Mardi 20 Février 2018
(Le Point 11/01/18)
Depuis le 1er janvier, le Bénin vibre au rythme du vodoun, entendez les religions traditionnelles dont le pays reste plus que jamais le berceau. Le guide touristique Juste Agogoitcha qui officie à Ouidah nous le confirme, la fête de Vodoun bat son plein, encore cette année. Depuis le 1er janvier, en passant par le 10 jusqu'au 31, le mois de janvier est très particulier au Bénin ou anciennement le Dahomey (Danxomé). C'est la fête du Vodoun, mais pas que... Kpassè (là où se trouve la forêt sacrée du nom d'un des rois qui siégea sur le trône de la ville) ou Ouidah nommée encore Gléhoué par les Fons, Abomey, Grand-Popo, Porto-Novo : toutes ces villes se souviennent de la déchirure...
(AFP 10/01/18)
Le site de Jebel Irhoud, devenu le nouveau "berceau de l'humanité" depuis la découverte de restes d'Homo sapiens de 300.000 ans considérés comme les plus vieux du monde, a été classé patrimoine national par les autorités marocaines. La décision de préservation a été publiée dans l'édition de janvier du Bulletin officiel marocain. "Le classement d'un site d'une telle ampleur est très important pour sa préservation", a déclaré à l'AFP Abdelouahed Ben-Ncer, professeur à l’Institut marocain d’archéologie et co-auteur des recherches archéologiques. "C'est un atout pour les chercheurs", a-t-il ajouté en précisant que le classement instaurait notamment une "zone tampon" autour du site fouillé par une équipe d'archéologues co-conduite par l'anthropologue français Jean-Jacques Hublin. Le site d'environ trois hectares se trouve...
(RFI 10/01/18)
La 2e édition du festival international de Porto-Novo, festival des arts et de la culture vaudou, a lieu en ce moment dans la capitale béninoise. Jusqu’à samedi, il y a des concerts, des spectacles de danse de masques vaudou, un colloque scientifique sur le sujet, des visites du patrimoine architectural. L’objectif est de mettre en valeur la richesse culturelle de cette ville carrefour, à la frontière avec le Nigeria, pourtant méconnue et longtemps délaissée. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180110-benin-vaudou-festival-porto-novo
(Le Point 09/01/18)
« C'est au bout de la vieille corde que l'on tisse la nouvelle » dit un proverbe africain. Le galeriste parisien Robert Vallois s'en est souvenu lorsque cet amateur d’art classique et contemporain béninois s'est investi dans un projet humanitaire et culturel au Bénin avec l’association française Hospitalité et Développement et le Collectif des Antiquaires de Saint-Germain-des-Prés. Une école maternelle à l'entré de Cotonou a d'abord été construite en 2012, puis le Centre Arts et Cultures de Lobozounkpa pour la création contemporaine. Enfin, l’édification du Petit Musée de la Récade fin 2015 a offert un écrin aux sceptres royaux du Dahomey. Cette collection exceptionnelle a été réunie grâce aux dons des antiquaires parisiens et des collectionneurs occidentaux, permettant à ce...
(Agence Ecofin 09/01/18)
Au Nigeria, le succès de la suite du film « The Wedding Party » ne cesse de faire parler la presse spécialisée. Dans la continuité des excellents résultats de la première partie, de ce qui semble en route pour devenir une des sagas les plus marquantes de l’histoire de Nollywood, le film a généré 873 600 dollars, seulement 18 jours après sa sortie en salles le 15 décembre. En 2017, « The Wedding Party » avait généré environ 1,3 million de dollars de revenus après seulement deux mois d’exploitation en salles. Disponible sur Netflix, attractif en salles partout dans le monde, notamment dans les salles CanalOlympia en Afrique où il fait énormément d’entrées, ce film est parti pour devenir un...
(RFI 08/01/18)
La 2e édition du Festival international de Porto-Novo a démarré ce samedi. Pendant une semaine, la capitale du Bénin va célébrer son patrimoine culturel et cultuel riche et varié à travers des spectacles, des concerts et un colloque sur le vaudou. À l'occasion de l’Epiphanie, une fête très importante à Porto-Novo, une procession a été suivie ce dimanche par de nombreux habitants. Des centaines d’enfants en costume d’ange, des rois mages et de nombreux fidèles portant le pagne imprimé pour l’occasion ont quitté leur paroisse et convergent vers le marché. Damien Dohou fait partie de la procession. Il raconte pourquoi le père Francis Aupiais, un religieux français, a créé cette fête en 1922 : « Avant l’arrivée du père Aupiais,...
(AFP 08/01/18)
A trois minutes de pirogue de Dakar, la petite île de N'Gor, surnommée "N'Gor la belle", pleurait dimanche la chanteuse française France Gall, qui y possédait une maison, tandis que son restaurant, dans un quartier résidentiel de la capitale sénégalaise, a gardé les volets baissés. Sur l'île, qui s'orthographie également Ngor, des vigiles empêchaient de s'approcher de la modeste demeure d'un étage aux murs jaune clair de la chanteuse décédée dimanche matin, a rapporté un vidéaste de l'AFP. Les ruelles de N'Gor, îlot de tranquillité face à l'océan Atlantique prisé par les surfeurs, étaient pratiquement vides par cette journée fraîche et venteuse. Emilie, une touriste italienne, pour qui France Gall "était tout" s'y est tout de même rendue. Elle explique...
(Jeune Afrique 08/01/18)
Accompagné de son partenaire Dieudo Hamadi, le réalisateur Joël Akafou a suivi le parcours de trois cyberarnaqueurs ivoiriens. Il en a tiré « Vivre riche », un film qui dresse le portrait d’une société du paraître. « L’arnaque à la romance » en Afrique de l’Ouest est vieille comme le Net, ou quasi. Le principe est toujours le même : des internautes africains se font passer pour des Européens, par courriel, sur les chats ou sur les réseaux sociaux, et séduisent des Européens en mal d’amour… jusqu’à leur soutirer de l’argent. Les brouteurs – de « brou », « le pain » en nouchi, l’argot ivoirien – comptent parmi les plus célèbres de ces cyberarnaqueurs, avec leurs homologues nigérians. Plus d’une...
(Jeune Afrique 05/01/18)
Alors que son dernier concert en Algérie date de 1979, le chanteur kabyle Idir, résident en France, fait son grand retour dans le pays pour une tournée nationale à partir de jeudi. « Promettez-moi de chanter librement en Algérie, je me produirai aux quatre coins de mon pays », avait confié le chanteur Idir à Jeune Afrique, en 2013. Cinq ans plus tard, l’Algérie s’apprête à accueillir l’enfant du pays, après près de quarante ans d’absence. Il débute son retour sur la scène algérienne avec deux premiers concerts, qui auront lieu ce jeudi 4 et vendredi 5 janvier, à la coupole du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf à Alger. Idir sera accompagné par des chanteurs français, à l’instar de Gérard Lenorman et...
(Jeune Afrique 05/01/18)
La congolaise Laëtitia Kandolo a fait ses armes en tant que styliste free-lance auprès d’artistes internationaux comme Rihanna, Beyoncé, Kanye West ou Madonna. Puis elle a fondé, en 2015, Uchawi (« magie », en swahili), sa propre griffe de prêt‑à-porter mixte, qui privilégie un modèle de fabrication éthique. « Uchawi, c’est un état d’esprit. Chacune des collections de Laëtitia Kandolo raconte une histoire unique. Les fils conducteurs sont le rêve mais aussi le voyage », indique cette Parisienne d’origine kinoise, qui a à cœur d’exporter le made in Africa à l’international. C’est d’ailleurs à Kinshasa, où elle s’est installée, que sont confectionnées ses créations. Préserver le masusa Uchawi propose plusieurs types de vêtements : des sweat-shirts basiques ornés du logo de...
(MondAfrique 03/01/18)
Le dernier film documentaire d’Emmanuel Gras, “Makala”, est un petit chef-d’œuvre de sensibilité et d’élégance et surtout… une grande claque, métaphysique et matérialiste. Makala en swahili signifie « charbon ». Et ce sont bien quelques sacs de charbon qui ont le rôle-titre dans ce film. La matière est là, à chaque plan, on ne peut plus prosaïque : de simples morceaux de bois brûlés dont la fabrication, le transport et la vente sont filmés avec une précision documentaire. Mais le documentaire, se métamorphose progressivement en allégorie de la condition humaine. En filmant sans répit le labeur exténuant de Kabwita Kasongo, jeune villageois de la République démocratique du Congo dans un corps à corps avec la matière, le réalisateur embarque le...
(RFI 03/01/18)
La Gambie est prise de la frénésie de l’afropop. Cette musique venue du Nigeria a su égaler le traditionnel mbalax sénégambien, et détrôner le reggae bien implanté dans le pays. Des rythmes traditionnels, un zeste d’afrobeat, et des touches d’électro : voici le mélange qui fait danser les Gambiens aujourd’hui. A la radio, dans les bars et dans les boîtes, on n’entend que ça. Ce rythme si particulier de l’afropop du Nigeria. Pour Sheikh, un Gambien de 26 ans, il n’existe pas de meilleure musique : « La musique du Nigeria, ça fait partie de ma vie. Quand je l’écoute, ça me motive ! J’adore ! » Tekno Miles, Davido, Wizkid, ces noms sont adorés en Gambie et les paroles...
(Le Monde 02/01/18)
A la tête de l’institution pendant trente ans, Samuel Sidibé a triplé la surface d’exposition et considérablement enrichi les collections. Certaines personnalités occupent si bien leur fonction qu’elles finissent par l’incarner. Samuel Sidibé, 1,90 m déplié, est de ces figures charismatiques. Fin décembre 2017, il a quitté le Musée national du Mali, qu’il dirigeait depuis trente ans, et son départ à la retraite met en émoi tout le milieu de l’art malien. « Personne n’est indispensable », balaye l’intéressé sans coquetterie. Samuel Sidibé le dit avec d’autant plus de sincérité qu’il est tombé dans le chaudron de l’art par hasard. En 1970, l’élève assidu décroche une bourse pour étudier la muséologie en France. « Je n’avais aucune idée de ce...
(RFI 02/01/18)
Bonoua, à 50 km à l’est d’Abidjan, est une grosse bourgade de la région Sud-Comoé. La librairie de la ville, créée dans les années 1990, propose tous types de publications, mais aussi de la papeterie, des vêtements et des articles de bazar… De notre envoyée spéciale à Bonoua, Jour de marché à Bonoua, un samedi matin de décembre. En haut de la colline, les rues aux abords de la Poste sont totalement envahies. Aucun véhicule ne passe. La foule se presse entre les étals chargés d’habits ou de denrées alimentaires variées et les derniers jouets en plastique importés de Chine, empilés en tas immenses. Comme partout où l’on prépare Noël, les yeux des enfants brillent devant ces objets dont les...
(Fraternité Matin 30/12/17)
Bledson Mathieu, journaliste et Secrétaire général adjoint de la rédaction à Fraternité Matin a remporté le «Prix de la lutte contre le travail des enfants», au cours de la 19e édition de la Nuit de la communication qui a eu lieu, ce samedi 29 décembre 2017, au Sofitel hôtel Ivoire. Même si la RTI rafle le super prix Ebony, celui du meilleur journaliste de Côte d’Ivoire, il reste que le pionnier de la presse écrite en Côte d’Ivoire, c’est-à-dire Fraternité Matin, se maintient dans le juron des meilleurs professionnels du milieu des médias en terre ivoirienne. En fait, le meilleur journaliste 2017 de Côte d’Ivoire s’appelle Koné Para Soro. Il officie à la deuxième chaine (RTI 2) de la télévision...
(Agence Ecofin 29/12/17)
Alors qu’ils n'avaient plus été décernés depuis janvier 2012, les grands prix du président de la République sénégalaise pour les Arts et les Lettres, ont été attribués le 19 décembre dernier par le président Macky Sall. Créés par Abdou Diouf, président de 1981 à 2000, dans le but de promouvoir le développement des arts et de récompenser les artistes méritants. Les lauréats de ces Grands Prix reçoivent chacun une enveloppe de 10 millions de francs CFA. Lors de la cérémonie organisée au Grand Théâtre de Dakar, le cinéaste Ousmane William Mbaye et le chanteur Baaba Maal ont remporté respectivement le grands prix du président sénégalais pour les Arts et le prix d’encouragement de cette catégorie. L'auteure sénégalaise Rahmatou Samb-Seck a...
(RFI 28/12/17)
L'audience était prévue pour le 19 janvier, mais elle a finalement eu lieu ce mercredi 27 décembre. A Yaoundé, le procès de l'écrivain américano-camerounais Patrice Nganan a été expéditif. Il était poursuivi pour « apologie de crime » et « menaces » pour un post sur Facebook où il disait vouloir « donner une balle exactement dans le front de Paul Biya, le président camerounais ». Le tribunal a finalement prononcé la relaxe et l'abandon des poursuites, mais pour l’expulser dans la foulée vers les Etats-Unis. On aurait dit qu'elles tenaient entre les mains une véritable patate chaude, tellement les autorités judiciaires ont donné l'impression qu'elles voulaient s'en débarrasser, au plus vite. Ce matin de mercredi, Patrice Nganang a été...
(Jeune Afrique 28/12/17)
Après « Paris, on t’aime aussi ! », Léo Bigiaoui revient avec un nouveau court-métrage, « Je suis une blessure », sorti ce mercredi. Lui qui avait déclaré « Paris, c’est aussi Barbès, La Chapelle et le métro », nous emmène à nouveau dans le Paris sous-terrain, cette fois-ci pour exposer la psychose de la décennie. Le cadre : le métro parisien, ce lieu de fréquentation quotidien de la population de la capitale. La scène : des voyageurs qui attendent tranquillement l’annonce de leurs stations. Puis, trois hommes montent dans leur wagon, en paraissant avoir des origines maghrébines. C’est là que le récit commence. Un récit sans répliques, pour un résultat glaçant de réalisme. Un choix assumé par le scénariste...
(RFI 27/12/17)
En Côte d’Ivoire, pour célébrer le passage à la nouvelle année, élégance et classe riment avec pagne en wax. Ce tissu en coton imprimé à la cire a été importé en Afrique au 19e siècle par des marchands hollandais, mais il fait désormais totalement partie de la culture africaine. Et pour se confectionner sa tenue de fête à quelques jours du réveillon, tout Abidjan est à la recherche de l’imprimé coloré qui fera la différence. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20171227-cote-ivoire-recherche-beau-pagne-nou...
(Le Point 26/12/17)
Grand par la qualité de ses œuvres, le Petit Musée de la Récade, conçu par l'architecte René Bouchara, est un bâtiment moderne d'une blancheur immaculée tout en longueur pour seulement cinq mètres de large. À faire pâlir d'envie les musées occidentaux, du Quai Branly-Jacques Chirac au Metropolitan Museum, la collection présente 36 récades anciennes et des objets royaux comme un trône d'apparat et des statues de lion. Ce musée s'inscrit dans un projet plus vaste du Centre d'Abomey-Calavi, une ville voisine de la capitale Cotonou, porté par l'ONG française Hospitalité et développement avec le soutien du collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Prés. Figure de proue du collectif, le galeriste Robert Vallois a su fédérer ses pairs autour de sa passion pour...

Pages