Mercredi 18 Octobre 2017
(Le Point 22/09/17)
Avec du soleil et de la pluie à volonté, le Congo a de sérieux atouts pour développer son agriculture, mais toutes ses terres n'étant pas aussi fertiles qu'on le croit, l'option de leur enrichissement par des méthodes bio prend de plus en plus le pas. En zone de savane, souvent sableuses, les terres congolaises manquent de matières organiques, et même dans la Bouenza et le Niari, des régions réputées pour leurs sols argileux et l'abondance des pluies qui entraîne le ruissellement des matières organiques. Il faut donc leur donner un petit coup de pouce pour les améliorer. Mais pas à n'importe quel prix. Enrichir les sols avec des méthodes bio... Après la vague des herbicides et des engrais chimiques, de...
(Xinhua 22/09/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le gouvernement congolais vient de créer une commission qui sera chargée de mener les discussions avec le Fonds monétaire international (FMI) dans la perspective de la conclusion d'un programme de coopération économique. Créé par décret présidentiel, cette commission comprend un comité politique présidé par le Premier ministre, chef du gouvernement Clément Mouamba et un comité technique. Dans son message à la nation lors de la célébration de la fête nationale de l'indépendance le 15 août dernier, le président Denis Sassou N'Guesso avait exprimé son engagement en faveur de l'ouverture des pourparlers entre son pays et le FMI. "Nous avons résolu de négocier avec le FMI un programme visant à créer de nouvelles bases d'une croissance soutenue, durable...
(APA 21/09/17)
APA-Brazzaville (Congo) - La Banque mondiale a convenu de débloquer une enveloppe de 100 millions de dollars (environ 60 milliards de FCFA) pour la mise en œuvre du projet d’appui à l’agriculture commerciale au Congo appris jeudi de la représentation de cette institution financière au Congo. L’accord de ce financement a été paraphé, mercredi à Brazzaville, par le gouvernement congolais, représenté par le ministre des Finances, Calixte Ganongo, et la Banque mondiale, représentée par le directeur des opérations de Banque mondiale pour les deux Congo, Ahmadou Moustapha Ndiaye. « Nous allons accélérer la mise en œuvre de ce financement afin qu’il puisse être bénéfique pour les populations congolaises. Car pour ce financement, la Banque mondiale n’a demandé aucune contrepartie du...
(Opinion Internationale 21/09/17)
Lors de son discours de vœux à la Nation du 31 décembre 2016, Denis Sassou Nguesso annonçait que l’année 2017 serait celle de la « rigueur et de la vérité ». Et bien nous y voilà! Après la gabegie des années pétrolières, le changement contesté de la Constitution pour un troisième mandat, le bourbier de la guerre du Pool enclenchée au lendemain de son hold-up électoral des années 2015 et 2016, le pouvoir de Brazzaville fait appel au FMI pour surmonter les crises économiques, sociales et politiques que traverse le Congo. Pour le meilleur et pour le pire. Le Congo-Brazzaville touché par la récession Au Congo-Brazzaville, les contestations sociales s’accentuent de jour en jour devant l’incapacité du pouvoir à faire...
(Journal de Brazza 21/09/17)
Le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour les deux Congo, Ahamadou Moustapha Ndiaye, avait annoncé mardi 19 septembre à Brazzaville, que le nouveau projet agricole de 100 millions de dollars, soit environ 50 milliards de francs CFA, sera bientôt signé pour développer l’agriculture congolaise, à l’issue d’un entretien avec la Ministre congolaise du Plan, de la Statistique et de l’Intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas. ‘’Nous avons discuté des questions de diversification économique, notamment le développement économique. Nous allons bientôt signer le nouveau projet de développement du secteur agricole d’un montant de 100 millions de dollars qui va permettre de développer ce secteur ‘’, a indiqué Ahmadou Moustapha Ndiaye. Le Représentant de la Banque mondiale au Congo, Djibrilla...
(La Voix de l'Amérique 21/09/17)
Le président Sassou N’Guesso, en séjour à New York, a rencontré la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde. Elle aurait assuré au chef de l’Etat congolais que son institution était disposée à accompagner le Congo dans ses réformes économiques pour faire face à la crise. A Brazzaville où la mission du FMI est attendue depuis le mois d’août, l’impatience se dessine dans la société. Plusieurs Brazzavillois ne jurent que par le FMI pour voir leurs problèmes s’arranger. Les retraités sont à neuf mois sans pensions, les étudiants comptent autant d’arriérés de bourses, le personnel du CHU n’a pas été payé depuis trois mois, alors que les agents de l’université Marien Ngouabi vont vers leur quatrième mois sans...
(Agence d'information d'afrique centrale 21/09/17)
Dans sa déclaration délivrée, le 20 septembre, devant la tribune de la 72e Assemblée générale des Nations Unies à New York, aux États-Unis, le président Denis Sassou N'Guesso a annoncé la tenue à Brazzaville, le mois prochain, de la 7e conférence internationale sur la région des grands lacs et la réunion de haut niveau de l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région. Deux rendez-vous qui, a indiqué le chef de l'Etat congolais offriront " l'opportunité d'envisager les voies et moyens de règlements des différentes crises en cours dans cette partie du continent". Denis Sassou N'Guesso a fait allusion dans cette optique à la RDC mais aussi à la Centrafrique,...
(Agence d'information d'afrique centrale 21/09/17)
Le ministre des Finances, Calixte Nganongo, et le directeur des Opérations de la Banque mondiale, Ahmadou Moustapha Ndiaye, ont conclu le 20 septembre à Brazzaville, l’accord de financement d’un montant de 55 milliards FCFA, en vue de la mise en œuvre du Projet d’appui à l’agriculture commerciale (PDAC). D’une durée de cinq ans (2017-2022), ce projet vise à améliorer la productivité des agriculteurs et l’accès aux marchés des groupes de producteurs et des micros, petites et moyennes entreprises agro-industrielles en République du Congo. Il contribuera de même, au programme de diversification de l’économie par le développement de l’agriculture commerciale, la création d’emplois, l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la substitution des importations, l’augmentation des exportations et la réduction de...
(Mwinda 21/09/17)
Sassou est entre le marteau et l’enclume. Cisaillée, comme jamais auparavant par une crise financière aigue rançon de la mauvaise gestion, du gaspillage et des détournements de fonds publics, l’économie congolaise s’essouffle. Les retraités de la fonction publique n’ont pas été payés depuis bientôt huit mois. Idem pour les étudiants, les salariés d’établissements publics comme le CHU, les employés de l’université en grève d’ailleurs depuis plusieurs jours. Beaucoup s’accordent à dire que sans intervention du FMI, le Congo risque dès le mois d’octobre de se retrouver en état de cessation des paiements, bref ce serait la faillite de la maison Sassou. Ce dernier avait annoncé le début des négociations avec cette institution financière pour le premier trimestre de ce mois...
(Agence Ecofin 21/09/17)
(Agence Ecofin) - Dans un entretien accordé au site d’informations adiac-congo.com, le ministre des Postes et Télécommunications, Léon Juste Ibombo, a dévoilé la mise en place prochaine d’un fonds du numérique. Cette caisse de financement des projets TIC innovants portés par la jeunesse, devrait peser près de 500 millions de Fcfa. Elle sera créée dans le cadre du projet Central Africa Backbone (CAB). En apportant son soutien financier aux start-up porteuses de projets TIC innovants, le gouvernement de la République du Congo voudrait, non seulement encourager l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes, mais susciter également la création d’emplois et diversifier l’économie du pays. Le Congo, à travers l’innovation TIC, veut suivre l’exemple du Kenya, de l’Afrique du Sud, du Nigeria ou...
(APA 20/09/17)
APA-Brazzaville (Congo) - 1381 cas de violences basées sur le genre ont été enregistrés entre 2012 et 2014 dans plusieurs centres hospitaliers du Congo, a révélé, mardi à Brazzaville, le colonel de police, Jean Roger Kouni-Okogna. «Ces 1381cas de violences basées sur le genre ont été enregistrés dans 23 centres hospitaliers à travers le Congo, dont 82% de violences sexuelles et 18% de violences physiques », a dit le coordonnateur du projet de lutte des violences sur le genre qui s’exprimait lors d’une formation des agents de la police sur la gestion des violences sur le genre. La représentante du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), Barbara Laurenceau, a saisi l’occasion pour révéler que « 20% des personnes...
(AFP 19/09/17)
Deux organisations de défense et de protection des journalistes ont adressé une lettre ouverte au chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso lui demandant la libération d’un journaliste indépendant emprisonné sans jugement depuis plus de huit mois, selon un communiqué conjoint parvenu mardi à l’AFP. Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) ont écrit au dirigeant congolais pour "demander la libération immédiate du journaliste et éditeur du journal Talassa, Ghys Fortuné Bemba", selon le communiqué. "La détention de M. Bemba, qui dure depuis plus de huit mois, sans procès, est inhumaine et résonne comme une intimidation pour tous les médias du Congo", dénoncent les deux ONG.
(RFI 19/09/17)
Au Congo-Brazzaville, l’intervention militaire n’a pas jusque-là mis un terme aux exactions du Pool attribuées par le gouvernement à Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntumi, et à ses ex-combattants ninjas. Au sein du pouvoir et même de l’opposition, des voix s’élèvent pour réclamer un dialogue avec l’ancien chef rebelle pour trouver une issue pacifique à la crise. Mais il y a aussi des voix discordantes qui s’opposent à toute initiative de dialogue. En clôturant récemment une session de l’Assemblée nationale, son président Isidore Mvouba a affirmé que le président congolais Denis Sassou-Nguesso a accédé à la demande des élus du peuple d’instaurer une plateforme d’échanges...
(Agence Ecofin 19/09/17)
(Agence Ecofin) - Dans une publication de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac) datée du 18 septembre, l’on découvre une information plutôt inquiétante concernant le secteur bancaire dans la Cemac. En effet, Abbas Mahamat Tolli, président de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac) et gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a révélé au cours d’une réunion tenue en juillet dernier à Ndjamena, au Tchad, que plus de la moitié des banques dans la sous-région ne disposent pas d'une surface financière suffisante. « Au plan prudentiel, sur un effectif de 52 banques en activité, 27 banques disposent de fonds propres nets, suffisants pour respecter l'ensemble des normes prudentielles assises sur cet agrégat.», a déclaré Abbas Mahamat Tolli,...
(Agence Ecofin 19/09/17)
(Agence Ecofin) - Le siège de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) a abrité le 15 septembre à Libreville, le lancement de l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation Mondiale pour le commerce (OMC) en Afrique centrale. Claude Sinzogan, représentant de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique présent à la cérémonie, a expliqué que globalement, le projet vise à renforcer l’intégration régionale à travers des actions visant à stimuler le commerce et la compétitivité. Ceci, afin de contribuer à une croissance économique inclusive dans les pays membres de la Communauté. Cet Accord entend également renforcer les capacités du Secrétariat général de la Ceeac en matière de facilitation des échanges afin de lui permettre...
(APA 18/09/17)
APA-Brazzaville (Congo) - La Banque mondiale et le gouvernement congolais ont cofinancé à hauteur de 38 milliards FCFA le Projet d’appui à l’amélioration du système éducatif congolais (Praased), en vue d’améliorer et renforcer le rendement scolaire au niveau du primaire et du secondaire, a indiqué lundi à Brazzaville la radio nationale. « La priorité de ce projet est axé sur les zone rurales et celle où les rendements scolaires sont très faibles notamment, les groupes marginalisés tels que les enfants démunis, handicapés et les enfants autochtones » a précisé cette source. Pour la représentation de la Banque mondiale au Congo, ce financement qui intervient dans un contexte particulier pour le Congo, devrait aider le pays à maintenir les appuis aux...
(Xinhua 18/09/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le président de l'Union pour un mouvement populaire (UMP, parti du centre), Digne Elvis Tsalissan Okombi, a écarté samedi à Brazzaville, toute possibilité de dialogue avec le pasteur Ntoumi, en vue du rétablissement de la sécurité dans le département du Pool (sud Congo), a constaté Xinhua. "Dans ce contexte de chaos dans le département du Pool, toute proposition mettant Ntoumi au centre de la résolution de cette problématique par le dialogue serait de nature à mettre en péril l'autorité de l'Etat", a déclaré M. Okombi, au cours d'une conférence de presse. "Depuis pratiquement plus d'une année, la force publique congolaise traque dans les forêts du Pool Frédéric Bintsamou (alias pasteur Ntoumi)...
(Agence d'information d'afrique centrale 18/09/17)
La journée internationale de la démocratie célébrée, le 15 septembre de chaque année, a été placée sous le thème : « la démocratie et la prévention des conflits ». Au Congo, le deuxième secrétaire de l’Assemblée nationale, Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, à qui revenait la charge de délivrer la déclaration du parlement congolais y relative, a indiqué que cette thématique met en évidence la nécessité de renforcer les institutions démocratiques dans le but de promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité dans le monde. « Le Congo a emprunté très tôt le chemin de la démocratie, en privilégiant avant tout le dialogue comme seul moyen de règlement de conflits et de déchirures sociales. Pour preuve, les appels du président...
(Xinhua 18/09/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le maréchal Khalifa Haftar, l'un des protagonistes de la crise libyenne, a réaffirmé samedi à Brazzaville son engagement pour des négociations en vue de la résolution de la crise libyenne. "Je suis venu à Brazzaville rencontrer le président Denis Sassou Nguesso, pour réitérer mon engagement pour les négociations en vue du rétablissement de la paix en Libye", a déclaré le maréchal Haftar, au sortir d'une audience de plus d'une heure en matinée avec le président congolais, qui est également président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA) sur la Libye. M. Haftar est arrivé dans la capitale une semaine après la tenue de la 4ème réunion du Comité de haut niveau de l'UA sur la...
(Agence Ecofin 18/09/17)
(Agence Ecofin) - L’Agence de régulation des postes et télécommunications (Arpce) a réussi à démanteler un nouveau réseau de fraude sur les appels internationaux entrants à Brazzaville. Dans un communiqué publié le 13 septembre dernier, le régulateur télécoms indique que trois personnes ont été interpellées, 800 cartes de recharge et près de 200 cartes SIM des opérateurs MTN, Airtel et Azur ont été saisies, au cours d’une opération de terrain menée le 11 septembre 2017, avec l’aide de la gendarmerie nationale. S’exprimant au sujet de cette opération, Yves Castanou, le directeur général de l’Arpce a déclaré qu’« à l’heure de l’optimisation des recettes fiscales dans le pays, il est inconcevable que de tels réseaux se développent sur le marché. Les...

Pages