Jeudi 27 Juillet 2017
(Jeune Afrique 29/06/17)
Le département d'État américain a publié mardi 27 juin son dernier rapport sur le trafic d'êtres humains. En Afrique subsaharienne, la Guinée, le Mali, le Congo Brazzaville et la RDC font leur apparition sur la liste noire. Au total, treize États africains apparaissent comme de mauvais élèves en matière de lutte contre le trafic humain dans le dernier rapport du département d’État américain en la matière. Des pays qui sont, généralement, à la fois pourvoyeurs et receveurs de personnes victimes d’exploitation. Les femmes et les enfants restent les plus vulnérables, victimes le plus souvent du travail forcé et de la prostitution. Cette année, quatre pays ont franchi la ligne rouge selon les critères du département d’État, équivalent du ministère des...
(RFI 28/06/17)
Au Congo-Brazzaville, un rapport glaçant a été publié à l’occasion de la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture par l’ADHUC, l’Association pour les droits de l’homme et l’univers carcéral. Au total, le document de l'ADHUC recense une trentaine de cas de torture circonstanciés depuis 2012 au Congo-Brazzaville. Parmi les victimes, on trouve des opposants, des réfugiés et des journalistes. L’ONG les classe en deux catégories, ceux qui ont survécu aux sévices et les autres. Elle publie également certaines photos à peine supportables, où apparaissent des corps suppliciés, des visages tuméfiés ou des mains brûlées. Police et milice Les responsables désignés sont les services de sécurité...
(RFI 28/06/17)
Julienne Sassou-Nguesso l'une des filles président congolais, et son époux, Guy Johnson, ont été mis en examen la semaine dernière par la justice française. Selon l’AFP, ces deux personnalités seraient soupçonnées de blanchiment de détournement de fonds publics. Des accusations dans le cadre de l'affaire des biens mal acquis lancée par une plainte de l'ONG Transparency International. Me Viala, avocat de la famille Sassou-Nguesso et de l'Etat du Congo annonce une série de procédures. Il a lancé une requête en nullité contre la toute première plainte de Transparency déposée il y a bientôt dix ans. Mais il vise aussi l'association elle-même. Il annonce également des poursuites en diffamation contre l'administrateur de l'association Sherpa qui lutte contre la criminalité économique et...
(APA 28/06/17)
APA-Brazzaville(Congo)- La coupure de la connexion internet au Congo due à la section d’un segment du câble sous-marin WACS au large de Pointe-Noire durant quinze jours à occasionné une perte de 256,4 millions de FCFA à la société de téléphonie mobile MTN-Congo, a révélé, mardi à Brazzaville, Djibril Ouattara. Selon le directeur général de MTN-Congo qui donnait un point de presse, « de la date du 11 juin, date de la section d’un segment du câble sous-marin WACS qui a interrompu l’Internet au Congo, jusqu’au 25 juin dans la soirée quand le consortium WAC a réparé le segment et rétabli l’Internet, la société MTN-Congo à connu une perte de 256,430 millions de FCFA ». MTN-Congo, qui s’était assurée d’une connexion...
(La Voix de l'Amérique 28/06/17)
"Le rapport 2017 sur le trafic d'être humain", présenté par le secrétaire d'État Rex W. Tillerson, fait une liste noire des pays ne combattant pas suffisamment le trafic d'êtres humains, qui compte 23 pays dont la Syrie, la Chine, la Corée du Nord et la Russie. Ce rapport annuel du Département d'Etat américain, publié mardi, ont accusé certains pays comme la République démocratique du Congo (RDC), le Congo-Brazzaville, la Guinée et le Mali de tolérer les enfants soldats. Ces trois pays africains font donc leur entrée sur cette liste noire, avec la nomination "tier 3", au plus bas de l'échelle. Pour ces trois pays, les États-Unis demandent aux différents gouvernements de ne plus soutenir les groupes utilisant des enfants dans...
(RFI 27/06/17)
Coupé et quelque peu isolé du reste du monde pendant deux semaines suite à la coupure d’Internet, due à la section le 11 juin dernier du câble sous-marin qui lui permet d'accéder au réseau, le Congo a été reconnecté il y a deux jours grâce aux travaux menés par un bateau et des équipements spécialisés venus d’Afrique du Sud. Les internautes se montrent très heureux et apprécient la qualité de la connexion. Lundi 26 juin au matin, à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université Marien-Ngouabi, Mexon Mbama, étudiant en première année de géologie, a passé tout son temps entre deux cours à manipuler son téléphone...
(RFI 27/06/17)
Un audit réalisé par un cabinet privé congolais a rélevé récemment de nombreux dysfonctionnements au sein du Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville. Pour soutenir ce rapport le mouvement citoyen « Ras-le-bol » est allé manifester lundi 26 juin dans le calme devant le CHU. Il demande la publication de ce rapport, que les responsabilités soient établies et que les coupables soient punis. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170627-congo-b-manifestation-contre-dysfonct...
(RFI 27/06/17)
Au Congo-Brazzaville le référendum de 2015 et la présidentielle de l'année suivante ont été marquées par des violences. A l'approche des législatives et des locales du 16 juillet prochain, pour éviter de replonger dans la violence, le gouvernement et les ONG multiplient les appels. Des notions de civisme et d'initiation à la culture de paix en période électorale sont enseignées aux jeunes souvent impliqués dans les violences. Du côté de l'opposition l'heure est à la division. L’ONG « Univers des jeunes » a passé ce week-end à sensibiliser les jeunes en âge de voter. Elle les a invités à adopter une attitude responsable durant la campagne et le vote pour les élections législatives et locales qui se tiendront le 16...
(RFI 27/06/17)
Le département d’Etat américain demande à la République du Congo de libérer Marcel Pika, un prisonnier congolais qui possède également la nationalité américaine. Cet ancien militaire, âgé de 70 ans, est détenu -sans procès- à Brazzaville depuis plus d’un an. Aucune charge ne pèse contre lui. Le département d’État se dit «profondément préoccupé» par la détention de Marcel Pika, qui est diabétique. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170626-congo-b-etats-unis-demandent-liberati...
(RFI 27/06/17)
En RDC, Jean-Marie Kalonji, l'un des fondateurs du mouvement citoyen «la Quatrième voie» et son avocat Sylva Mbikayi sont toujours détenus à la Détection militaire des activités antipatrie (Demiap). Ils ont été arrêtés vendredi 23 juin sans qu'aucun fait ne leur soit reproché. Selon leurs proches, leurs ordinateurs, leurs téléphones, leurs passeports et 200 dollars ont été saisis sur eux. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170626-rdc-kalonji-avocat-demiap-proches-den...
(APA 27/06/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) vient de sommer les opérateurs de téléphonie mobile de cesser les opérations de transfert d’argent hors de la sous-région. Dans une correspondance adressée aux banques exerçant au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et dont APA a pu obtenir copie, le gouverneur de l’institution, Abbas Mahamat Tolli, demande de «cesser toute opération de transfert de fonds à l’international dans le cadre des activités de monnaie électronique», par le canal de leurs partenaires techniques. Pour lui les partenaires, opérateurs de téléphonie mobile, «seraient en réalité les véritables émetteurs de monnaie électronique, en assureraient la gestion et procéderaient à des transferts à l’international», des actions qui...
(AFP 26/06/17)
Au moment où se tient à Paris le premier procès des "biens mal acquis", la fille et le gendre du président congolais Denis Sassou Nguesso ont été mis en examen cette semaine dans l'un des volets de l'enquête sur l'origine du patrimoine fastueux de familles de dirigeants africains en France. Propriétés dans les beaux quartiers de la capitale, dépenses somptuaires, voitures de luxe: depuis 2010, des magistrats financiers tentent de déterminer si les fortunes de trois familles présidentielles, celles de Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) de Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale) et feu Omar Bongo (Gabon), ont pu être bâties sur le territoire national grâce à des deniers publics détournés de ces pays. Après le neveu du président, Wilfrid Nguesso, en...
(RFI 24/06/17)
Au Congo-Brazzaville, un tiers de la population du Pool a dû fuir en raison de la crise qui a éclaté il y a un peu plus d'un an dans ce département. Le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF, le ministère de la Santé Publique et le ministère des Affaires sociales se sont penchés sur leur situation nutritionnelle. Le rapport publié ce vendredi est alarmant: les déplacés manquent de tout et en particulier de nourriture. En moyenne, 17% des enfants sur lesquels a porté cette enquête souffrent de malnutrition aigüe. Un chiffre inquiétant et au-delà du seuil d'urgence de l'OMS fixé à 15%.
(La Tribune 24/06/17)
Le Maroc et la BDEAC viennent de signer une convention relative à la prise de participation du Royaume dans le tour de table de la banque de devéloppement des pays de la CEMAC. Pour une mise de 4millions de dollars, le Maroc s’adjuge 3% du capital de la BDEAC, ce qui lui permettra d’intégrer le conseil d’administration de l’institution monétaire communautaire des Etats de l’Afrique centrale. Les détails. Le Maroc est désormais actionnaire de la Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC). Les deux parties viennent en effet de signer, mercredi 21 janvier à Rabat, une convention de prise de participation du Maroc dans le capital de BDEAC. Le document a été paraphé par le ministre marocain de...
(AFP 23/06/17)
Les taux de malnutrition parmi les enfants déplacés par les violences dans le Pool ont dépassé les seuils d'urgence dans cette région troublée du sud du Congo, selon une enquête conjointe du gouvernement et de l'ONU publiée vendredi à Brazzaville. "Le taux de malnutrition aiguë global parmi les enfants déplacés de moins de 5 ans est de 17,3%. Ce taux dépasse le seuil d’urgence de 15% établi par l’Organisation mondiale de la santé" (OMS), relève cette enquête sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle réalisée en mai. "Les ménages déplacés font face à de grandes difficultés d'accès à la nourriture et aux besoins élémentaires", soulignent le gouvernement congolais et l'ONU.
(AFP 23/06/17)
Environ 600 Casques bleus congolais déployés en Centrafrique vont être rapatriés après des accusations d'abus sexuels et de manquements, a annoncé l'ONU mercredi. Le gouvernement du président congolais Denis Sassou Nguesso "a décidé de retirer" ses troupes déployées dans le cadre de la Minusca après que le chef militaire de cette mission onusienne s'est plaint du comportement du bataillon congolais, précise un communiqué de l'ONU. L'examen par l'ONU des accusations d'exploitation sexuelle et d'abus "pointait vers un problème systémique de commandement et de contrôle" des Casques bleus congolais, poursuit le communiqué. "Ces problèmes ont en outre été amplifiés par des questions liées à la préparation, la discipline générale, la maintenance de l'équipement du contingent et les capacités logistiques de ces...
(RFI 23/06/17)
Le ministère congolais de la Santé et de la population a décidé de faire un peu le ménage dans les structures placées sous sa tutelle. Ainsi, le Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville vient de faire l’objet d’un audit mené par un cabinet privé qui a constaté de nombreux dysfonctionnements. Les dysfonctionnements relevés par le Cabinet d’audit, de conseil et de gestion (CACOGES) sont à la fois organisationnel, institutionnel et d’ordre financier. Au CHU, pourtant reconnu comme le plus grand hôpital du Congo, les normes minimales de qualité ne sont pas respectées : l’eau potable se fait parfois rare et l’hygiène des malades pose encore problème, selon le rapport. Toujours d’après l’étude, la situation sociale des agents du CHU...
(RFI 23/06/17)
En Centrafrique, il n'y aura bientôt plus de casques bleus originaires du Congo-Brazzaville. Ils sont actuellement près de 600 déployés dans le sud-ouest du pays et vont être rapatriés. L'an dernier déjà, 120 militaires du même contingent congolais avaient été renvoyés chez eux, après des accusations d'exploitation et d'abus sexuel, notamment sur des enfants. A ces allégations s'ajoutent une série de récriminations, des problèmes de discipline, de commandement et globalement d'efficacité. Pour justifier sa décision de renvoyer les casques bleus congolais à Brazzaville, l'ONU met en avant une enquête...
(RFI 23/06/17)
Que vont devenir les quelque 600 casques bleus originaires du Congo-Brazzaville déployés dans le sud-ouest de la Centrafrique et que l'ONU a décidé de rapatrier? Il y a deux semaines, l'ONG Aids Free World avait fait fuiter deux documents confidentiels des Nations unies, un rapport d'évaluation et un mémo dans lequel le général Balla Keita qui commande les casques bleus en Centrafrique qualifiait ce bataillon de «bien connu pour son comportement en matière d'abus sexuels, de trafic de carburant et d'indiscipline» ajoutant qu'il avait adressé pas moins de six blâmes— au commandant de ce bataillon...
(Xinhua 23/06/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le président du Conseil supérieur de la liberté de communication au Congo, Philippe Mvouo, a exhorté mercredi à Brazzaville, les professionnels de l'information et de la communication, à exercer en toute responsabilité leur profession pendant la période électorale qui entoure les scrutins législatifs et municipaux du 16 juillet prochains. "Le journaliste ne doit pas être aux ordres des candidats des partis ou groupements politiques, il doit respecter la vérité, rapporter les faits sans rien falsifier, respecter les principes déontologiques, de pluralisme démocratique et d'équilibre", a-t-il déclaré à cette occasion, avant de les inviter à lutter contre la corruption, en respectant scrupuleusement les principes fondamentaux du journalisme. Au cours d'une communication faite à l'endroit des journalistes et acteurs...

Pages