| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(Jeune Afrique 15/03/17)
Le neveu de Denis Sassou Nguesso, Wilfrid Nguesso, 50 ans, a été mis en examen en France le 9 mars dernier pour "blanchiment de détournement de fonds publics" dans le cadre de l'affaire dite des "biens mal acquis". L’information nous a été confirmée par téléphone par Me William Bourdon, président de l’ONG Sherpa et avocat de l’association Transparency International, à l’origine de la plainte qui a déclenché l’affaire. « Cette mise en examen sera suivie d’autres », estime l’avocat, sans donner de noms. Selon lui, Wilfrid Nguesso « occupe une place centrale dans l’affaire des biens mal acquis ». « Tout ce clan a externalisé ses avoirs à l’étranger, ce qui a pu retarder la procédure mais les charges sont...
(Le Monde 15/03/17)
Wilfrid Nguesso est accusé d’avoir détourné des fonds publics. Une première pour un membre de la famille au pouvoir au Congo-Brazzaville. Le neveu du chef d’Etat congolais Denis Sassou-Nguesso a été mis en examen, jeudi 9 mars, par la justice française dans le cadre de l’enquête dite des « biens mal acquis ». Selon nos informations, Wilfrid Nguesso, 50 ans, est mis en cause pour « blanchiment de détournements de fonds publics ». Surnommé « Willy », ce proche du président dirige officiellement depuis 2006 la Société congolaise de transports maritimes (Socotram), dont l’actionnariat se partage entre l’Etat congolais (45 %)...
(RFI 15/03/17)
Les avocats de la défense d'André Okombi Salissa, député d'opposition, candidat malheureux à la présidentielle de mars 2016, étaient, mardi 14 mars, devant la chambre d'accusation pour demander l'annulation des procédures engagées contre leur client arrêté en janvier pour atteinte à la sûreté de l'Etat et détention illégale d'armes de guerre. La réponse leur sera donnée le 23 mars. Entre-temps, ce mercredi Okombi Salissa sera conduit sur les lieux pour une reconstitution des faits. Les avocats Bounkouta Diallo, venu de Dakar, et Yvon Eric Ibouanga ont plaidé devant la chambre d'accusation, l'arrêt de toutes les poursuites engagées contre le député André Okombi Salissa, arrêté depuis un peu plus de deux mois et accusé notamment de détention illégale d'armes de guerre...
(RFI 15/03/17)
Wilfrid Nguesso est accusé d’avoir détourné des fonds publics. Une première pour un membre de la famille au pouvoir au Congo-Brazzaville. Le neveu du chef d’Etat congolais Denis Sassou-Nguesso a été mis en examen, jeudi 9 mars, par la justice française dans le cadre de l’enquête dite des « biens mal acquis ». Selon nos informations, Wilfrid Nguesso, 50 ans, est mis en cause pour « blanchiment de détournements de fonds publics ». Surnommé « Willy », ce proche du président dirige officiellement depuis 2006 la Société congolaise de transports maritimes (Socotram), dont l’actionnariat se partage entre l’Etat congolais (45 %)...
(Xinhua 15/03/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- La ministre en charge de la santé Jacqueline Lydia Mikolo a déclaré lundi à Brazzaville, l'épidémie de la variole du singe ou "monkey pox" dans le département de la Likouala, à l'extrême nord du pays. Selon la ministre, vingt cas ont été notifiés dans les districts de d'Impfondo, Bétou Enyelle et Dongou chez des sujets âgés de 4 à 40 ans. L'on déplore un décès dû à cette épidémie qui avait déjà sévi dans ce même département en 2003. Mme Mikolo a indiqué que bien que circonscrite, cette maladie présentait toutefois des risques de propagation. Elle a évoqué la mise en œuvre d'un plan de riposte prévoyant la mise en place d'une équipe de coordination pluridisciplinaire et...
(Jeune Afrique 15/03/17)
Le géant pétrolier Total a annoncé ce mercredi 15 mars avoir mis en production le champ pétrolier de Moho Nord, situé au large de Pointe-Noire, et dont il est l'opérateur majoritaire. Le projet de Moho Nord, situé en mer profonde, à 75 kilomètres au large de Pointe-Noire, a une capacité de production de 100 000 barils équivalent pétrole par jour et constitue « le plus important projet pétrolier jamais réalisé en République du Congo », selon Total. Ce champ pétrolier comprend 34 puits forés qui sont raccordés à une nouvelle plateforme à ancres tendues, première du groupe en Afrique, et à une nouvelle unité flottante de production baptisée Likouf. Premier producteur au Congo Ce projet offshore, lancé par Total en...
(APA 15/03/17)
APA - Brazzaville (Congo) - Au total 3 morts ont été enregistrés sur les 20 cas de variole de singe signalés au nord-Congo, indique un communiqué du ministère congolais de la santé et de la population, parvenu mardi à APA à Brazzaville. Selon ce communiqué cette épidémie a déjà sévit dans ce département en 2003. Elle se manifeste par des boutons remplis de liquide sur tout le corps y compris le cuir chevelu. La contamination se fait par le contact d’un animal malade mais aussi d’un homme malade à un homme sain. Il n’y a pas à ce jour de vaccin contre cette maladie. « Face à cette épidémie, le gouvernement déclare officielle l’épidémie de la variole de singe au...
(Agence Ecofin 14/03/17)
(Agence Ecofin) - Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit de venir en aide à la République du Congo frappée par la chute des cours du pétrole et le rétrécissement subséquent de son économie. Suite à une mission de deux semaines, début mars, d’officiels de l’institution internationale et conduite par l'économiste sénégalais Abdoul Aziz Wane, le FMI a annoncé qu’il a entamé des discussions avec le gouvernement congolais en vue d’un «potentiel arrangement financier qui pourrait être soutenu par le FMI ». Selon Abdoul Aziz Wane, « le déclin au niveau international des prix du pétrole porte un coup significatif à l’économie » du Congo. Cette chute des cours est d’autant plus rude qu’elle intervient à un moment où le pays...
(Les Afriques 14/03/17)
À l’issue de l’audit diligenté par l’Etat congolais pour déceler les causes de la mise en déroute de la compagnie aérienne nationale Ecair, les experts-comptables ont découvert une société transformée en tonneau des Danaïdes avec des chiffres terrifiants qui donnent le tournis. Après avoir cloué Lina Congo, Air Congo, le régime de Brazzaville vient d’inscrire un nouveau palmarès de champion d’Afrique, toutes catégories confondues, de la mauvaise gestion et de la gabegie financière. En effet, au regard des éléments consignés dans le rapport de l’audit dont les Afriques s’est procuré une copie, audit effectué conjointement par les cabinets congolais Cacoges et Rainbow, «il ressort que les pertes d’exploitation (d’Ecair), très importantes, ont consommé 187 milliards de f CFA, soit 52%...
(Jeune Afrique 14/03/17)
Le Fonds bleu pour le Bassin du Congo est sur les rails depuis la semaine dernière. Il doit permettre de subventionner des projets qui permettront de préserver cette région, à hauteur de 100 millions d'euros chaque année. Le président congolais, Denis Sassou Nguesso (DSN), avait convié quelques-uns de ses amis à la cérémonie de signature de l’accord de création d’un fonds pour le bassin du Congo (le Fonds bleu), les 8 et 9 mars à Oyo. Outre les ministres de l’Environnement des douze pays concernés, auxquels s’était joint le Marocain Salaheddine Mezouar (Affaires étrangères), on a noté la présence d’un président en exercice, le Togolais Faure Gnassingbé, et de deux anciens chefs d’État, Olusegun Obasanjo (Nigeria) et Alpha Oumar Konaré...
(Jeune Afrique 13/03/17)
Une délégation du Fonds monétaire international était en visite à Brazzaville du 20 février au 8 mars dernier. Présidée par l'économiste sénégalais Abdoul Aziz Wane, elle doit désormais proposer une batterie de mesures d'ajustement pour la République du Congo, en échange de son appui. Si le FMI envisage d’aider financièrement la République Congo, c’est notamment parce qu’elle est confrontée à la chute des cours du pétrole qui affecte durement son économie. Présidée par l’économiste sénégalais Abdoul Aziz Wane, ancien représentant en Guinée, une délégation du FMI s’est rendue à Brazzaville, la capitale, ces deux dernières semaines. Le but de cette visite consistait, pour l’organisme international...
(AfricaNews 13/03/17)
Selon un rapport du département d‘état américain, la quasi-totalité des droits fondamentaux, protégés par la constitution congolaise, le code de procédure pénale et les traités internationaux, ont été violés en République du Congo. Le rapport de 40 pages énumère des violations allant de la disparition forcée à la torture en passant par le viol, toutes imputées aux agents de l‘État congolais. La situation dans le département du Pool y est largement évoquée. Il ressort que les opérations des forces armées congolaise contre les ex-militants ninja fidèles au pasteur Ntoumi ont poussé 13.000 personnes a fuire leur maison. S’appuyant sur un raport de l’observatoire congolais des droits de l’homme, le département d‘état américain rapporte que les autorités congolaises ont délibérément restreint...
(AfricaNews 13/03/17)
Au Congo Brazzaville, le raphia est très utilisé dans certains rites et coutumes, surtout chez les Téké. Le pagne raphia reste la tenue traditionnelle portée par le roi Téké et certain chefs coutumiers. Aujourd’hui, il est de plus en plus utilisé dans l’artisanat. Cependant, les gens ne s’intéressent plus à l’apprentissage de cette richesse culturelle, pour plusieurs raisons, notamment à cause de la complexité du métier et de la rareté des tisserands. Pour pérenniser l’existence du pagne de raphia, Mr Raimond tente d’intéresser les jeunes de son village à l’apprentissage, la cueillette et le tissage du Raphia, mais sans suite favorable. “Aujourd’hui les enfants ne s’intéressent plus au tissage du raphia, ils pensent que c’est un métier réservé aux vieux...
(APA 13/03/17)
L’équipe éthiopienne de St-Georges a battu ce dimanche au stade Denis Sassou N’Guesso de Dolisie( département du Niari au sud –Congo) son homologue congolaise de l’AS-Léopards par 1 but à 0, en match comptant pour les 16ème des finales de la Coupe Africaine de la Ligue des champions. Le but de l’équipe de St-Georges a été marqué contre le cours de jeu en première mi-temps, à la 27ème Ainsi St-Georges prend une belle option pour la suite de la compétition dont le match retour aura lieu dans une semaine à Addis Abeba en Ethiopie.
(Xinhua 13/03/17)
Le redéployement énergétique est l'un des piliers importants du développement de l'Afrique, a déclaré samedi Amakoé Klutsè président du comité technique d'organisation de la session ordinaire du Comité technique spécialisé (CTS) de l'UA sur les Transports, les Infrastructures interrégionales et transcontinentales, l'Energie et le Tourisme, du 13 au 17 mars à Lomé. Invité au journal de soir de la télévision nationale (TVT), M. Klutsè a indiqué qu'il est important que les pays africains se mettent ensemble pour mutualiser leurs efforts et leurs énergies pour élaborer les projets porteurs, citant comme exemple le projet du barrage hydroélectrique d'Inga en RD.Congo. "La RD. Congo seule ne peut pas financer ce projet, il est important que tous les pays africains se mettent ensemble...
(La Tribune 11/03/17)
En situation difficile depuis l’année dernière, le Congo Brazzaville a récemment fait l’objet d’une mission d’inspection du FMI. L’institution de Bretton Woods a mené son enquête et entamera sous peu les discussions avec l’Etat congolais pour le lancement d’un programme de financement. Le FMI à la rescousse de l'économie congolaise. L'institution dirigée par Christine Lagarde prévoit un appui financier destiné à la République du Congo qui traverse depuis près de deux ans une importante crise économique et financière. Du 20 février au 8 mars derniers, une équipe du Fonds était sur le terrain pour tâter le pouls de l'économie nationale et entamer les discussions avec les autorités locales sur un ensemble de mesures...
(RFI 11/03/17)
Le département d’Etat américain a publié en début de semaine son rapport sur l’état des droits de l’homme au Congo-Brazzaville. Le constat est alarmant : en 2016, la quasi-totalité des droits fondamentaux protégés par les traités internationaux, la Constitution et le code de procédure pénale ont été violés en République du Congo. Sur 40 pages, les faits sont énumérés, bruts, sans commentaire ni interprétation. Et les agents de l’Etat sont désignés comme les principaux responsables. Des disparitions forcées à la torture en passant par le viol, le département d’Etat américain énumère les atteintes aux droits de l’homme et la liste est très longue.
(RFI 10/03/17)
Une douzaine de pays africains ont signé jeudi à Oyo, au nord du Congo, un mémorandum d'entente portant création du Fonds bleu pour le Bassin du Congo. Cette initiative vise à préserver les forêts et les eaux de cet espace considéré à juste titre comme le deuxième poumon écologique de la planète après l'Amazonie. Elle ambitionne aussi de développer d'importants projets liés à l'amélioration des conditions de vie de millions personnes. Le Fonds bleu pour le Bassin du Congo sera alimenté, selon les douze pays africains qui l’ont créé, sur la base des subventions renouvelables chaque année de 100 millions d’euros, plus de 65 milliards de francs CFA, avec des engagements à long terme. Le président congolais Denis Sassou Nguesso...
(AFP 10/03/17)
Douze pays africains ont lancé jeudi au Congo, à Oyo (400 km au nord de Brazzaville), un "Fonds bleu pour le Bassin du Congo" visant à subventionner des projets au profit des riverains, selon un journaliste de l’AFP. "L’initiative a deux grandes ambitions : la préservation des forêts et des eaux du Bassin du Congo, mais aussi aider les populations à accéder à une meilleure qualité de vie", a expliqué à l’AFP Benazir Hilali. Madame Hilali est la coordonnatrice des projets à la Fondation Brazzaville, partenaire avec le président congolais Sassou Nguesso dans la mise en oeuvre de cette initiative présentée à Marrakech au Maroc lors de la COP22 en novembre 2016. Les projets éligibles aux financements du Fonds bleu...
(La Voix de l'Amérique 10/03/17)
Neuf pays membres du bassin du Congo ont signé le 9 mars à Oyo, à environ 400 Km au nord de Brazzaville, un mémorandum d’entente pour créer un fonds bleu la gestion des ressources en eau de cette région. L’idée consiste à engranger des financements pour préserver des mauvaises pratiques dans le bassin en favorisant des activités alternatives au bénéfice des populations locales. L’Angola, le Congo, la RDC, le Gabon, la Centrafrique, le Burundi, le Rwanda, le Tchad et le Maroc ont signé cet accord d’Oyo. La Guinée équatoriale, la Tanzanie et la Zambie, engagées dans le projet, signeront prochainement, selon les conclusions de la rencontre. Il s’agit de financer des projets visant à préserver les ressources du bassin du...

Pages