| Africatime
Dimanche 30 Avril 2017
(AFP 03/04/17)
La justice française resserre son étau sur l'entourage de Denis Sassou Nguesso: l'enquête sur le patrimoine en France de la famille du président congolais laisse entrevoir la possibilité d'un deuxième procès à Paris des "biens mal acquis". Depuis 2010, des juges d'instruction français tentent de déterminer si les fortunes de trois familles présidentielles, celles de feu Omar Bongo (Gabon), de Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et de Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale), ont pu être bâties grâce à des deniers publics détournés de ces pays. Le fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang, doit répondre en juin notamment de blanchiment de détournement de fonds publics devant le tribunal correctionnel à Paris.
(BBC 03/04/17)
L'enquête sur le patrimoine en France de la famille du président congolais laisse entrevoir la possibilité d'un deuxième procès à Paris des "biens mal acquis". D'où viennent les belles voitures, les propriétés parisiennes et les bijoux? La justice a déjà saisi plusieurs biens de la famille Sassou Nguesso ou de son entourage entre 2014 et 2016. Au total, une dizaine de voitures de luxe, un studio dans le très sélect XVIe arrondissement de Paris, un triplex dans la riche banlieue de Neuilly-sur-Seine, deux biens immobiliers à Courbevoie ainsi qu'un ensemble immobilier dans le XVIIe arrondissement de Paris au nom de l'épouse du président, Antoinette Sassou Nguesso, une enseignante à la retraite.
(La Tribune 03/04/17)
L’étau judiciaire semble se resserrer sur le président congolais Denis Sassou Nguesso et sa famille. En effet, la justice française semble optimiste quant à l’ouverture prochaine d’une procédure judiciaire pour « biens mal acquis ». Les magistrats financiers ont pour la première fois mis en examen un membre du clan Nguesso, à savoir le neveu du président, Wilfrid Nguesso. Ce dernier est suspecté d’avoir facilité l’utilisation de fonds publics congolais pour l’acquisition de biens immobiliers en France. Un autre neveu de Sassou Nguesso a été convoqué par la justice française pour les mêmes motifs. Après Teodorin Obiang, c'est maintenant le président congolais, Denis Sassou Nguesso, qui se retrouve dans le collimateur de la justice française. Selon l'AFP, l'enquête sur le...
(Xinhua 03/04/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Le Tchadien Mahamat Abbas Tolli a pris officiellement les fonctions de gouverneur de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) vendredi à Yaoundé en remplacement de l'Equato-guinéen Lucas Abaga Nchama avec pour mission d'accélérer les réformes macroéconomiques et structurelles. A bientôt 45 ans, M. Abbas Tolli prend la tête de la banque centrale des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) dans un contexte marqué par une grave crise économique qui frappe la plupart de ces pays du fait de la baisse continue des prix du pétrole et de la menace sécuritaire due à Boko Haram.
(APA 03/04/17)
APA-Douala (Cameroun) - Le nouveau gouverneur de la Banque des Etats de de l’Afrique centrale (BEAC) Abbas Mahamat Tolli, a officiellement été installé à la tête de l’institut d’émission monétaire sous-régionale, au terme du Comité ministériel de l’Union monétaire d’Afrique centrale (UMAC) vendredi à Yaoundé. En l’installant dans ses nouvelles fonctions, ainsi que l’ensemble du gouvernement de la BEAC, dont le vice-gouverneur Dieudonné Evou Mekou, le président en exercice de l’UMAC et ministre Congolais des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Calixte Nganogo, a prescrit dynamisme, efficacité et collégialité dans la conduite des affaires de la banque centrale. “La BEAC est le symbole et le fleuron de l’intégration régionale. La longévité, la crédibilité de la BEAC sont le symbole...
(Agence Ecofin 03/04/17)
La chaîne hôtelière singapourienne Frasers Hospitality Group envisage de faire sa première incursion en Afrique en ouvrant des hôtels au Congo et au Nigeria, a rapporté le site spécialisé Travelers Today le 3 avril, citant un dirigeant du groupe. «L’Afrique et le Moyen-Orient sont des marchés importants dans nos plans d'expansion à l’international. Alors que ces régions continuent d'émerger en tant que centres d'affaires, les établissements que nous implanterons dans les villes clés seront bien placés pour répondre aux besoins des voyageurs.», a déclaré le directeur général de Frasers Hospitality Group, Choe Peng Sum. «Nous visons en premier lieu des centres d'affaires clés tels qu'Abuja, la capitale fédérale du Nigeria et la plus grande ville d'Afrique, et nous espérons élargir...
(APA 02/04/17)
L’icône du football mondial Lionnel Messi, plusieurs fois ballon d’or, prendra part à Brazzaville ce samedi après-midi à l’ouverture d’une école de football, indique un communiqué du ministère congolais des Sports et de l’Education physique publié samedi matin. Selon ce communiqué : « Messi arrive à Brazzaville pour ouvrir une école de football. Il aura aussi au cours de son séjour congolais à visiter les infrastructures sportives qui ont abrité le 11ème Jeux africains en 2015 ». En outre il aura aussi à disputer un match organisé en son honneur entre les Diables-Rouges séniors et juniors, un match auquel il prendra part en partageant les 90 minutes entre les deux équipes. Cette visite en Afrique de l’attaquant du Barça (club...
(APA 02/04/17)
La Fédération royale marocaine de football (FRMF) et son homologue de la République démocratique du Congo (RDC) ont signé, vendredi à Rabat, une convention de partenariat visant le développement du football en Afrique. La Fédération royale marocaine de football (FRMF) et son homologue de la République démocratique du Congo (RDC) ont signé, vendredi à Rabat, une convention de partenariat visant le développement du football en Afrique. Paraphée par les présidents des deux fédérations Fouzia Lekjaa et Constant Omari Selemani, cette convention s'inscrit dans le cadre de la coopération et l'échange d'expertise entre les deux instances footballistiques. Ces conventions visent entre autres le partage du modèle de développement du football marocain notamment en ce qui concerne les infrastructures et le côté...
(AFP 31/03/17)
Alger et Brazzaville ont exprimé leur totale "convergences de vues" sur divers dossiers à l'issue de la visite d'Etat en Algérie du président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, selon un communiqué conjoint diffusé jeudi soir par l'agence APS. Arrivé lundi à Alger, le président Sassou Nguesso avait été reçu mardi par le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Au plan africain, les deux chefs d'Etat "ont réitéré leur soutien aux efforts de l'Union Africaine dans la recherche de solutions politiques aux crises et confits en Afrique et ont réaffirmé la nécessité d'œuvrer en faveur du développement économique et social du Continent", indique le communiqué conjoint. Tout en relevant la prolifération des groupes terroristes, du trafic de drogue et la...
(Jeune Afrique 31/03/17)
Le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, termine ce jeudi une visite officielle en Algérie où il a rencontré son homologue, Abdelaziz Bouteflika. Libye et partenariats économiques étaient au sommaire de la visite. Le président de la République du Congo termine ce jeudi 30 mars une visite officielle de quatre jours en Algérie, entièrement dédiée à la situation en Libye et à la relance de la coopération économique. Mardi 28 mars, Denis Sassou-Nguesso, qui est à la tête du Comité de l’Union africaine (UA) sur la Libye, a rencontré Abdelaziz Bouteflika dans sa résidence à Zéralda. Il ne l’avait pas vu depuis 2011, lorsque l’organisation panafricaine avait envoyé une mission de médiation à Tripoli et à Benghazi pour rencontrer l’ancien président libyen,...
(Xinhua 31/03/17)
ALGER, (Xinhua) -- Le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso a achevé jeudi une visite officielle de quatre jours en Algérie, laquelle avait qualifiée de "succès total". A son départ de l'aéroport international de Constantine, le chef de l'Etat congolais a été salué par le président de l'Assemblée populaire nationale (chambre basse du parlement), Mohamed Larbi Ould Khelifa, trois ministres, ainsi que par les autorités civiles et militaires. Pendant son séjour, le président congolais s'est déplacé de la capitale Alger, à la capitale de l'Est algérien, Constantine. Mardi dernier, soit au deuxième jour de sa visite, Sassou N'Guesso a été reçu par son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika. A l'issue de l'entretien entre les deux hommes, le président...
(RFI 31/03/17)
Au Congo-Brazzaville, l’examen du baccalauréat est fixé au 31 mai. Certains se demandent comment va se dérouler l'examen pour les élèves du Pool, où les violences qui ont débuté il y a un an ont fait entre 10 000 et 30 000 déplacés, ce qui a perturbé la scolarité. Le ministre congolais de l’Enseignement primaire et secondaire, Anatole Collinet Makosso, se veut rassurant. « Les élèves du département du pool passeront leurs examens comme tout le monde », assure-t-il.
(Agence Ecofin 31/03/17)
(Agence Ecofin) - Selon Patrick Umba, le directeur général par intérim de la Société congolaise des Postes et Telecommunications (SCPT), l’interconnexion par fibre de la République démocratique du Congo à la République du Congo devrait être effective d’ici la fin du mois d’avril 2017. Les travaux à cet effet sont en cours. Mais le kilomètre et demi qui manque pour relier Kinshasa à Brazzaville, les rives opposées du fleuve Congo en somme, ne pourra être posé que lorsque le niveau de l’eau sur le fleuve aura suffisamment baissé. Pour ce qui est de l’interconnexion avec les autres pays voisins d’Afrique australe par la ville de Kasumbalesa, Patrick Umba a ajouté qu’il « reste quelques kilomètres à poser. Mais je peux...
(RFI 30/03/17)
Au Congo-Brazzaville, la première phase du recensement des fonctionnaires, lancée en octobre 2016 sur le territoire national et dans les représentations du Congo à l’étranger, est achevée. A ce stade, un peu plus de 66 000 agents ont été enregistrés. Objectif maintenant : identifier les anomalies, assainir le fichier et alléger la masse salariale, notamment en radiant les agents fraudeurs. Jusqu'à présent, un certain flou a régné sur le nombre exact de fonctionnaires congolais avec deux fichiers disponibles, celui de la fonction publique et celui du ministère des finances. Les deux ne correspondant pas toujours comme le confirme Aimé Ange Wilfrid Bininga, ministre de la Fonction publique...
(Jeune Afrique 30/03/17)
Après la COP22, place aux actes. Soutenu par le Maroc, le Fonds bleu pour le bassin du Congo a été lancé à Oyo, dans le fief de Sassou Nguesso. Une fois n’est pas coutume lorsqu’il s’agit de grands projets panafricains : l’accord de création du Fonds bleu pour le bassin du Congo a été signé le 9 mars, moins de quatre mois après son annonce lors de la COP22, à Marrakech. Portée par Denis Sassou Nguesso avec le soutien de la Fondation Brazzaville – présidée par l’homme d’affaires français Jean-Yves Ollivier, proche du président congolais –, l’initiative avait alors été adoptée par les chefs d’État des douze pays concernés : l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la...
(Agence Ecofin 30/03/17)
La Commission économique pour l’Afrique (CEA), organe des Nations unies, a présenté le 27 mars au Sénégal, ce qu’elle appelle « profils de pays » 2016 en matière de développement. C’est-à-dire, les rapports orientations économiques des Etats africains dans l'avenir. Ces rapports montrent que la République centrafricaine (RCA), le Tchad, la Guinée équatoriale, le Gabon sont conscients que les perspectives pessimistes des cours mondiaux des produits de base dont dépendent leurs recettes fiscales et les revenus d'exportations, représentent un risque pour leur économie et justifient le besoin d'accélérer la transformation structurelle. Selon le profil de pays du Gabon, les autorités locales se sont aperçues de la nécessité de développer durablement le potentiel de l'industrie du bois, de créer des sources...
(Financial Afrik 30/03/17)
La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) menace de sévir sur le mobile money. Le gouverneur de la BEAC, Abbas Mahamat Tolli, lors d’une conférence de presse le 22 mars dernier à Yaoundé a indiqué que la Banque centrale reconnaît les transferts qui se font dans la zone CEMAC. « Mais logiquement, ce sont les banques qui doivent se charger des transferts en dehors de cette zone. Vous avez des opérateurs de téléphonie mobile qui, sans avoir l’autorisation, ou les contraintes auxquelles sont soumises les banques, font exactement l’activité des banques. Il faut mieux assurer ça », a dénoncé Abbas Tolli. Pour le gouverneur, la BEAC compte sévir dans ce domaine pour éviter des risques de blanchiment et d’évasion...
(Autre média 29/03/17)
L'Algérie et la République du Congo ont signé mardi à Alger 15 accords et mémorandums de coopération dans différents domaines, conclus à l'occasion de la 7ème session de la grande commission mixte algéro-congolaise qui s'est tenue à Alger les 25 et 26 mars. La cérémonie de signature a été présidée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso, qui effectue une visite d'Etat de quatre jours en Algérie, à l'invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Treize accords ont été paraphés par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et son homologue congolais...
(APS 29/03/17)
L’Algérie et le Congo ont décidé de relancer leur coopération dans tous les domaines, a indiqué mardi à Alger le président congolais, Denis Sassou N'Guesso, qualifiant sa visite d’Etat en Algérie de "succès total". "C'est un moment historique, parce que nous avons décidé de relancer nos relations bilatérales dans tous les domaines", a déclaré M. Sassou N'Guesso à l'issue de son entretien avec le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Qualifiant sa visite en Algérie de "succès total", couronnée par la signature d'une quinzaine d'accords de coopération dans tous les domaines, le chef de l'Etat congolais a estimé que la relance de cette coopération a été possible "grâce à la volonté politique et les idéaux que l'Algérie et le Congo...
(Le Monde 29/03/17)
A la tête de l’entreprise semi-publique Socotram, le neveu de Denis Sassou-Nguesso est rattrapé par la justice française et canadienne pour « détournement de fonds publics ». C’est l’histoire d’un enfant né de l’union entre les réseaux obscurs de la Françafrique et d’un dictateur corrompu d’Afrique centrale. Wilfrid Nguesso a grandi dans un univers de basse politique, de corruption, de guerre civile meurtrière et de détournements de fonds publics. En tant qu’homme politique à la tête d’un micro-parti, il soutient son oncle, Denis Sassou-Nguesso, qui cumule plus de trente-deux ans à la tête de l’Etat congolais et a été réélu en mars 2016 face à des opposants réprimés puis emprisonnés. Comme homme d’affaires, Wilfried Nguesso est soupçonné par plusieurs juridictions...

Pages