Samedi 21 Octobre 2017
(La Voix de l'Amérique 03/10/17)
Mardi matin, des unités de la police ont bloqué l'accès à la place Poste de Brazzaville où devaient manifester les membres de l'opposition et de la société civile, pour appeler le FMI à la transparence dans les négociations qu'il mène actuellement avec les autorités congolaises. Les responsables de l'opposition nont pas eu le temps de rejoindre la place de la Poste car les véhicules de police ont pris position devant leurs domiciles. La présidente de la Fédération de l'opposition congolaise, Claudine Munari est chez elle avec deux autres leaders, Clément Mierassa et Charles Zacharie Bowao.
(La Voix de l'Amérique 03/10/17)
A peine onze réfugiés rwandais sur les 9.200 enregistrés au Congo-Brazzaville se sont manifestés pour retourner au Rwanda. Tous les autres ne veulent pas rentrer. Ils redoutent toujours le pouvoir de Kigali. Les gouvernements congolais et rwandais, ainsi que le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont rappelé à Brazzaville aux réfugiés rwandais que bientôt ils ne seront plus que de simples étrangers en séjour au Congo. Selon la ministre des Affaires sociales, Antoinette Dinga Dzondo, dès le 1er janvier 2018, tous les réfugiés rwandais installés au Congo seront en situation de clandestinité. « En ce moment-là, nous appliquerons les lois et règlements en la matière », a déclaré la ministre Dinga Dzondo qui a exhorté les réfugiés...
(APA 02/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Près de 1,5 million d’enfants congolais du préscolaire, du primaire et du secondaire ont retrouvé ce lundi le chemin des classes, dans le cadre d’une rentrée scolaire effectuée sur fond de crise économique. En effet, pour cette rentrée scolaire 2017-2018 nombre de parents d’élèves ont reconnu avoir eu des difficultés à doter leurs enfants de tenues et de fournitures scolaires malgré les bas prix pratiqués sur le marché. Prévoyant les difficultés, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, avait, pourtant, demandé via la radio aux parents d’élèves d’habiller leurs enfants avec leurs anciennes tenues, mais en vain. C’est dans la rogne et la grogne que les parents d’élèves se sont détournés de...
(APA 02/10/17)
Le déficit en enseignants dans le système éducatif congolais est estimé à près de 19 mille pour l’année scolaire 2017-2018, a indiqué lundi à Brazzaville, le ministre de l’enseignement primaire et secondaire, chargé de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso. S’exprimant sur les ondes de la radio nationale, le ministre a fait le point sur les dysfonctionnements du système éducatif congolais estimant que « l’une des difficultés majeurs qui minent le système éducatif congolais est le manque d’enseignants». « Pour cette rentrée 2017-2018, le déficit en enseignants est estimé à 19 mille contre 14 mille lors de la rentrée 2016-2017 », a expliqué Anatole Collinet Makosso expliquant que ce déficit est accentué par les départs à la retraite du personnel enseignant et...
(RFI 02/10/17)
Ce 2 octobre 2017, au moins 1,6 million d’élèves sont attendus en classe sur l’ensemble du territoire congolais à l’occasion de la rentrée scolaire 2017-2018. Le Congo dépend de la rente pétrolière et les prix de cette matière première ont drastiquement baissé, du coup, l'argent manque, au point que les parents d’élèves peinent à préparer cette rentrée. Le gouvernement les invite à participer malgré cette situation difficile au financement de l’école ; mais il tient surtout à harmoniser le calendrier scolaire : dans le public et le privé, désormais, le calendrier sera le même. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20171002-congo-brazzaville-rentree-scolaire-c...
(Jeune Afrique 02/10/17)
L’aide du FMI ne suffira pas à relancer les économies de la zone. Nouvelles sources de financement, recettes fiscales, diversification… JA fait le tour des réformes à engager d’urgence pour renouer avec la croissance. «Le chemin est encore long, mais les signes d’un regain de croissance sont bien visibles. » Paul Tasong, commissaire de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) chargé des politiques économique, monétaire et financière, se veut optimiste. D’après cet économiste camerounais, les mesures d’urgence mises en œuvre depuis la réunion de crise de Yaoundé, en décembre 2016, « devront permettre de porter le taux de croissance de la Cemac à 0,5 % en 2017, contre une récession de – 0,4 % enregistrée en 2016...
(Jeune Afrique 29/09/17)
Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, la société Commisimpex, qui affirme avoir conclu d'importants contrats d'infrastructures avec le Congo dans les années 1980 pour lesquels elle n'a jamais été payée, a annoncé vouloir mettre en oeuvre une garantie contractuelle accordée par le pays sur ses revenus pétroliers. Il s’agit de « l’action judiciaire la plus importante en cours » dans ce dossier, selon une source proche de Commisimpex. Pour recouvrer auprès de Brazzaville une vieille créance, passée de l’équivalent de 100 millions d’euros en 1992 à 1,05 milliard aujourd’hui, la société de l’homme d’affaires Mohsen Hojeij...
(Xinhua 29/09/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- La création d'un marché obligataire est indispensable pour dynamiser les économies actuellement en crise de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) en raison de la chute des prix du pétrole et des problèmes sécuritaires, a suggéré mardi le vice-président de la Société financière internationale (SFI), Hua Jingdong, en visite à Yaoundé, la capitale camerounaise. Filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, la SFI, fondée en 1956, dispose d'un capital de 2,5 milliards de dollars constitué par ses 184 pays membres. Elle a réalisé des investissements de l'ordre de 1.000 milliards de dollars et soutenu le financement de plus de 6.000 projets dans environ 120 pays du monde, selon les statistiques officielles. Au...
(Agence Ecofin 28/09/17)
(Agence Ecofin) - En République du Congo, une délégation du Fonds monétaire international (FMI) vient « finaliser l'évaluation de la dette et mettre à jour les projections macroéconomiques». Cette visite qui se tiendra du 26 septembre au 4 octobre prochain, intervient un peu plus d’un mois après la découverte de la sous-évaluation de la dette du pays. En effet, le Congo qui affirmait que sa dette représentait 77% de son produit intérieur brut (PIB), a été contraint de révéler que le vrai niveau de celle-ci était de 120%… D’après RFI, le FMI entend examiner plusieurs documents dont la liste des créanciers du pays et les sommes qui leur sont dues. Pour le Congo, cette visite se conclura certainement par l’exigence...
(Le Monde 28/09/17)
Frederick Kwame Kumah, directeur Afrique du Fonds mondial pour la nature, récuse le procès fait à son organisation par l’ONG Survival dans le bassin du Congo. Le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund, WWF) est accusé depuis plusieurs années de ne pas respecter les droits des Pygmées du bassin du Congo par l’ONG de défense des peuples autochtones Survival International. Dans son dernier rapport, publié dimanche 24 septembre, celle-ci livre des dizaines de témoignages qui raniment la polémique sur la persécution dont sont victimes ces populations qui vivent aux abords des aires protégées, auxquelles l’accès leur est soit interdit, soit restreint. Dans l’entretien qu’il nous accorde, Frederick Kwame Kumah, directeur pour l’Afrique de WWF, ne nie pas la...
(APA 28/09/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Les 9200 réfugiés rwandais au Congo ont été conviés par la représentation du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), au terme d’une réunion avec les gouvernements congolais et rwandais (26-27 septembre à Brazzaville), à choisir entre l’intégration dans leur pays d’accueil ou le rapatriement avant la fin de leur statut de réfugié fixée au 31 décembre 2017. «Chaque réfugié rwandais au Congo, devra opter, soit pour son intégration dans la société congolaise, soit pour le rapatriement au Rwanda », a dit le représentant du HCR, Cyr Modeste Kwamé, qui faisait jeudi à Brazzaville le point sur les conclusions de la réunion avec les autorités de deux pays. Selon Kwamé, « après le 31 décembre, date de la clause...
(Agence Ecofin 28/09/17)
(Agence Ecofin) - Dans le cadre du processus de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange en Afrique centrale, une délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), conduite par Mfoula Marie Thérèse Chantal, secrétaire générale adjointe chargée de l’intégration physique, économique et monétaire, a échangé, ce 25 septembre 2017, avec les autorités tchadiennes. Cet échange qui s’est déroulé en marge de sa mission de relance du Programme de productivité agricole en Afrique centrale (PPAAC), avec Hamid Koua, ministre tchadien du Commerce et du Développement industriel, a porté sur l’évolution du processus d’insertion dans l’ordre juridique interne par la République du Tchad, des instruments juridiques de commerce afin de permettre à la CEEAC d’opérationnaliser la...
(APA 28/09/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Le sélectionneur des Diables Rouges du Congo, Sébastien Migné, a publié mardi à Brazzaville la liste des 23 joueurs retenus pour le match du 8 octobre prochain contre les Pharaons d’Egypte comptant pour la cinquième journée des éliminatoires du Mondial 2018. Voici la liste des 23 Diables Rouges : -Gardiens de but : Barelk Mouko (DCMP, RDC, D1), Chrstopher Mafoumbi (Blackpool, Angleterre, D3), Perrault Ndinga (Patronage Sainte Anne). -Défenseurs : Baudry Marvin (Zulte Waregem, Belgique, D1), Tobias Badila (Nancy, France, D2), Vladis Emmerson Illoy-Ayyet (Olimpik Donetsk, Ukraine, D1), Beranger Itoua et Baron Kibamba (CARA), Arnold Bouka Moutou (Dijon, France, D1), Dimitri Bissiki (AC Léopards de Dolisie), Romaric Etou-Thomaso (Beitar Tel Aviv, Israel, D2). -Milieux de terrain :...
(Jeune Afrique 27/09/17)
72e Assemblée générale de l’ONU, du 19 au 25 septembre), pour rencontrer Emmanuel Macron. À l’issue de la réunion sur la Libye, le 20 septembre, à laquelle il participait en tant que président du Comité de haut niveau de l’Union Africaine sur ce pays, le chef de l’État congolais s’est brièvement entretenu avec son homologue français au sujet d’un futur rendez-vous à Paris. Ce dernier a suggéré que cet entretien soit organisé par leurs ministres des Affaires étrangères respectifs, Jean-Yves Le Drian et Jean-Claude Gakosso. La veille, Ali Bongo avait lui aussi établi un premier contact avec Emmanuel Macron, avec qui il a échangé une poignée de main à l’occasion du lancement du pacte mondial pour l’environnement. Ce ne fut...
(Agence Ecofin 27/09/17)
La firme de construction Commisimpex (Commissions Import-Export S.A) a saisi un tribunal commercial de la banlieue parisienne de Nanterre dans l’affaire des vieilles créances impayées de plus d’un milliard $ qui l’oppose à l’Etat congolais, a-t-on appris ce mercredi. Selon les documents obtenus par l’agence Reuters, Total, Eni et d'autres entreprises d'énergie seraient impliquées dans ce nouvel épisode de la saga Commisimpex. La société de l’homme d’affaires anglo-libanais Mohsen Hojeij (photo), veut que ses dernières paient des taxes et redevances à Commisimpex au lieu de les verser directement à l’Etat. Le recours à un tel moyen de recouvrement n’est pas la première tentative de la compagnie de BTP qui a travaillé sur des projets de construction et de travaux publics...
(RFI 26/09/17)
Du 26 septembre au 4 octobre, le Fonds monétaire international tente d'y voir clair dans les comptes publics du Congo-Brazzaville. Après le scandale – révélé en août 2017 par RFI – d'une sous-évaluation de la dette publique du Congo, le FMI a exigé des autorités congolaises une transparence totale sur les comptes publics. Condition indispensable pour entamer un programme d'appui budgétaire. Au Congo-Brazzaville, le FMI entend « finaliser l'évaluation de la dette et mettre à jour les projections macroéconomiques ». En clair, savoir à qui et à quelles conditions le Congo a emprunté et ce que le surendettement actuel va impliquer comme mesures d'austérité futures.
(Le Point 26/09/17)
Avec la mission du FMI bientôt à Brazzaville, le Congo va devoir prendre des mesures drastiques pour assainir sa situation car l'heure est grave. La venue à Brazzaville d'une mission du Fonds monétaire international (FMI), prévue à l'origine pour le début du mois de septembre, après la trêve des élections législatives et locales, est annoncée pour le 27 septembre. Objectif : entamer des négociations avec le Congo en vue de la signature d'un programme de redressement économique et financier. Un flou qui impacte la Cemac Il y a urgence. Pour deux raisons. Les caisses de l'État sont vides, l'endettement est abyssal et les arriérés de paiement s'accumulent. En outre, le retard pris par le Congo à négocier avec le FMI...
(Xinhua 26/09/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Les gouvernements du Congo, du Rwanda et le Haut-commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) se réunissent les 26 et 27 septembre à Brazzaville, afin d'étudier les modalités de mise en œuvre de la clause de cessation du statut des réfugiés rwandais au Congo. Une délégation du gouvernement rwandais est arrivée à Brazzaville pour la circonstance, a-t-on appris de source proche du ministère congolais des Affaires étrangères, mais sans plus de précisions. Au cours de leur réunion les trois parties vont faire le point sur la situation des réfugiés rwandais au Congo, évaluer les conditions de leurs retour et réintégration dans leur pays d'origine, en vue de définir les stratégies à mettre en œuvre par chaque partie...
(APA 26/09/17)
APA-Brazzaville (Congo) – Brazzaville, la capitale congolaise, abrite le 19 octobre prochain la huitième réunion de haut niveau de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), axée sur l’examen des mécanismes aptes à mettre fin aux crises qui secouent cette partie du continent africain, a annoncé mardi à Brazzaville la Coordination des agences des Nations Unies au Congo. Organisée par la République du Congo, en coordination avec les Nations Unies et l'Union Africaine (UA), la réunion se penchera dans le détail sur « les progrès et les défis dans la mise-en-œuvre des engagements pris dans l’Accord-cadre signé à Addis-Abeba, en Éthiopie, en février 2013.» Les travaux, souligne la Coordination des agences de l’ONU, mettront « l'accent sur...
(Agence Ecofin 26/09/17)
(Agence Ecofin) - La Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) prépare actuellement des textes d'application qui seront soumis à la consultation de la profession bancaire, les 15 et 16 novembre 2017 à Douala, dans le secteur de la microfinance. Le premier texte porte sur le projet de règlement Cobac relatif à la liquidation des établissements de microfinance (EMF) de petite taille. A cet effet, le gendarme du secteur bancaire prévoit une procédure dite de « liquidation simplifiée » pour les EMF de première catégorie, dont le total des dépôts n’excède pas un milliard de FCFA au moment du retrait d’agrément. Un second projet porte sur les modalités d’application des astreintes appliquées pour non-respect des injonctions de la Cobac. Il s’agira...

Pages