Mercredi 22 Novembre 2017

Partenariat Public/Privé: Le Trésor public ivoirien décroche le Prix de la meilleure administration

Partenariat Public/Privé: Le Trésor public ivoirien décroche le Prix de la meilleure administration
(APA 14/11/17)
Partenariat Public/Privé: Le Trésor public ivoirien décroche le Prix de la meilleure administration

Le Trésor public ivoirien a décroché, lundi, à Abidjan le Prix de la meilleure administration publique décerné par le Comité de concertation Etat-Secteur Privé (CCESP) lors de la troisième édition de la Journée nationale de partenariat Public-Privé (JNP) organisée autour du thème, ‘’Encadrement du Secteur Informel : source de croissance et de compétitivité de notre économie’’.

La Direction générale du Trésor et de la Comptabilité Publique a été déclarée Lauréate au terme des évaluations avec 218 points sur 264, soit une moyenne de 16.5. La contribution de cette Institution à la politique de développement du secteur privé et à la facilitation des rapports avec le secteur privé a fortement milité en faveur de ce choix du jury.

La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS), le Centre de Promotion des Investissements de Côte d’Ivoire (CEPICI), la Direction générale des impôts, la Direction générale des Douanes et l’Agence de gestion et de développement des infrastructures industrielles (AGEDI) étaient également en lice pour ce Prix qui est à sa deuxième édition.

A l’ouverture, le Ministre de l’économie et des finances, Adama Koné, a indiqué que cette édition de la JNP, se veut être le cadre d’échanges propices à la présentation des réformes et des efforts consentis par l’Etat, à l’expression des attentes et des difficultés rencontrées par le Secteur Privé, à la définition de perspectives de collaboration pour un partenariat judicieux entre les deux parties et aux réflexions autour de questions stratégiques pour le développement économique de la Côte d’Ivoire.

Le secteur informel occupe une place importante dans l’économie de la Côte d’Ivoire comme dans la plupart des pays en voie de développement qui font face à la problématique de structuration de ce secteur.

Depuis quelques années, la part du secteur informel dans la croissance économique nationale s’est fortement accrue, en raison de la longue période d’instabilité qu’a connue le pays avec pour corollaire la réduction subséquente de l’emploi dans le secteur formel.

LS/APA

Commentaires facebook