soit décidée, je la déciderai, je suis prêt", a déclaré le chef de l'Etat français au site d'informations TSA ("Tout sur l'Algérie"). TSA devait publier dans l'après-midi l'intégralité de cet entretien.
(AFP 07/12/17)
Une "oeuvre éphémère" érigée à Douala (sud du Cameroun) par une artiste française demandant pardon au peuple camerounais pour les méfaits de la colonisation française a été détruite jeudi par des activistes, moins de 24 heures après sa mise en place, a appris l'AFP de sources concordantes. Trois activistes, dont André Blaise Essama, connu localement pour ses actions contre les monuments montrant des personnalités françaises au Cameroun, ont fait tomber l'installation conçue par la française Sylvie Blocher, a-t-on appris de sources concordantes. Sur une vidéo postée sur Facebook par la chaîne de télévision Equinoxe TV, émettant de Douala, on voit les trois hommes mettre à terre "l'oeuvre" en question, sous les applaudissements des badauds et curieux. Il s'agissait en fait...
(Africatime 07/12/17)
Le Prix Afrilivres 2017 consacrant le Meilleur éditeur de cette année a été décerné à la maison d’édition togolaise Les Editions Graines de Pensées, le lundi 4 décembre, à la Bibliothèque du Palais de la Culture de Treichville d’Abidjan, Côte d’Ivoire. Elle a ainsi remporté la rondelette somme de 5 000 euros soit environ 3 280 000 francs CFA, pour la qualité de fabrication du livre, au terme des délibérations du jury international commis à cette tâche par l’Association Afrilivres. L’éditeur togolais Les Editions Graines de Pensées est spécialisé en littérature générale, littérature jeunesse et en ouvrage de langues nationales. Au cours de 3ème édition, ce sont au total 14 titres issus des productions de 8 éditeurs qui ont été...
(AFP 06/12/17)
La star du rock français Johnny Hallyday, mort dans la nuit de mardi à mercredi à 74 ans, était "un pan de notre mémoire", a déclaré à l'AFP le chanteur de reggae ivoirien Alpha Blondy. "C'est un vieux complice qui vient de terminer sa mission sur terre. Johnny est un pan de notre mémoire culturelle pour les gens de ma génération", a affirmé le chanteur ivoirien âgé de 64 ans. "La chanson que j'ai beaucoup aimée est son duo avec Sylvie Vartan +J'ai un problème+. Cela nous aidait à draguer les filles", s'amuse-t-il, se souvenant aussi d'avoir interprété Le Pénitencier avec son groupe au lycéey "Johnny Hallyday a donné plusieurs concerts en Côte d'Ivoire où il compte beaucoup de fans...
(APA 06/12/17)
APA-Ouagadougou (Burkina Faso) - Le thème des migrations sera abordé lors de la 13e édition du Festival culturel Ciné droit Libre (CDL), qui débute samedi à Ouagadougou, a-t-on appris auprès du comité d’organisation de la manifestation. Face à la presse les organisateurs ont indiqué que le Festival va se tenir du 9 au 16 décembre sous le thème : «Migrations: loin de chez moi ?». Selon le coordinateur du Festival CDL, Abdoulaye Diallo, il s’agira de mener la réflexion autour du triptyque migrations-immigrations clandestines-réfugiés. Il a expliqué que «cette question nous interroge sur les enjeux des flux migratoires aussi bien sur les migrants que sur leurs pays d’origine et de destination». M. Diallo a regretté que la quête d’un avenir...
(Jeune Afrique 06/12/17)
Johnny Hallyday est décédé dans la nuit de mardi à mercredi, des suites d’un cancer des poumons. Personne n’aura pu échapper à la nouvelle. En revanche, peu connaissent l’histoire camerounaise du rockeur français, qui poussa Ahmadou Ahidjo à fustiger « le comportement yéyé ». Nous sommes en mai 1968. Johnny Hallyday est en Afrique, pour sa troisième tournée sur le continent. Elle doit le mener à Dakar, Niamey, Ouagadougou, Kinshasa, Yaoundé et Fort-Lamy (actuel Ndjamena). Interrogé par une radio française sur l’Afrique, le rockeur répond : « Ça me fait plaisir d’y retourner parce que c’est un beau pays (sic) et puis j’aime le soleil. » Mais Johnny Hallyday va surtout se retrouver au cœur d’une (em)brouille diplomatique. Il a...
(Jeune Afrique 06/12/17)
Chiwetel Ejiofor vient d’achever le tournage d’un film consacré à l’histoire de William Kwakamba, adolescent malawite qui construisit des éoliennes pour lutter contre la sécheresse dans son village. Et un premier long-métrage pour Chiwetel Ejiofor ! L’acteur anglo-nigérian, multi-récompensé, vient tout juste d’achever le tournage, au Malawi, de l’adaptation du best-seller The Boy Who Harnessed the Wind. Il s’agit d’une autobiographie publiée en 2009, co-écrite avec le journaliste Bryan Meale, qui raconte l’incroyable histoire de William Kwakamba. En 2001, le Malawite William Kwakamba, alors âgé de 14 ans, est forcé d’abandonner ses études pour aider son père, travailleur agricole. Face à la sécheresse et la famine qui frappent sa région, il se plonge dans des manuels, disponibles à la bibliothèque...

Pages