Samedi 21 Avril 2018
(Alerte Info 26/03/18)
Pressenti pour occuper la présidence du sénat, l’ancien Premier ministre Jeannot Kouadio Ahoussou a affirmé dimanche qu’il a "l’expérience et les capacités pour animer" l’institution, à la télévision publique. "J’ai l’expérience et les capacités pour animer le sénat, nous avons notre vision, mais c’est une élection", a réagi au téléphone M. Ahoussou, interrogé sur son intention de diriger l’institution, lors d’une émission sur les sénatoriales, à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI). Candidats du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir) dans la région du Bélier (Centre), pour les sénatoriales, Jeannot Ahoussou et sa colistière ont été élus avec 75,14% des voix. Sur les 66 candidats présentés sous la bannière du RHDP, 50 ont été...
(Fraternité Matin 26/03/18)
En octobre 2017, de passage à Abidjan, Jean-Yves Le Drian avait déclaré que la Côte d’Ivoire et la France entretiennent des « relations de confiance ». Dans son agenda, de ce lundi 26 mars 2018, le Chef d’Etat ivoirien, Alassane Ouattara s’entretient avec Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat Français auprès du ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères. Et ce, après l’ouverture de la 6ème édition d’Africa CEO Forum qui accueille plus 1500 chefs d’entreprises venus du monde entier ainsi que les présidents du Ghana et du Zimbabwe. La présence du Secrétaire d’Etat français, collaborateur direct de Jean-Yves Le Drian, rentre dans le cadre normal des relations de coopération entre la Côte d’Ivoire et la France qui entretiennent de bons rapports...
(APA 25/03/18)
Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et pour la paix ( RDHP- coalition au pouvoir), a raflé la majorité des sièges du premier scrutin sénatorial de la Côte d'Ivoire qui s'est déroulé samedi dans le pays en remportant l'élection dans 25 circonscriptions contre 8 pour les listes indépendantes, soit 50 sénateurs élus pour la coalition au pouvoir contre 16 sur les listes indépendantes. Selon les résultats provisoires de ce scrutin communiqués samedi soir par la porte-parole de la Commission électorale indépendante ( CEI, organe chargé d'organiser ces élections), Me Victoire Alley sur les antennes de la radio télévision ivoirienne (RTI, service public) l'Alliance au pouvoir s'est imposée dans la grande majorité des circonscriptions du pays dont les régions du...
(AFP 24/03/18)
La participation des 7.011 grands électeurs (députés et élus locaux) à l'élection du premier Sénat de la Côte d'Ivoire s'annonce importante, la plupart des bureaux de vote qui ont fermé à 17h ayant connu une importante affluence, ont constaté des journalistes de l'AFP à Abidjan et Bouaké (centre). La commission électorale annoncera en soirée ou dimanche les résultats de ce scrutin boycotté par l'opposition. L'issue générale ne fait donc pas trop de doute avec des listes de la coalition au pouvoir Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) face à des indépendants, avec comme enjeu 66 sièges (33 autres sénateurs seront nommés par le président) Une grosse surprise est toutefois venue de Bouaké, fief traditionnel du pouvoir...
(AFP 24/03/18)
La participation des 7011 grands électeurs (députés et élus locaux) à l'élection du premier Sénat de la Côte d'Ivoire était importante samedi dans les bureaux de vote d'Abidjan et de Bouaké (centre), ont constaté des journalistes de l'AFP. Les bureaux de vote doivent fermer à 17H et la commission électorale annoncera en soirée ou dimanche les résultats qui ne devraient pas donner lieu à des surprises: l'opposition a boycotté le scrutin et la coalition au pouvoir devrait donc remporter l'immense majorité des 66 sièges en jeu (33 autres sénateurs seront nommés par le président de la République).
(RFI 24/03/18)
Quelque 7000 grands électeurs sont appelés aux urnes ce samedi 24 mars pour les toutes premières élections sénatoriales de l'histoire du pays. Les 35 bureaux de vote du pays ouvriront à partir de 8h, heure locale. Le Sénat est une nouvelle institution créée par la Constitution de la IIIe République approuvée par référendum en novembre 2016. La future chambre sera composée de 99 sénateurs. Cependant, cette élection inédite dans le pays se fera sans l'opposition qui boycotte le scrutin. Ce samedi, 66 sénateurs seront élus par un collège de grands électeurs, composé des députés et des conseillers municipaux, régionaux et de district autonomes. Le tiers restant sera nommé par le président de la République à une date ultérieure, laissée à...
(Fraternité Matin 24/03/18)
L’élection des 66 sénateurs a lieu aujourd’hui sur l’ensemble du territoire national. Au total, 35 bureaux de vote seront ouverts à cet effet. Les 7010 personnes inscrites sur la liste électorale prendront d’assaut dès 8h ces bureaux de vote pour élire leurs sénateurs. La campagne électorale qui a commencé le 19 mars à minuit a pris fin le jeudi 22 mars à minuit. A Abidjan, tout comme à l’intérieur du pays, la campagne électorale s’est déroulée dans un calme olympien, nonobstant l’appel au boycott des partis de l’opposition. Dans les différentes régions du pays, les superviseurs de la Commission électorale indépendante ont eu des séances de travail avec le corps préfectoral, les grands électeurs les candidats et les populations. Il...
(APA 24/03/18)
L’organisme des droits humains, Amnesty International, a dans un communiqué transmis vendredi à APA, réclamé des autorités ivoiriennes la « libération immédiate » des 18 personnes arrêtées jeudi 22 mars 2018 « pour avoir simplement participé à une manifestation pacifique ». « 18 opposants politiques sont toujours en détention après leur arrestation au cours d’une manifestation à Abidjan pour demander la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) », souligne Amnesty, précisant que la manifestation n’avait pas été autorisée, nonobstant les discussions entre l’opposition et les autorités pour décider de son itinéraire, et « ce n’est que la veille, assez tard dans la soirée, que l’interdiction a été communiquée ». L’arrestation de « plus de 40 personnes, dont Jean Gervais...
(APA 24/03/18)
Pr Georges Armand Alexis Ouégnin, président de la Plateforme politique Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS, proche de l’ex-président Laurent Gbagbo), a réitéré, vendredi, son mot d’ordre de ‘’réforme’’ de la Commission électorale indépendante (CEI), après la marche ‘’pacifique’’ violemment réprimée, jeudi, par les forces de l’ordre faisant ‘’48 personnes interpellées dont 19 présentées au procureur’’, selon l’opposant ivoirien. ‘’Dans l’intérêt supérieur de notre pays, nous n’abandonnerons pas, nous irons jusqu’au bout, nous obtiendrons du pouvoir le Dialogue politique que nous réclamons pour une réforme consensuelle de la CEI, pour des élections transparentes, régulières, justes gage d’une alternance démocratique et pacifique’’ a déclaré le président de EDS dans une conférence pour faire le bilan de la marche. Selon...
(Jeune Afrique 23/03/18)
Bien que divisée, l'opposition comptait manifester pour protester contre la Commission électorale indépendante (CEI) et la tenue d'élections sénatoriales, samedi. Sur les deux rassemblements prévus ce jeudi à Abidjan, un seul a pu se tenir. Il est seulement 7 heures du matin, ce jeudi 22 mars, mais la place des Martyrs à Adjamé est déjà bouclée par les forces de l’ordre. Le rassemblement qui doit s’y tenir à l’appel de la plateforme d’opposition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS, qui regroupe plusieurs partis politiques, dont la tendance du Front populaire ivoirien dirigée par Aboudramane Sangaré), n’a pas été autorisé par les autorités. Malgré cela, une cinquantaine de personnes tente de se réunir, pour protester contre la composition de...
(Le Point 23/03/18)
L'opposition n'entend pas subir ce qu'elle considère comme une organisation « déséquilibrée » du scrutin en vue de déterminer les futurs hôtes du Sénat naissant. Les Ivoiriens s'apprêtent à élire les premiers sénateurs de l'histoire du pays. Fixé au 24 mars, le scrutin se tiendra dans chacune des 31 régions et des 197 communes que compte l'État ouest-africain. Alors qu'il est prévu par la Constitution de la IIIe République, adoptée lors du référendum de 2016, le Sénat assurera « la représentation des collectivités territoriales et des Ivoiriens de l'extérieur ». Une future institution censée fortifier, un peu plus, la démocratie du pays, et dont se réjouissent les autorités au pouvoir. De nouvelles élections qui auraient pu faire souffler un vent...
(RFI 23/03/18)
« Une résolution de refus déposée hier contre l’instance électorale », annonce L’intelligent d’Abidjan. Le quotidien ivoirien nous apprend qu’une plateforme de l’opposition, menée notamment par le FPI canal Pascal Affi N’Guessan, a organisé un sit-in hier devant le siège de la commission électorale. Une résolution contestant la composition de cette commission y a été déposée à la mi-journée. Mais plus tôt dans la matinée, une autre mobilisation, une marche sur appel de la coalition Ensemble pour la démocratie et la souveraine a été dispersée par les forces de l’ordre avant même qu’elle ne débute, relate L’intelligent d’Abidjan. En plus d’une dizaine d’associations de la société civile, elle devait réunir les responsables et militants de 17 partis d’opposition, comme le...
(AFP 22/03/18)
Les forces de l'ordre ont empêché jeudi à Abidjan une manifestation de l'opposition ivoirienne et arrêté un de ses porte-parole, ont constaté des journalistes de l'AFP. La plateforme d'opposition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) avait appelé à une marche pour protester contre la Commission électorale indépendante (CEI), accusée par l'opposition d'être déséquilibrée en faveur du pouvoir, et pour protester également contre la tenue d'élections sénatoriales samedi. EDS est une coalition qui regroupe des partis politiques, des associations de la société civile et le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président Laurent Gbagbo.
(AFP 22/03/18)
A 48 heures des élections sénatoriales, la Plateforme des Organisations de la société civile pour l'Observation des Elections en Côte d'Ivoire (Poeci) a accusé le gouvernement de vouloir une chambre "monocolore" , estimant que le résultat de ce scrutin, boycotté par l'opposition, était déjà plié. "On pourrait dire que le gouvernement veut un Sénat monocolore", a affirmé Bamba Sindou, coordonnateur de la Poeci, soulignant que la plateforme aurait souhaité que "les élections sénatoriales interviennent après les élections locales", également prévues cette année. "Les élus locaux des conseils municipaux et régionaux ont été élus en 2013 lors d’élections où l’opposition n'était pas présente", rappelle-t-il soulignant qu'avec le système des grands électeurs, le résultat du vote de samedi ne fait donc pas...
(APA 22/03/18)
L’Alliance des forces démocratiques (AFD, une autre plateforme de l’opposition et de la société civile conduite par Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien) appelle le ‘’collège électoral de s’abstenir de toute participation’’ au scrutin sénatorial, indique une résolution de huit points remise, jeudi, à Souleymane Diabaté, Directeur de cabinet du président de la Commission électorale indépendante (CEI) et dont APA a eu copie. Selon cette résolution, face à la ‘’volonté manifeste’’ du président Alassane Ouattara de ‘’violer les lois y compris la Construction’’ et devant le ‘’refus du gouvernement d’appliquer l’Arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’homme et des Peuples (CADHP), qui déclare que la Côte d’Ivoire a violé son obligation de créer un organe électoral indépendant...
(LibreAfrique 22/03/18)
Côte d’Ivoire : la création d’un sénat, institution certes légitime, dans la précipitation et en violation de la constitution interroge sur sa véritable utilité au sein des institutions. L’une des réformes apportée par la Constitution du 8 novembre 2016 est la création d’un Sénat. Le Parlement de Côte d’Ivoire devient donc bicaméral. Aux termes de l’article 87 de la Constitution, le Sénat a pour mission de représenter les collectivités territoriales et les Ivoiriens de l’extérieur. La raison d’être de cette institution est légitime, néanmoins, il importe de s’interroger sur les motivations sous-jacentes de sa mise en place de manière aussi empressée au prix d’entorse à la norme fondamentale.
(Le Monde 22/03/18)
L’opposant ivoirien appelle à manifester contre l’organisation des premières élections sénatoriales, prévues le 24 mars. En Côte d’Ivoire, l’Union des nouvelles générations (UNG), le parti que dirige Stéphane Kipré, fait partie de la coalition d’opposition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), qui appelle à une marche, jeudi 22 mars, pour protester contre l’organisation des premières élections sénatoriales deux jours plus tard. Une coalition à laquelle appartient également la tendance la plus radicale du Front populaire ivoirien (FPI), de l’ex-président Laurent Gbagbo. À bientôt 38 ans, Stéphane Kipré, homme d’affaires, politicien et gendre de M. Gbagbo, vit en exil en France depuis la fin de la crise postélectorale de 2010-2011. Alors que le pouvoir ivoirien l’accuse d’avoir commandité de...
(Jeune Afrique 22/03/18)
En Côte d’Ivoire, alors que les tensions entre le PDCI et le RDR sont à leur comble, c’est cette femme à poigne qu’Alassane Ouattara a choisie pour défendre les intérêts de son parti. • Émotive En septembre dernier, elle fond en larmes lorsque Alassane Ouattara la nomme secrétaire générale du Rassemblement des républicains (RDR), le parti présidentiel. Le secret a été si bien gardé qu’elle n’avait même pas été informée au préalable du choix du chef de l’État. • Enseignante Ministre de l’Éducation nationale depuis 2011, elle connaît bien ce secteur puisqu’elle a enseigné l’anglais à Abidjan jusqu’en 2002. À la mi-2017, une photo sur laquelle elle pose avec sa fille tout juste diplômée d’une université américaine – et non...
(Fraternité Matin 21/03/18)
Pour le secrétaire général adjoint de la Cei, les partis de l’opposition à travers leur déclaration n’invitent guère leurs représentants à se retirer de la Commission électorale indépendante. Les représentants des partis de l’opposition vont-ils se soumettre à cette menace à peine voilée de leurs mandants à la Cei ? Ganin N’Goran Bertin, secrétaire adjoint, siégeant à la Cei au compte du Rassemblement pour la paix (Rpp), répond sans détour à cette préoccupation. Pour lui, les partis de l’opposition à travers leur déclaration n’invitent guère leurs représentants à se retirer de la Commission électorale indépendante. Mieux, il explique que ces derniers ayant prêté serment ne répondent plus de leurs mandants. « De la même manière nous ne recevons pas d’injonctions...
(Jeune Afrique 20/03/18)
Le secrétaire général du PDCI assure qu'un « pacte » a été conclu en 2014 entre Bédié et Ouattara pour assurer une alternance. Un « témoin » aurait même été présent : Guillaume Soro. Les tensions restent vives entre le Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Ouattara et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié. Lors d’un meeting à Yamoussoukro, le 10 mars, Maurice Kakou Guikahué, le secrétaire exécutif du PDCI, a assuré qu’un homme pouvait mettre fin aux disputes qui minent les relations entre ces deux formations, unies depuis 2005 au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). « 2015, c’est Ouattara. 2020, c’est le PDCI. Il y a bel et bien...

Pages