Vendredi 23 Juin 2017
(La Tribune 21/06/17)
Depuis trois ans, le cours du baril de Brent a été divisé par trois. Cette chute représente un défi considérable pour de nombreux pays producteurs de pétrole de la Communauté économique et monétaire des États de l'Afrique centrale (CEMAC). La République du Congo ne fait pas exception. La baisse des revenus de l'or noir a entraîné le ralentissement des activités dans tous les autres secteurs tant la dépendance aux activités pétrolières est grande. Tensions de trésorerie, accroissement du chômage, baisse du pouvoir d'achat, dégradation des services sociaux... ce sont autant de problèmes structurels auxquels nous risquons de faire face, auquel en réalité nous sommes déjà confrontés. Et malheureusement, il ne faut pas s'attendre à une...
(Jeune Afrique 21/06/17)
Les incertitudes de la situation économique mondiale, les difficultés de l’Afrique centrale dues à la baisse du prix du pétrole et les progrès de l’intégration commerciale en Afrique de l’Ouest suscitent à nouveau une réflexion sur l’avenir de la Zone franc. Celle-ci a plus de cinquante années d’existence et a connu de nombreuses réformes qui, tout en laissant subsister les principes de base — fixité du taux de change des francs CFA et garantie de disponibilité des devises grâce aux comptes d’opérations des Banques centrales (BCEAO et BEAC) auprès du Trésor français — ont montré sa capacité d’adaptation à des situations nouvelles. Comme par le passé et selon la demande des États africains, elle peut évoluer à nouveau. Comment donner...
(Agence Ecofin 19/06/17)
L’un des maillons importants de la chaîne nationale des transports, le Port autonome de Brazzaville et ports secondaires (PABPS) connaît une situation préoccupante, a alerté le 16 juin dans la capitale, le directeur général de cette structure, Pierre Bossoto. « La tenue ce jour de la session bilancielle du conseil d’administration de notre entité me donne l’occasion de tirer la sonnette d’alarme, car les moments sont plus que difficiles. La situation du PABPS est devenue très préoccupante », a-t-il lancé. Le PABPS connaît une baisse de trafic, assortie d’une chute drastique du chiffre d’affaires.
(Journal de Brazza 19/06/17)
« La sécurisation est très importante. Avant, tout était manuel. Nous voulons aujourd’hui que tout soit informatisé, automatisé pour qu’il y ait de moins en moins l’intervention de la main de l’homme. Avec l’installation du guichet unique, les importateurs ne pourront plus faire le tour de plusieurs bureaux d’argent pour effectuer toutes les opérations de liquidation ». Ce propos sont du ministre des Finances, du Budget et du portefeuille public de la République du Congo, Calixte Nganongo, qui s’exprimait le 6 juin 2017 alors qu’il visitait les installations du Guichet unique situé au Beach et à l’entrée de l’aéroport international Maya-Maya de Brazzaville. Selon lui, il est désormais indispensable pour le Congo d’informatiser...
(Agence d'information d'afrique centrale 16/06/17)
Grand rendez-vous économique qui a réuni des dirigeants d’entreprises des pays d’Afrique et d’ailleurs, la première convention internationale d’affaires "Lisanga" (rassemblement) organisée par la Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture et des métiers (CCIAM) de Pointe-Noire et lancée le 12 juin par le ministre du Commerce extérieur et de la consommation, Euloge Landy Kolélas, a pris fin ce 14 juin. L’activité s'est déroulée en présence du président de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF) ainsi que de l’ambassadrice de l’Union européenne. Elle a rassemblé 83 entreprises locales et étrangères (17 d’Europe et particulièrement de France et d’autres de 14 pays d’Afrique)...
(Agence Ecofin 16/06/17)
(Agence Ecofin) - Selon l'administrateur général de Congo Telecom, Akouala Akoula, les travaux de réparation du câble sous-marin de fibre optique WACS, sectionné le 11 juin dernier, débutent la semaine prochaine. « Un bateau en provenance du Cap, en Afrique du sud depuis le 13 juin, arrive à Pointe- Noire le 19 juin. Les opérations de maintenance du câble sous-marin vont commencer probablement le 20 juin prochain », a expliqué le patron de l’opérateur historique chargé de la gestion de...
(Xinhua 15/06/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le ministre congolais en charge des zones économiques spéciales, Alain Akouala Atipault, a procédé le 14 juin à Brazzaville à la remise des copies des lois portant sur la création des zones économiques spéciales et de l'agence de planification desdites zones à l'ambassadeur de Chine au Congo Xia Huang. "L'ambassadeur de Chine est venu confirmer l'ambition de la Chine de démarrer les travaux de la zone économique spéciale de Pointe-Noire en 2018", a indiqué M. Akouala Atipault...
(RFI 15/06/17)
Au cours de l’année 2014, plusieurs milliers de ressortissants de la République démocratique du Congo résidant au Congo voisin ont été renvoyés dans leur pays, faute de papiers. L’opération musclée, dénommée « Mbata ya bakolo » (La gifle des aînés) a eu des conséquences : depuis trois ans l’activité informelle a périclité autour du débarcadère du Beach de Brazzaville où les grands bateaux assurant le trafic des marchandises n’accostent plus. Les dockers et autres restaurateurs qui dépendaient de cette activité...
(APA 14/06/17)
APA-Brazzaville (Congo)- Le chef de la délégation du Fonds Monétaire International(FMI), Abdelaziz Waney, a pris l’engagement, mardi, au nom de son institution à aider le Congo dans la formulation d’un programme économique pour jeter les bases d’une croissance durable. «Nous avons discuté avec le président de la République comment le FMI peut aider le Congo dans sa formulation d’un programme économique et financier pour jeter les bases d’une croissance durable qui entraînerait à l’amélioration significative de la qualité des finances publiques», a dit M. Abdelaziz Waney à la tête d’une mission du Fmi...
(Agence Ecofin 14/06/17)
Le Trésor public camerounais repart sur le marché des titres de la BEAC ce 14 juin 2017, pour tenter de lever une enveloppe de 5 milliards de francs Cfa, au moyen d’une émission de bons du Trésor assimilables à 26 semaines. Contrairement aux années antérieures, au cours desquelles les opérations de mobilisation de fonds par l’Etat du Cameroun faisaient toujours courir les investisseurs opérant sur ce marché, cette nouvelle émission de titres publics camerounais n’est pas gagnée d’avance. En effet,...
(Agence d'information d'afrique centrale 13/06/17)
Les activités retenues de commun accord entre la République du Congo et la France dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) vont répondre leur cours normal. Un compromis a été trouvé par les deux parties, à l’issue du comité d’orientation et de suivi dudit contrat, tenu le 9 juin à Brazzaville. « Dans le cadre du suivi de ce contrat, un comité d’orientation et de suivi avait été mis en place en 2011, pour agir en...
(Financial Afrik 12/06/17)
En poste depuis le 17 février 2017, le tchadien Abbas Mahamat Tolli a les yeux rivés sur les comptes de l’institution qu’il dirige. Les réserves de change de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) ont fondu de 55%. La plupart des banques de la sous région présentent une tension nette sur les liquidités. Des solutions d’anticipation sont envisagées. Entre autres, procéder à des renflouements partiels de certains établissements de crédit solvables mais en situation de stress de...
(Agence Ecofin 09/06/17)
(Agence Ecofin) - Alors que dans de nombreux pays producteurs majeurs d’or noir en Afrique, la production pétrolière est soit stagnante soit en déclin, notamment à cause du recul des investissements globaux dans l’amont, au Congo, les perspectives s’annoncent bonnes pour le secteur. Selon une analyse faite par les spécialistes de Reuters, l’industrie congolaise du pétrole devrait attirer des investissements importants, à court terme. Cela ferait du pays le troisième plus gros producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne dès 2018 et...
(La Tribune 09/06/17)
La Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale prépare un dispositif financier devant lui permettre d'apporter en urgence des liquidités aux banques de l'espace CEMAC. Face au déficit de trésorerie des institutions financières dans la zone, ce dispositif pourrait être une solution anticipative sur des situations de crises pouvant survenir d'ici la fin de l'année. La Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) ne veut pas attendre «la tempête» pour agir. L'institution financière multilatérale de la Communauté économique des...
(BBC 09/06/17)
Les banques de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale font face à un déficit de trésorerie. Les 5 pays producteurs de pétrole de la zone (Gabon, Congo, Tchad, Guinée Equatoriale, Cameroun) sont touchés de plein fouet par la chute des prix du baril. La baisse des revenus pétroliers, qui représentent entre 25 et 85 % des recettes de ces pays, a plongé la région dans une crise, qui a poussé le Fonds monétaire international à lui administrer une...
(Agence Ecofin 09/06/17)
(Agence Ecofin) - La Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), institut d’émission des six pays de la Cemac que sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Tchad, la Guinée Equatoriale et la République centrafricaine, peaufine actuellement la mise en place d’un dispositif d’apport de liquidité en urgence aux banques de cet espace communautaire. Selon le gouverneur de la BEAC, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli, ce dispositif prévu dans le cadre de la réforme de la politique monétaire...
(Agence Ecofin 09/06/17)
(Agence Ecofin) - La liaison par fibre optique entre Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, et Brazzaville, la capitale de la République du Congo, est enfin achevée. En mars dernier, Patrick Umba, le directeur général de la Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT) l’annonçait pour avril 2017. Les travaux qui devaient, au préalable, se terminer plus tôt, avaient accusé du retard à cause du niveau élevé du fleuve Congo. L’interconnexion par fibre optique de Kinshasa avec...
(APA 08/06/17)
APA-Brazzaville (Congo) - La Banque mondiale a approuvé la deuxième phase du Projet d’appui à la diversification économique (PADE II) du Congo-Brazzaville qui sera opérationnel en 2018 pour un montant global de plus 34,7 milliards de FCFA, annonce le Bureau de l’institution financière dans un communiqué reçu jeudi à APA. La participation financière de la Banque mondiale au PADE II sera à hauteur de 63% contre 34% pour le Congo et 13% pour les autres partenaires au développement comme l’Agence française de développement (AFD) et la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), explique le communiqué. Il précise que l’enveloppe nécessaire à la réalisation du PADE II est exactement 34.778.250.000 FCFA.
(Jeune Afrique 08/06/17)
Alors qu’il s’apprête à céder son fauteuil en août, Pierre Moussa, le président la Cemac (Communauté économique et monétaire des États d’Afrique centrale), « cadeaute » ses collaborateurs. Lors du dernier sommet de l’organisation, en février, l’ancien ministre congolais avait essayé de convaincre les chefs d’État de le maintenir à son poste. En vain. Avant de partir, il a contractualisé plusieurs membres de son cabinet, qui passent ainsi du CDD au statut sécurisé de fonctionnaire communautaire. Lorsqu’il lui succédera, Daniel...
(Agence Ecofin 08/06/17)
La CNUCED a rendu public le rapport sur les investissements directs étrangers (IDE) dans le monde le 7 juin 2017. Le rapport montre que les flux d’IDE vers les pays en développement ont reculé de 14% pour s'établir à 646 milliards de dollars. Cependant, cette forte baisse n’a pas éclipsé l’intérêt des investisseurs notamment asiatiques vers ces pays qui représentent la moitié des 10 premières destinations en 2016. Dans toute la zone Afrique centrale par exemple, l’on constate une chute...

Pages