Lundi 20 Novembre 2017
(AFP 21/07/17)
Les huitièmes jeux de la Francophonie, auxquels participent 4.000 athlètes et artistes de 53 pays, s'ouvrent vendredi à Abidjan dans un climat de tension après de récents incidents armés dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire. Principale économie de l'Afrique de l'Ouest après le Nigeria, la Côte d'Ivoire accueille son premier grand événement international après une décennie de troubles politico-militaires (2002-2011), et entend faire de ces jeux, programmés du 21 au 30 juillet, une vitrine de son attractivité retrouvée. Les jeux de la Francophonie, qui ont lieu tous les quatre ans, combinent des épreuves sportives et des concours culturels, ouverts aux 18-35 ans.
(Jeune Afrique 19/07/17)
Un concert à 36 000 pieds : c'est l'expérience que le groupe Magic System a fait vivre aux passagers d’Air Côte d'Ivoire pendant le vol spécial Toulouse-Abidjan du mardi 18 juillet. Au terme du voyage, l'A320 qui abritait le concert, nouvelle acquisition de la compagnie aérienne, a atterri à l’aéroport international d’Abidjan, son hub naturel. Grâce aux équipements wi-fi de l’avion − acheté 60 millions de dollars − le concert pouvait être suivi depuis la terre, via les comptes de la compagnie aérienne sur les différents réseaux sociaux . Une façon pour le groupe des « gaous magiciens » de lancer sa tournée anniversaire, baptisée « Magic Tour 20 ans », en attendant de jouer sur la terre ferme les...
(Fraternité Matin 14/07/17)
Le ministre Bruno Koné a expliqué ce jeudi 13 juillet, le bien-fondé du projet de lois portant régime de la presse et de la communication audiovisuelle. Invité des rédactions de Fraternité Matin, le ministre de tutelle a expliqué que le gouvernement est loin de chercher à « faire peur aux journalistes ». Il a estimé que cette loi régule au mieux la presse, dans l’intérêt général de la population. « A aucun moment, le gouvernement n’a cherché à aggraver la situation des journalistes », a-t-il indiqué en expliquant que ce nouveau projet de lois est plus souple que la précédente armature juridique de la presse qui date de 2004. « Entre le texte de 2004 et celui de 2017, il...
(APA 14/07/17)
La vague de limogeage des cadres du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et proches du chef du parlement ivoirien, Guillaume Soro constitue la principale Une des journaux ivoiriens parus, vendredi, sur l’ensemble du territoire national. «Pourquoi Billon a été suspendu», titre Fraternité Matin à propos de la décision du Conseil des ministres qui met fin aux fonctions de l’ancien ministre du Commerce, cadre du PDCI. Le Jour Plus à son tour croit savoir « ce qui a coulé Niamien Ngoran », l’inspecteur d’Etat, un autre cadre du parti d’Henri Konan Bédié demis également de ses fonctions. «Sa défaite aux législatives lui coûte son poste », argumente Le Patriote. Selon Le Temps, « déstabilisé Ouattara tire dans tous les sens...
(APA 12/07/17)
Le Président de l’Assemblée nationale Guillaume Kigbafori Soro et l’ex-président Laurent Gbabgo sont en vedette à la Une des journaux quotidiens ivoiriens, parus, mercredi, sur l’ensemble du territoire national. Ça chauffe dans le milieu politique en Côte d’Ivoire. Guillaume Soro ‘’encore plus déchainé contre ses adversaires’’, barre à sa Une Soir info. ‘’Y a rien dans jalousie (…) Je suis outré (…) Je ne me laisse pas faire quand trop c’est trop’’, fustige le président de l’Assemblée nationale dans les colonnes de ce journal. ‘’L’avenir et le salut de Soro sont au RDR’’, estime le député de Ouaragahio, Abel Djohoré en Une de Le Patriote. ‘’Ouattara a toujours protégé Soro’’, affirme dans ce journal, Ben Koyala, le président du mouvement...
(Xinhua 10/07/17)
Deux célèbres humoristes ivoiriens, Michel Gohou et Digbeu, alias "Cravate", ont enflammé les shows des festivités du 40ème anniversaire de l'indépendance de Djibouti qui se poursuivent depuis le 27 juin dernier, et s'étaleront tout au long de l'année. Très peu connus des Djiboutiens, les deux comédiens ivoiriens, véritable grande surprise de cet évènement, ont marqué de toute l'étendue de leur talent les soirées de ces festivités. En effet, invités par un hôtel de la capitale djiboutienne, Gohou et "Cravate" ont conquis le public à chacune de leurs apparitions dans des sketchs hilarants qui dépeignent en toute liberté le quotidien et les maux de la société ivoirienne en particulier et de l'Afrique en générale. "Les deux humoristes ivoiriens n'ont pas joué...
(AFP 07/07/17)
"Purification des esclaves", c'est la signification de Kanga Gnianzé, hameau à une centaine de kilomètres au nord d'Abidjan rarement répertorié sur les cartes mais qui devrait prendre place dans la mémoire collective pour son rôle dans l'esclavage. Tout de blanc vêtu, le champion du monde de football français Lilian Thuram passe entre deux haies de "guerriers" coiffés de foulards rouges et brandissant des bâtons pour s'approcher d'un petit cours d'eau où l'attend un féticheur, également vêtu de blanc. Le footballeur, qui milite activement contre le racisme depuis la fin de sa carrière sportive, lui tend un oeuf en offrande. Après quelques incantations et un lavage de mains symbolique, le féticheur lui remet un petit caillou. On appose ensuite un cercle...
(AFP 07/07/17)
Une stèle en mémoire de l'esclavage a été inaugurée jeudi en Côte d'Ivoire en présence de nombreuses personnalités dont l'ancien président béninois Nicéphore Soglo, le champion du monde de football français Lilian Thuram et l'historien congolais Elikia M'Bokolo. La stèle a été dressée dans le petit village de Kanga-Gnianzé, haut-lieu du commerce des esclaves, situé à 120 kilomètres au nord d'Abidjan. "C'est un lieu de souvenir mais aussi un lieu d'espoir", a estimé M. Soglo, un des parrains du projet de la "Route des Esclaves", initié par l'Unesco en 1994 et qui recense des lieux historiques de passage des esclaves dans divers pays africains. "La nécessité de se souvenir s'impose (...) elle doit permettre aux peuples de se reconstruire. Il...
(AFP 04/07/17)
Magic System, le groupe star de la musique ivoirienne, qui a joué au Louvre lors de la fête organisée par les partisans d'Emmanuel Macron le soir du scrutin présidentiel français, a affirmé avoir ainsi voulu lutter contre "l'extrémisme". "Nous avions célébré cette victoire parce que le souhaitions et nous le voulions (...) C'était aussi un engagement du groupe pour dire non à l'extrémisme (...) et bravo à la France. Car c'est la somme de toutes les minorités qui fait la France de toutes les couleurs dont nous sommes fiers", a dit à l'AFP Salif Traoré, dit A'Salfo, le leader du groupe, rappelant qu'Emmanuel Macron affrontait la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen, au second tour. "Le fait que le président...
(AIP 04/07/17)
Le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Andrew Haviland, a vanté la diversité culturelle et le partenariat entre les deux pays lors d’une réception offerte lundi dans le cadre de la célébration du 241ème anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis. Devant un parterre d’invités composés de membres du gouvernement, de diplomates, de représentants des partis politiques, de membres de la société civile, de jeunes et de journalistes, M Haviland a déclaré que la célébration de cette année est placée sous le signe de « la force dans la diversité et du partenariat », énonce une note d’information transmise à l’AIP. « La culture américaine est unique mais elle est la somme de plusieurs traditions culturelles d’origines diverses »,...
(Jeune Afrique 04/07/17)
Le rappeur français vient d’annoncer deux concerts événements les 4 et 5 août prochain à Abidjan. Il avait déjà séduit le public abidjanais lors d’un passage très remarqué en 2011. Mais cette fois, il arrive avec un nouveau projet mystérieux : « Nougat ». La capitale économique de la Côte d’Ivoire semble confirmer de plus en plus son statut de plaque tournante du showbiz en Afrique de l’Ouest. Après David Guetta, Maître Gims, c’est au tour du rappeur Booba d’annoncer une série de concerts à Abidjan. Deux concerts sont programmés, les 4 et 5 août prochain. L’équipe de l’artiste français a décidé de faire les choses en grand. La campagne de publicité qui doit annoncer l’événement se fera sous forme...
(Le Monde 29/06/17)
Entre Hamed Bakayoko, numéro deux du gouvernement, et DJ Arafat, star de la nuit, la fascination est réciproque. La foule n’est plus qu’un grand cri suspendu. DJ Arafat gravit les marches qui le conduisent à la scène, sur des trompettes synthétiques de triomphe romain. Casquette blanche, chemise imprimée au visage du président Ouattara, le ministre d’Etat Hamed Bakayoko l’attend, les bras ouverts. Le parrain et son lieutenant. « C’est mon fils ! C’est mon fils ! », hurle le politicien. Joignant le geste à la parole, ce géant embarque le musicien sur son dos comme un enfant et tournoie dans l’air chaud. Dans cette scène d’adoubement patriarcal face à un public sidéré, dans cette vidéo de médiocre qualité qu’on trouve...
(Jeune Afrique 21/06/17)
Jamais diffusé sur Canal+ Horizons, qui fait pourtant partie de ses producteurs, jamais sélectionné pour le Fespaco, "Bayiri, la patrie" fait figure de film maudit. S’il n’a pas été victime, semble-t‑il, de véritable censure, il est vrai que le 6e long-métrage de S. Pierre Yameogo aborde un sujet très sensible en Côte d’Ivoire comme au Burkina. Il raconte en effet, à travers l’histoire d’une jeune femme victime de racket et de viol, ce qu’ont vécu les familles de planteurs burkinabè chassés des villages de Côte d’Ivoire où ils vivaient par les tenants de l’« ivoirité », lors de la crise du début des années 2000. « Crimes de guerre » Sans rien cacher des exactions contre les civils auxquelles se...
(Le Monde 14/06/17)
Le drame des Burkinabés chassés de Côte d’Ivoire inspire à S. Pierre Yameogo un film habité par une juste colère. Aussi confidentielle que soit sa sortie, six ans après son tournage, aussi imparfaite que soit sa forme, Bayiri, la patrie mérite d’être vu. La réalité que S. Pierre Yameogo met en scène est sous notre nez, depuis des décennies. Des populations chassées par le nettoyage ethnique, l’exode qui laisse vulnérable face aux prédateurs, l’arrivée dans un pays qui voudrait bien ne pas être « d’accueil ». « Bayiri », la patrie du titre, est celle du cinéaste, le Burkina Faso, qui a dû, à partir de 2002, faire une place aux milliers de familles de nationalité ou d’origine bur­kinabées qui...
(Commod Africa 13/06/17)
Les stylistes Pathé’O -Burkinabè d'origine et Ivoirien d'adoption et Sidahmed Alphadi -Nigérien, créateurs de mode de renommée internationale, ont plaidé mercredi la cause du coton africain. Dans le cadre de ses 52è assemblées annuelles, la Banque africaine de développement (BAD) avait dédié une session au secteur africain du textile-habillement, session intitulée "Fashionomics". Le secteur représenterait un marché de $ 31 milliards en Afrique subsaharienne. C’est le deuxième secteur le plus important en terme d’emplois dans les pays en développement, après l’agriculture, selon la BAD. "L’Afrique produit du coton, mais ce coton ne reste pas chez nous", a déploré Pathé’O. "Nos pays producteurs exportent tout et il ne nous reste rien. Croire que l’industrie de la mode, ce sont les autres,...
(AIP 09/06/17)
Le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, a annoncé pour les 6 et 7 juillet prochains, la célébration de la ‘’Route de l’Esclave’’, un projet porté par l’UNESCO pour ne pas oublier ce phénomène qui a touché le continent noir, dans les localités de Kangah-Gnazè et de Lahou-Kpanda situées respectivement des départements de Tiassalé et de Grand-Lahou. Le ministre qui a séjourné jeudi à Agboville dans le cadre du lancement de ces journées destinées à identifier les sites où ont transité les esclaves pour en faire un patrimoine historique, a invité les populations de la région de l’Agneby-Tiassa à se mobiliser pour participer massivement à cette fête qu’il souhaite populaire. Pour le devoir de mémoire,...
(Agence Ecofin 07/06/17)
Orange Côte d’Ivoire a procédé, jeudi dernier, au lancement de son nouveau service «TV Orange ». Elle est proposée aux clients disposant d’un abonnement à Internet fixe et Internet mobile 3G ou 4G via l’application « TV Orange ». Ce nouveau service offre une plateforme inédite de location de Vidéos (VOD) et un très large choix de programmes télé à apprécier sur les tablettes, les télévisions et les smartphones. En plus du décodeur et de la clé Tv Orange qui sont offerts aux abonnés, les abonnements ADSL de 5 et de 8 mégas coûtent respectivement 67 Dollars et 78 Dollars. La TV d’Orange dispose d’une plateforme de vidéos à la demande, d’un accès à une grande variété de films et...
(Fraternité Matin 04/06/17)
De la vingtaine (25) de reines de la beauté sélectionnées lors des présélections du concours Miss Côte d'Ivoire 2017, c'est Mademoiselle Mandjalia Gbané qui a remporté dans la nuit du samedi 3 à dimanche 4 juin, la couronne. Elle a été élue avec 14,50% à l'issue du vote à la finale dudit concours qui s'est déroulée au Palais des congrès du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire. L'événement a été diffusé en direct par la chaîne de télévision publique (Rti). Du haut de ses 1m85, Mlle Gbané, brassard numéro 13, étudiante en 2ème année de gestion commerciale, succède à Esther Mémel. Elle est âgée de 21 ans et a été présélectionnée dans la région du Gontougo (Bondoukou). Signalons que mesdemoiselles Darlène Kassem...
(AFP 02/06/17)
Les éditeurs français se sont engagés à faire don de 5.000 livres par an à la Côte d’Ivoire dans le cadre d’une convention de partenariat avec les autorités ivoiriennes, a annoncé vendredi le Syndicat national de l’édition (SNE), l’organe professionnel des éditeurs. Le président du SNE, Vincent Montagne a signé la convention avec le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, jeudi à Abidjan. Avec cet accord, les éditeurs français s’engagent à faire un don chaque année, de 5.000 livres de littérature générale, de jeunesse et de sciences humaines. Il s’agit d’"enrichir et développer les fonds des bibliothèques nationales de Côte d’Ivoire", a précisé le SNE dans un communiqué. La convention s’inscrit dans une perspective...
(APA 02/06/17)
Les éditeurs français vont faire chaque année, un don de 5000 livres à la Côte d’Ivoire, a appris APA, jeudi, à l’issue de la signature d’une convention dans la capitale économique ivoirienne. Ce don annuel de livre fait partie des clauses de cette convention signée entre le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman et le Président du Syndicat national de l’édition française (SNE), Vincent Montagne. A travers ce texte, les deux parties partagent une volonté commune de développement de la Francophonie, une meilleure connaissance des livres de chaque pays ». Selon le ministre Maurice Bandaman , « c’est un partenariat gagnant -gagnant». « Nous voulons nous inspirer du modèle français dans le développement de...

Pages