Mercredi 13 Décembre 2017

Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo à ses partisans «Je serai bientôt parmi vous»

Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo à ses partisans «Je serai bientôt parmi vous»
(Afrique sur 7 19/06/17)
Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo à ses partisans «Je serai bientôt parmi vous»

Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien président de la Côte d’Ivoire, M. Laurent Gbagbo, pourrait être libérée bientôt. C’est le message qu’elle à faire lire aux militants FPI qui le dit de façon claire : « Je serai de retour bientôt parmi vous ».

Claudine Ouattara lit un message d’espoir de Simone Gbagbo.

Le président Ouattara va-t-il, comme le souhaite Soro Guillaume, enfin réconcilier les Ivoiriens ? Le propos tenu par Claudine Ouattara, sœur cadette de Mme Simone Gbagbo, le laisse sous-entendre. Samedi 17 juin dernier, cette dernière a lu un message de Simone Gbagbo aux militants FPI de Sangon.

« Vous avez les salutations militantes de la première Dame Simone Gbagbo. Elle me charge de vous dire que son moral est au beau fixe et résiste aux épreuves qu’on lui impose», confie Mme Claudine Ouattara dans un premier temps.

Elle rajoute ensuite : « En détention à l’école de gendarmerie, elle sait ce qui se passe et vous demande de tenir bon. Car Canaan n’est plus loin. Et surtout elle me charge de porter la nouvelle que j’ai bien notée et que je vous lis : « Je serai de retour bientôt parmi vous. Nous allons apprendre et continuer le combat là où nous l’avions laissé. Croyons en nos forces et que Dieu nous bénisse dans notre lutte »».

Ce message a été fortement ovationné par les militants du Front Populaire Ivoirien proche de Laurent Gbagbo. Pour eux, ce message d’espoir est le signe de la volonté des autorités ivoiriennes d’ouvrer plus sérieusement à l’apaisement.

Soro Guillaume a-t-il finalement été entendu ?

Récemment, le président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, M. Soro Guillaume a plaidé pour une libération des prisonniers politiques. Selon lui, la crise ivoirienne est derrière et qu’il faut oeuvrer à la réconciliation par des actes forts. Si l’ex-Première Dame venait à être libérée, cela reviendrait à dire que le message du PAN et les députés qui lui sont proches a été entendu par les autorités du pays.

Commentaires facebook