Samedi 16 Décembre 2017
(Jeune Afrique 18/10/17)
L'agence de notation Moody's a déclaré, dans une analyse annuelle publié ce lundi, que le profil de crédit du gouvernement de la république du Congo présentait un risque de défaut élevé. L'agence de notation a pointé les risques de pertes pour les créanciers privés, à cause d'une crise de liquidité aiguës et d'un bilan fragile. « Le choc pétrolier a eu un impact négatif significatif sur le profil de crédit de la République du Congo. En cause, la forte dépendance du pays au pétrole, qui génère 36% du PIB, 33% des recettes de l’État et 80% de ses exportations », a déclaré Lucie Villa, directrice adjointe, analyste principale chez Moody’s, et co-rédactrice du rapport. « Par ailleurs, les paiements manqués...
(RFI 18/10/17)
Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou Nguesso a exprimé il y a deux semaines sa volonté d'ouvrir des couloirs humanitaires afin de faciliter et sécuriser la sortie des ex-combattants Ninja accusés d'exactions depuis avril 2016 dans la région du Pool. De son côté, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), première formation d'opposition, a fait mardi 17 octobre des propositions sur l'organisation de ces couloirs et a appelé à la tenue d'une table ronde avec la participation de l'ancien chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, le premier responsable des Ninjas. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171018-congo-crise-pool-propositions-upads-c...
(APA 17/10/17)
APA - Brazzaville (Congo) - Quelque 69 délégués venus de 20 pays membres de l’Association Internationale des services du trésor(AIST), réfléchissent sur le thème « gestion de la paie et des pensions : système de gestion informatique intégré ou non, contrôles internes », à l’occasion de du 11ème colloque de l’AIST qui s’est ouvert ce lundi à Brazzaville. Le ministre congolais de la communication et des médias, Thiérry Lézin Moungalla a souhaité que les travaux de ce colloque, trouvent les points de grandes convergences, ainsi que la meilleure formule permettant à chacun de partager les bonnes pratiques, ainsi que les standards optimaux en matière de gestion de la paie et des pensions. Le président de l’AIST, Henri Loundou, explique que...
(Agence Ecofin 16/10/17)
La 3e édition du programme Y’ello Press, la rencontre entre les journalistes et les responsables de la société de téléphonie mobile MTN Congo, a eu lieu le jeudi 5 octobre 2017 dans un prestigieux hôtel de la capitale. Elle a été conjointement animée par le directeur général de MTN Congo, M. Djibril OUATTARA, le directeur de Mobile Money, M. Patrick ATTOUNGBRE et le directeur du Corporate Affairs de MTN Congo, M. Cyriaque OKOUMOU. La particularité du Y’ello Press 2017 a résidé sur le fait qu’il ait porté essentiellement sur la solution Mobile Money. L’échange interactif qui a duré près de quatre heures, a permis à la trentaine de journalistes invités (de Brazzaville & Pointe-Noire) de cerner les contours du fonctionnement...
(RFI 16/10/17)
Les produits traditionnels venus des savanes et des forêts congolaises ne sont plus proposés aux consommateurs à l’étape brut. Déterminées à leur donner de la valeur et assurer leur avenir, de petites entreprises transforment par exemple des fruits en boissons ou encore des plantes en onguents ou cosmétiques. Le travail de ces artisans est salué par les autorités auxquelles ils demandent plus de facilités, notamment un allègement de la fiscalité. Reportage de notre correspondant à Brazzaville. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20171015-congo-brazza-produits-traditionnels-...
(RFI 13/10/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment révélé que la dette du Congo représente 110% de son produit intérieur brut (PIB). L'augmentation effrénée de la dette de ce pays de quatre millions d'habitants est la conséquence de l'effondrement des cours du pétrole son principal produit d'exportation. Désormais, autorités et économistes estiment qu'il faut penser à l'après-pétrole en développant d'autres niches économiques, principalement l'agriculture. Déjà dans les années 80, l'agriculture a été décrétée « priorité des priorités » au Congo : des slogans du genre « une école, un champ » étaient en vogue à cette époque. Aujourd'hui, l'agriculture est aussi incontournable quant à la diversification d'une économie qui a perdu toute sa substance - ou presque - à cause de...
(APA 13/10/17)
APA - Brazzaville (Congo) - La croissance économique en Afrique subsaharienne devrait ressortir à 2,4 % en 2017, contre 1,3 % en 2016, selon la dernière édition d’Africa’s Pulse, un rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines parvenu ce jeudi à APA à Brazzaville. Les anticipations d’avril dernier, tablaient sur une progression de 2,6 %, rappelle le rapport. Au deuxième trimestre de cette année , les deux principales locomotives du continent — l’Afrique du Sud et le Nigéria — ont renoué avec la croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives, entraînant dans leur sillage la croissance régionale. Par ailleurs, l’amélioration de la conjoncture internationale, à la faveur notamment de la hausse des...
(La Tribune 12/10/17)
Acculé après la mission du FMI qui a permis de dresser l’état réel de la situation économique et financière du pays, le gouvernement congolais s’en remet à l’institution de Bretton Woods. Sans l’assistance de cette dernière, le Premier ministre Clément Mouamba reconnaît que le pays aura du mal à s'en sortir. Ce qui n’altère en rien la volonté des autorités d’entreprendre des réformes pour atténuer l’impact de la conjoncture avec des mesures d’austérité qui risquent de porter un coup au pouvoir d’achat des Congolais. C'est à un mea culpa en bonne et due forme que s'est livré le chef du gouvernement congolais mardi dernier à Brazzaville, lors de sa rencontre avec la presse afin de faire état de la situation...
(AFP 11/10/17)
Le Premier ministre congolais, Clément Mouamba, a déclaré mardi qu'il souhaitait que le pétrole devienne "un produit d'appoint" dans les ressources de son pays au moment où Brazzaville négocie avec le FMI pour sortir d'une crise liée à la chute des prix de l'or noir. "On s’était endormi sur le pétrole, au lieu de considérer que les deux mamelles des ressources sont les douanes et les impôts. On devrait faire du pétrole un produit d’appoint", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue d'une visite d'une mission du Fonds monétaire international (FMI) à Brazzaville. "Ils ont eu toutes les informations qu’ils voulaient", a estimé M. Mouamba alors que le FMI avait réévalué en août la dette du pays pétrolier...
(RFI 11/10/17)
Le Congo prend langue avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue de négocier un programme d'ajustement et de ramener sa dette de 110% à 70% du PIB. Mardi 10 octobre, face à la presse, le Premier ministre Clément Mouamba a précisé les étapes à venir dans le cadre des discussions. Au moment où Brazzaville négocie avec le FMI pour sortir d'une crise liée à la chute des prix de l'or noir, le Premier ministre Clément Mouamba assure qu’il est possible de ramener la dette du pays de 110% à 70%. « Je ne peux pas vous dire que je suis très heureux du niveau de notre endettement, non. La dette elle est levée, donc cette dette-là, que beaucoup ont...
(APA 11/10/17)
APA-Brazzaville(Congo) - Les négociations entre le Congo et le Fonds Monétaire Internationale (FMI) n’ont pas été un échec, s’est félicité mardi à Brazzaville le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba. Le chef du gouvernement congolais l’a déclaré au cours d’une conférence de presse relative à l’éclairage sur la vie économique du Congo, malgré son fort d’endettement estimé par le Fond Monétaire international(FMI) à 5329 milliards de francs CFA, soit 110% du produit intérieur brut (PIB). « La mission du FMI qui a séjourné du 25 septembre au 4 octobre 2017 au Congo avait pour but de discuter des questions de gouvernance, de la dette du Congo, notamment à quel niveau elle était par rapport à notre richesse nationale »,...
(RFI 09/10/17)
Inscriptions et concours bloqués pour les nouveaux bacheliers ; sessions d'examens renvoyées aux calendes grecques pour les anciens étudiants. Telles sont les conséquences de la grève déclenchée début septembre et maintenue par l'intersyndicale de l'université publique du Congo. L'intersyndicale réclame le paiement, en bloc, de quatre mois d'arriérés de salaires. Les étudiants appellent le gouvernement à prendre en compte les doléances des enseignants et à négocier. Dans les différents établissements de l'université publique, faute de cours et d'entretien, dans les amphithéâtres et d'autres salles, les places assises sont recouvertes de poussière.
(Le Point 09/10/17)
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la démocratie ne se porte pas bien en Afrique centrale. Pourquoi ? Eléments d'explications. Les régimes bâtis sur les ruines de guerres civiles en Angola, au Burundi, au Congo, en République démocratique du Congo (RDC), en Ouganda et au Rwanda ont reposé sur des forces politico-militaires. Hormis au Kenya, en Tanzanie et en Zambie, où le multipartisme a été rétabli au début des années 1990 et a perduré malgré des élections entachées de violences, partout les espérances démocratiques ont été trahies ou manipulées. Entre juin 2015 et août 2017, la région a ainsi connu un enchaînement ininterrompu d'élections générales. Les scrutins du Burundi en 2015 et de la RDC, initialement prévu en...
(RFI 06/10/17)
Le Congo-Brazzaville a annoncé jeudi 5 octobre qu'il souhaitait engager des négociations avec ses créanciers pour « reprofiler ou refinancer » sa dette, nettement plus élevée que prévu. Cette annonce intervient alors que le Fonds Monétaire International (FMI) vient de boucler une mission dans le pays. S’engage une première phase de négociations. Aucun accord n'a été officiellement signé avec le FMI. Les négociations en sont à un stade embryonnaire. Brazzaville dit vouloir les accélérer. Compte-tenu de la situation économique du pays, des « mesure immédiates » doivent être prises : c'est ce qu'affirme le gouvernement dans un communiqué.
(RFI 06/10/17)
Les agents du Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville ont repris, ce mercredi, leur grève générale illimitée suspendue le 10 août dernier. Une reprise du mouvement faute d'avoir obtenu satisfaction sur des revendications qui portent, notamment, sur le paiement de trois mois d'arriérés de salaires. Les mêmes revendications concernent les agents du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) qui ont arrêté le travail depuis le 22 septembre. Ils appellent les autorités à faire rapidement face à leur situation, craignant que les malades entrent en contact avec du sang contaminé. « Dans la salle où je garde un malade, trois personnes ont perdu leur vie pendant une nuit. C'est criant et c'est déplorable », a raconté à RFI un garde-malade...
(Agence Ecofin 06/10/17)
Il faut s’attendre à des changements dans la supervision des activités de la Banque de développement de l’Afrique centrale (Bdeac). C’est ce qui ressort du conseil d’administration de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), réuni le 26 septembre dernier, dans la capitale économique du Cameroun, Douala. Evoquant l’état de mise en œuvre de la convention de financement existant entre les deux institutions communautaires, le conseil a souligné « l’urgence qu’il y a à assujettir la Bdeac à un organe de supervision externe ». Dans la même logique, les administrateurs ont réitéré la nécessité pour la Bdeac d’être accompagnée dans ses activités par la Beac. Le Conseil a rappelé que, « le déblocage par la Beac de tranches de...
(RFI 06/10/17)
La seconde réunion semestrielle de l’année des ministres des Finances, des gouverneurs des Banques centrales et des présidents des institutions régionales de la zone franc s’est tenue ce jeudi à Paris. La situation générale de la zone est marquée par un réendettement rapide. Le débat soulevé par les Africains, qui appellent à remplacer le franc CFA par une monnaie qui n’est pas arrimée à l’euro, n’a pas été officiellement évoqué. Réduction des déficits publics, diversification des économies et augmentation des recettes, en faisant notamment rentrer le secteur informel dans le système fiscal, ce sont des pistes évoquées par les ministres des Finances de la zone franc ce jeudi à Paris pour baisser le taux d’endettement. Quant à une éventuelle réforme...
(AFP 05/10/17)
La dette publique de la République du Congo s'élevait à quelque 9,14 milliards de dollars américains fin juillet, représentant 110% du PIB, a annoncé mercredi le Fonds monétaire international à l'issue d'une mission menée dans le pays. "Sur la base des informations fournies par les autorités, les autorités et la mission ont évalué le niveau de la dette publique contractée et/ou garantie par l'Etat à fin juillet à 5.329 milliards de francs CFA (environ 9,14 milliards de dollars américains)", a déclaré Abdoul Aziz Wane, qui a conduit la mission du 25 septembre au 4 octobre. Le FMI précise que ce chiffre n'inclut ni les dettes litigieuses, ni les arriérés intérieurs accumulés depuis 2014. M. Wane relève en outre "l'engagement des...
(RFI 05/10/17)
Des couloirs humanitaires vont être créés dans un bref délai dans le Pool, en vue de faciliter la sortie des jeunes armés qui sont, selon les autorités, à l'origine des violences qui secouent cette région voisine de Brazzaville depuis avril 2016. Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou-Nguesso l'a indiqué il y a deux jours au cours des échanges directs et francs avec les sages, notables et religieux venus à sa rencontre à Brazzaville. Recevant mardi 3 octobre diverses personnalités venues du Pool, le président Denis Sassou-Nguesso a indiqué clairement que ces couloirs humanitaires seront créés sans délai. Des instructions ont été données à son directeur de cabinet, aux ministres de la Défense et de l'Intérieur, pour que toutes les...
(Afrique sur 7 05/10/17)
Créer les conditions d’une sortie de crise et inviter la rébellion conduite par Frédéric Bintsamou, plus connu sous le nom de Pasteur Ntumi à regagner la République. C’est le souci du président Denis Sassou Nguesso qui effectuait un déplacement dans le département du Pool. « Personne ne sera tué. » C’est par ces mots que le chef de l’État congolais Denis Sassou Nguesso a invité les rebelles Ninjas Nsiloulous du Pasteur Ntumi à regagner la République. Cette déclaration fait, en effet, suite à un rapport publié conjointement par les Nations unies et les ministères congolais des Affaires sociales et de la Santé. Ce rapport révèle que plus d’un tiers de la population du département du Pool, environ 81.000 personnes sont...

Pages