Dimanche 22 Avril 2018
(Jeune Afrique 20/03/18)
L'opposition ivoirienne ne reconnait plus la Commission électorale indépendante (CEI), qu’elle juge inféodée au pouvoir. Elle appelle à des manifestations cette semaine, à la veille des premières sénatoriales de l’histoire du pays qui doivent se tenir ce samedi 24 mars. La tension monte entre le pouvoir et l’opposition ivoirienne, à quelques jours des sénatoriales de ce samedi. Alors même que le scrutin est inédit, ce n’est pas la bataille pour les 99 sièges du futur Sénat qui cristallise les crispations. Le couleur de l’hémicycle ne fait en effet l’objet d’aucun suspense : il sera quasi uniquement aux teintes du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Un tiers des sénateurs est en effet choisi directement par le...
(Jeune Afrique 20/03/18)
L'icône ivoirienne du reggae, Tiken Jah Fakoly, qui se présente comme le porte-voix de la population, est prêt à « peser sur l’actualité politique » en Côte d'Ivoire. Inquiétudes de la société civile, mesures d'Alassane Outtara, libération de Laurent Gbagbo... L'artiste répond à JA et à ses détracteurs. Pour le voir à Abidjan, il faut se déplacer à Yopougon, l’une des deux communes (avec Abobo) les plus populaires de la capitale ivoirienne. Dans le quartier, tout le monde sait quand il est là. Ce n’est pas pour rien que l’un des carrefours les plus bruyants de la commune, située non loin de sa résidence, porte son nom. De son immeuble qui lui sert à la fois de bureau, de studio...
(La Tribune 20/03/18)
Une bonne partie de l'opposition ivoirienne conteste la composition de la Commission électorale indépendante qui prépare les élections sénatoriales du 24 mars prochain. Elle sera dans les rues ce jeudi 22 mars 2018 pour réclamer des réformes. A quelques jours des élections sénatoriales qui se tiendront le samedi 24 mars prochain, on ne peut pas parler d'une préparation sereine. Des partis politiques de l'opposition et des organisations de la société civile ivoirienne formant une coalition dénommée Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), ne sont pas d'accord avec le gouvernement sur un certain nombre de points et ont déjà appelé leurs militants à battre le pavé le jeudi prochain. La coalition parle d'une « gigantesque marche » pour exiger...
(RFI 20/03/18)
C'est une première dans l'histoire de la Côte d'Ivoire. Samedi prochain, 66 sénateurs vont être élus au suffrage indirect. Le problème, c'est que l'opposition va boycotter ce scrutin. Et aujourd'hui, cette opposition reçoit le soutien de Tiken Jah Fakoly, la star ivoirienne qui avait voté Ouattara en 2010. De passage à Paris, le célèbre chanteur reggae répond aux questions de Christophe Boisbouvier. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180320-tiken-jah-fakoly-senat-utile-cote-iv...
(AIP 20/03/18)
Le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Makhtar Diop, est attendu mardi à Abidjan pour une visite officielle de quatre jours, apprend-on auprès de institution dans la capitale économique ivoirienne. Pendant son séjour en Côte d’Ivoire, Makhtar Diop rencontrera le président ivoirien, Alassane Ouattara, ainsi que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Il se rendra également à Yamoussoukro pour visiter l’Institut national polytechnique Félix Houphouët Boigny (INPHB). La visite de cette institution s’inscrit dans la perspective d’un appui de la Banque mondiale pour amener l’INPHB à renforcer son statut d’institution de référence internationale, et permettre aux jeunes Africains d’accéder à des études de haut niveau et d’être compétitifs sur le marché de l’emploi, explique-t-on. Makhtar Diop assistera également au...
(Jeune Afrique 20/03/18)
Un an après son éviction du gouvernement, l’ex-ministre ivoirien Jean-Louis Billon se verrait bien au sommet de l’État. Reste à savoir si l’homme le plus riche de la Côte d'Ivoire peut s’offrir une place parmi les favoris. Est-ce pour cet instant où le cœur s’emballe, pour ce sentiment de puissance ou pour cette peur qui saisit les entrailles ? Jean-Louis Billon aime aller vite. S’asseoir au fond du siège de son Audi A6 tout équipée, poser ses mains sur le volant et, d’un coup, accélérer. Certains se rappellent l’avoir vu filer sur l’autoroute qui, depuis Abidjan, mène vers le nord et son fief de Dabakala. Même du temps où il était ministre, il préférait ne pas avoir de chauffeur. Odeurs d’huile,...
(Jeune Afrique 20/03/18)
Si les deux cadres du PDCI ont les mêmes visées pour la présidentielle, Jean-Louis Billon et Thierry Tanoh sont en concurrence. Plus novice en politique, ce dernier, ministre du Pétrole, de l’Énergie et du Développement des Énergies renouvelables, a néanmoins des atouts bien différents. Même génération, même famille, même ambition. Dans le système Billon, Thierry Tanoh pourrait être un allié s’il n’était un concurrent. Liés par leurs femmes, Henriette et Sylvie, filles de Charles Gomis, les deux cadres du PDCI, membres de l’organe exécutif du parti, ont les mêmes rêves présidentiels mais des atouts bien différents. Brillant technocrate passé par Harvard, Tanoh est plus novice en politique. Cet économiste a passé l’essentiel de sa carrière à la Société financière internationale,...
(AfricaNews 20/03/18)
Dimanche, Guillaume Soro, le très controversé président de l’Assemblée nationale ivoirienne et ancien chef de l’ex-rébellion dite des Forces nouvelles, s’est officiellement prononcé pour la première fois sur le cas de son ancien camarade de lutte, devenu son adversaire politique, Charles Blé Goudé (aujourd’hui incarcéré dans les geôles de la Cour pénale internationale). Guillaume Soro a fait une déclaration plutôt inattendue. Les détails. C’est ce dimanche, lors d’une réception qu’il a organisée à son domicile de Marcory Résidentiel à Abidjan, que Guillaume Soro s’est prononcé sur le sort de son ancien camarade de lutte. Cette réunion rassemblait d’anciens membres de la Fesci (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire), dont ont fait partie Guillaume Soro et Charles Blé Goudé. Après...
(RFI 19/03/18)
En Côte d'Ivoire, la plateforme d'opposition « Ensemble pour la démocratie et la souveraineté » se mobilise avant les élections sénatoriales du 24 mars. L'EDS a appelé ses militants samedi 17 mars à une « marche pacifique » jeudi prochain, à l'avant-veille du scrutin. Elle conteste la légitimité de la Commission électorale chargée d'organiser ces élections. La plateforme accuse la CEI d'être inféodée au pouvoir. Ce qui pose problème, c'est sa composition : sur 17 membres, 9 sont issus de la mouvance présidentielle ou des ...
(Fraternité Matin 19/03/18)
La tribune ‘‘Les Jeudis du RHDP’’, sera animée les 1er et 3ème jeudis du mois, à compter d’avril 2018. Promotion des actions gouvernementales : Le RHDP lance une tribune ce lundi 19 mars Les actions du Président de la République Alassane Ouattara et de son gouvernement au profit des Ivoiriens sont indénombrables et méritent d’être mises en valeur. Les élus et cadre de son groupement politique, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) l’ont si bien compris, qu’ils ont décidé d’unir leurs forces pour promouvoir les actions du président Ouattara. Ainsi, à l’initiative de la Ministre Anne-Désirée Ouloto,Secrétaire générale du RDR chargée de la Vulgarisation des actions du Gouvernement, une plateforme d’échanges et de promotion des...
(La Tribune 19/03/18)
A 65 ans, Pascal Affi N’Guessan n’aura besoin de personne pour lui rappeler qu’il joue peut-être sa dernière chance. En campagne électorale perpétuelle, le chef du parti créé par Laurent Gbagbo veut jouer la carte du rassemblement au Front populaire ivoirien (FPI) et n’exclut pas une alliance avec le PDCI de Henri Konan Bédié dont le pacte avec la mouvance présidentielle bat de l’aile. A l’heure de l’incertitude dans les rangs du RDR (au pouvoir), de la formation des alliances et de la préparation de la succession d’Alassane Ouattara, la bataille pour la présidentielle de 2020 semble avoir été lancée avant l’heure. Et le « Lion du Moronou » entend bien faire valoir ses prétentions au « trône ». En...
(APA 19/03/18)
Plusieurs partis politiques de l’opposition ivoirienne ont annoncé, lundi à Abidjan, le retrait de leur confiance et leur caution à la Commission électorale indépendante (CEI) ainsi qu’à leurs représentants qui siègent au sein de cette institution, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. «Les partis de l’opte des partis de l’opposition », a annoncé Gnonzié Ouattara, Président du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage (RPP), porte-parole de cette plate-forme de 18 partis politiques et ONG. Pour cette opposition dans laquelle figure Pascal Affi Nguessan du Front populaire ivoirien (FPI), l’organisation de ces élections relève de « l’accomplissement de sa volonté personnelle, dont l’objectif semble être, l’implantation en Côte d’Ivoire d’un nouveau parti unique fort...
(Fraternité Matin 19/03/18)
Ex-délégué national de Liberté et démocratie pour la République (Lider), Karamoko Lacina a été élu par acclamation par ses pairs à la tête du parti, à l’issue d’un congrès extraordinaire, samedi dernier, au siège de la Caistab, au Plateau. Karamoko Lacina s’est défendu d’avoir opéré un coup d’Etat contre le président fondateur du parti, l’ex-président du parlement, Mamadou Koulibaly. « Nos textes sont clairs. Selon l’article 19 point 1, le président de Lider est élu pour un mandat de trois ans renouvelable une seule fois. Mamadou Koulibaly, président sortant, a été élu en 2011 président de Lider. En 2014, il a renouvelé son mandat. En 2017, c’est terminé. Il avait tout le temps d’organiser un congrès, il n’a pas voulu...
(AFP 18/03/18)
L'opposition ivoirienne a appelé samedi ses militants à une "marche démocratique" le 22 mars, en vue des prochaines élections en Côte d'Ivoire, a rapporté un journaliste de l'AFP. Le président de la plateforme d'opposition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), Armand Ouegnin, a appelé lors d'un meeting à "une marche pacifique, une action démocratique" pour "exprimer notre mécontentement" sur la question de la Commission électorale indépendante (CEI), accusée par l'opposition d'être déséquilibrée en faveur du pouvoir. Des élections sénatoriales doivent se tenir le 24 mars, puis des élections municipales et régionales dans le courant de l'année, à une date indéterminée.
(APA 18/03/18)
Le Bureau politique de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) a autorisé, samedi, le président du parti Albert Toikeusse Mabri à signer le manifeste du parti unifié du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir). A l’issue de plusieurs heures de discussions, les membres du Bureau politique de l’UDPCI ont estimé que cette signature du manifeste du parti unifié des houphouëtistes doit se faire ‘’en préservant l’intérêt de l’UDPCI’’. Cette décision de l’UDPCI intervient dans un contexte agité entre le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et son allié le RDR (Rassemblement des républicains) sur l’alternance en 2020. Pour des cadres du PDCI, le parti unifié ne doit intervenir...
(APA 16/03/18)
Le Secrétaire exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-parti au pouvoir) Maurice Kakou Guikahué a déclaré, jeudi à Abidjan, que son parti ‘’n’attend pas quelqu’un pour donner le pouvoir’’, ajoutant que ‘’le PDCI ira le chercher’’. ‘’Le PDCI n’attend pas quelqu’un pour lui donner le pouvoir. Le PDCI ira le chercher’’, a déclaré M. Guikahué à la faveur d’une conférence animée Dr Gnamien Yao, le Grand conférencier de ce parti autour du thème, ‘’le PDCI-RDA et la Côte d’Ivoire de demain : plaidoyer pour un nouveau futur’’. ‘’Le Président Henri Konan Bédié a dit et redit que nous irons aux élections de 2020 avec un militant du PDCI. Et qu’il ne revient pas là-dessus. Donc où est notre...
(RFI 15/03/18)
RFI recevait hier mercredi le porte-parole du RDR, le parti d’Alassane Ouattara, le président ivoirien. Ce matin la parole est à Jean-Louis Billon, porte-parole adjoint du PDCI, le parti d’Henri Konan Bedié qui s’est illustré le week-end dernier à Yamoussoukro lors d’un vaste meeting politique où les cadres ont laissé entendre qu’ils ne se joindraient pas au parti unifié de la majorité, le RHDP. En tout cas pas avant l’élection présidentielle de 2020 qui -selon un accord tacite- doit désigner un candidat issu du PDCI pour succéder à Alassane Ouattara. Une position qui a déchaîné la colère des RDR. Jean-Louis Billon leur répond au micro de notre correspondant permanent à Abidjan. « Le RHDP est une coalition de partis autonomes...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Le 2 mars, à Paris, l’opposant Pascal Affi N’Guessan a rencontré pour la première fois Rémi Maréchaux, directeur Afrique au Quai d’Orsay. Le président du Front populaire ivoirien s’est ensuite entretenu avec François Hollande, dans les bureaux de l’ancien chef de l’État (8e arrondissement). Tous deux sont membres de l’Internationale socialiste et sont liés depuis 2000. En savoir plus sur http://www.jeuneafrique.com/mag/541116/politique/cote-divoire-les-affini...
(Alerte Info 15/03/18)
Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, mouvance présidentielle), Henri Konan Bédié, a “reçu’’ et “félicité’’ mercredi le comité d’organisation du grand rassemblement de son parti organisé samedi à Yamoussoukro. “Le président Bédié nous a reçu ce mercredi. Nous lui avons fait le point de la cérémonie. Nous lui avons expliqué les messages et tout ce qui a été fait. Il nous a remercié, félicité parce que nous avons fait du bon travail’’, a confié le député Amédée Dibahi Dodo, président du comité d’organisation, joint au téléphone par ALERTE INFO. La tension est montée d’un cran, ce week-end, entre le PDCI et son principal allié le Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) après cette cérémonie destinée à rendre...
(APA 15/03/18)
Le Président du Conseil national de la presse (CNP), Raphaël Lakpé a appelé, jeudi, à Abidjan les journalistes à se ‘’garder des écrits haineux’’ lors du processus qui doit conduire aux premières élections sénatoriales ivoiriennes fixées au 24 mars prochain. M. Lakpé a lancé cet appel lors d’un panel sur le mode opératoire des élections sénatoriales ivoiriennes et sur la couverture médiatique initié par le CNP, l’organe officiel de régulation de la presse écrite en Côte d’Ivoire. « La première des choses que nous voulons demander aux professionnels de la presse, c’est qu’ils s’impliquent sérieusement dans la couverture des activités électorales et notamment dans celle de la campagne », a recommandé M. Lakpé appelant avec insistance les journalistes à «...

Pages