Dimanche 21 Janvier 2018
(Agence Ecofin 21/10/17)
Un nouveau réseau de fraude télécoms a été démantelé la semaine dernière par les services techniques de l’Autorité de régulation des postes et des communications électroniques (Arpce). Cette fois, le réseau pirate a été intercepté à Pointe-Noire, dans le 5ème arrondissement, Mongo-Poukou. L’homme à la tête de cette activité criminelle a été interpellé dans une cabane avec une Simbox d’une capacité de 80 SIM, 16 cartes Sim Airtel pré-activées, des cartes de recharge d'une valeur de près de 50 000 FCfa et un générateur électrique. Sandé Ndé, le directeur des réseaux et des services de communications électroniques auprès de l’Arpce, a rappelé que les réseaux pirates feront long feu dans le pays. «Grâce à nos appareils, nous faisons une veille...
(AFP 20/10/17)
Une coalition d'organisations congolaises de défense des droits de l'Homme a lancé vendredi à Brazzaville une campagne en faveur de la libération des "prisonniers politiques", dont deux figures de l'opposition au Congo, a rapporté un journaliste de l'AFP. La campagne "+Prisonniers politiques: on ne vous oubliera pas+ commence ce 20 octobre et va se terminer le 20 mars 2018 par la remise d’une pétition au gouvernement", a déclaré à la presse Trésor Nzila, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l'Homme (OCDH), qui a pris l'initiative de la campagne. "Durant cette campagne, nous afficherons chaque vendredi (sur la place publique) la photo d’un prisonnier. Ce sont des personnes qui continuent à être injustement incarcérées", a-t-il ajouté. Parmi la "centaine...
(Jeune Afrique 20/10/17)
Réunis à Brazzaville sous la houlette du nouveau président en exercice, le président congolais Denis Sassou-Nguesso, les chefs d’État de la région des Grands lacs (CIRGL) ont adopté une série de recommandations ce 19 octobre pour accélérer le règlement des conflits dans cette zone qui réunit douze États du continent. Ils ont par ailleurs apporté leur soutien à l'accord électoral en RDC. La situation politique et sécuritaire de la région se retrouvait au cœur des résolutions adoptées au terme de cette 7ème session de la CIRGL, notamment la question cruciale des groupes armés actifs en République démocratique du Congo (RDC) face auxquels Kinshasa accuse certains de ses voisins de ne pas suffisamment agir.
(APA 20/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) - La 8ème Réunion de haut niveau du Mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région, tenue sous l’égide de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL) jeudi à Brazzaville, a pris fin en recommandant de « neutraliser les bandes armées et les rapatrier dans leurs pays respectifs pour une paix durable dans la région. » Le communiqué final de cette réunion lu par le ministre congolais des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Jean Claude Gakosso, a listé une trentaine de recommandations, soulignant la complexité de la situation de la paix et de la sécurité...
(RFI 20/10/17)
Depuis jeudi 19 octobre, le Congo préside aux destinées de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). L'Angola lui a passé le témoin au cours d'un sommet ordinaire de cette organisation à Brazzaville. Ce sommet auquel ont pris part six chefs d'Etat a été suivi par une autre réunion sur la paix et la sécurité dans cette zone et notamment en République démocratique du Congo qui a reçu le soutien de neutraliser les forces négatives à l'origine de son instabilité. Au cours de cette double réunion, les chefs d'Etat se sont dits « préoccupés » par la situation d'instabilité en RDC. Ils ont pris une série de décisions énumérées par Jean-Claude Gakosso, ministre congolais des Affaires étrangères...
(APA 20/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) – Le 7-ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) a pris fin jeudi soir à Brazzaville sur l’adoption de plusieurs recommandations dont celle d’’’envoyer rapidement’’ au Kenya en guise de médiateur le nouveau président en exercice de l’organisation sous-régionale, Denis Sassou N’Guesso. Sur place, le chef de l’Etat congolais devra ‘’soutenir les efforts visant à créer les conditions favorables à la tenue de l’élection présidentielle’’, souligne le communiqué final de la réunion, ajoutant qu’après s’être informés ‘’des efforts de préparation’’ de la présidentielle du 26 octobre prochain, les dirigeants de la CIRGL expriment leur ‘’solidarité avec le peuple du Kenya en invitant toutes les fractions...
(APA 19/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) - S’il y a une institution pour le respect de laquelle l’Etat est intransigeant en République du Congo, c’est bien la tenue scolaire. Décrété dans les années 1969-70 par le régime marxiste-léniniste de feu Marien Ngouabi, le port de la tenue scolaire a su résister à l’épreuve du temps, s’imposant à chaque ouverture des classes aux filles et garçons des établissements du pays. Publics comme privés. Ainsi, tout élève du primaire doit arborer un uniforme bleu et kaki, là où les collégiennes sont tenues de porter une chemise claire assortie d’un pantalon bleu foncé. Les lycéens et collégiens, eux, portent un uniforme kaki. Si la tenue fait l’élève au Congo, il reste que les parents apprécient peu cette...
(APA 19/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, a déploré jeudi à Brazzaville à l’ouverture du 7ème sommet ordinaire des chefs d’Etat et gouvernement de la CIRGL (Conférence internationale sur la Région des Grands lacs), la situation socio-politique et sécuritaire en République Démocratique du Congo (RDC) estimant que « seules des actions concertées et transfrontalières peuvent promouvoir de manière durable la paix dans ce pays frère. » Denis Sassou N’Guesso a reconnu à l’ouverture de ces assises que « l’espace des Grands lacs est marqué par de nombreux conflits » en se référant à la 72ème Assemblée générale des Nations Unies de septembre dernier qui a évoqué les inquiétudes et la persistance des violences dans la région...
(Jeune Afrique 18/10/17)
L'agence de notation Moody's a déclaré, dans une analyse annuelle publié ce lundi, que le profil de crédit du gouvernement de la république du Congo présentait un risque de défaut élevé. L'agence de notation a pointé les risques de pertes pour les créanciers privés, à cause d'une crise de liquidité aiguës et d'un bilan fragile. « Le choc pétrolier a eu un impact négatif significatif sur le profil de crédit de la République du Congo. En cause, la forte dépendance du pays au pétrole, qui génère 36% du PIB, 33% des recettes de l’État et 80% de ses exportations », a déclaré Lucie Villa, directrice adjointe, analyste principale chez Moody’s, et co-rédactrice du rapport. « Par ailleurs, les paiements manqués...
(RFI 18/10/17)
Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou Nguesso a exprimé il y a deux semaines sa volonté d'ouvrir des couloirs humanitaires afin de faciliter et sécuriser la sortie des ex-combattants Ninja accusés d'exactions depuis avril 2016 dans la région du Pool. De son côté, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), première formation d'opposition, a fait mardi 17 octobre des propositions sur l'organisation de ces couloirs et a appelé à la tenue d'une table ronde avec la participation de l'ancien chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, le premier responsable des Ninjas. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171018-congo-crise-pool-propositions-upads-c...
(APA 17/10/17)
APA - Brazzaville (Congo) - Quelque 69 délégués venus de 20 pays membres de l’Association Internationale des services du trésor(AIST), réfléchissent sur le thème « gestion de la paie et des pensions : système de gestion informatique intégré ou non, contrôles internes », à l’occasion de du 11ème colloque de l’AIST qui s’est ouvert ce lundi à Brazzaville. Le ministre congolais de la communication et des médias, Thiérry Lézin Moungalla a souhaité que les travaux de ce colloque, trouvent les points de grandes convergences, ainsi que la meilleure formule permettant à chacun de partager les bonnes pratiques, ainsi que les standards optimaux en matière de gestion de la paie et des pensions. Le président de l’AIST, Henri Loundou, explique que...
(Agence Ecofin 16/10/17)
La 3e édition du programme Y’ello Press, la rencontre entre les journalistes et les responsables de la société de téléphonie mobile MTN Congo, a eu lieu le jeudi 5 octobre 2017 dans un prestigieux hôtel de la capitale. Elle a été conjointement animée par le directeur général de MTN Congo, M. Djibril OUATTARA, le directeur de Mobile Money, M. Patrick ATTOUNGBRE et le directeur du Corporate Affairs de MTN Congo, M. Cyriaque OKOUMOU. La particularité du Y’ello Press 2017 a résidé sur le fait qu’il ait porté essentiellement sur la solution Mobile Money. L’échange interactif qui a duré près de quatre heures, a permis à la trentaine de journalistes invités (de Brazzaville & Pointe-Noire) de cerner les contours du fonctionnement...
(RFI 16/10/17)
Les produits traditionnels venus des savanes et des forêts congolaises ne sont plus proposés aux consommateurs à l’étape brut. Déterminées à leur donner de la valeur et assurer leur avenir, de petites entreprises transforment par exemple des fruits en boissons ou encore des plantes en onguents ou cosmétiques. Le travail de ces artisans est salué par les autorités auxquelles ils demandent plus de facilités, notamment un allègement de la fiscalité. Reportage de notre correspondant à Brazzaville. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20171015-congo-brazza-produits-traditionnels-...
(RFI 13/10/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment révélé que la dette du Congo représente 110% de son produit intérieur brut (PIB). L'augmentation effrénée de la dette de ce pays de quatre millions d'habitants est la conséquence de l'effondrement des cours du pétrole son principal produit d'exportation. Désormais, autorités et économistes estiment qu'il faut penser à l'après-pétrole en développant d'autres niches économiques, principalement l'agriculture. Déjà dans les années 80, l'agriculture a été décrétée « priorité des priorités » au Congo : des slogans du genre « une école, un champ » étaient en vogue à cette époque. Aujourd'hui, l'agriculture est aussi incontournable quant à la diversification d'une économie qui a perdu toute sa substance - ou presque - à cause de...
(APA 13/10/17)
APA - Brazzaville (Congo) - La croissance économique en Afrique subsaharienne devrait ressortir à 2,4 % en 2017, contre 1,3 % en 2016, selon la dernière édition d’Africa’s Pulse, un rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines parvenu ce jeudi à APA à Brazzaville. Les anticipations d’avril dernier, tablaient sur une progression de 2,6 %, rappelle le rapport. Au deuxième trimestre de cette année , les deux principales locomotives du continent — l’Afrique du Sud et le Nigéria — ont renoué avec la croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives, entraînant dans leur sillage la croissance régionale. Par ailleurs, l’amélioration de la conjoncture internationale, à la faveur notamment de la hausse des...
(La Tribune 12/10/17)
Acculé après la mission du FMI qui a permis de dresser l’état réel de la situation économique et financière du pays, le gouvernement congolais s’en remet à l’institution de Bretton Woods. Sans l’assistance de cette dernière, le Premier ministre Clément Mouamba reconnaît que le pays aura du mal à s'en sortir. Ce qui n’altère en rien la volonté des autorités d’entreprendre des réformes pour atténuer l’impact de la conjoncture avec des mesures d’austérité qui risquent de porter un coup au pouvoir d’achat des Congolais. C'est à un mea culpa en bonne et due forme que s'est livré le chef du gouvernement congolais mardi dernier à Brazzaville, lors de sa rencontre avec la presse afin de faire état de la situation...
(AFP 11/10/17)
Le Premier ministre congolais, Clément Mouamba, a déclaré mardi qu'il souhaitait que le pétrole devienne "un produit d'appoint" dans les ressources de son pays au moment où Brazzaville négocie avec le FMI pour sortir d'une crise liée à la chute des prix de l'or noir. "On s’était endormi sur le pétrole, au lieu de considérer que les deux mamelles des ressources sont les douanes et les impôts. On devrait faire du pétrole un produit d’appoint", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue d'une visite d'une mission du Fonds monétaire international (FMI) à Brazzaville. "Ils ont eu toutes les informations qu’ils voulaient", a estimé M. Mouamba alors que le FMI avait réévalué en août la dette du pays pétrolier...
(RFI 11/10/17)
Le Congo prend langue avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue de négocier un programme d'ajustement et de ramener sa dette de 110% à 70% du PIB. Mardi 10 octobre, face à la presse, le Premier ministre Clément Mouamba a précisé les étapes à venir dans le cadre des discussions. Au moment où Brazzaville négocie avec le FMI pour sortir d'une crise liée à la chute des prix de l'or noir, le Premier ministre Clément Mouamba assure qu’il est possible de ramener la dette du pays de 110% à 70%. « Je ne peux pas vous dire que je suis très heureux du niveau de notre endettement, non. La dette elle est levée, donc cette dette-là, que beaucoup ont...
(APA 11/10/17)
APA-Brazzaville(Congo) - Les négociations entre le Congo et le Fonds Monétaire Internationale (FMI) n’ont pas été un échec, s’est félicité mardi à Brazzaville le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba. Le chef du gouvernement congolais l’a déclaré au cours d’une conférence de presse relative à l’éclairage sur la vie économique du Congo, malgré son fort d’endettement estimé par le Fond Monétaire international(FMI) à 5329 milliards de francs CFA, soit 110% du produit intérieur brut (PIB). « La mission du FMI qui a séjourné du 25 septembre au 4 octobre 2017 au Congo avait pour but de discuter des questions de gouvernance, de la dette du Congo, notamment à quel niveau elle était par rapport à notre richesse nationale »,...
(RFI 09/10/17)
Inscriptions et concours bloqués pour les nouveaux bacheliers ; sessions d'examens renvoyées aux calendes grecques pour les anciens étudiants. Telles sont les conséquences de la grève déclenchée début septembre et maintenue par l'intersyndicale de l'université publique du Congo. L'intersyndicale réclame le paiement, en bloc, de quatre mois d'arriérés de salaires. Les étudiants appellent le gouvernement à prendre en compte les doléances des enseignants et à négocier. Dans les différents établissements de l'université publique, faute de cours et d'entretien, dans les amphithéâtres et d'autres salles, les places assises sont recouvertes de poussière.

Pages