Vendredi 23 Juin 2017
(Agence d'information d'afrique centrale 13/06/17)
Les activités retenues de commun accord entre la République du Congo et la France dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) vont répondre leur cours normal. Un compromis a été trouvé par les deux parties, à l’issue du comité d’orientation et de suivi dudit contrat, tenu le 9 juin à Brazzaville. « Dans le cadre du suivi de ce contrat, un comité d’orientation et de suivi avait été mis en place en 2011, pour agir en qualité d’organe de validation des grandes orientations du C2D. Malheureusement, six ans après sa création, ce comité ne s’est réuni que deux fois. La rencontre d’aujourd’hui consacre la reprise des activités régulières afin de valider les projets en cours »,...
(Agence d'information d'afrique centrale 13/06/17)
Quelques jours après des allégations faisant état d’écarts de comportements des soldats congolais de la Minusca, le ministre de la Défense nationale, Charles Richard Mondjo plaide pour la poursuite d’une relation saine avec les Nations unies dans le cadre des mécanismes diplomatiques qui régissent les accords entre les parties. Il rappelle l’engagement constant du Congo auprès de la Centrafrique depuis de longues années et le « devoir et le sacrifice » qui le sous-tendent, indiquant par ailleurs que comme cela a été le cas par le passé, des procédures judiciaires sont en cours au Congo pour traiter des cas d’indiscipline dénoncés. Réagissant à la situation dans le département du Pool, le ministre de la Défense nationale promet d’en dire plus...
(La Croix 12/06/17)
Dans une déclaration publiée jeudi 25 mai, Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala (Congo Brazzaville) dénonce la « véritable tragédie humanitaire » de la crise du Pool, ce département du sud du pays secoué par des combats depuis 2016. « Le département du Pool est le théâtre d’une véritable tragédie humanitaire » note Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala au sud-ouest de la République du Congo où la guerre civile s’enlise entre forces de sécurité et partisans de l’ancien chef rebelle, le pasteur Ntumi, depuis la réélection contestée du président Denis Sassou N’Guesso en avril 2016. Selon Mgr Louis Portella, « la population est ballottée, malmenée, déstabilisée, humiliée, déshonorée ne sachant à quel saint se vouer » poursuit-il...
(Financial Afrik 12/06/17)
En poste depuis le 17 février 2017, le tchadien Abbas Mahamat Tolli a les yeux rivés sur les comptes de l’institution qu’il dirige. Les réserves de change de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) ont fondu de 55%. La plupart des banques de la sous région présentent une tension nette sur les liquidités. Des solutions d’anticipation sont envisagées. Entre autres, procéder à des renflouements partiels de certains établissements de crédit solvables mais en situation de stress de liquidités. Problème, la BEAC ne dispose pas de la même force financière que la BCE (Banque Centrale Européenne) qui a eu à initier une Quantitative Easy Policy consistant à injecter de la liquidité sur le marché en rachetant 80 milliards...
(AfricaNews 10/06/17)
Un honneur, une reconnaissance que l‘écrivain émérite congolais Alain Mabanckou qualifie lui-même de “canonisation inattendue”. Depuis quelques jours, l’auteur de Verre cassé (2005, aux éditions du Seuil) a été introduit dans Le Petit Larousse, le plus prestigieux des dictionnaires français. Dans cette 200è édition du Petit Larousse, Alain Mabanckou est défini comme “un écrivain franco-congolais né en 1966”. Sur son œuvre, le dictionnaire met en exergue un auteur qui “joue avec les clichés sur les Africains et évoque, non sans truculence, les violences contemporaines (Verre cassé, 2005 ; Mémoires de porc-épic, 2006 ; Petit Piment, 2015). Ses essais abordent la question de l’identité et le danger des communautarismes”.
(La Voix de l'Amérique 09/06/17)
La police a dispersé des manifestants qui avaient improvisé une marche jeudi à Brazzaville. Quelques jeunes avaient répondu à l’appel de la Fédération de l’opposition pour demander l’arrêt des combats dans le Pool et la libération des prisonniers politiques. La police a interpellé une dizaine de jeunes. Le gouvernement a indiqué que le dialogue n’aura pas lieu dans de telles conditions. Cette marche, improvisée à la place d’une simple cérémonie de lecture de déclaration, est partie de la résidence de Claudine Munari jusqu’au siège de la préfecture de Brazzaville.
(Xinhua 09/06/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- La fédération de l'opposition congolaise a organisé jeudi à Brazzaville, une marche pacifique de protestation pour exiger l'arrêt des combats et le retour de la paix dans le département du Pool et l'ouverture des négociations politiques entre le pouvoir, les partis d'opposition et le chef rebelle Frederick Bintsamou alias Pasteur Ntoumi. Cette marche qui a été conduite par la présidente de cette fédération, Claudine Munari, a débuté au rond-point de l'Avenue des anciens enfants de troupe (AET), à Poto-Poto (3ème arrondissement) pour achever à la préfecture de Brazzaville, à Moungali dans le 4ème arrondissement, où une gerbe de fleurs en mémoire de toutes les victimes de la guerre du Pool, a été déposée sur le monument aux...
(Agence Ecofin 09/06/17)
(Agence Ecofin) - Alors que dans de nombreux pays producteurs majeurs d’or noir en Afrique, la production pétrolière est soit stagnante soit en déclin, notamment à cause du recul des investissements globaux dans l’amont, au Congo, les perspectives s’annoncent bonnes pour le secteur. Selon une analyse faite par les spécialistes de Reuters, l’industrie congolaise du pétrole devrait attirer des investissements importants, à court terme. Cela ferait du pays le troisième plus gros producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne dès 2018 et par conséquent, donnera un important coup de pouce à la relance de l’économie. Depuis 2012, date de la découverte du champ pétrolier Nene Marine en eaux peu profondes à 17 km au large, les investisseurs sont devenus plus optimistes sur...
(La Tribune 09/06/17)
La Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale prépare un dispositif financier devant lui permettre d'apporter en urgence des liquidités aux banques de l'espace CEMAC. Face au déficit de trésorerie des institutions financières dans la zone, ce dispositif pourrait être une solution anticipative sur des situations de crises pouvant survenir d'ici la fin de l'année. La Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) ne veut pas attendre «la tempête» pour agir. L'institution financière multilatérale de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC) travaille actuellement sur un dispositif d'apport de liquidités, en urgence, aux banques des pays membres. L'information a été révélée par la Banque elle-même qui a expliqué qu'il s'agit surtout d'une solution «anticipative». Le gouverneur de...
(BBC 09/06/17)
Les banques de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale font face à un déficit de trésorerie. Les 5 pays producteurs de pétrole de la zone (Gabon, Congo, Tchad, Guinée Equatoriale, Cameroun) sont touchés de plein fouet par la chute des prix du baril. La baisse des revenus pétroliers, qui représentent entre 25 et 85 % des recettes de ces pays, a plongé la région dans une crise, qui a poussé le Fonds monétaire international à lui administrer une thérapie de choc. Les pays de la CEMAC ont également dû recourir au marché des capitaux pour obtenir les financements nécessaires à leur fonctionnement et les investissements publics. Les banques sont ainsi donc de plus en plus sollicitées pour des...
(Agence Ecofin 09/06/17)
(Agence Ecofin) - La Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), institut d’émission des six pays de la Cemac que sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Tchad, la Guinée Equatoriale et la République centrafricaine, peaufine actuellement la mise en place d’un dispositif d’apport de liquidité en urgence aux banques de cet espace communautaire. Selon le gouverneur de la BEAC, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli, ce dispositif prévu dans le cadre de la réforme de la politique monétaire de cette banque centrale, est «motivé par le contexte régional marqué par la vulnérabilité de la situation de trésorerie de plusieurs banques, en liaison notamment avec les difficultés financières des Etats». Le dispositif, explique le gouverneur de la BEAC, consistera...
(Agence Ecofin 09/06/17)
(Agence Ecofin) - La liaison par fibre optique entre Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, et Brazzaville, la capitale de la République du Congo, est enfin achevée. En mars dernier, Patrick Umba, le directeur général de la Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT) l’annonçait pour avril 2017. Les travaux qui devaient, au préalable, se terminer plus tôt, avaient accusé du retard à cause du niveau élevé du fleuve Congo. L’interconnexion par fibre optique de Kinshasa avec Brazzaville fait partie du grand chantier de déploiement, par la RD Congo, de la fibre optique à travers son territoire national et son raccordement aux pays limitrophes. Le câble installé, long de 2,4 km, permettra une redondance mutuelle sur les...
(APA 09/06/17)
APA Kinshasa (RDC) - Les Diables Rouges de la république du Congo sont arrivés, vendredi à Kinshasa, où ils vont affronter les Léopards de la RD Congo, samedi 10 juin à 18 heures 30’ heure locale (17 H 30’ TU) au stade des Martyrs, en match comptant pour la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations dont le tournoi final aura lieu au Cameroun en 2019. Les Brazzavillois feront la reconnaissance du terrain du stade des Martyrs ce même vendredi après-midi. Les arbitres malgaches de cette rencontre sont arrivés à Kinshasa depuis le jeudi 8 juin. Il s’agit de Hamada El Moussa Nampiandraza (arbitre central), Pirerre Jean Eric Andrivoavonjy (assistant 1), Lionel Hasinjarasoa (assistant2) et Hubert Marie...
(Jeune Afrique 08/06/17)
Quelques jours après les incidents graves survenus dans la semaine du 22 mai, l'évêque de Kinkala, Mgr Louis Portella, a dénoncé ces exactions commises par les insurgés Ninjas Nsiloulous de Frérédic Bintsamou. Les insurgés Ninjas Nsiloulous de Frédéric Bintsamou (alias pasteur Ntumi) seront-ils en mesure de perturber les législatives du 16 juillet ? Deux incidents graves, survenus au cours de la semaine du 22 mai et peu médiatisés, laissent à penser que tel est leur objectif, tout au moins dans le département du Pool : l’attaque nocturne d’un poste de la Garde républicaine à Igné (45 km de Brazzaville) et l’embuscade, suivie de viols et de pillages, d’un convoi d’autobus transportant des civils entre Dolisie et la capitale, qui a fait deux...
(APA 08/06/17)
APA-Brazzaville (Congo) - La Banque mondiale a approuvé la deuxième phase du Projet d’appui à la diversification économique (PADE II) du Congo-Brazzaville qui sera opérationnel en 2018 pour un montant global de plus 34,7 milliards de FCFA, annonce le Bureau de l’institution financière dans un communiqué reçu jeudi à APA. La participation financière de la Banque mondiale au PADE II sera à hauteur de 63% contre 34% pour le Congo et 13% pour les autres partenaires au développement comme l’Agence française de développement (AFD) et la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), explique le communiqué. Il précise que l’enveloppe nécessaire à la réalisation du PADE II est exactement 34.778.250.000 FCFA.
(RFI 08/06/17)
Il s'est rendu deux fois à Brazzaville depuis sa prise de fonction en novembre dernier et se dit inquiet de la situation dans le pays. Le Guinéen François Louncény Fall, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l'Afrique centrale, est notre invité. Le 13 juin prochain, il présentera le dernier rapport du secrétariat général de l'ONU sur la sous-région, rendu public mercredi, devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Sans attendre, il a accepté d'en parler sur RFI pour évoquer notamment la crise qui secoue le département du Pool depuis la réélection contestée de Denis Sassou Nguesso en avril 2016. Une crise qui a fait à ce jour 81 000 déplacés selon François Fall. RFI : François Fall,...
(RFI 08/06/17)
Le contingent de casques bleus du Congo Brazzaville déployé en Centrafrique est une nouvelle fois visé dans deux documents confidentiels des Nations unies, révélés par l'ONG Aids-Free World. Il s’agit d’un mémo du commandant de ces casques bleus et un rapport qui détaille l'inaptitude de ces militaires à remplir leurs tâches les plus élémentaires. Ce contingent a déjà vu 120 de ses hommes rapatriés l'an dernier, certains étant impliqués dans des affaires de viols. Cette fois, le commandement militaire de la Minusca demande que le bataillon congolais soit remplacé si rien n'est fait pour améliorer les standards en matière disciplinaire.
(BBC 08/06/17)
L'ONG Code Blue Campaign a révélé mardi que dans un document confidentiel daté du 12 mai, le chef militaire de la Minusca a menacé de renvoyer chez eux des Casques bleus congolais accusés d'abus sexuels et d'indiscipline. Brazzaville n'a pas encore réagi officiellement à cette révélation. Ce n'est pas la première fois que les Casques bleus congolais de la Minusca sont cités dans ce genre d'abus. L'année dernière 120 d'entre eux avaient été rapatriés après des allégations d'abus sexuels et d'exploitation sexuels sur des enfants, selon un rapport. Le gouvernement congolais s'était à l'époque engagé à les juger. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40197424
(MondAfrique 08/06/17)
es autorités de Brazzaville roulent des mécaniques en distribuant des millions de francs Cfa aux artistes invités au festival Fespam de Brazzaville. Est ce vraiment l’heure de faire la fête au Cpngo? Quand Jackson Babingui évoque la situation dans la région du Pool, épicentre d’une guérilla entre les partisans du pasteur Ntumi et l’armée congolaise, il utilise un vocabulaire empreint d’émotion et de tristesse « Des Congolais y tuent des Congolais », dit-il. Dans ce contexte, il n’est plus possible, selon lui, pour un artiste congolais qui se respecte, de se produire au Fespam. « Indécent, immoral et immonde » Contacté par les autorités de Brazzaville pour conduire une délégation d’artistes-musiciens congolais de la diaspora, Jackson Babingui dénonce de sa...
(Jeune Afrique 08/06/17)
Alors qu’il s’apprête à céder son fauteuil en août, Pierre Moussa, le président la Cemac (Communauté économique et monétaire des États d’Afrique centrale), « cadeaute » ses collaborateurs. Lors du dernier sommet de l’organisation, en février, l’ancien ministre congolais avait essayé de convaincre les chefs d’État de le maintenir à son poste. En vain. Avant de partir, il a contractualisé plusieurs membres de son cabinet, qui passent ainsi du CDD au statut sécurisé de fonctionnaire communautaire. Lorsqu’il lui succédera, Daniel Ona Ondo, l’ex-Premier ministre gabonais, n’y pourra rien changer. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/444871/economie/depart-de-cemac-pierre-m...

Pages