Dimanche 25 Février 2018
(Jeune Afrique 10/05/17)
En préparation depuis les états généraux de la presse en 2012, et validé en Conseil des ministres la même année, le projet de loi portant régime juridique de la presse a été adopté par la commission des affaires générales et institutionnelles vendredi dernier. Le texte doit désormais être discuté en plénière le 31 mai. Les points du projet de loi les plus critiqués par les professionnels des médias en Côte d’Ivoire sont contenus dans le chapitre I du titre XII, intitulé Infractions commises par voie de presse ou par moyen de publication.
(APA 10/05/17)
Près de 48 heures après leur mouvement d’humeur, les ex-combattants démobilisés continuent de faire la Une des journaux quotidiens ivoiriens, parus, mercredi, sur l’ensemble du territoire national. Après les mouvements du lundi dernier, à Bouaké, des démobilisés en route pour Abidjan, informe Le Temps qui annonce une rencontre de ‘’vérité’’ entre ces derniers et le président Alassane Ouattara. ‘’Nous ne voulons pas dormir à Abidjan’’, préviennent les ex-combattants en Une de Soir Info. Les gendarmes, policiers et militaires reçoivent des consignes pour gérer la situation, ajoute le confrère. Le patron de la gendarmerie donne des consignes fermes à ses hommes, renchérit L’Inter qui ouvre ses colonnes à des ex-combattants. ‘’Des gens veulent profiter…’’, soulignent-ils dans ce journal. Selon Aujourd’hui, après...
(L'Intelligent d'Abidjan 09/05/17)
La grande salle du centre culturel Jacques Aka de Bouaké a servi de cadre récemment au concours de beauté Awoulaba. Elles étaient neuf (9) candidates aussi belles et gracieuses les unes que les autres à défiler en boubou, tenue traditionnelle et tenue moderne devant le jury. Après délibération, le jury a déclaré Adjo Anoh Joceline Awoulaba 2017 pour Bouaké. L’Awoulaba 2017 de Bouaké a obtenu 140 / 150 points. Agée de 28 ans, elle a une taille de 1,70 m pour 85 kg. Mère de deux (2) enfants, elle est institutrice. Sa 1ère ‘’Saraman’’ s’appelle Nandini régie Armelle qui a eu 133/150 points. Elle est âgée de 30 ans. Elle mesure 1,68 m pour 93 kg. Mère de deux (2)...
(APA 08/05/17)
Le «Zouglouman» ivoirien, Soum Bill a gratifié, samedi soir, à la mythique salle Anoumabo du palais de la culture d'Abidjan, ses fans, d'un concert live en présence de plusieurs autorités politiques et militaires du pays dont le Secrétaire d’Etat Mamadou Touré et le Commandant de la garde républicaine ivoirienne, Issiaka Ouattara. C'est devant des mélomanes acquis à sa cause, que «Billy le kid» foule le podium de la salle Anoumabo aux environs de 20 heures (heure locale et GMT). Hystérie, souvenirs et émotions s'emparent de la salle lorsque le zouglouman entonne les premières notes de son tube « Béni Moi» repris en chœur par le public. « L'un pour l'autre, Sêguê, respectez Les pionniers du Zouglou...» et plusieurs autres tubes...
(APA 08/05/17)
Le «Zouglouman» ivoirien, Soum Bill a gratifié, samedi soir, à la mythique salle Anoumabo du palais de la culture d'Abidjan, ses fans, d'un concert live en présence de plusieurs autorités politiques et militaires du pays dont le Secrétaire d’Etat Mamadou Touré et le Commandant de la garde républicaine ivoirienne, Issiaka Ouattara. C'est devant des mélomanes acquis à sa cause, que «Billy le kid» foule le podium de la salle Anoumabo aux environs de 20 heures (heure locale et GMT). Hystérie, souvenirs et émotions s'emparent de la salle lorsque le zouglouman entonne les premières notes de son tube « Béni Moi» repris en chœur par le public. « L'un pour l'autre, Sêguê, respectez Les pionniers du Zouglou...» et plusieurs autres tubes...
(Jeune Afrique 06/05/17)
Les organisations de journalistes se sont invitées ce vendredi au Parlement pour protester contre le projet de loi sur la presse que le gouvernement ivoirien présentait devant la commission des affaires générales et institutionnelles par le biais de Bruno Koné, le ministre de la Communication, de l'Économie numérique et de la Poste. Emmenés par l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), la plus importante organisation du pays, les journalistes ont perturbé, vendredi 5 mai, les travaux des députés en déployant dans l’enceinte du Parlement une banderole sur laquelle on pouvait lire « Non à l’emprisonnement des journalistes« . Les hommes de médias entendaient fustiger la nouvelle loi sur la presse qui prévoit des peines d’emprisonnement, notamment l’article 90 parlant...
(Jeune Afrique 05/05/17)
La plus célèbre rappeuse d’Afrique, et de Côte d’Ivoire en particulier, met actuellement la dernière main à son prochain album, dont la sortie est prévue pour cet été. Il est produit par Alpha Blondy, lequel a ajouté une touche reggae au flow saccadé de « la go cracra du djassa ». Un clip à venir met en images le titre Gopio gbrahuru (« l’enfant du divorce »). Plus mûre, tournée vers d’autres horizons musicaux, Nash atteint un niveau de production audio et visuelle bien plus élevé qu’auparavant. Même lorsqu’elle secondait des pointures telles que Papa Wemba ou Mokobé.
(RFI 04/05/17)
En Côte d'Ivoire, les journalistes se sont rassemblés devant la maison de la télévision pour une marche pacifique en marge de la Journée internationale de la liberté de la presse. Ils ont notamment dénoncé les pressions des politiques qui entravent à leur liberté. Les journalistes et acteurs des médias ivoiriens ont voulu se faire entendre, ce mercredi 3 mai. Malgré la dépénalisation du délit de presse, six journalistes ont été arrêtés par la gendarmerie il y a quelques semaines. Une situation que déplore Ben Alla, un acteur des médias en Côte d’Ivoire : « C’est vrai qu’il y a une loi de dépénalisation de la presse en vigueur, mais au niveau de l’aspect judiciaire, il n’y a que des projets...
(Jeune Afrique 03/05/17)
Durant une semaine, la dixième édition du festival a réuni dans la capitale ivoirienne une pléiade de stars internationales, de Salif Keïta à Tiken Jah Fakoly en passant par Black M, dans une atmosphère survoltée. Un nouveau cycle s'ouvre à présent pour l'événement créé par A'Salfo, le leader de Magic System. Que retiendront-ils du Femua, à présent que la scène est démontée et que le quartier populaire d’Anoumabo reprend son souffle ? Cette jeune fille se souviendra peut-être du moment où elle a pu frôler son idole, le chanteur Singuila, l’un des rares à avoir sauté de la scène à la rencontre du public. Ce quadragénaire attablé à l’un des très nombreux maquis présents dans la zone, bouteille de Flag...
(AIP 03/05/17)
La Côte d’Ivoire sera à l’honneur lors du prochain festival de Cannes (France) qui se déroulera du 17 au 28 mai avec « Makeda », film produit par l’actrice Michelle Dybele et réalisé par Nid 2 Stars. « En produisant ce film, j’ai voulu réaliser plusieurs rêves d’enfant. J’ai toujours voulu être actrice. Et pour éviter de courir après les gens afin de jouer dans leurs films, j’ai produit mon propre film. Ensuite, j’avais un autre rêve qui était de participer un jour au festival de Cannes », révèle Michelle Dybele, dans un entretien accordé mardi, à l’AIP. Ce film de 23 mn, sélectionnée parmi plus de 10 000 productions, sera projeté dans la catégorie « Short film corner »...
(Le Monde 02/05/17)
Le festival de musique, qui a failli disparaître après la mort de Papa Wemba, a fêté ses dix ans avec Tiken Jah Fakoly, Kiff No Beat et Black M, et plus de 40 000 spectateurs. Réussir son dixième anniversaire était un défi de la plus haute importance pour le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), qui s’est tenu du 25 au 30 avril à Abidjan. Les concerts gratuits organisés par le groupe local Magic System avaient été endeuillés, fin avril 2016, par le décès sur scène de la star de la rumba congolaise, Papa Wemba, et la disparition, une semaine plus tard, du batteur du groupe, mort en tentant de porter secours à quelqu’un qui se noyait. Autant de drames...
(APA 01/05/17)
Le reggaeman ivoirien, Tiken Jah de Fakoly, l’une des têtes d’affiches de la 10 ème édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA) a gratifié ce public, dans la nuit de samedi à dimanche, de 2 heures de show avec des messages sur la limitation du mandat présidentiel, l’immigration clandestine, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Le descendant de Fakoly sur cette scène d’Anoumabo, village au cœur de Marcory dans le sud d‘Abidjan , très attendu a, comme d’habitude, lancé de cette tribune des messages de paix , de cohésion, d’exhortation à la démocratie et au respect des lois. Présentant l’un des titres de son prochain album, ‘’3ème dose’’ dont il a annoncé la sortie officielle...
(AFP 29/04/17)
Salif Keita et d'autres chanteurs africains ont donné un concert gratuit vendredi à Abidjan pour sensibiliser les populations du continent au sujet des risques environnementaux du réchauffement climatique. Le Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (Femua), qui célèbre cette année son dixième anniversaire, a réuni 15 artistes de renom dans le quartier populaire de Marcory, autour du thème "L'Afrique face au réchauffement climatique". Le podium du Femua, dressé sur la "Place Papa Wemba" en hommage à l'idole de la chanson congolaise
(APA 29/04/17)
Les journaux Soir Info et Go Magazine ont remporté, vendredi soir, à Abidjan la 8è édition du Prix du Conseil national de la presse (CNP) d’excellence au cours d’une cérémonie de distinction organisée par cet organe officiel de régulation de la presse écrite en Côte d’Ivoire, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Le quotidien Soir info édité par le Groupe Olympe a été primé dans la catégorie des organes de presse d’informations générales, quand l’hebdomadaire dédié à la femme, Go Magazine de Go Média est en tête des organes de presse d’informations spécialisées. Le journal satirique L’Éléphant Déchaîné garde cette année, le Prix d’encouragement qu’il avait obtenu en 2016, lors de la précédente édition. La marraine...
(Fraternité Matin 27/04/17)
Après avoir stagné entre 2015 et 2016 à la 86e place mondiale des pays où prévaut la liberté de la presse, la Côte d’Ivoire a gagné cinq (5) places et se positionne à la 81e place en 2017. Selon le rapport du Reporter sans frontières (Rsf) rendu public ce mercredi 26 avril, dans l’ensemble, la liberté de presse, à en croire Rsf, connaît une situation allant de « difficile » à « très grave » dans 72 pays sur 180 que compte le classement. La carte du monde dressée par Rsf est envahie de rouge (difficile) et de noir (très grave). Malgré ce bond, la Côte d’Ivoire reste dans une zone orange à cheval entre la zone rouge et la...
(APA 26/04/17)
L’artiste ivoirienne Nash et le groupe Viva La Musica ont assuré, lundi nuit, ‘’le show’’ pour clôturer la journée d’hommage organisée à Abidjan en hommage à l’artiste congolais Papa Wemba décédé l’année dernière sur la scène de la 9è édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA), a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Cette soirée musicale qui s’est déroulée à la ‘’Place Papa Wemba’’ d’Anoumabo a permis à ces artistes de rendre un vibrant hommage au Roi Papa Wemba. « Merci pour ces merveilleux moments passés auprès de moi. Tu m’as soutenu dans des moments difficiles », a témoigné l’artiste ivoirienne Nash, promotrice de l’argot urbain ivoirien ‘’le Nouchi’’ parlant de Papa Wemba décédé le 24...
(APA 26/04/17)
La 10è édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA) s’est ouverte, mardi après-midi, à Abidjan avec pour thème central, « l’Afrique face au défis du réchauffement climatique », a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Des membres du gouvernement ivoirien ainsi que le ministre des arts et de la culture de la République démocratique du Congo , des artistes chanteurs venus de la Côte d’Ivoire et de l’extérieur, et de nombreux festivaliers constituent entre autres la composition des spectateurs du jour pour cette ouverture du festival initié par le groupe Magic System, dans le «mythique» et cosmopolite village d’Anoumabo , logé en plein cœur de la commune de Marcory (Sud d’Abidjan) et paré aux couleurs de...
(Jeune Afrique 26/04/17)
Un an après la mort tragique du pilier de la rumba congolaise, le festival ivoirien a organisé ce lundi soir une soirée émouvante et explosive en l'honneur de sa mémoire. La clameur s’entend de très loin. Et à mesure qu’on se rapproche de l’épicentre du séisme sonore, au cœur du quartier d’Anoumabo, le décor se précise. Plus de 2 000 spectateurs sont rassemblés sous les étoiles devant la scène gigantesque du festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) ce lundi 24 avril. Volume à vous vriller les tympans, déluge d’effets lumineux, caméras partout, et même en l’air grâce à un drôle de drone survolant le public… Les grands moyens ont été mis pour cette soirée d’hommage à Papa Wemba, qui précède...
(Le Monde 26/04/17)
Le chanteur congolais s’est effondré il y a un an sur la scène du festival FEMUA à Abidjan. En ouverture de la dixième édition, une place a été inaugurée à son nom. Quand enfin le cortège officiel s’immobilise sur le banco retourné, on voit surgir d’une limousine noire la canne de bois sculpté et le panama à carreaux du ministre de la culture congolais. « Je ne suis pas sapeur comme tel, mais je me dois de refléter l’image de mon pays », explique Sylvain Maurice Masheke, à côté de son homologue ivoirien. Face à la tribune des mondanités, dans ce quartier d’Abidjan où débute ce lundi 24 avril la dixième édition du festival de musique FEMUA, on a tapissé...
(Le Figaro 25/04/17)
Le festival des musiques urbaines (Femua), durant lequel le «roi de la rumba congolaise» est décédé en plein concert en 2016, a rendu hommage au chanteur en rebaptisant à son nom le lieu où se déroule la manifestation, lundi 24 avril. La Côte d'Ivoire a inauguré lundi 24 avril à Abidjan la «place Papa Wemba» sur le site du Festival des musiques urbaines (Femua), pour rendre hommage à l'idole de la chanson congolaise, mort sur scène lors de la dernière édition en 2016. La petite plaque bleue portant l'inscription «place Papa Wemba», fixée sur un mur à quelques mètres de la scène où le 24 avril 2016, la star de la musique s'était écroulée en plein spectacle, a été découverte...

Pages