Mardi 17 Octobre 2017

Côte d’Ivoire: l’ex-Chef d’Etat-major Mathias Doué inhumé au cimetière de Williamsville

Côte d’Ivoire: l’ex-Chef d’Etat-major Mathias Doué inhumé au cimetière de Williamsville
(APA 21/04/17)
Côte d’Ivoire: l’ex-Chef d’Etat-major Mathias Doué inhumé au cimetière de Williamsville

Décédé le 23 mars dernier à Casablanca au Maroc à l'âge de 71 ans, l'ex-chef d'Etat-major des armées (CEMA) de Côte d'Ivoire, Mathias Yehamun Doué, a été inhumé dans la sobriété, jeudi, au cimetière de Williamsville au centre de la capitale économique ivoirienne.

C'est à 11h45 minutes (GMT et heure locale) que le corbillard transportant la dépouille du général Mathias Doué, paré de quatre bouquets de fleurs des noms du président Alassane Ouattara, des ministres Hamed Bakayoko et Alain Richard Donwahi et du chef d'état-major des armées, Sékou Touré, s'est immobilisé devant le caveau familial des Doué.

Des chants et des prières officiés par des dignitaires religieux, ont par la suite, été prononcés pour le repos de l'âme du général avant sa sépulture aux côtés des siens.

Ce «dernier voyage» du général Doué a enregistré la présence de plusieurs personnalités militaires dont le commandant de la marine nationale, le contre-amiral, Djakaridja Konaté et de parents et amis venus lui faire leurs adieux.

La levée de corps du général Mathias Doué s'est déroulée mercredi dans la soirée en présence de plusieurs personnalités politiques et militaires, suivie d'une messe de requiem et d'une cérémonie d'honneurs militaires, ce jeudi, dans la matinée à l'Etat-major général des armées.

Ancien acteur du coup d'État militaire qui a renversé le président Henri Konan Bedié en 1999, le général Mathias Doué, alors colonel-Major, a été ministre de la jeunesse et des sports du régime militaire du général Robert Guéi.

Il est passé à la tête de l'armée ivoirienne en qualité de Chef d'état-major des armées entre 2000 et 2004 avant d'être membre du Conseil national de sécurité (CNS) mis en place par l'actuel chef de l'État, Alassane Ouattara.

Commentaires facebook