| Africatime
Samedi 29 Avril 2017
(Le Monde 25/04/17)
Après trois quarts d’heure de marche depuis la route goudronnée, N’dri Koffi s’arrête devant ses jeunes cacaoyers, pensif. « Je les ai plantés il y a deux ans. On nous disait alors d’arrêter de faire de l’hévéa [arbre à caoutchouc] et de miser sur le cacao qui rapportait plus. » Aujourd’hui, cet exploitant de trois hectares de terrain à Boussoué, à une centaine de kilomètres au nord d’Abidjan, fait grise mine. « Dans mon transistor, j’ai entendu que le gouvernement avait baissé le prix d’achat garanti [de 1 100 à 700 francs CFA, soit 1,07 euro le kilo au 1er avril], soupire-t-il, sa machette à la main. Ça m’a choqué mais que puis-je faire ? Ça se décide là-bas, sur...
(Jeune Afrique 25/04/17)
Réunis à Abidjan ce lundi, où l'Organisation internationale du cacao pendait la crémaillère de son nouveau siège après 44 ans à Londres, les principaux producteurs mondiaux de fèves de cacao se sont engagés à coordonner leurs volumes et à trouver de nouveaux débouchés pour les ventes. Frappée de plein fouet par la chute brutale de 30% des cours mondiaux du cacao (à 1834 dollars la tonne le 25 avril 2017 à Londres, contre 3390 dollars à son plus haut le 4 décembre 2015) qui impacte leurs économies, les pays producteurs ont décidé d’unir leurs forces et de préparer des stratégies visant à inverser la tendance. Réunis à Abidjan lundi pour une réunion de haut niveau, en marge de l’inauguration officielle...
(Le Figaro 25/04/17)
Le festival des musiques urbaines (Femua), durant lequel le «roi de la rumba congolaise» est décédé en plein concert en 2016, a rendu hommage au chanteur en rebaptisant à son nom le lieu où se déroule la manifestation, lundi 24 avril. La Côte d'Ivoire a inauguré lundi 24 avril à Abidjan la «place Papa Wemba» sur le site du Festival des musiques urbaines (Femua), pour rendre hommage à l'idole de la chanson congolaise, mort sur scène lors de la dernière édition en 2016. La petite plaque bleue portant l'inscription «place Papa Wemba», fixée sur un mur à quelques mètres de la scène où le 24 avril 2016, la star de la musique s'était écroulée en plein spectacle, a été découverte...
(APA 25/04/17)
La 8è édition des ‘’Bâtisseurs de l’économie africaine’’ (Africa Economy Builders Awards) se tiendra, vendredi prochain, dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan, sous le thème, ‘’la jeunesse, enjeu majeur de la transformation économique et sociale’’, a annoncé, lundi, à APA, le Promoteur de l’événement Michel Russel Lohoré. Le thème de cette édition placée sous le haut patronage du Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly sera décliné en deux panels. Le premier panel portera sur ‘’les défis de l’entrepreneuriat et de la révolution numérique’’.
(AFP 25/04/17)
La Côte d'Ivoire a inauguré lundi à Abidjan la "place Papa Wemba", le site du Festival des musiques urbaines (Femua), en hommage à l'idole de la chanson congolaise, mort sur scène lors de l'édition précédente en 2016. La petite plaque bleue portant l'inscription "place Papa Wemba", fixée sur un mur à quelques mètres de la scène où le 24 avril 2016, la star de la musique s'était écroulée en plein spectacle lors du Femua, a été découverte par le ministre ivoirien de la Culture, Maurice Bandaman, et son homologue congolais, Maurice Mashéké, en présence de deux des filles du défunt et de son orchestre, Viva la musica. Les deux ministres ont déposé auparavant une gerbe de fleurs sur un poster...
(AIP 25/04/17)
Le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, de retour de Washington, lundi, a salué les retombées économiques pour son pays des réunions du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale qui se sont déroulées dans la capitale fédérale américaine du 21 au 23 avril. "Notre économie est résiliente et elle se porte bien. Et les perspectives de développement de notre pays sont bonnes", a déclaré, au salon ministériel de l’aéroport international de Port-Bouët (Abidjan), le chef du gouvernement ivoirien. Amadou Gon dit avoir échangé, durant cette "mission très très fructueuse", avec les premiers responsables de la Banque mondiale et du FMI sur "les meilleurs moyens d’accompagner la tendance économique de la croissance actuelle". Il dit avoir obtenu le...
(Jeune Afrique 25/04/17)
Quasi nulle dans l'activité économique ivoirienne après la crise politique de 2011 (0,6 % du PIB), le tourisme en Côte d'Ivoire est en pleine croissance. C'est ce qu'il est ressorti des chiffres rendus officiels jeudi. En 2014, le secteur du tourisme et du voyage était déjà remonté à 4,5% du PIB. Fin 2016, cette contribution du tourisme à l’économie s’est encore accentuée, a fait savoir Côte d’Ivoire Tourisme, organe en charge de la promotion du secteur, jeudi soir. En valeur, le tourisme a apporté 1543,9 milliards F CFA en Côte d’Ivoire (2,3 milliards d’euros), un niveau jamais atteint. En 2015, ce chiffre se situait à plus de 836 millards F CFA. Dans le détail, l’activité touristique reste dominée par le...
(La Tribune 25/04/17)
Le président du Parlement ivoirien s'est rendu ce lundi à la capitale égyptienne, à la tête d'une forte délégation de députés. Ce voyage du numéro un de l'Assemblée nationale s'inscrit dans le cadre de la diplomatie parlementaire en Afrique. Quelques jours après avoir rapproché le peuple ivoirien de ses projets d'avenir, Guillaume Kigbafori Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, s'est rendu ce matin en Egypte, où il était attendu au Caire par son homologue Ali Abdel-Aal, le président de la Chambre des députés. Cette visite d'amitié et de travail du numéro un des députés ivoiriens s'inscrit dans le cadre de la diplomatie parlementaire. D'après une déclaration rendue publique par les autorités égyptiennes, Soro sera à la tête d'une délégation...
(Agence Ecofin 25/04/17)
La Côte d’Ivoire a obtenu un prêt de 196 milliards de francs Cfa (plus de 325 millions $) auprès de l’Association internationale de développement (IDA), l’une des filiales de la Banque mondiale. Le financement est doté d’un taux d’intérêt de 3% avec une période de maturité de 25 ans. Octroyé lors des réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), ce prêt servira à la réhabilitation et à l’extension du réseau national de transport et de distribution électriques. Une part sera également consacrée à l’accélération du raccordement des ménages de 10 capitales régionales et zones rurales du Sud-Ouest du pays. Bien que l’ensemble du projet soit financé par l’Association internationale de développement, le pays sera...
(Jeune Afrique 25/04/17)
L'ex-président nigérian Goodluck Jonathan, en visite à Abidjan a rencontré Guillaume Soro, le président du Parlement ivoirien, dont l'avenir politique fait couler de l'encre. L’ex-président nigérian Goodluck Jonathan, visiteur fréquent d’Abidjan, où il entretient d’excellentes relations avec Alassane Ouattara, a séjourné en Côte d’Ivoire pendant la semaine du 18 avril, multipliant les contacts avec les autorités locales. Il a notamment dîné chez Guillaume Soro, le président du Parlement ivoirien, le 20 avril, dans le quartier résidentiel de Marcory. La présidentielle 2020 dans le viseur Les deux hommes ont été présentés l’un à l’autre durant la décennie 2000 par l’ancien chef de l’État Olusegun Obasanjo. Les questions relatives à l’avenir politique de Guillaume Soro ont été abordées, en particulier son positionnement...
(Jeune Afrique 25/04/17)
Il fête cette année ses 40 ans, dont vingt passés avec Magic System, s’apprête à sortir deux albums, organise une grande tournée africaine et prépare la 10e édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo. Entretien avec le leader des magiciens d’Abidjan. C’est dans le quartier populaire d’Anoumabo, qui l’a vu grandir, que Salif Traoré – dit A’Salfo – donne rendez-vous. Salué par les « Premier Gaou » chantés dans son sillage, il est venu suivre l’avancée des derniers préparatifs du festival qu’il a fondé. Le 25 avril, il donnera le coup d’envoi de la dixième édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua). Avec, la veille du lancement, une journée d’hommage à la légende de la musique congolaise Papa Wemba,...
(Libération 24/04/17)
Le plongeon des cours de la fève fragilise l’économie du premier producteur mondial, qui en est massivement dépendante. Certains ont attaché des hamacs aux essieux de leur camion, d’autres boivent le thé sur des nattes en plastique, les plus chanceux ont un jeu de dames et enchaînent les parties. Il faut bien tromper l’ennui. Autour du port d’Abidjan, les chauffeurs de poids lourds patientent pour pouvoir décharger leur cargaison. Entre les roues des 32 tonnes, l’espace est étroit, mais c’est le seul endroit où le soleil ne brûle pas la peau. Malgré les conditions spartiates, personne ne se plaint des quelques heures d’attente : il y a encore quelques semaines, il fallait près d’un mois pour écouler la marchandise. «On...
(La Tribune 24/04/17)
Les autorités ivoiriennes viennent de signer un accord de financement avec la Banque mondiale pour un projet de distribution, transport et accès à l'électricité. Portant sur une enveloppe de 162 milliards de francs CFA, le projet a pour objectif de renforcer la capacité de transit des lignes et postes des réseaux de transport et de distribution d'électricité. A Washington, la Côte d'Ivoire vient de signer un accord de financement avec la Banque mondiale (BM) portant sur un appui de 325 millions de dollars soit environ 162 milliards de francs CFA. L'accord a été signé par le ministre ivoirien de l'économie et des finances, Adama Koné à l'occasion d'une rencontre entre le premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly et Makhtar Diop,...
(La Tribune 24/04/17)
Six usines du secteur textile et de la fabrication d’huile alimentaire sont au bord de la faillite en Côte d’Ivoire. C’est le cri d'alarme d’un des principaux syndicats des travailleurs du secteur industriel qui impute cette situation à un déficit d’approvisionnement en matières premières. C'est lors d'une conférence de presse samedi, à Bouaké, une ville située au centre de la Côte d'Ivoire que Drissa Sékongo, le président de la Fédération nationale des travailleurs du textile, du coton et de l'anacarde du pays (FENATTCA-CI), a fait ce constat alarmant. Confrontées depuis des années à d'énormes difficultés d'approvisionnement en fibre et graines de coton, leurs matières premières de production, six usines du secteur textile et de la fabrication d'huile alimentaire sont au...
(APA 24/04/17)
Un rapport de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) fait du secteur bancaire ivoirien, le ‘’leader’’ de la zone de l’Union monétaire ouest-africain (UEMOA) a appris APA, dimanche, de source officielle. Avec un taux de bancarisation de 16% et 70% des comptes actifs de la région, ‘’le secteur bancaire ivoirien est le leader de la zone UEMOA’’, révèle un document de l’Association professionnelle des banques et établissement financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI) citant la BCEAO. Ces taux, précise le document, ne tiennent pas compte des titulaires des comptes de Mobile money. Fort de ses 606 agences dont ‘’25 ouvertes’’ l’année dernière, ce dénombrement du secteur ‘’n’intègre pas Stanbic qui n’est pas encore membre’’ de l’APBEF-CI ainsi...
(APA 24/04/17)
Une enquête de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI) indique que 536 milliards FCFA ont été accordés au titre des crédits aux Petites et moyennes entreprises (PME) ivoiriennes en 2016. Cette somme représente 13% des 4120 milliards FCFA sortis des banques ivoiriennes au titre des crédits. En 2015, 435 milliards FCFA avaient été octroyés aux PME, souligne l’enquête, sur un total de crédits de 3549 milliards FCFA. Le secteur de l’immobilier, selon toujours la même enquête de l’APBEF-CI a bénéficié de 80 milliards FCFA soit 2% en 2016 contre 52 milliards FCFA en 2015. Cette somme représente 13% des 4120 milliards FCFA sortis des banques ivoiriennes au titre des crédits. En 2015, 435 milliards FCFA...
(Le Point 23/04/17)
Dans un pays où ils ont été bousculés par l'histoire récente, les Français n'affichent pas un moral à toute épreuve avant le scrutin majeur. Alors que la France et la Côte d'Ivoire ont connu des périodes houleuses, ce dimanche, les Français de Côte d'Ivoire désigneront leur président. Mais tous n'iront pas aux urnes. Tendues sous Laurent Gbagbo, renouées sous Alassane Ouattara, les relations entre la France et la Côte d'Ivoire ont connu des périodes houleuses depuis le coup d'État du 24 décembre 1999 à la crise postélectorale de 2010. Au plus fort de la crise postélectorale notamment, des Français ont été pris pour cible.
(Fraternité Matin 23/04/17)
Alain Toussaint, ex-conseiller en communication de Laurent Gbagbo, en France depuis 2011, envisage de rentrer en Côte d’Ivoire. Et il ne s’en cache pas ! «J’ai confirmé ma volonté de rentrer en Côte d’Ivoire, après six années d’absence, afin de participer pleinement et activement à la vie politique nationale en vue de l’élection présidentielle de 2020», a-t-il indiqué ce samedi 22 avril 2017, à la suite d’une rencontre, la veille, avec Pr. Franklin Nyamsi, conseiller spécial du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Dans un communiqué de presse qu’il a rendu public, à la suite de cette rencontre, l’ex-conseiller de l’ex-Chef d’Etat souligne par ailleurs qu’il a échangé avec M. Franklin sur trois autres points majeurs portant sur «la situation...
(AIP 23/04/17)
La ministre congolaise de la Promotion et de l’Intégration de la femme au développement, Ines Bertile Nefer Ingani, a déclaré, samedi, lors d’une séance de travail avec son homologue ivoirien, le Pr Mariatou Koné, être venue s’inspirer de l’expérience ivoirienne en matière de promotion et de leadership féminin. Mme Nefer Ingani qui avait à ses côtés l’ambassadeur du Congo à Abidjan, a indiqué que la Côte d’Ivoire compte de nombreuses avancées dans le domaine d’intégration socioéconomique dont son pays pourrait s’en inspirer et qui pourrait faire l’objet de signature de conventions lors de la prochaine session de la grande commission mixte. Elle a en outre signalé que les femmes congolaises possèdent de l’expérience en matière de paix dont pourraient bénéficier...
(Jeune Afrique 22/04/17)
Président d'un Front populaire ivoirien (FPI) scindé en deux, Pascal Affi N'Guessan a réagi à la création de la nouvelle plateforme politique lancée par les partisans de Laurent Gbagbo réunis autour d'Aboudramane Sangaré. Ce mouvement "n'engage pas le FPI", assure l'ex-Premier ministre. La naissance de la nouvelle plateforme politique Ensemble pour la démocratie et la souveraineté lancée jeudi 20 avril à Abidjan par les partisans de la ligne « Gbagbo ou rien » du Front populaire ivoirien ne fait pas l’unanimité. En particulier au sein de la frange du FPI présidée par Pascal Affi N’Guessan, en rupture avec celle menée par Aboudramane Sangaré, qui lui réfute toute légitimité à la tête du parti. « Cette plateforme n’engage nullement le FPI,...

Pages