Samedi 17 Février 2018
(AFP 26/01/18)
Michel Gbagbo, le fils de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, a été condamné vendredi à six mois de prison ferme et à 500.000 francs CFA d'amende (750 euros) pour "complicité de divulgation de fausses nouvelles", a annoncé son avocat. Laurent Despas, un journaliste français, directeur du site d'information Koaci.com, où M. Gbagbo avait tenu les propos incriminés par la justice, a lui été condamné à 10 millions de FCFA d'amende (15.000 euros) par le tribunal correctionnel d'Abidjan, pour "divulgation de fausses nouvelles", selon Me Rodrigue Dadje. Dans un entretien à Koaci.com en mai 2016, Michel Gbagbo avait déclaré que "250 personnes étaient encore détenues dans les prisons" ivoiriennes et que "300 personnes (...)
(AIP 26/01/18)
Le président de la République, Alassane Ouattara, quitte Abidjan ce vendredi pour la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, où il prendra part au 30è Sommet de l’Union africaine (UA) prévu pour dimanche et lundi, appris l’AIP sur le site de la présidence. Ayant pour thème "Remporter la lutte contre la corruption: une voie durable vers la transformation de l’Afrique", ce sommet sera, sans doute, l’occasion pour les chefs d’Etat et de gouvernement africains d’adopter les réformes institutionnelles et financières au niveau de l’institution panafricaine dont les travaux ont confié au président rwandais, Paul Kagamé, il y a quelques temps. D’ailleurs, le chef de l’Etat rwandais devrait succéder à son homologue guinéen, Alpha Condé, dont le mandat à la présidence de la Conférence...
(Jeune Afrique 26/01/18)
Le ministre ivoirien de l’Industrie et des Mines deviendra, le 1er mars, le président de la Commission de la Cedeao. • Inattendu À 64 ans, cet homme discret quitte le gouvernement et s’apprête à succéder, le 1er mars, au Béninois Marcel de Souza à la tête de l’organe exécutif de la Cedeao. Il est le premier Ivoirien à occuper ce poste – Abidjan a activement soutenu sa nomination, barrant la route à de Souza, qui semblait désireux de briguer un nouveau mandat, et à la candidature du Cap-Vert. • Polyglotte Il parle français, anglais et espagnol. Et connaît parfaitement les rouages des institutions financières internationales : il a travaillé treize ans au FMI et fut représentant-résident de la Banque mondiale...
(Jeune Afrique 25/01/18)
Henri Konan Bédié,président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, et Pascal Affi N’Guessan, président de l’une des deux tendances du Front populaire ivoirien, se sont rencontrés ce mercredi 24 janvier au domicile du président du PDCI. Officiellement, il s'agissait d'une « visite de courtoisie », mais le symbole politique est fort. C’était une rencontre qui avait été préparée dans le plus grand secret, par le cabinet des deux hommes. Ce mercredi 24 janvier 2018, Henri Konan Bédié, président du PDCI, membre de la mouvance présidentielle du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), et Pascal Affi N’Guessan, président de l’une des deux tendances du FPI, parti d’opposition de Laurent Gbagbo, se sont entretenus, pendant plus d’une demi-heure,...
(APA 25/01/18)
Le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) Pascal Affi N’Guessan sera reçu, mercredi soir à Abidjan, par le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) Henri Konan Bédié, a appris APA de sources concordantes dans la capitale économique ivoirienne. La tenue de cette rencontre confirmée par l'entourage de M. Bédié ‘’n’est pas ouverte à la presse’’. Elle devrait consacrer un début de rapprochement entre le PDCI et le FPI. Les responsables de jeunesse de ces deux partis politiques se sont rencontrés la semaine dernière. Cette rencontre avait été qualifiée de ‘’fructueuse’’ par le président de la jeunesse du FPI, Navigué Konaté selon qui, elle vise à mettre en place une plateforme de réflexion sur la réconciliation, la sécurité, la...
(Jeune Afrique 25/01/18)
La Commission électorale indépendante (CEI) a indiqué mardi que les prochaines élections municipales et régionales, qui doivent se tenir en 2018 en Côte d'Ivoire, seront couplées. Sans préciser à quelle date précise elles auraient lieu. Si les prochaines élections municipales et régionales sont prévues cette année, les Ivoiriens ne savent toujours pas à quelle date exacte précise. Tout juste savent-t-ils désormais qu’elles seront couplées. C’est ce qu’a annoncé la Commission électorale indépendante (CEI), mardi 24 janvier, lors d’une rencontre avec les partis politiques. « La CEI proposera très bientôt une date d’un scrutin couplé au gouvernement », a expliqué Gervais Coulibaly, vice-président de la commission, en recevant les responsables des partis politiques. Un scrutin programmé pour le 28 juillet ?...
(Fraternité Matin 25/01/18)
Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly sera reçu par le Premier ministre français Edouard Philippe. Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly sera reçu par le Premier ministre français Edouard Philippe. Crédits: Les échanges ont porté sur la coopération bilatérale entre les deux pays. Les deux personnalités ont également abordé, entre autres, les questions relatives au transport, à l’éducation et aux infrastructures économiques. Coopération: Amadou Gon Coulibaly sera reçu par son homologue français le vendredi Le Premier ministre ivoirien, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Amadou Gon Coulibaly, sera reçu en audience, le vendredi 26 janvier 2018, à Paris, par son homologue français, Edouard Philippe. Mais avant cette rencontre, Amadou Gon Coulibaly a été reçu au Quai...
(APA 25/01/18)
L’ex-ministre ivoirien de l’Enseignement supérieur, Saliou Touré, président de l’Université internationale de Grand-Bassam, a invité mercredi à Abidjan le chef de l’Etat Alassane Ouattara et son aîné Henri Konan Bédié à "sauver une autre fois la Côte d’Ivoire" afin que la crise qu’a connue le pays ne se répète plus, lors d’une cérémonie de présentation de vœux. M. Saliou Touré qui recevait les vœux du nouvel an d’une délégation de la Fondation Henri Konan Bédié, au sein de l’Université de Grand-Bassam, à Cocody (est Abidjan), en qualité de président du Comité d’honneur, a appelé l’actuel chef de l’Etat et le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), à garantir la paix en Côte d’Ivoire. "Ce sont ces deux personnes,...
(AFP 24/01/18)
Les élections municipales et régionales prévues cette année en Côte d'Ivoire seront "couplées", a déclaré mardi la Commission électorale indépendante (CEI) qui a aussi annoncé une révision des listes pour "très bientôt". "La CEI proposera très bientôt une date d’un scrutin couplé au gouvernement", a expliqué Gervais Coulibaly, vice-président de la CEI, en recevant les responsables des partis politiques. "Mais bien avant, ces scrutins seront précédés de la révision de la liste électorale. Cette révision qui consiste en un toilettage et en une mise à jour du fichier électoral devrait se dérouler très bientôt car, comme l’exige la loi la liste électorale provisoire doit être publiée trois mois au plus tard avant les élections par voie d’affichage", a affirmé, de...
(RFI 24/01/18)
En Côte d’Ivoire, à l’occasion d’une réunion avec différents partis politiques, la Commission électorale a annoncé que les scrutins municipaux et régionaux prévus pour 2018 seraient couplés. Pour autant aucune date précise n’a pour le moment été arrêtée. Une révision des listes pour « très bientôt » et des élections municipales et régionales couplées, ce sont les deux annonces faites par la Commission électorale indépendante qui recevait mardi 23 janvier à son siège d’Abidjan les représentants des partis politiques. Aucune annonce n’a été faite concernant la date des scrutins, mais cela sera nécessairement avant octobre 2018, puisque la loi impose...
(APA 24/01/18)
La Commission électorale indépendante (CEI) a invité, mardi, les partis politiques à communiquer «au plus tard le 3 février 2018», les noms et dossiers de leurs représentants dans le cadre du renouvellement des Commissions électorales indépendantes (CEI) locales. L’information a été donnée par le Vice-président de cette institution, Gervais Coulibaly au cours d’une rencontre avec les partis politiques. Selon M. Coulibaly cité par une note d’information de la CEI, ce processus se fait « au regard des trois scrutins prévus en 2018 et au vu des missions de la CEI qui lui font entre autres obligations de la révision annuelle du fichier électoral, la réactivation des Commissions électorales régionales, départementales, sous-préfectorales et communales». Pour tenir compte des observations des acteurs...
(Notre Voie 24/01/18)
Le bureau de la Commission électorale indépendante (Cei) a rencontré, hier, à son siège sis à Cocody II-Plateaux, les partis politiques. Au menu des discussions, les élections régionales et municipales à venir. La Cei a annoncé, pour bientôt, le démarrage de la révision électorale en vue du toilettage et de la mise à jour du fichier électoral. Selon le vice-président Gervais Coulibaly, c’est une opération qui concerne les nouveaux majeurs, les personnes dont les noms ne figuraient pas jusque-là sur la liste électorale, les personnes souhaitant changer de lieu de vote et les personnes ayant des modifications sur leur état civil. Il a insisté sur le fait que l’opération se fera dans des délais précis d’une semaine, sans prorogation de...
(Xinhua 24/01/18)
Une nouvelle vague de victimes des crises survenues en Côte d'Ivoire a reçu à Boundiali (nord, région de la Bagoué) des chèques dans le cadre d'un processus d'indemnisation lancé par le gouvernement ivoirien, a constaté mardi Xinhua. Les victimes ont reçu leurs chèques et bons de prise en charge des mains de la ministre en charge de la Solidarité, Mariatou Koné. "L'indemnisation est un processus qui va se poursuivre jusqu'à ce que toutes les victimes reçoivent réparation. Cependant, nos services procéderont à toutes les vérifications afin de valider le dossier et procéder par la suite à la remise de chèques ou bons de prise en charge", a précisé la ministre. Après la Bagoué, le cap sera mis sur les régions...
(RFI 23/01/18)
En Côte d’Ivoire, officiellement, le parti unifié de la majorité RHDP devrait être prêt pour les prochaines échéances électorales, peut-être même dès les élections locales sénatoriales, régionales, municipales. Mais plusieurs signes semblent montrer que tout n’est pas à l’unisson au sein des deux partis principaux de la majorité présidentielle : le RDR et le PDCI. C’est par un communiqué aussi cinglant que lapidaire que le porte-parole du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, a répondu ce lundi à son ex-homologue, l’ancien porte-parole du Rassemblement des Républicains (RDR), Joël N'Guessan.
(Fraternité Matin 22/01/18)
L'information est donnée par le site web de la présidence de la république. Le document indique que M. Alassane Ouattara sera à Monrovia pour "prendre part à l’Investiture du Président élu de la République du Libéria, M. George Weah". George Weah, 51 ans, a été élu le 26 décembre à la tête du Liberia. Ex-footballeur international, il est depuis trois ans sénateur de la province de Montserrado, la plus peuplée du pays, dans laquelle se trouve la capitale Monrovia. Il va succéder à Ellen Johnson Sirleaf, la première présidente élue du Liberia et d'Afrique, avant d'obtenir le prix Nobel de la paix en 2011. TK
(Jeune Afrique 22/01/18)
L'ex-chef de l'État français s'est rendu au Rwanda et en Côte d'Ivoire les 15 et 16 janvier dernier. Il s'est entretenu avec Paul Kagame et Alassane Ouattara. Cyrille Bolloré, fils de Vincent Bolloré, était présent avec lui à Kigali. Les visites de personnalités françaises au Rwanda sont rares, tant les relations entre les deux pays demeurent tendues. Celle de Nicolas Sarkozy à Kigali, le 15 janvier, est un cas à part. Selon l’un de ses proches, « il a conservé un lien de confiance avec Paul Kagame ». Il fut, en 2010, le premier – et pour l’instant l’unique – président français en exercice à se rendre au Rwanda depuis le génocide de 1994. Il y avait alors reconnu de...
(Fraternité Matin 21/01/18)
Koné Katinan, proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, réagit depuis son exil au Ghana, suite au mandat d’arrêt international lancé contre lui. Dans une déclaration publiée ce samedi 20 janvier par le site connectionivoirienne.net, il dénonce le fait que, « la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), victime présumée du vol, ne s’est pas constituée en partie civile et ne s’est pas présentée aux audiences ». Pareil pour les banques commerciales qui opéraient en Côte d’Ivoire pendant la crise post-électorale. Selon lui, seuls l’Etat et la Banque nationale d’investissement (Bni) se sont constitués en parties civiles.
(RFI 20/01/18)
La première étape du procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale (CPI) a pris fin le 19 janvier. Le procureur a bouclé la présentation de ses preuves contre l’ancien président ivoirien et son ex-ministre, accusés de crimes contre l’humanité commis suite à l’élection présidentielle de novembre 2010. La parole est désormais à la défense. Hélène Yapo Etté aura été le 82e témoin de l’accusation appelé à la barre de la Cour pénale internationale (CPI) dans le procès contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Le 19 janvier, l’experte ivoirienne en médecine légale a évoqué des autopsies réalisées...
(Fraternité Matin 20/01/18)
Cette doléance des têtes couronnées intervient au moment où plusieurs proches de Laurent Gbagbo ont été jugés et condamnés le jeudi 18 janvier. Il s’agit, notamment de Lida Kouassi Moïse (15 ans de prison), Aké N’Gbo et Désiré Dallo (20 ans). Le collectif des chefs traditionnels de Gagnoa « plaide » afin que tous les détenus de la crise post-électorale de 2011 en Côte d’Ivoire soient jugés « dans un délai de 6 mois... ». Pour y arriver, ils demandent au Président de la République, Alassane Ouattara, de prendre toutes les dispositions constitutionnelles relevant de son autorité pour que ces procès soient accélérés. Ceux-ci s’exprimaient le jeudi 18 janvier 2018, à l’occasion de la présentation de vœux de nouvel an...
(Jeune Afrique 19/01/18)
L'ex-chef de l'État ivoirien Laurent Gbagbo et trois de ses ex-ministres, dont son ancien Premier ministre Gilbert Aké N'Gbo, ont été condamnés jeudi à 20 ans de prison et 329 milliards FCFA d’amende, dans l'affaire du « braquage » de l’Agence nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise post-électorale ivoirienne. C’est un long feuilleton judiciaire qui s’est terminé jeudi 18 janvier par un verdict controversé : vingt ans de prison ferme pour Gilbert Aké N’Gbo et Désiré Dallo, tous les deux présents au procès...

Pages