Mardi 22 Août 2017
(Les Echos 14/07/17)
L’agence a abaissé la note du Congo à « CCC », signe d’un quasi-défaut de paiement. Un nouvel épisode de la saga Commisimpex, qui oppose le clan Sassou-Nguesso et l’homme d’affaires Mohsen Hojeij depuis des décennies. Défaut ou pas défaut ? Les avis divergent. Le 7 juillet, l'agence Standard & Poor's a décidé d'abaisser la note de crédit du Congo de « B- » à « CCC », tout en la plaçant sous surveillance. Une décision qui a vivement irrité Brazzaville. Les autorités congolaises ont répliqué par voie de communiqué pour dire qu'elles « contestent vigoureusement » l'initiative de l'agence de notation américaine prise « sur la base d'une procédure frivole initiée par Commisimpex à New York ». Les faits sont les...
(RFI 14/07/17)
Au Congo-Brazzaville, les sites d'exploitation du géant pétrolier Total sont à l'arrêt, paralysés par un mouvement social des employés. L'intersyndicale des salariés du groupe a annoncé une mobilisation générale jusqu'à ce que la direction réponde à leurs revendications. Selon une source proche du dossier, c'est un échange entre des salariés de Total et leur directeur qui a mis le feu aux poudres. Un échange qui a eu lieu lors d'une visite sur site, en mer de Yanga au large de Pointe-Noire. Les agents de la plateforme se sont plaints du blocage des prêts à taux zéro qui leur étaient dus, selon eux, et du non-versement de leurs primes d'intéressement. Mais le directeur n’a pas répondu favorablement à leurs demandes. Les...
(AfricaNews 14/07/17)
Les remous au sein du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brazzaville, la capitale de la République du Congo se poursuivent. Mardi 11 juillet, une note du ministère de la Santé a annoncé le remplacement de Gisèle Marie Gabrielle Ambiero, jusque-là directrice générale du CHU, par Jérémie Mouyokani. Un remaniement qui devrait permettre “d’apaiser le climat social”, précise la note du ministère, alors que le CHU était de nouveau sur le fil après le dépôt d’un préavis de grève par l’intersyndicale des agents. Ces derniers réclamaient entre autres mesures urgentes, le changement de la direction générale du CHU et la nomination d’un directeur par intérim. A présent installé, le nouveau DG Jérémie Mouyokani aura par ailleurs à s’assurer de l’amélioration de...
(RFI 14/07/17)
Le gouvernement congolais a décidé de reporter sine die la 11ème édition du Festival panafricain de musique (Fespam) initialement prévue du 19 au 21 juillet, pour des «impératifs insurmontables d'agenda». Une décision qui a provoqué une vague de réactions dans les rues de Brazzaville. Et les réactions sont diverses. Elles vont de la compréhension sur le refrain, il n'y a plus assez d'argent dans les caisses de l'Etat en raison de la crise, au mécontentement parce que les Congolais ont besoin de divertissements.
(APA 14/07/17)
APA - Brazzaville(Congo) - La 11ème édition du Festival panafricain de musique (Fespam), initialement prévu du 19 au 21 juillet à Brazzaville, est reportée à une date ultérieure, « pour des raisons impératives insurmontables d’agenda » indique un communiqué officiel publié ce vendredi. « Les autorités compétentes annonceront en temps utile un nouveau calendrier » indique un communiqué ministère de la culture et des arts tourisme et des loisirs. « Le gouvernement de la République, soucieux de répondre aux attentes de l’Union Africaine, rappelle à l’opinion nationale et internationale le profond attachement des autorités du Congo aux valeurs culturelles ainsi qu’à l’esprit d’accueil qui caractérise notre continent », poursuit ce communiqué. Le gouvernement qui exprime ses regrets à l’Union Africaine...
(AFP 13/07/17)
La justice française accélère le pas contre le clan du président congolais Denis Sassou Nguesso: son neveu et son ex-belle-soeur ont été à leur tour mis en examen dans l'enquête sur le patrimoine fastueux de dirigeants africains en France, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier. Entendus mardi dans le bureau du juge d'instruction Roger Le Loire, Edgar Nguesso et sa mère Catherine Ignanga ont été mis en examen pour "blanchiment de détournements de fonds publics" dans le dossier tentaculaire des "biens mal acquis", ont précisé ces sources qui confirmaient une information du quotidien Le Parisien.
(APA 13/07/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Une mission d’une cinquantaine d’observateurs de la Commission de l’Union Africaine (UA) en provenance de 24 pays d’Afrique, conduite par l’ancien Premier ministre malien Diango Sissoko, est en séjour à Brazzaville pour observer les élections législatives et locales du 16 juillet dont la campagne prend fin vendredi, a appris APA ce jeudi auprès du ministère des Affaires étrangères. « L’ambition de cette mission de l’UA est de crédibiliser les élections législatives et locales afin que les résultats soient fiables, pour faire avancer la démocratie au Congo et en Afrique», a déclaré le chef de cette mission, l’ancien Premier ministre malien. Il promet de « superviser ces élections conformément aux disposition des instruments de l’Union africaine, avec honnêteté,...
(Jeune Afrique 13/07/17)
L’imbroglio s'épaissit autour de l'affaire Commisimpex, du nom de la société qui réclame au Congo de vieilles créances impayées. Elle a connu un nouveau rebondissement, fin juin. La justice américaine, qui avait donné raison à Commisimpex, a gelé un versement congolais destiné au remboursement de la dette extérieure du pays. Dans la foulée, l'agence de notation S&P a dégradé la note de cette dette, arguant que le pays avait fait défaut. Dans un communiqué daté du 12 juillet, la République du Congo conteste la dégradation par Standard and Poors (S&P) de la note de sa dette extérieure, affirmant que la décision a été prise sur la base d’une procédure juridique qualifiée de « frivole ». L’agence de notation avait annoncé,...
(Jeune Afrique 13/07/17)
Un an après la présidentielle, les Congolais sont de nouveau appelés ce dimanche aux urnes pour choisir les 151 députés de la nouvelle République. Un scrutin législatif couplé aux élections locales, qui s'annonce intéressant dans certaines circonscriptions. Cartographie. À Brazzaville, l’ambiance n’est pas encore à la campagne électorale. Même la place de la République n’a pas été envahie par les affiches et autres pancartes des candidats en lice. Le jour du premier tour des législatives, prévu ce dimanche 16 juillet, approche pourtant à grands pas. « La priorité des Congolais est ailleurs, la crise économique est passée par là », confie un agent électoral qui a requis l’anonymat. « C’est pourquoi, même pendant l’inscription sur les listes électorales, nous n’avons...
(APA 13/07/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a relevé, au niveau de la sous-région, «une reprise progressive de la croissance, consécutive au dynamisme du secteur non pétrolier». Dans une note de conjoncture publiée mercredi, au terme de sa session ordinaire tenue la veille dans la capitale camerounaise, Yaoundé, cette instance relève, à la lumière des données économiques, monétaires et financières actualisées de l'année 2017, une légère remontée de la croissance économique avec un taux de +0,8% en termes réels, une atténuation des tensions inflationnistes avec un taux de +1,6% à fin décembre dernier/ Le CPM note aussi un recul du déficit du solde budgétaire, base engagements, hors dons, à...
(RFI 12/07/17)
Le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire ne s’est pas penché que sur le cas de l'ancien ministre burkinabé Djibrill Bassolé. D’autres avis viennent d’être publiés, dont celui sur le cas de trois détenus au Congo-Brazzaville. Il s'agit du colonel Jean-Claude Mbango, ancien directeur de la police du département du Pool, de Samba Mountou Loukossi, huissier de justice et d'Ismaël Mabarry, adjudant-chef de police. Tous les trois sont accusés notamment d'atteinte à la sureté intérieure. Ils sont encore en détention provisoire, dans l'attente de leur procès dont la date n'est pas encore fixée. L'ONU demande la libération immédiate des trois hommes. Arrêtés entre le mois de mars et le mois de mai 2013, Jean-Claude Mbango, Samba...
(RFI 12/07/17)
On a appris mardi 11 juillet la mise en examen en France de la belle-sœur du président congolais Denis Sassou Nguesso ainsi que de son neveu, par ailleurs directeur du domaine présidentiel, pour «blanchiment de détournement de fonds publics» dans l’affaire des biens mal acquis. Cela porte à cinq le nombre de proches du président Congolais mis en examen dans cette affaire. Convoqués dans le bureau du juge d’instruction, Edgar Nguesso et Catherine Ignanga se sont vu notifier leur mise en examen mardi 11 juillet. Selon la presse, l’appartement de ce dernier aurait été saisi par la justice française, puis vendu en 2008. Il s’agissait d’un triplex à Neuilly-sur-Seine d’une valeur de 2 328 000 euros. La belle-sœur du président...
(Jeune Afrique 12/07/17)
Chiffres à l’appui, le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) a balayé le 11 juillet les spéculations entretenues depuis des semaines sur les réseaux sociaux et parfois reprises par des médias. Le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale est monté au créneau pour démentir la rumeur d’une prochaine dévaluation du Franc Cfa d’Afrique centrale. « Aucun facteur objectif ne plaide aujourd’hui en faveur d’un ajustement monétaire dans la Cemac », a conclu Abbas Mahamat Tolli, le 11 juillet. En dépit de l’une des résolutions du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cemac, le 23 décembre à Yaoundé, précisant qu’une éventuelle dévaluation n’était pas à l’ordre du jour, refoulant momentanément la rumeur, celle-ci...
(APA 12/07/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli, a exclu tout risque de dévaluation du francs CFA ainsi que l’annonce une certaine opinion depuis quelques mois. S’exprimant face à la presse mardi à Yaoundé, la capitale camerounaise, au terme de la 2èmeréunion ordinaire de l’année de l’Institut d’émission, il a martelé que ces rumeurs sont sans aucun fondement. «Les rumeurs sur la dévaluation du franc CFA ont cours depuis quelques temps, entretenues sur les réseaux sociaux et par une certaine presse, ces mesures apparaissent de manière épisodique sur la scène sous-régionale depuis le milieu des années 90, après la dévaluation intervenue le 12 janvier 1994. Ce phénomène n’est donc pas nouveau.»...
(APA 12/07/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La porte-parole par intérim de la MINUSCA, Uwolowulakana Ikavi Gbetanou, a confirmé ce mercredi sur la radio des Nations Unies en Centrafrique (Radio Guira) que le bataillon congolais s’apprête à quitter la ville de Berberati à l’ouest de la RCA frontalière avec le Cameroun. Elle a également précisé que « contrairement aux rumeurs qui font croire qu’ils seront remplacés par le contingent marocain", ils seront relayés par les casques bleus camerounais qui seront déployés dans cette localité. Ces casques bleus seront non seulement à Berberati mais aussi à Carnot et Nola, les villes de l’ouest du pays. Elle a rassuré la population « qu’il n’y aura pas de vide, car les casques bleus camerounais sont déjà en...
(RFI 11/07/17)
Une manifestation du Mouvement de la jeunesse de l'opposition, prévue ce lundi 10 juillet à Brazzaville, n'a pas pu se tenir. Ce mouvement qui se réclame des trois principales plateformes de l'opposition souhaitait appeler au boycott des élections législatives et locales du 16 juillet prochain, dénoncer le climat d'insécurité régnant dans la région du Pool (sud du Congo) ainsi que la situation socio-économique du pays. Les manifestants ont simplement été dissuadés par un impressionnant dispositif policier qui a investi les lieux peu avant l'heure de la manifestation. Les organisateurs de la manifestation attendaient toutes les couches de la population congolaise : « Tous les Congolais, les retraités, les agents du CFCO (Chemin de fer Congo-Océan, ndlr) qui sont depuis des...
(APA 11/07/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Les résultats du baccalauréat pour la session de juin 2017, publiés mardi à Brazzaville par le ministère de l’enseignement primaire, secondaire chargé de l’alphabétisation, affichent une augmentation de 6,1% comparativement à ceux de 2016. D’après ces résultats, 80.559 candidats ont été déclaré admis sur toute l’étendue du territoire national. De tous les douze départements du Congo, celui de la Cuvette ouest au nord du Congo, occupe la première place avec 43,60% d’admis. Les candidats qui ont composé à l’étranger notamment en Angola (Luanda et Cabinda), ont réalisé un pourcentage de 27,66% cette année contre 21,26% en 2016. La Série C a enregistré beaucoup d’admis suivie des séries D et A, a souligné le président général du jury,...
(France 24 11/07/17)
"GagnIons ensemble", "Pour un avenir meilleurS", "Tous déterminEZ"… Au Congo-Brazzaville, les candidats ont commencé à placarder leurs affiches de campagne pour le premier tour des élections législatives, prévu le 16 juillet prochain. Mais nombre d’entre elles sont truffées de fautes d’orthographe et de grammaire, ce qui n’a pas échappé à certains internautes qui moquent ce manque de sérieux. Après les perles du bac, c’est au tour des candidats aux élections législatives congolaises d’être la cible des moqueries sur les réseaux sociaux. Depuis la semaine dernière, des internautes s’amusent à corriger les affiches de campagne mal écrites ou bourrées de fautes des candidats. "Aidez les autres c’est mon métier", a ainsi écrit une candidate sur son affiche, jugeant bon de conjuguer...
(La Tribune 10/07/17)
Alors que l’économie congolaise pourrait connaitre une deuxième année successive de récession selon les prévisions de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), le pays tente de multiplier les pistes de sortie. En première ligne, le tourisme. Brazzaville prépare activement ses premières assises touristiques qui se tiendront les 17 et 18 juillet prochains avec, entre autres, la présence attendue du secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OIT), le Jordanien Taleb Rifai. « Je veux [...] rendre crédible la destination Congo. J'y travaille chaque jour », déclarait la ministre du Tourisme du Congo, Arlette Soudan-Nonault en juillet 2016, soit deux mois après nomination. Aujourd'hui, un an plus tard, la ministre prépare activement les premières assises du Tourisme qui auront...
(RFI 10/07/17)
Resté longtemps dépendant du pétrole qui représente à lui seul 60% du PIB, le Congo veut désormais diversifier son économie en jouant la carte du tourisme. Les autorités l'ont annoncé ce week-end. Un plan directeur de développement du potentiel touristique du pays sera au cœur des premières assises touristiques du pays prévues les 17 et 18 juillet à Brazzaville. Le Congo ambitionne de faire passer la part du tourisme au PIB de 3% à 10% à l’horizon 2021 grâce à la mise à exécution d’un plan directeur nécessitant des capitaux nationaux et étrangers.

Pages