| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(AFP 17/02/17)
Le colonel Marcel Ntsourou, ancien secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité (CNS) du Congo, condamné à des travaux forcés à perpétuité en 2014, est décédé vendredi à la suite d'un malaise à l’hôpital militaire de Brazzaville, a appris l’AFP auprès de son avocat. "Je confirme que le colonel Marcel Ntsourou est décédé. Son corps est en train d’être acheminé à la morgue (municipale de Brazzaville, ndlr). J’ignore ce qui s’est réellement passé parce que je n’ai pas eu accès à son dossier médical", a déclaré Me Éric Yvon Ibouanga. "M. Ntsourou est tombé dans sa cellule vers 11h00 (10h00 GMT). Il est entré dans un profond coma. Dans le véhicule qui le conduisait à l’hôpital militaire pour une...
(Jeune Afrique 17/02/17)
Le colonel Marcel Ntsourou est décédé ce matin à la maison d'arrêt de Brazzaville. Il avait été condamné en 2014 à une peine de travaux forcés à perpétuité. L’ancien commandant en second du Conseil national de sécurité (CNS) n’aura donc survécu qu’un peu plus de deux ans à sa condamnation. Accusé de rébellion et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, Marcel Ntsourou avait été condamné en septembre 2014 aux travaux forcés à vie, après avoir été arrêté, le 16 décembre 2013, au terme de violents affrontements entre ses miliciens et l’armée, en plein centre de Brazzaville. La cour criminelle l’avait reconnu coupable de « rébellion, détention illégale d’armes de guerre et de munitions, assassinat, coups et blessures volontaires et...
(APA 17/02/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Le groupe Bolloré annonce dans un communiqué rendu public vendredi à Brazzaville, sa volonté d’investir d’ici cinq ans une enveloppe de 150 milliards de FCFA dans la modernisation et l’agrandissement du terminal à conteneurs du port autonome de Pointe-Noire au Congo dont il assure la gestion L’annonce dans ce sens, précise le communiqué, a été faite par le patron du groupe Vincent Bolloré qui avait récemment été reçu en audience à Brazzaville par le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso. « En dépit de crise due à la chute du baril de pétrole, le groupe Bolloré va poursuivre ses investissements au Congo, à travers le port autonome de Pointe/noire. Nous entendons investir dans les prochaines années...
(La Tribune 17/02/17)
Pas d'accord de partenariat économique (APE) entre l'UE et la Cemac. La réunion du Conseil des ministres d'Afrique centrale s'est terminée en queue de poisson, sans réussir à lever les réserves des pays à signer un tel accord. Agacée par cette temporisation de la Cemac, l'UE a rompu les négociations. Détails C'est l'agacement qui l'a emporté sur la patience. Lors du sommet extraordinaire de Malabo en juillet 2016, les pressions de l'Union européenne (UE) pour une signature de l'accord de partenariat économique (APE) en octobre 2016, se sont heurtées aux réticences de certains pays...
(Financial Afrik 17/02/17)
Le groupe Bolloré envisage d’investir d’ici cinq ans une enveloppe de 150 milliards de FCFA dans la modernisation et l’agrandissement du terminal à conteneurs du port autonome de Pointe-Noire au Congo, dont il assure la gestion. L’annonce a été faite vendredi 17 février via un communiqué rendu public par le patron du groupe, Vincent Bolloré, au sortir d’une audience avec le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso. « En dépit de cette crise due à la chute du baril de pétrole, nous entendons investir dans les prochaines années 150 milliards de FCFA pour poursuivre l’agrandissement et la modernisation des installations de ce port en vue d’accroitre nos activités », a déclaré Vincent Bolloré. Avec un tel financement, le port...
(La Voix de l'Amérique 17/02/17)
Le gouvernement de la République du Congo organise depuis quelques jours un salon du bois pour permettre aux artisans d’exposer leurs meilleures œuvres et s’imposer ainsi sur le marché local très concurrencé par les articles venant de l’étranger. Les Congolais eux-mêmes n’intéressent souvent pas aux articles des menuisiers locaux qui sont portant de bonne qualité. Devant son atelier au quartier Ouenzé à Brazzaville, le menuisier Pedro Mayembe expose souvent ses meubles dont les lits et des armoires de qualité, rien à voir avec ce qui vient de l’étranger. Il est déterminé et optimiste à s’imposer, malgré la concurrence. Me Pedro estime que les artisans du bois congolais ont les atouts pour fabriquer les articles qui puissent intéresser les populations. "L’artisanat...
(Jeune Afrique 17/02/17)
La start-up vient d’inaugurer sa première exploitation maraîchère à proximité de Pointe-Noire. Un projet mené au profit des maraîchers de Djeno, village du littoral à proximité du terminal pétrolier de Total auquel le groupe pétrolier français a apporté son soutien et qui pourrait très vite être dupliqué. JTAgro ne part pas de rien. Le 9 février, les Jardin Tropicaux Améliorés ont certes inauguré au sud de Pointe-Noire leur première exploitation maraîchère sur le continent, moins de deux ans après la création de la société. Mais sur ce projet, la jeune pousse, juridiquement française, a mobilisé près deux décennies d’expérience accumulée par le concepteur de solutions agricoles JTS Concept (Jardins tropicaux et semences). Financée par l’ancien banquier Pierre Moussa, premier directeur...
(Agence Ecofin 17/02/17)
A l’issue de 31è session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (Ueac) tenue les 14 et 15 février 2017 à Djibloho, en Guinée équatoriale, la demande d’association de la République démocratique du Congo (RDC) à la politique de lutte contre le Blanchiment dans la sous-région a été validée. A cet effet, le Conseil a donné le mandat au président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), Pierre Moussa, de conclure un accord conférant à ce pays la qualité de membre associé Groupement contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (Gabac). Il aura fallu à peu près six mois pour voir la RDC acceptée au sein du Gabac. Car, c’est...
(Agence Ecofin 16/02/17)
(Agence Ecofin) - Au terme d’un entretien le 14 février dernier avec le ministre congolais des Affaires foncières et du domaine public Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, l’ambassadeur du Brésil au Congo, Raul de Taunay, a annoncé que les deux pays envisagent de renforcer leur coopération en matière foncière. Un partage d’expériences qui porte de grands espoirs, les entreprises brésiliennes étant particulièrement présentes dans le secteur immobilier congolais. « On est venu échanger avec le ministre sur les problèmes mutuels. Comme vous le savez, le domaine foncier est très important tant pour le Congo que pour le Brésil. On a eu un entretien amical et certainement on ira approfondir quelques sujets pouvant être d’intérêt bénéfique pour les deux pays », a...
(RFI 16/02/17)
Au Congo-Brazzaville le bois représente la deuxième ressource d’exportations loin derrière le pétrole. Mais la place des artisans qui le transforment et lui donnent de la valeur au plan local n’est pas bien reconnue. Pour montrer le talent et le savoir-faire de ces artisans, l’Agence nationale de l’artisanat (ANA) a organisé du 7 au 15 février, un Salon des métiers du bois. C’est sous des chapiteaux blancs érigés sur l’esplanade de la préfecture de Brazzaville qu’a été organisé le tout premier Salon des métiers du bois (SMEB). A l’une des principales entrées du site, Pedro Mayembé, un menuisier de 55 ans ses œuvres. Il dépend essentiellement de son métier qui consiste à transformer le bois. « C’est ma passion, c’est...
(Agence d'information d'afrique centrale 16/02/17)
Le Premier ministre, Clément Mouamba a visité, le 15 février, le chantier de l’ancien régiment blindé de Mpila, en vue de se faire une idée sur l’effectivité des travaux exécutés, mais aussi de constater l’état d’avancement de ceux qui sont en cours de réalisation. À l’issue de la ronde, le chef du gouvernement s’est dit satisfait de la qualité des ouvrages. En compagnie de cinq membres du gouvernement, le Premier ministre a visité l’ensemble des chantiers déjà exécutés ou en cours de réalisation sur le site de l’ex- régiment blindé à Mpila. Clément Mouamba et sa suite ont parcouru les logements construits au rond-point Ebina, à la jonction de l’avenue des Trois Martyrs et celle de l’intendance. Au total cinq...
(Agence Ecofin 16/02/17)
(Agence Ecofin) - L’espoir d’un Accord de partenariat économique (APE) entre l’ensemble des six pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) et l’Union européenne (UE) est éteint. C’est ce qui ressort de la 31è session ordinaire Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (Ueac), réunie du 14 au 15 février 2017 à Djibloho, en République de Guinée équatoriale. « Passant à l’examen des questions économiques, le Conseil des ministres a pris acte de la décision unilatérale de l’Union européenne de mettre un terme au processus régional des négociations en vue de la conclusion d’un Accord de partenariat économique (APE) entre l’Afrique centrale et l’Union européenne », révèle le communiqué final des travaux. Le document...
(Agence d'information d'afrique centrale 16/02/17)
Le comité interministériel de lutte contre l’utilisation et l’importation de ces matières interdites, s’est réuni le 14 février à Brazzaville pour trouver d’autres stratégies d’éradication. La production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs, sachets et films en plastique sont prohibées depuis 2011 en République du Congo. Le décret n°2011-485 du 20 juillet 2011 vise l’utilisation des sacs et sachets en plastique pour la vente d’aliments, d' eau et de toute autre boisson. Malheureusement, ce règlement sur la protection de l’environnement a encore bien du mal à être appliqué. Les trafiquants des sacs et sachets en plastique ont su profiter de la largesse des services de contrôle et de surveillance, pour relancer les activités notamment à Brazzaville. Face à ce...
(Agence d'information d'afrique centrale 16/02/17)
Le Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC) a organisé le 16 février, une réunion de sensibilisation à l’endroit les promoteurs de télédistributions évoluant en République du Congo. Cette rencontre avait pour but d’inviter ces opérateurs de se préparer à l’avènement de la Télévision numérique terrestre (TNT) au Congo. Contrairement à la télévision analogique qui n’accepte pas la diffusion d’un seul programme sur un canal, la TNT offrira la possibilité d’émettre plusieurs programmes simultanément. Elle garantit la qualité du signal puis, permet aux opérateurs de la téléphonie mobile de développer certaines applications ainsi que de nouveaux services grâce au dividende numérique. « Au regard du nouveau paysage audiovisuel, le CSLC conformément à ses missions n’attribuera les fréquences de télévisions...
(AFP 15/02/17)
Les investissements publics du Congo-Brazzaville en matière d'infrastructures de santé souffrent d'un manque d'efficacité allié à une mauvaise gestion et à des détournements des fonds alloués, selon un rapport publié mardi par un collectif de lutte contre la corruption. Ce "rapport de suivi des investissements publics dans le domaine de la santé portant sur l’exercice 2015" établi par la branche congolaise de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) "révèle que seuls 27% des projets pour lesquels des sommes ont été décaissées ont effectivement bénéficié de ces fonds". Dans un communiqué, PCQVP-Congo indique avoir "identifié plusieurs facteurs" d'explication, notamment le fait que "les fonds n’arrivent pas, ou pas entièrement, à destination"...
(RFI 15/02/17)
Depuis un peu plus de trois mois, le trafic ferroviaire sur la voie qui relie le port de Pointe-Noire et Brazzaville est interrompu à cause des troubles qui ont lieu dans la région du Pool voisine de Brazzaville. Les autorités accusent des bandits armés d'avoir dynamité deux ponts du chemin de fer dans la région. Cet arrêt du trafic a bien des répercussions sur les agents de la compagnie qui exploite le chemin de fer hérité de la colonisation et les commerçants en pâtissent également. Au petit marché de fortune, à hauteur du passage à niveau à l’entrée de la gare centrale de Brazzaville, les commerçantes qui proposent des fruits ne reçoivent plus leurs produits comme avant, car le train...
(APA 15/02/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Les experts des administrations douanières des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), élargies à celles de la RD Congo, du Burundi et de Sao-Tomé Principe sont réunis depuis ce mercredi à Brazzaville dans l’optique de réfléchir sur la meilleure manière de mobiliser plus de ressources intérieures. L’objectif visé est de pouvoir faire face à la crise qui affecte les économies des pays de la CEMAC depuis la chute du prix du baril de pétrole durant ces trois dernières années, a expliqué à APA le conseiller à la fiscalité et aux douanes au ministère des Finances et du Portefeuille public du Congo, Bienvenu Ondogo Koumou. La réunion des experts des administrations douanières prépare...
(Agence Ecofin 15/02/17)
(Agence Ecofin) - Christian Magnagna, le ministre des Mines, a reçu le 13 février à Libreville, M. Socrates, directeur général de la société Avima Iron Ore. Cette audience a eu pour objet d’échanger sur la demande de ladite société de transporter son minerai de fer du Congo via le Gabon. Pour ce faire, le dirigeant de la société Avima propose de construire une route entre les villes d’Avima (Congo) et Makokou (Gabon), d’une longueur de 190 km et sollicite la construction d’une voie ferrée allant de Makokou à Boué afin d’acheminer son minerai au nouveau port minéralier d’Owendo. Le responsable du département des Mines, Christian Magnagna, a marqué son accord de principe. Il n’a pas manqué de transmettre à son...
(Jeune Afrique 15/02/17)
Avec "La Sonate à Bridgetower", le romancier congolais Emmanuel Dongala raconte l’étonnant destin d’un violoniste métis, élève de Haydn et ami de Beethoven. Une immersion dans le XVIIIe siècle révolutionnaire, entre ombres et Lumières. C’est un tableau, un roman, une partition. Dense et érudite, La Sonate à Bridgetower, le nouveau livre d’Emmanuel Dongala, se distingue de l’ensemble de la production éditoriale par ses vastes ambitions, dont la moindre n’est pas de restituer l’atmosphère révolutionnaire de la fin du XVIIIe siècle en Europe. « Après avoir beaucoup travaillé sur l’Afrique, il était temps d’écrire quelque chose de nouveau, explique le romancier congolais.
(La Voix de l'Amérique 14/02/17)
Au Congo-Brazzaville, les formations politiques de la majorité et de l’opposition sont favorables à la loi sur le financement des partis. Quelques leaders de l’opposition estiment que la régularité des scrutins permettra d’identifier les vrais partis qui doivent bénéficier de l’argent public. L’Etat a promis de financer à hauteur de un milliard de francs CFA pour 2017. Pour Clément Mierassa du Parti social-démocrate congolais (PSDC), il ne s’agit pas de financier n’importe quel parti. L’organisation des élections devrait être plus transparente afin que les partis de l’opposition accèdent en masse et facilement à ces financements, affirme ce personnage de l’opposition congolaise, saluant au passage l’adoption de cette loi au parlement. Dans les rues de Brazzaville, les Congolais estiment que cette...

Pages