Lundi 11 Décembre 2017

Côte d’Ivoire : Réconciliation, KKB fustige le régime Ouattara sur RFI

Côte d’Ivoire : Réconciliation, KKB fustige le régime Ouattara sur RFI
(Afrique sur 7 31/10/17)
Kouadio Konan Bertin dit KKB (PDCI)

La réconciliation nationale n’a véritablement pas progressé sous le régime Ouattara. Telle est l’opinion clairement exprimée par Kouadio Konan Bertin dit KKB lors d’une émission sur RFI.

Réconciliation nationale, KKB dénonce un manque de volonté politique du pouvoir Ouattara

Adama Bictogo (RDR), Jean-Louis Billon (PDCI) et Kouadio Konan Bertin dit KKB (PDCI) étaient les invités d’Alain Foccart à son émission le Débat africain. Aussi, cette émission portait-elle sur la situation politique en Côte d’Ivoire. De même, il a été question de l’alternance en 2020. Et surtout, de la survie du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), coalition au pouvoir. Mais lorsqu’il a été question de la réconciliation nationale, KKB s’est voulu très incisif contre le pouvoir d’Alassane Ouattara. Selon l’ex-député de Port-Bouët, ce chantier est totalement resté en fiche. Car, il déclare que les Autorités ivoiriennes n’y accordent pas grande attention.

« Sur la question (de la réconciliation), l’amitié se nourrit de vérité. Et, on ne peut non plus pas cacher le soleil avec la main. Disons-nous franchement, M. Bictogo parle de revivre ensemble, c’est bien cela notre souhait. Un pays comme la Côte d’Ivoire, Houphouët l’a voulu tel, un brassage. Quand vous avez depuis plus d’un mois, des Guérés, donc Ivoiriens, qui n’ont aucune peine à mettre des Baoulés, supposés être leurs frères, sous le soleil, et cela dure depuis un mois, avez-vous le sentiment que ces deux peuples vivent ensemble ? Je vous ai dit que cette guerre a porté atteinte aux fondamentaux du pays. Les Ivoiriens ne vivent plus ensemble. Nous vivons côte à côte et nous nous regardons en chiens de faïence », a-t-il déclaré.

L’alliance RHDP bat de l’aile, selon KKB

Le candidat malheureux à la présidentielle de 2015 doute par ailleurs que les choses avancent dans le bon sens. Ainsi qu’il se veut très formel selon le constat qu’il a fait : « Vous avez posé une question claire “est-ce qu’on a réussi la réconciliation nationale ?” Il faut y répondre clairement. “Non, nous n’avons pas encore réussi la réconciliation.” On me dit qu’il faut du temps. Mais quel temps faut-il pour réconcilier les Ivoiriens ? On a consacré ce premier mandat, et nous sommes à mi-parcours du second mandat, à consolider l’alliance. Mais est-ce que nous sommes venus au pouvoir pour consolider l’alliance ou pour gouverner pour un peuple dans sa diversité ? »

Poursuivant sur sa lancée, l’ex-président des jeunes du PDCI a toutefois, interpellé le président Alassane Ouattara : « Partout dans le monde, quand vous devenez chef de l’État, vous êtes président, mais y compris pour vos adversaires. Nous sommes là, dirigeants du peuple de Côte d’Ivoire, dans sa diversité. Nous devons apporter la quiétude de la paix à tous les Ivoiriens. C’est un chantier qui reste entier, qui reste ouvert. Il faut aller à la réconciliation. On ne peut pas ruser avec cela. Or, curieusement, je constate que dès que quelques-uns ont des intérêts menacés, ils reconnaissent, ils se souviennent tout de suite qu’il faut maintenant tenir un discours.

L’insécurité, l’affaire de cache d’armes… mis à nu

« Non, ce n’est pas de ça qu’il s’agit. Houphouët disait que la paix ce n’est pas un vain mot, c’est un comportement. La réconciliation, de mon point de vue, ne peut pas être un vain mot, donnons-lui un contenu. Par amour pour ce peuple. Nous sommes face à nos responsabilités. C’est nous qui sommes au pouvoir, RHDP, et je dis que nous n’avons pas encore réussi la réconciliation. Comment vous interprétez tous les braquages qui ont lieu tous les jours ici ?

Les questions de sécurité qui se posent ici avec acuité. Nous-mêmes en notre sein, comme vous l’avez dit, nous sommes en train de chercher des caches d’armes partout, nous-mêmes entre nous encore ! Comment pouvons-nous nous occuper de la sécurité des Ivoiriens, si nous-mêmes, au pouvoir, nous sommes en train de nous suspecter, fouillant nos maisons pour savoir qui a les fusils chez lui ! Nous devons nous-mêmes, travailler à ramener la sérénité au RHDP. Nous montrer à la hauteur des espérances du peuple de Côte d’Ivoire et regarder les problèmes des Ivoiriens en face. »

Commentaires facebook