Mardi 27 Juin 2017
(APA 09/05/17)
APA-Douala (Cameroun) - La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) vient d’adopter un nouveau Plan quinquennal stratégique 2017-2022 qui tient compte de la conjoncture économique des pays d’Afrique centrale marqué par le ralentissement de la croissance, a-t-on appris mardi auprès de cette institution bancaire. Dans un contexte sous régional marqué par le ralentissement de la croissance économique et la baisse des cours des matières premières, la BDEAC a indiqué que pour jouer pleinement son rôle dans le financement, « la priorité sera accordée aux projets à forte intensité de main d’œuvre respectant les normes environnementales et ceux du secteur de l’agriculture, l’agro-industrie, la pêche, la pisciculture et l’élevage ». Une option qui vise la réduction des importations...
(Agence Ecofin 09/05/17)
(Agence Ecofin) - Selon le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (GABAC), pour cause d’asymétries d’information, les activités de la finance mobile en Afrique centrale sont sujettes à plusieurs manquements. Car, la variété d’acteurs répertoriés dans cette chaine d’activités (banque, opérateur, agent, marchand, client utilisateur final), n’appréhendent pas tous de la même manière, les risques liés au blanchissement de capitaux et au financement du terrorisme. L’institution fustige surtout l’attitude des banques, pourtant directement liées aux organismes de régulation, qui ne sont pas toujours bien équipées pour assurer la conformité des activités de la finance mobile chez les opérateurs. Il y va également de leurs agents qui sont souvent peu ou pas avertis, du potentiel d’utilisation frauduleuse de...
(237online 08/05/17)
Endetté à 77% de son Produit intérieur brut (PIB), le pays de Denis Sassou Nguesso suscite craintes et doutes auprès des investisseurs. Un détail qui vaut tout son sens. Des 11 accords paraphés entre le Congo et la Chine, lors de la visite du président de la République du Congo en Chine en juillet 2016, l’un porte sur le «rachat de la dette de l’Etat congolais aux entreprises chinoises». Essoufflé, le gouvernement congolais ne peut plus assumer cette obligation vis-à-vis de l’un de ses plus gros partenaires, impliqué dans de vastes chantiers de développement. Entre 2015 et mi-2016, plusieurs entreprises chinoises spécialisées dans le bâtiment et les travaux publics ont ralenti le rythme de travail. En dix ans, Pékin a...
(Agence Ecofin 08/05/17)
(Agence Ecofin) - Il urge d’effectuer des travaux de maintenance sur le barrage hydroélectrique de Moukoukoulou implanté dans le département de la Bouenza, au Congo-Brazzaville. Cet appel a été lancé par Ondzambe Ngoyi, le président du conseil d’administration de la Société nationale d’électricité (SNE). D’une capacité installée de 74 MW, la centrale n’a connu au cours de ses 34 ans de fonctionnement que trois travaux de révision, alors que les normes recommandent des travaux de maintenance tous les quatre ans. « L’absence des révisions fait peser des risques sur la continuité de la production de l’électricité dans notre pays.
(RFI 08/05/17)
Le gouvernement congolais, avec l’appui de partenaires chinois, de la Banque mondiale ou encore du groupe français Veolia, a consenti ces dernières années d’importants financements pour améliorer la desserte en eau et en électricité. Mais à Brazzaville, l’offre semble toujours inférieure à la demande. Les consommateurs s’en plaignent et interpellent les autorités, qui ont décidé de reformer les deux compagnies nationales qui gèrent le secteur.
(Agence d'information d'afrique centrale 06/05/17)
Par arrêté n° 3420 du 5 mai 2017, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, a fixé la période de révision extraordinaire des listes électorales du 10 mai au 20 juin 2017, sur toute l’étendue du territoire national, en vue de l’élection des députés et conseillers départementaux et municipaux. Par un autre arrêté n° 3422 du 5 mai 2017, Raymond Zéphirin Mboulou a nommé les membres des bureaux des commissions administratives devant assurer la révision extraordinaire de ces listes électorales. Roger Ngombé
(Agence d'information d'afrique centrale 06/05/17)
Le Centre de promotion de la femme en politique (CPFP), que dirige l’ancienne ministre Emilienne Raoul, a organisé le 5 mai à Brazzaville une causerie-débat sur le thème : « Les femmes des partis politiques dans le contexte des élections ». Elle était animée par Mme le conseiller du président de la République, chef du département de la promotion de la femme, Antoinette Kebi. La conférencière a situé, d’entrée de jeu, l’auditoire sur la nécessité de savoir qu’on ne s’engage pas, de manière hasardeuse, en politique surtout pour les femmes. Il importe avant tout de se former et d’être informé ; car, a-t-elle renchéri, la politique est un métier qui exige plusieurs qualités, entre autres: l’écoute; la discrétion; le courage;...
(AFP 05/05/17)
Le gouvernement congolais a exprimé jeudi son refus de dialoguer avec l’ancien chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, en vue d'une sortie de crise dans la région du Pool, au sud du Congo Brazzaville, et a affirmé que Ntumi "sera vaincu". "On ne peut pas dialoguer avec lui parce qu’on ne connaît pas ses prétentions", a déclaré le Premier ministre congolais Clément Mouamba lors d'une conférence de presse, ajoutant que "le pasteur Ntumi veut mettre le gouvernement à genoux. Mais, il sera vaincu." "Sur la table de mon gouvernement, je n’ai jamais vu une revendication politique du pasteur Ntumi", a-t-il continué, en présence de membres de son gouvernement, expliquant qu'"il n’y a pas de négociations avec lui". Théâtre de...
(RFI 05/05/17)
Une année après sa nomination le Premier ministre congolais, Clément Mouamba, 73 ans, a tenu sa toute première conférence de presse jeudi 4 mai. Assisté par plusieurs ministres, il fait le tour d'horizon de la situation politique, économique et culturelle. Au plan social, il a épinglé les mauvaises prestations des deux compagnies nationales qui assurent la fourniture d'eau et d'énergie, annonçant leur réforme qui va intervenir dans l'immédiat. En attendant, les populations se plaignent. L’échange entre le Premier ministre et la presse a duré un peu plus de deux heures en présence des trois quarts des membres de son gouvernement. Sans détour, Clément Mouamba a évoqué entre autres les questions sociales. Il a dit toute sa déception, notamment au sujet...
(RFI 05/05/17)
C’est une parole rare. L’archevêque de Brazzaville Monseigneur Milandou sort de son habituelle réserve. Évêque du Pool durant la guerre civile de 1997-1998, il porte aujourd’hui un regard sévère et inquiet sur le conflit qui y oppose depuis un an forces de sécurité et partisans de Frédéric Binsamou, alias Pasteur Ntumi, avec des populations civiles prises en étau.
(Agence Ecofin 05/05/17)
(Agence Ecofin) - Le ministre des Postes et Télécommunications, Léon Juste Ibombo a rencontré les acteurs du secteur postal congolais, le 4 mai 2017. Au terme de cette réunion, il a publié une déclaration dans laquelle il affirme: « il m’est revenu que certaines sociétés opérant dans le secteur des postes ne se conforment pas aux lois et règlements en vigueur, ni ne respectent le cahier des charges à l’égard duquel ils se sont engagés en intégrant le domaine ». Les lois et règlements dont parle le patron du secteur postal congolais, c’est le décret n° 2015 -245 du 41 février 2015 fixant les conditions d'installation et d'exploitation des réseaux et services postaux en République du Congo. Y sont contenues...
(La Tribune 05/05/17)
2016 a été conclue sur de bons résultats pour la Banque des Etats de l'Afrique centrale, en comparaison à l'année 2015. Ainsi, l'exercice de l'année dernière dégage un bénéfice net de 164,177 milliards de Fcfa, contre 160 milliards, enregistrés une année auparavant. Grande nouvelle pour les promoteurs de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). L'institution a réalisé de très bons résultats au cours de l'année 2016. Selon le rapport général des commissaires aux comptes KPMG Afrique centrale et Mazars Cameroun, portant sur l'exercice 2016, la BEAC a réalisé un bénéfice net de 164,177 milliards de francs CFA. Une progression en volume par rapport à l'exercice précédent, établi à 160,7 milliards de francs CFA. Le document révèle également que...
(Agence Ecofin 05/05/17)
(Agence Ecofin) - Au cours de l'année 2016, la BEAC a réduit de 47%, l'exposition de son portefeuille d'investissement, aux titres publics français. La valeur de ces produits financiers, qui était de 1355,7 milliards de FCFA au 31 décembre 2015, est passée à 715,2 milliards de FCFA au terme de l'exercice 2016. Globalement, la Banque centrale explique avoir mené une opération de cession de certains des avoirs étrangers gérés pour le compte des pays de la CEMAC, pour un montant cumulé de 1099,58 milliards de FCFA. L'objectif de ces transactions était de rattraper à chaque fois, l'obligation de quote-part obligatoire de 50% sur le compte des opérations logé au trésor public de France. Mais en même temps que la Banque...
(Agence d'information d'afrique centrale 05/05/17)
Les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont un réel besoin d’ajustement dans leurs contributions statutaires, en fonction de leur situation économique et sécuritaire. Deux pays seulement parviennent à libérer leurs contributions pour assurer le bon fonctionnement de l’organisation régionale. Il s’agit du Congo et du Gabon. Ils font aussi partie des Etats à jour, ainsi que le Cameroun et la Guinée équatoriale, les deux plus gros contributeurs, avec un quota de 13% revu à 12%. Mais le retour du Rwanda au sein de la grande famille régionale a poussé la Guinée équatoriale à exiger un ajustement des gros contributeurs à 11%. Malabo est favorable que l’assiette des contributions des autres Etats passe à...
(AFP 04/05/17)
La cour d’appel de Pointe-Noire, deuxième ville du sud du Congo, a confirmé mercredi la condamnation à 30 ans de travaux forcés de l’opposant Modeste Boukadia, 62 ans, jugé en première instance en 2014 pour "atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat", a annoncé son avocat. "Ils l’ont condamné à 30 ans de travaux forcés. C’est donc le jugement de la première instance qui a été simplement confirmé", a déclaré à l’AFP Me Magloire Senga. "C’est du n’importe quoi parce que cette décision ne reflète pas les débats. On a l’impression qu’elle a été parachutée d’ailleurs", a–t-il ajouté, indiquant être "bien déçu" au terme d'une audience publique qui a duré plus de 11 heures. Résidant en France, Modeste Boukadia a...
(RFI 04/05/17)
Jugé et condamné par contumace en 2014 à 30 ans de travaux forcés pour « atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat », l'opposant congolais Modeste Boukadia a vu cette peine être confirmée mercredi 3 mai, devant la Cour d'appel de Pointe-Noire où il a comparu. La défense de Modeste Boukadia, en prison depuis janvier 2016, rejette ce verdict. Au terme d’une audience qui a livré son verdict après 11 heures de débat, la Cour d’appel a confirmé la peine de trente ans de travaux forcés infligés en première instance à l’opposant Modeste Boukadia, lors d’un jugement par contumace en 2014, devant la chambre criminelle de Pointe-Noire. « Cette condamnation ne reflète pas les débats que nous avons menés. C’est...
(APA 04/05/17)
APA-Brazzaville (Congo) - La pauvreté a généralement régressé au Congo-Brazzaville en dix ans, passant de 51 pour cent en 2005 à 36 pour cent en 2015, a déclaré, mercredi à Brazzaville, le Représentant-Résident de la Banque mondiale. Djibrilla Issa rendait public un rapport de l’institution financière internationale intitulé ’’Education, Emplois et protection sociale pour une réduction durable de la pauvreté’’, « Ce recul de la pauvreté est la conséquence de la forte croissance économique qu’a connue le Congo durant la période étudiée et l’amélioration du niveau d’éducation », a indiqué Djibrilla Issa. Bien que le gouvernement a consacré des efforts considérables à l’amélioration des conditions de vie des populations en investissant dans les infrastructures, la santé et l’éducation, la croissance...
(RFI 04/05/17)
Depuis qu’il a été nommé Premier ministre, il y a un an, il s’est très peu adressé à la presse. Longtemps dans l’opposition, Clément Mouamba a été suspendu de son ancien parti l’UPADS avant de se rallier à la majorité et d’accepter de prendre les rênes du nouveau gouvernement nommé au lendemain de la réélection contestée du président Denis Sassou Nguesso. Aujourd’hui, cet économiste chevronné doit gérer une crise budgétaire sécuritaire et politique.
(Xinhua 04/05/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le taux de pauvreté au niveau national au Congo serait passé de 51% en 2005 à près de 36% en 2015, estime un rapport sur l'état de pauvreté dans le pays, présenté mercredi à Brazzaville par la Banque mondiale. Le rapport évoque pourtant une hausse de 4,6% du taux de la pauvreté en milieu rural, contre une baisse de 20% et 13% respectivement à Brazzaville et Pointe-Noire. "De nombreux ménages vivent juste au-dessus du seuil de la pauvreté, restent donc vulnérables et pourraient retomber dans la pauvreté en cas de choc négatif", a expliqué le représentant résident de la BM au Congo, Djibrilla Issa. Ce rapport analytique s'est basé sur deux enquêtes de l'Institut national de la...
(AfricaNews 04/05/17)
La question revient avec insistance : le port en eau profonde de Kribi (Cameroun) en voie d’achèvement ferait-il ombrage une fois terminé au port autonome de Pointe Noire, la référence dans la sous-région Afrique centrale. Les responsables de la gestion du terminal à conteneurs de Pointe Noire se veulent rassurants. Le port de Pointe-Noire d’après les experts, devrait plutôt regarder avec méfiance le projet de construction du port de Cabinda. À la longue ce port pourrait rogner le marché prioritaire du port de Pointe-Noire au Cabinda et dans une moindre mesure celui de la RDC. Tout compte fait souligne , Pierre Bellerose le directeur régional de Bolloré groupe, le marché est assez vaste pour tous. L’Afrique accuse un grand retard...

Pages