Lundi 11 Décembre 2017

Côte d’Ivoire : dans les entrailles du barrage géant de Soubré

Côte d’Ivoire : dans les entrailles du barrage géant de Soubré
(Jeune Afrique 02/11/17)
Côte d’Ivoire : dans les entrailles du barrage géant de Soubré

Le plus important barrage hydroélectrique de Côte d’Ivoire, avec une capacité totale de 275 MW, va être officiellement inauguré ce jeudi 2 novembre. Il y a six mois, Jeune Afrique vous plongeait au cœur de ce chantier monumental.

À Soubré, le barrage sur le fleuve Sassandra est très, très longtemps resté un éléphant blanc. Les premières études lancées dans les années 1960 avaient presque débouché sur sa construction vingt ans plus tard, avant que le projet ne soit finalement repoussé. Mais d’ici à quelques mois, le chef-lieu de la région de Nawa, à 130 km au nord de San Pedro, pourra enfin revendiquer la plus importante centrale hydroélectrique de Côte d’Ivoire.

Fin avril, les ouvriers s’affairaient dans l’usine, vingt mètres en contrebas du sommet du tablier en béton, autour des trois immenses turbines, dont les rotors pèsent 330 tonnes chacun. La production d’électricité démarrera au plus tard début juin avec la mise en route d’une première unité. Elle sera suivie par l’entrée en service d’une deuxième turbine en juillet, puis d’une troisième en septembre.

Une capacité de 275 MW

Toutes ont été fabriquées par le groupe français Alstom, qui assurera leur maintenance pendant un an. Au total, le barrage possédera une capacité de 275 MW quand l’ensemble des ouvrages hydroélectriques ivoiriens représentent actuellement 609 MW.

Trois autres centrales seront construites dans les années à venir en aval de Soubré pour tirer pleinement parti du potentiel du fleuve Sassandra. En 2016, Adama Toungara, alors ministre de l’Énergie, avait annoncé l’intention du gouvernement de doubler la capacité du pays (2 000 MW) à l’horizon 2020.

Rempli entre le 6 et 29 mars, le réservoir qui alimentera l’usine hydroélectrique recouvre 17 km2. Si une partie des arbres immergés ont été abattus pour faciliter la navigation sur le plan d’eau et limiter le nombre de troncs entraînés par le courant vers l’usine, des centaines de cimes déplumées dépassent encore de la surface, donnant un air de désolation au lac nouvellement créé.

Lire la suite sur : http://www.jeuneafrique.com/mag/435642/economie/energie-entrailles-geant...

Commentaires facebook