Vendredi 23 Février 2018

Les livres scolaires en Côte d’Ivoire, un business qui vire au casse-tête

Les livres scolaires en Côte d’Ivoire, un business qui vire au casse-tête
(Le Monde 14/02/18)

La classe africaine (24). Parents et enseignants se perdent dans la liste des manuels agréés, qui change à chaque rentrée. Un gâteau éditorial qui attise les appétits. Comment équiper en manuels scolaires les près de 5,5 millions d’élèves que compte la Côte d’Ivoire ? C’est le casse-tête que tentent de résoudre chaque année l’Etat, les parents et les enseignants, mais aussi les éditeurs et les distributeurs.

Découvrez notre série La classe africaine

Selon un rapport de la Banque mondiale publié en janvier 2017, les « enfants ivoiriens n’ont pas assez d’ouvrages pour perfectionner leur apprentissage scolaire ». Un constat conforté par les statistiques du ministère de l’éducation nationale. En primaire, par exemple, le manque de manuels scolaires est criant : si, en CP, 61 % des élèves ont un livre de calcul, le taux s’effondre à 33 % en CM2, 24 % en CE2 et 23 % en CE1. Même constat pour les livres de lecture.

Comment expliquer un tel sous-équipement dans un pays où la part du budget consacrée à l’éducation n’a cessé de croître ces dernières années (+ 7,5 % par an en moyenne depuis 2010) pour atteindre aujourd’hui 27 % et dont le secteur de l’édition est l’un des plus développés de la sous-région ?

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/02/13/les-livres-scolaires-en...

Commentaires facebook