Jeudi 23 Novembre 2017

Côte d’Ivoire : Malaise dans l’armée, les ex-chefs rebelles bientôt limogés

Côte d’Ivoire : Malaise dans l’armée, les ex-chefs rebelles bientôt limogés
(Afrique sur 7 17/07/17)

Comme sur le plan politique, il y a un malaise dans l’armée de Côte d’Ivoire. Le pourvoir RDR s’apprête à nettoyer celle-ci des proches de Soro Guillaume, exactement comme il l’a fait sur le plan politique. La mutinerie de la nuit du 14 au 15 juillet est pour les dignitaires du régime l’occasion de régler le problème des ex-chefs rebelles placés à de hauts postes au sein de l’armée ivoirienne.

La révolte des Forces spéciales de Côte d’Ivoire

Pour comprendre le mouvement d’humeur de la nuit du 14 au 15 juillet 2017, il faut remonter à février 2017 lors de la révolte des Forces spéciales. Ce mouvement d’humeur au sein de ce corps d’élite avait été initié par des caporaux membres du contingent baptisé 2600 ; ces 2600 soldats étant des recrues de l’armée ivoirienne suite à la crise postélectorale. Ils réclamaient des arriérés de primes à hauteur de 17 millions.

Malaise dans l’armée, Issiaka Traoré arrêté

Quelques mois après, des caporaux de ce même contingent, membres d’autres corps de l’armée se signalèrent de nouveau. Les forces spéciales ayant eu gain de cause, ils exigeaient à leur tour le même traitement : 17 millions chacun.

Dans le mois de juin, 2017, leur Délégué, le Caporal Issiaka Traore, en service au camp des sapeurs pompiers de l’Indenié, a été arrêté. Il lui a été reproché d’inciter ses amis à un soulèvement armé.

Opération infiltration

Le malaise dans l’armée est si profond que le commandement militaire conscient de la situation qui couvait dans les casernes, et surpris du manque d’efficacité des services de renseignements internes, a fait mettre sur pied une stratégie d’infiltration du groupe pour tenter d’éviter toute surprise.

Le soulèvement de la nuit dernière était donc connu d’avance. Un dispositif de riposte avait été monté en toute discrétion pour mater dans le sang et marquer les esprits de ceux qui seraient tentés de continuer ce combat d’arrière-garde.

Reprise en main
Ce nouveau soulèvement d’une partie de l’armée agace et inquiète les dignitaires du régime RDR.

Une réunion de crise a été organisée avant le départ de Ouattara pour le Liberia. Au cours de cette rencontre, le pourvoyeur de fonds du RDR, Adama Bictogo, a lancé une idée qui consiste à utiliser cette nouvelle crise pour opérer une purge totale au sein des Faci (Force Armée de Côte d’Ivoire). Celle-ci devrait toucher particulièrement les hommes de l’ex-rébellion. Cette proposition a été approuvée par la totalité des personnalités présentes.

Il faut donc s’attendre dans les jours à venir à un grand bouleversement, tant au niveau de la hiérarchie militaire qu’au niveau des soldats du rang, dans l’armée.

Le RDR veut désormais avoir une main mise totale sur l’armée. Dans le contexte actuel, marqué par une grave rupture avec le PDCI RDA, L’UDPCI et les Forces Nouvelles, ses ex-alliés, le RDR veut le contrôle absolu de l’appareil armé de l’État, pour qu’il redevienne une source de puissance afin de garantir des lendemains qui s’annoncent difficiles.

Ce malaise dans l’armée n’est donc qu’un reflet de la situation politique actuelle de la Côte d’Ivoire.

Commentaires facebook