Mardi 22 Août 2017
(Agence d'information d'afrique centrale 10/07/17)
Le conflit entre l’homme et l’éléphant est devenu récurrent en République du Congo, notamment dans les départements nantis d’aires protégées. Pourtant, les conditions de règlement pacifique de ce litige sont définies par la législation forestière nationale. Les pachydermes s’attaquent aux champs et plantations fruitières qui figurent au nombre des moyens d’existence des communautés riveraines des parcs nationaux, des réserves naturelles, des aires protégées ou préservées. La législation en la matière préconise l’indemnisation des populations victimes des destructions des plantations par les éléphants. Elle n’autorise cependant pas la décimation de ces espèces intégralement protégées qui se trouvent en voie d’instinction. D’après le directeur général de la faune et des aires protégées, Jean Bosco Nganongo, les barèmes d’indemnisation sont prévus par la...
(AFP 07/07/17)
Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, a annoncé qu'il porterait plainte, avec les présidents gabonais Bongo et congolais Sassou Nguesso, eux aussi concernés dans l'affaire des "biens mal acquis", contre l'ONG Transparency International, partie civile du procès. "Je vais me concerter avec le fils de Omar Bongo, et avec [Denis] Sassou Nguesso, qui sont aussi confrontés à cet affaire des biens mal acquis. Je vais me réunir avec Bongo, me réunir avec Sassou Nguesso et nous allons ensemble porter plainte contre Transparency International", a-t-il dit le 6 juillet lors d'une conférence de presse à l'issue du 6e congrès du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE, au pouvoir), à Bata...
(Agence d'information d'afrique centrale 07/07/17)
Au sortir de l’audience jeudi avec le ministre des Zones économique spéciales, Alain Akouala Atipault, l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au Congo, Richard Baloyi a annoncé l’arrivée imminente d’homme d'affaires sud-africains dans la capitale congolaise pour une séance de travail. « L’Afrique du Sud est intéressée aux Zones économiques spéciales. La semaine prochaine, une société qui avait déjà identifié quelques secteurs et manifesté son intérêt aux Zones économiques spéciales arrive mardi prochain à Brazzaville. C’est une entreprise qui prévoit d’aller au-delà des Zones économiques spéciales », a expliqué l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au Congo. En dehors de ce groupe, il a également annoncé l’arrivée dans les jours à venir d’une autre entreprise sud-africaine qui n’attend que l’invitation des autorités...
(RFI 06/07/17)
Au Congo-Brazzaville, l'affaire André Okombi Salissa est passée 4 juillet mardi devant la Cour suprême. Arrêté en février, l'opposant et ancien candidat à la présidentielle est accusé d'atteinte à la sûreté intérieure et de détention illégale d'armes de guerre. Son immunité parlementaire a été levée. Sa requête est passée devant la Cour Suprême qui rendra son verdict le 28 juillet. André Okombi Salissa souhaite demander l'annulation de la procédure contre lui, d'autant que sa détention provisoire a dépassé les délais légaux. Rappelons que cet ancien ministre passé à l'opposition a été arrêté en janvier dernier. Pour son avocate, Me Stéphanie Le Meignen, les droits de la défense sont bafoués. « Depuis le jour de son interpellation, il y a eu...
(La Tribune 06/07/17)
Les prévisions de croissance du Congo pour l’exercice 2017 ont été encore revues à la baisse. Selon le comité monétaire et financier national qui relève de la banque centrale sous-régionale, le rythme de croissance du PIB enregistrait une croissance négative de 1,9% contre 1% initialement projeté. La conjoncture au niveau régional reste toujours délicate même si la BEAC écarte toujours la nécessité d’une dévaluation du Franc CFA. Pour la deuxième année consécutive, l'économie congolaise sera en récession. Les prévisions de croissance pour l'exercice 2017 viennent en effet d'être revues à la baisse à l'occasion de la tenue, mardi 4 juillet, de la réunion du Comité monétaire et financier national...
(Jeune Afrique 06/07/17)
Au Congo-Brazzaville, l'opposition politique se présente aux législatives du 16 juillet en ordre dispersé. Aucune coalition en perspective, sauf celle, autour de Claudine Munari, qui s'oppose à la tenue même de ces scrutins. Face au Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) et ses alliés, l’opposition congolaise peine depuis plusieurs mois à adopter une stratégie commune de combat. Adieu le bloc formé autour de ses cinq candidats à la présidentielle de mars 2016 ! Pour le premier tour des législatives prévu le 16 juillet, c’est désormais le « chacun pour soi », chacun sa position.
(Agence Ecofin 06/07/17)
(Agence Ecofin) - En République du Congo, la récession économique devrait se poursuivre alors que l’exécutif a annoncé qu’il prévoyait une contraction de 1,9% de son produit intérieur brut (PIB). Cette nouvelle perspective vient remplacer une prévision initiale tablant sur une croissance de 1%. Selon Reuters, qui évoque un communiqué du ministre des Finances Calixte Nganongo, cette contre-performance est liée à la faiblesse du niveau de production pétrolière du pays. L’arrivée à maturité des champs pétroliers serait à l’origine de cette production bien en deçà des attentes officielles. Cependant, poursuivent les dirigeants, les perspectives portées par des nouveaux projets comme le champ Moho Nord de Total qui est entré en production en mars dernier, laissent espérer une embellie. En effet,...
(RFI 06/07/17)
Au Congo-Brazzaville la parité demeure encore un slogan dans les différentes institutions du pays. Pour preuve, les femmes ne représentent que 7% des effectifs de l'Assemblée nationale sortante. C'est pour améliorer ce pourcentage que les deux principaux partis de la majorité et de l'opposition ont rehaussé le niveau des quotas des femmes sur leurs listes aux législatives et aux locales du 16 juillet prochain. Première formation de la majorité, le Parti congolais du travail (PCT) a amélioré le quota des femmes par rapport aux précédentes élections. Ines Nefer Ingani, ministre de la Promotion de la femme est candidate du PCT aux prochaines législatives. Elle est également tête de liste aux locales dans une circonscription du 4ème arrondissement de Brazzaville :...
(APA 06/07/17)
APA-Brazzaville(Congo)- Le Comité de direction de l’Université Marien Ngouabi a arrêté le budget 2018 à la somme de plus 39 milliards de FCFA contre plus de 36,1 milliards de F.CFA pour l’année en cours, soit une hausse de 9,52%. Cette annonce a été faite dans un communiqué dudit Comité publié à Brazzaville à l’issue de la session ordinaire tenue le 4 juillet à Brazzaville. En 2018, les dépenses du personnel connaitront une augmentation de 6,31% tandis que les autres dépenses comme la consolidation du système Licence-master-doctorat(LMD), l’intégration de l’université au niveau régional et international, l’organisation des missions et stages pédagogiques couvriront 35,01% du budget. Ce communiqué fait savoir aussi que tous les fonds de recherche, dons et legs obtenus des...
(APA 06/07/17)
APA-Brazzaville(Congo) - Les premières assises nationales sur le tourisme auront lieu du 17 au 18 juillet 2017 à Brazzaville en vue de présenter les potentialités touristiques du Congo dans toutes leurs dimensions, indique un communiqué du ministère congolais du tourisme parvenu jeudi à APA. Le Secrétaire générale de l’organisation mondiale du tourisme(OMT), le Dr Taleb Rifai prendra part à ces assises qui connaitront plusieurs panels dont entre autres, l’intégration de la destination touristique du Congo dans le circuit en Afrique, les difficultés rencontrées par les opérateurs du secteur touristique. « Le développement durable du tourisme est devenu l’une des cinq priorités de la République du Congo qui tient à l’inscrire dans une dynamique africaine au regard de ses potentialités dans...
(La Tribune 06/07/17)
Le marché obligataire de la Banque des Etats de l'Afrique centrale sera très chargé ce mercredi 5 juillet 2017. Le Cameroun, le Gabon, le Congo et la Centrafrique tenteront d'y mobiliser une enveloppe globale de 28 milliards de francs CFA, à travers une émission de titres publics. Une nouvelle opération qui en dit long sur les difficultés de trésorerie que vivent plusieurs pays de la sous-région. L'affluence des pays d'Afrique centrale sur le marché des titres de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de centrale (BEAC) ne cesse de prendre de l'ampleur cette année. Après un tour très prolifique le mois passé, des pays comme le Cameroun et le Gabon y seront encore présents ce mercredi 5 juillet. Ils...
(France TV Info 05/07/17)
Les violences ont repris au sud du Congo, après la réélection contestée en 2016 du président Denis Sassou Nguesso. Des embuscades tendues par les hommes du pasteur Ntumi ont fait des dizaines de morts parmi les soldats de l’armée congolaise. La traque du chef rebelle, déclenchée il y a un an par le régime, piétine malgré des bombardements intenses. Retour sur 20 ans de guerre dans le Pool. Le conflit entre le président Denis Sassou Nguesso et Frédéric Bitsamou, alias pasteur Ntumi, commencé il y a plus de 20 ans, a repris de plus belle. Les autorités ont émis un mandat d’arrêt contre le Robin des Bois congolais qui s’est réfugié dans les forêts du Pool, département du sud du...
(APA 05/07/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le secrétaire général de l’Assemblée Nationale et porte-parole de cette institution, Bernard Dillah a, dans une déclaration mardi, attribuée au bureau de l’Assemblée Nationale, demandé au Secrétaire général des Nations Unies de revenir sur sa mesure visant le renvoi des casques bleus congolais chez eux. Selon le Secrétaire général de l’Assemblée Nationale, cette décision n’indique le contingent qui va remplacer celui de Congo Brazzaville dans la zone de la RCA où il est installé. Cette décision de renvoi n’a pas été prise en concertation avec les autorités centrafricaines a déploré, le parlementaire centrafricain. Selon le député Bernard Dillah, les accusations portées contre les casques bleus congolais valent également pour les autres contingents car dans certaines villes de la...
(Agence Ecofin 05/07/17)
Au cours du débat, à Libreville, portant sur les solutions devant être apportées à la résolution de la crise économique et financière qui frappe singulièrement le Gabon, et globalement les pays de la Cemac, l’économiste Jean-Jacques Ekomie de l’université Omar Bongo s’est prononcé sur le destin du FCFA, en cette période où les économies communautaires subissent de plein fouet les affres de la conjoncture. Ainsi pour lui, «il va de soi que si la mise en œuvre du Plan de relance n’est pas réussie, et que la situation continue à se dégrader, probablement, d’autres mesures d’ajustement pourront être envisagés, y compris l’ajustement monétaire. C’est-à-dire la dévaluation», tranche l’économiste selon des propos rapportés par Gabon Review. Car, d’après l’économiste, la question...
(Jeune Afrique 05/07/17)
Belle marquise, si d’aventure vous deviez vous faire rançonner par un écrivain au coin de la rue, et que de ces deux auteurs il vous soit donné le loisir de choisir votre bourreau, souhaiteriez-vous mieux être la victime d’Alain Mabanckou, ou alors d’Eric Mendi ? Dans le premier cas, vous auriez affaire à un dandy – non, pas Arsène Lupin, lui était trop plein de morgue -, sous d’autres cieux, on dirait plutôt un « sapeur », attentionné, et qui vous aborderait de la plus cordiale des manières, avec un sourire discret et un timbre de séducteur : « Madame, votre mousseline vous va à ravir. — Merci. — Je me demandais… (Un temps). Votre beauté me laisse sans voix...
(APA 04/07/17)
APA – Douala (Cameroun) - Le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) sera animé mercredi avec l’émission de 28 milliards de francs CFA que solliciteront le Cameroun, la Centrafrique, le Congo et le Gabon a-t-on appris mardi d’après le calendrier publié par la Banque centrale. Sur la base de ce calendrier, le Gabon qui sollicite la plus grosse enveloppe, entend lever 11 milliards de francs CFA au moyen d’une émission de Bons du Trésor assimilables (BTA) d’une maturité de 26 semaines. La deuxième enveloppe revient au Congo qui se propose de mobiliser 8 milliards de francs CFA de BTA d’une durée de maturité de 13 semaines. Le Cameroun pour sa part ambitionne de...
(Agence Ecofin 04/07/17)
Le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), institut d’émission commun aux six Etats de la Cemac, sera très animé ce 5 juillet prochain. Quatre des six pays de cet espace communautaire, à savoir le Cameroun, le Gabon, le Congo et la RCA, y émettront des titres publics pour tenter de lever une enveloppe globale de 28 milliards de francs Cfa. Le plus gros demandeur de la séance d’adjudication du 5 juillet 2017 est le Gabon, qui ambitionne de lever 11 milliards de francs Cfa, au moyen d’une émission de bons du Trésor assimilables (BTA) d’une maturité de 26 semaines. Idem pour la RCA, qui tentera d’engranger 4 milliards de francs Cfa. Le Trésors...
(RFI 03/07/17)
Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) est incontestablement la formation qui a aligné plus de candidats aux législatives (128) et aux locales (123 listes) dont la campagne a démarré hier, samedi 1er juillet, sur l'ensemble du territoire congolais. Mais, pour mener cette campagne, le PCT est accusé par une frange de l'opposition d'avoir puisé au Trésor public. Des accusations rejetées par les leaders du parti au pouvoir. Affiches, banderoles, carnaval, meetings en salle et sur la place publique, marches de soutien aux candidats animées par la fanfare, la campagne en vue des législatives et des locales du 16 juillet a bien démarré ce samedi. Mais le Parti congolais du travail, au pouvoir, est accusé de la mener avec...
(APA 03/07/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Le Secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT, pouvoir), Pierre Ngolo a, appelé ses compatriotes à se mobiliser pour donner à sa formation politique une majorité à l’assemblée nationale, soulignant que c’est la seule manière d’éviter une « crise institutionnelle » qui plongerait le Congo « dans le chaos ». « La constitution actuelle stipule que celui qui tient l’assemblée nationale tient le gouvernement. Si le PCT perd la majorité à l’assemblée nationale, il perd le gouvernement et nous allons être dans une situation de crise institutionnelle parce qu’il ne suffit pas d’avoir la présidence de la République », a indiqué Pierre Ngolo, samedi à Brazzaville, lors du meeting de lancement de la campagne du parti...
(RFI 03/07/17)
Comment éviter la partition de la Libye—? C’est l’enjeu de la réunion de haut niveau qui aura lieu ce dimanche après-midi à Addis-Abeba en présence du Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj et du chef du comité de l’Union africaine sur la Libye, le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso. Jean-Claude Gakosso est le ministre des Affaires étrangères du Congo-Brazzaville. De retour d’une mission de l’UA à Tripoli et à Benghazi, il témoigne à Addis Abeba au micro de Victor Uhl et de Christophe Boisbouvier. Il y a une réunion importante ce dimanche sur la Libye. Que peut-on attendre de l’Union africaine sur ce pays ? Jean-Claude Gakosso : La Libye, c’est vraiment la grande gangrène sur le continent africain. Il...

Pages