Samedi 21 Octobre 2017
(Jeune Afrique 20/10/17)
Réunis à Brazzaville sous la houlette du nouveau président en exercice, le président congolais Denis Sassou-Nguesso, les chefs d’État de la région des Grands lacs (CIRGL) ont adopté une série de recommandations ce 19 octobre pour accélérer le règlement des conflits dans cette zone qui réunit douze États du continent. Ils ont par ailleurs apporté leur soutien à l'accord électoral en RDC. La situation politique et sécuritaire de la région se retrouvait au cœur des résolutions adoptées au terme de cette 7ème session de la CIRGL, notamment la question cruciale des groupes armés actifs en République démocratique du Congo (RDC) face auxquels Kinshasa accuse certains de ses voisins de ne pas suffisamment agir.
(RFI 20/10/17)
Depuis jeudi 19 octobre, le Congo préside aux destinées de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). L'Angola lui a passé le témoin au cours d'un sommet ordinaire de cette organisation à Brazzaville. Ce sommet auquel ont pris part six chefs d'Etat a été suivi par une autre réunion sur la paix et la sécurité dans cette zone et notamment en République démocratique du Congo qui a reçu le soutien de neutraliser les forces négatives à l'origine de son instabilité. Au cours de cette double réunion, les chefs d'Etat se sont dits « préoccupés » par la situation d'instabilité en RDC. Ils ont pris une série de décisions énumérées par Jean-Claude Gakosso, ministre congolais des Affaires étrangères...
(Jeune Afrique 18/10/17)
L'agence de notation Moody's a déclaré, dans une analyse annuelle publié ce lundi, que le profil de crédit du gouvernement de la république du Congo présentait un risque de défaut élevé. L'agence de notation a pointé les risques de pertes pour les créanciers privés, à cause d'une crise de liquidité aiguës et d'un bilan fragile. « Le choc pétrolier a eu un impact négatif significatif sur le profil de crédit de la République du Congo. En cause, la forte dépendance...
(RFI 18/10/17)
Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou Nguesso a exprimé il y a deux semaines sa volonté d'ouvrir des couloirs humanitaires afin de faciliter et sécuriser la sortie des ex-combattants Ninja accusés d'exactions depuis avril 2016 dans la région du Pool. De son côté, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), première formation d'opposition, a fait mardi 17 octobre des propositions sur l'organisation de ces couloirs et a appelé à la tenue d'une table ronde avec la participation de l'ancien...
(RFI 16/10/17)
Les produits traditionnels venus des savanes et des forêts congolaises ne sont plus proposés aux consommateurs à l’étape brut. Déterminées à leur donner de la valeur et assurer leur avenir, de petites entreprises transforment par exemple des fruits en boissons ou encore des plantes en onguents ou cosmétiques. Le travail de ces artisans est salué par les autorités auxquelles ils demandent plus de facilités, notamment un allègement de la fiscalité. Reportage de notre correspondant à Brazzaville. Lire la suite sur:...
(RFI 13/10/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment révélé que la dette du Congo représente 110% de son produit intérieur brut (PIB). L'augmentation effrénée de la dette de ce pays de quatre millions d'habitants est la conséquence de l'effondrement des cours du pétrole son principal produit d'exportation. Désormais, autorités et économistes estiment qu'il faut penser à l'après-pétrole en développant d'autres niches économiques, principalement l'agriculture. Déjà dans les années 80, l'agriculture a été décrétée « priorité des priorités » au Congo :...
(La Tribune 12/10/17)
Acculé après la mission du FMI qui a permis de dresser l’état réel de la situation économique et financière du pays, le gouvernement congolais s’en remet à l’institution de Bretton Woods. Sans l’assistance de cette dernière, le Premier ministre Clément Mouamba reconnaît que le pays aura du mal à s'en sortir. Ce qui n’altère en rien la volonté des autorités d’entreprendre des réformes pour atténuer l’impact de la conjoncture avec des mesures d’austérité qui risquent de porter un coup au...
(RFI 11/10/17)
Le Congo prend langue avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue de négocier un programme d'ajustement et de ramener sa dette de 110% à 70% du PIB. Mardi 10 octobre, face à la presse, le Premier ministre Clément Mouamba a précisé les étapes à venir dans le cadre des discussions. Au moment où Brazzaville négocie avec le FMI pour sortir d'une crise liée à la chute des prix de l'or noir, le Premier ministre Clément Mouamba assure qu’il est...
(RFI 09/10/17)
Inscriptions et concours bloqués pour les nouveaux bacheliers ; sessions d'examens renvoyées aux calendes grecques pour les anciens étudiants. Telles sont les conséquences de la grève déclenchée début septembre et maintenue par l'intersyndicale de l'université publique du Congo. L'intersyndicale réclame le paiement, en bloc, de quatre mois d'arriérés de salaires. Les étudiants appellent le gouvernement à prendre en compte les doléances des enseignants et à négocier. Dans les différents établissements de l'université publique, faute de cours et d'entretien, dans les amphithéâtres et d'autres salles, les places assises sont recouvertes de poussière.
(Le Point 09/10/17)
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la démocratie ne se porte pas bien en Afrique centrale. Pourquoi ? Eléments d'explications. Les régimes bâtis sur les ruines de guerres civiles en Angola, au Burundi, au Congo, en République démocratique du Congo (RDC), en Ouganda et au Rwanda ont reposé sur des forces politico-militaires. Hormis au Kenya, en Tanzanie et en Zambie, où le multipartisme a été rétabli au début des années 1990 et a perduré malgré des élections entachées...
(RFI 06/10/17)
Le Congo-Brazzaville a annoncé jeudi 5 octobre qu'il souhaitait engager des négociations avec ses créanciers pour « reprofiler ou refinancer » sa dette, nettement plus élevée que prévu. Cette annonce intervient alors que le Fonds Monétaire International (FMI) vient de boucler une mission dans le pays. S’engage une première phase de négociations. Aucun accord n'a été officiellement signé avec le FMI. Les négociations en sont à un stade embryonnaire. Brazzaville dit vouloir les accélérer. Compte-tenu de la situation économique du pays, des « mesure immédiates » doivent être prises : c'est ce qu'affirme le gouvernement dans un communiqué.
(RFI 06/10/17)
Les agents du Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville ont repris, ce mercredi, leur grève générale illimitée suspendue le 10 août dernier. Une reprise du mouvement faute d'avoir obtenu satisfaction sur des revendications qui portent, notamment, sur le paiement de trois mois d'arriérés de salaires. Les mêmes revendications concernent les agents du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) qui ont arrêté le travail depuis le 22 septembre. Ils appellent les autorités à faire rapidement face à leur situation, craignant...
(RFI 06/10/17)
La seconde réunion semestrielle de l’année des ministres des Finances, des gouverneurs des Banques centrales et des présidents des institutions régionales de la zone franc s’est tenue ce jeudi à Paris. La situation générale de la zone est marquée par un réendettement rapide. Le débat soulevé par les Africains, qui appellent à remplacer le franc CFA par une monnaie qui n’est pas arrimée à l’euro, n’a pas été officiellement évoqué. Réduction des déficits publics, diversification des économies et augmentation des...
(RFI 05/10/17)
Des couloirs humanitaires vont être créés dans un bref délai dans le Pool, en vue de faciliter la sortie des jeunes armés qui sont, selon les autorités, à l'origine des violences qui secouent cette région voisine de Brazzaville depuis avril 2016. Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou-Nguesso l'a indiqué il y a deux jours au cours des échanges directs et francs avec les sages, notables et religieux venus à sa rencontre à Brazzaville. Recevant mardi 3 octobre diverses personnalités...
(Jeune Afrique 04/10/17)
Le président congolais Denis Sassou Nguesso s’exprimait mardi 3 octobre à l’occasion d’une réunion avec des sages et notables du département du Pool, dans le sud du pays. Objectif de la rencontre : dégager des pistes de sortie de crise rallumée par la reprise de la rébellion menée par Frédéric Bintsamou, plus connu sous le nom de Pasteur Ntumi. L’origine de la crise actuelle remonte à avril 2016, lorsque le Pasteur Ntumi reprend le maquis dans les forêts du Pool...
(RFI 04/10/17)
La salle des banquets du palais présidentiel de Brazzaville a servi mardi 3 octobre de cadre d'échanges directs entre le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, et plusieurs personnalités originaires du Pool, une région du sud du pays en proie à des violences depuis avril 2016. Le pardon, la réconciliation et la création de couloirs humanitaires ont été au centre des débats. Le dirigeant congolais a notamment appelé les ex-combattants Ninja, accusés d'exactions, à emprunter ces couloirs humanitaires qui seront créés et à sortir avec leurs armes, que l'Etat pourrait ensuite racheter.
(Jeune Afrique 04/10/17)
La patronne du Fonds s'est dite disposée à porter assistance à Brazzaville. Mais les négociations s'annoncent tendues... Fini le jeu de cache-cache. Le 19 septembre, à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, Denis Sassou Nguesso a, selon des sources gouvernementales, réaffirmé à Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, « sa volonté et sa détermination à engager des négociations avec son institution ». Réponse de son interlocutrice : « Nous sommes tout à fait disposés à soutenir le Congo dans le cadre ...
(RFI 04/10/17)
Crise économique et pénurie de carburant : la rentrée des classes a été un peu difficile, ce lundi, à Brazzaville où deux grands établissements soufflés par les explosions meurtrières de mars 2012 ont finalement pu rouvrir leurs portes après cinq bonnes années de galère. Ces écoles, un collège et un lycée, ont bénéficié de grands travaux de réhabilitation et surtout d’agrandissement à la grande satisfaction des élèves et leurs parents. Même si tous les élèves n’ont pas pu faire leur...
(Le Monde 04/10/17)
Aux Francophonies en Limousin, le chorégraphe DeLaVallet Bidiefono a présenté sa nouvelle création, « Monstres ». Un spectacle ambitieux et puissant. DeLaVallet Bidiefono et sa troupe dans son nouveau spectacle « Monstres, on ne danse pas pour rien » au festival Francophonies en Limousin, le 28 septembre 2017, à Limoges. Parce qu’il refusait la mort pour compagne, le chorégraphe DeLaVallet Bidiefono avait créé Au-delà en 2013, au Festival d’Avignon, pour dénoncer le chaos dans lequel s’épuisent les populations du Congo-Brazzaville.
(Jeune Afrique 04/10/17)
Le vidéaste congolais né en 1987 est honoré pour son film expérimental « Moudoumango », qui réactive une mythologie de l'ancien royaume de Kongo. Et le gagnant est… Ori Huchi Kozia. Ce jeune artiste congolais né en 1987 vient de remporter le prix Orisha pour l’art contemporain africain, organisé ce mardi 3 octobre à Paris pour la seconde fois dans une version totalement remaniée. Vidéaste travaillant à Brazzaville, Ori Huchi Kozia est l’auteur de plusieurs film : Le Dieu danseur, Bad apple (Bourse Egide de la Fémis), Trauma, Ephemere ou encore Le cœur de la bête. Il est aussi le créateur du Titari Film Festival de Brazzaville.

Pages